La peur et l’amour

Par Delphine Dumont, le 22 juillet 2016 | En bref |

Après une période de déni plus ou moins partagée, il est dorénavant admis qu'il faut s'attendre à d'autres attentats sur le sol français. Peu importe qu'ils soient le fait de vrais terroristes labellisés par le ministère de l'Intérieur ou de déséquilibrés qui en habillent leurs passages à l'acte, la menace est réelle. Ma peur aussi.

De base, je suis assez peureuse. C'est embêtant mais c'est contrebalancé par de sérieuses décharges d'adrénaline en cas de danger, ce qui est assez cool. Bref, mon imagination n'est jamais à court de scènes d'horreur à me proposer et je passe mon temps à m'inquiéter pour tous ceux que j'aime.

Tous ceux que j'aime, il y a peu, j'aurais défini ça par ma famille et mes amis proches. Déjà, Skand le viking m'avait malheureusement donné l'occasion de percevoir toute l'affection que je lui porte, à lui et à sa famille. Il y a deux ans, la peine immense que j'ai ressenti à la disparition brutale de LMDK avait été un autre indice. Je pensais que, avec quelques autres, ils constituaient une exception, le tout petit groupe de ceux que j'aime profondément sans les avoir même rencontrés.

Récemment, une jeune femme de mes contacts Twitter a brusquement disparu de ma timeline. Avant que j'ai le temps de m'inquiéter, j'ai appris qu'il ne s'agissait que d'un retrait le temps de se rendre plus disponible professionnellement. Rien de plus qu'un battement de cil dans une journée tranquille, pensais-je sur le moment.

C'était peu après l'attentat de Nice, le génie de l'angoisse qui m'habite en profita pour me souffler l'idée que cette disparition aurait malheureusement pu s'expliquer par une tragédie. Cette idée se fit obsédante au point que je me mis à craindre que cette merveilleuse jeune femme soit à son tour victime de la barbarie. Bien sûr, il ne fallut pas longtemps pour que cette inquiétude s'étende à d'autres personnes, bien plus que je n'aurais cru.

Je pourrais vivre dans une angoisse insurmontable qui me paralyserait et, curieusement, ce n'est pas ce que je ressens. La peur est là, bien sûr, mais ce n'est pas elle qui gagne. L'affection que je porte à nombre d'entre vous qui me lirez (ou pas ^^) et dont j'ai pris conscience est plus forte que la peur. On n'a pas toujours la chance de comprendre comme on aime quelqu'un tant qu'il est là. Je savoure cette chance et le bonheur de vous lire, de vous entendre, de rire avec vous.

Flattr this!

À lire aussi sur ce blog :

2 commentaires pour “La peur et l’amour”

  1. -|- Skand dit :

    Merci ! Juste merci ! Tes mots me touchent mon amie :)



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Je suis heureuse d'avoir pu les dire, on a parfois de ces pudeurs stupides. ;)



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2019 Delphine Dumont