Pearltrees cartographie vos liens – Interview

Pearltrees est un outil étonnant et plutôt malin. Il permet de cartographier des liens pour visualiser l’information. Pour en savoir plus, j’ai interviewé David Doucet, community manager chez Pearltrees, qui a très gentiment répondu à toutes mes questions, je l’en remercie.

Quel est le concept de Pearltrees ?

Le concept de Pearltrees est relativement simple, il s’agit de collecter, organiser et partager les contenus que l’on apprécie sur le web. Sur Pearltrees, chaque contenu web est matérialisé sous forme de perles. Les pages web deviennent donc des objets que vous organisez comme vous organiseriez vos documents, vos livres, vos photos, vos films dans la vie. En fait, Pearltrees permet de donner du sens à ce que vous trouvez sur le web.

Mais contrairement à d’autres réseaux sociaux, la connexion avec les autres utilisateurs de Pearltrees se fait par le biais d’intérêts communs. Ainsi, on découvre de nouvelles pages web en empruntant les parcours tracés par d’autres utilisateurs. Pearltrees est une immense bibliothèque collaborative.

Est-ce l’outil imaginé au départ ou l’idée a-t-elle évoluée au cours du développement ?

Pearltrees invite les internautes à construire la première mémoire vivante et collaborative du Web

L’idée a très peu varié. L’idée de départ était de réunir la première communauté des éditeurs du Web. Donc, tout le défi de la réalisation de Pearltrees est d’offrir aux internautes un outil hyper efficace d’organisation de ses pages web favorites. Ensuite, l’idée de Pearltrees est d’organiser le partage de ces organisations en une grande carte du Web.

Aujourd’hui, Google organise le web selon un algorithme, Pearltrees propose aux internautes de l’organiser de manière humaine. Si les flux participent aussi à cette démocratisation du web, ils ne permettent pas d’en garder la trace puisque chaque nouvelle information écrase la précédente. Pearltrees invite les internautes à construire la première mémoire vivante et collaborative du Web.

Qui est derrière Pearltrees (équipe fondatrice et actuelle) ? Quels sont les profils, les parcours et les rôles dans le projet ?

Pearltrees c’est une équipe de 12 personnes passionnées réunissant des compétences très diverses : ingénieurs, développeurs, financiers, marketing, community managers. C’est très classique, ce qui l’est moins c’est que beaucoup d’entre nous sont ou ont été blogueurs.

Quel est le public visé ? Que faut-il pour utiliser Pearltrees (créer ou consulter) ?

Pearltrees s’adresse à tous ceux qui ont une passion sur le Web. Evidemment, il faut aimer organiser ce que l’on trouve sur web et aimer le partager. En somme, Pearltrees, c’est pour les internautes qui participent à la vie du Web.

D’abord, on peut consulter les pearltrees des autres ! Pour faire ses propres pearltrees et devenir contributeur, il suffit de s’inscrire [gratuit et sans engagement, NDLR]. On peut aussi installer un add-on Pearltrees sur son navigateur, ça facilite l’enregistrement des pages en perles au cours de vos navigations.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui utiliserait Pearltrees pour la première fois ? Existe-t-il un tutoriel ?

En fait, il faut bien comprendre le principe. Une perle représente une page web. Que vous pouvez ouvrir, prendre ou déplacer. Un pearltree est un dossier thématique qui fonctionne comme un dossier et qui permet de les organiser. Il existe un tutoriel qui permet de comprendre très vite les pratiques d’usage :

Beaucoup de critiques portent sur la technologie utilisée (Flash), qu’y réponds-tu ?

Lors du lancement de Pearltrees, aucune autre technologie web ne permettait de bâtir une organisation dynamique. C’est un choix qui se révèle plus pragmatique qu’idéologique et les récents développements de HTML5 sont à ce propos assez encourageants. Nous suivons cela de près mais une transition de Flash à HTML5 est en soit un vrai défi technologique.

Le super-embed de Pearltrees a été une énorme avancée, est-il très utilisé ?

En implémentant un pearltree, vous permettez à vos lecteurs de parcourir une série de pages web que vous avez éditorialisées pour eux. C’est une extension naturelle de Pearltrees, une véritable fenêtre sur votre web, vos passions. C’est une vraie réussite et de plus en plus de blogueurs et de média l’utilisent.

Quelles sont les utilisations les plus surprenantes ou les plus célèbres que tu connaisses ?

A l’heure actuelle, beaucoup de Médias web l’utilisent pour offrir un complément d’informations à leur lectorat (Rue89, les Inrocks, Bakchich par exemple). Parmi les utilisations surprenantes de Pearltrees, on pourrait citer celle de @FHDR , figure du partage de vidéos sur le web, qui utilise notre service comme une bibliothèque multimédia ou bien encore celle de @Koztoujours, figure éminente de la blogosphère politique, qui se sert de Pearltrees pour compiler ses sources, les organiser et affuter ses arguments pour ses futurs billets.

Que manque-t-il pour atteindre les buts que vous vous êtes fixés ? Du temps ? Des compétences ? Un financement ?

Pearltrees vient de réaliser sa troisième levée de fond portant à 3,8 millions d’euros le montant total. Nous n’avons donc plus d’excuses pour ne pas atteindre nos objectifs ;-)

Plus sérieusement, la version 1.0 de Pearltrees est prévue pour l’automne. Et ce que nous souhaitons désormais, c’est proposer une expérience utilisateur qui soit la plus fluide possible. Après cela, il faudra relever le défi du mobile. A terme, nous devrions être en mesure de proposer une version de Pearltrees adaptée aux tablettes comme l’iPad.

[Fin de l’interview]

J’utilise peu Pearltrees pour de nombreuses bonnes raisons dont l’obligation de confidentialité à laquelle je suis très souvent tenue. Cependant, je me suis quand même amusée à me créer une carte de visite dynamique et j’ai pu constater qu’on se prenait très vite au jeu de lier et relier les sites.

delphine_dumont

Merci encore à David pour cette interview. David Doucet est community manager et blogueur sur Reversus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *