Fichiers hosts : un filtrage parental gratuit

Cet article est un peu éloigné de ma ligne éditoriale habituelle, mais son sujet me tient à cœur.

Sur mon blog, j’ai évoqué à plusieurs reprises le sujet des enfants surfant sur Internet. Souvent, j’ai rappelé que la meilleure protection était la surveillance directe et que les logiciels de contrôle parental sont tous imparfaits, voire inutiles.

Il y a quelques jours, des enfants de CM1 et CM2 ont été laissés seuls face à des ordinateurs connectés sur Internet. Inévitablement, l’un d’entre eux arriva sur un site porno. Volontairement ou pas, les versions divergent, mais toujours est-il que plusieurs enfants ont eu le temps de voir des scènes très explicites.

Ce fait divers a été l’occasion pour de nombreux vendeurs de logiciel de contrôle parental de ressortir leur baratin sans que personne ne souligne leur faible fiabilité. Rappelons d’ailleurs que l’école était pourvue de ce type de logiciel que les profs eux-mêmes avaient désactivé !

Les enfants apprennent bien plus vite à configurer les logiciels de contrôle que leurs parents ou professeurs. Cela s’ajoute aux défaillances de ces produits et les rend inutiles. D’autant plus inutiles qu’il existe une méthode gratuite et fiable de filtrage d’internet : le filtrage par le fichier hosts.

Stéphane Carpentier, professionnel du web et jeune papa nous en avait parlé dans un billet, il y a quelques années. Malheureusement, le site sur lequel ce billet était hébergé a disparu. J’ai donc proposé à Stéphane de publier une version mise à jour de son texte, ce qu’il a accepté immédiatement et je l’en remercie vivement.

Le filtrage par fichiers hosts pour les nuls

Tiens, c’est la rentrée ! C’est une période phare pour les journalistes. Elle leur permet de présenter les enfants en situation scolaire. Comme septembre n’est médiatiquement intéressant qu’au début, les quelques jours avant, pendant et après la rentrée, il faut trouver un truc accrocheur pour continuer à parler de l’école même à la fin septembre. Un fait divers d’images porno à l’école est un bon prétexte pour un article dans le Parisien.

C’est aussi un bon prétexte pour que Delphine me sollicite sur un article que j’avais écrit en 2005 sur un article du Figaro. À l’époque, une chronique société du 23/07/2005 titrait « Contre la pédophilie sur internet ». L’article était un fourre-tout de presque tout ce qu’Internet compte de déviations : pédophilie, pornographie, pirates et nazis. Rien que ça.

Il y a 7 ans, la réponse de la journaliste (Laurence Haloche) montrait une maîtrise sommaire de l’outil Internet. Une requête rapide sur Google lui avait sans doute soufflé que la solution pour éviter tout ça, était d’avoir un filtre parental. Ouaiiiiiis super !

Comme les boîtes qui vendent ce genre de solutions ont tout intérêt à ce que leurs produits se retrouvent dans les premières positions des moteurs de recherches, ils font évidemment ce qu’il faut pour y être. Pour ceux qui ignorent les principes du référencement, c’est l’équivalent des tête de gondole en supermarché. Donc la requête de la journaliste pour lutter contre les déviances lui est gracieusement proposée par les boîtes dont c’est le cœur de métier… Merci Yahoogle et les autres moteurs.

Mais en quoi est-ce un problème me direz-vous ? Je me cite :

« Le bon c’est de rappeler aux enfants que sur Internet on peut y rencontrer des gens [ou des situations] dont les intentions sont malhonnêtes et que c’est dangereux… Le bon aussi c’est d’informer les parents que des logiciels existent et qu’ils doivent accompagner leurs enfants dans l’usage d’Internet et ne pas les laisser seuls face à la découverte du monde. Ces deux points là sont incontestables et doivent être martelés. Quand on met un couteau multi-lames dans les mains d’un enfant, il est normal que le parent responsable reste avec lui pour lui apprendre à s’en servir et ne l’autorise pas à l’utiliser en dehors de sa présence [tant qu’il ne le maîtrise pas]. Il en va de même pour Internet. »

Le filtre parental n’a de parental que le nom, car le parent délègue sa responsabilité et son rôle éducatif à un logiciel. En clair, il file le couteau à l’enfant et Nono le petit robot va l’empêcher de se couper, mais lui, parent, ne supervise pas son usage. Parce qu’un filtre n’est pas miraculeux, un filtre n’est qu’un outil.

Ce qui me désespérait en 2005 c’est de constater que les journalistes ne vont pas plus en profondeur et ne font que de la paraphrase de la situation dont ils font un papier. Alors qu’ils pourraient aussi avoir un rôle pédagogique et diffuser un peu plus les alternatives au prémaché d’un filtre parental.

Pour revenir au fait divers d’enfants qui tombent sur du porno à l’école, on a encore une fois de la paraphrase de situation. L’école est en situation de crise parce que les ordinateurs (que je configurerais de la même manière que dans un lieu public) n’ont pas eu de paramétrage de base. La première étape c’est le fichier hosts.

Le fichier hosts ???

Pour répondre à cette question, je pourrais copier le travail de Pierre Pinard sur assiste.com qui, depuis 1999 (comme quoi Internet a de la mémoire, et c’est dire si le travail des journalistes est approfondi dans ce domaine …), propose des manipulations simples et abordables pour des non-techniciens pour protéger son pc des attaques extérieures, mais aussi pour agir pour protéger ses enfants.

Je le cite :

« Hosts est un mécanisme d’accès aux sites Internet. Il permet d’accélérer l’accès à certains sites et de bloquer l’accès à certains autres. Hosts fait partie de tous les systèmes d’exploitation du monde. Il n’y a rien à acheter ni rien à installer. »

Et Pan pour le filtre parental payant…

Pour comprendre ce que fait le fichier hosts :
« Pour se mettre en route, Hosts a simplement besoin de la présence d’une liste de noms de domaines avec leurs adresses IP. Il n’y a rien
d’autre à faire.

Cette liste, que l’on peut créer et manipuler simplement, avec le bloc-notes de Windows (Notepad), contient, sur chaque ligne, une adresse IP, un espace, un nom de domaine. C’est tout !

Si l’adresse IP est celle du domaine, son accès est accéléré. Si l’adresse IP est celle de la boucle locale de Windows (l’adresse 127.0.0.1), le domaine est bloqué. C’est tout !

– 216.239.57.99 www.google.fr permet d’accélérer l’accès à Google France
– 127.0.0.1 www.google.fr bloque l’accès à Google France »

Nous sommes en 2012 et les informations de 1999 sont toujours valables. Pour mettre en place une protection il suffit de télécharger une liste d’adresses à mettre dans le fichier hosts, en suivant les informations de cette page :
http://assiste.com.free.fr/p/hosts/hosts_telechargement_de_hosts.html

Je ne ferais pas plus d ‘efforts pédagogique pour installer ou paramétrer son hosts (ou même pour comprendre les mots compliqués de cet article, Google est votre ami) alors que l’information existe ailleurs en mieux. Il suffit de se renseigner. Même un journaliste doit pouvoir le faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *