Politiques, apprenez à twitter !

Les hommes et femmes politiques qui viennent sur Twitter sans connaître ni l’outil, ni son intérêt, courent le risque d’être passablement ridicules. Chacun apprend à adapter son attitude aux lieux et aux circonstances : on porte une tenue sobre et on prend un air recueilli dans une église tandis qu’on adopte tee-shirt, short et mine décontractée pour aller à la plage. Sur le Net, c’est la même chose.

Pour leur éviter de commettre un impair, Thierry do Espirito explique aux politiques comment bien se tenir sur Twitter, c’est aussi pertinent que drôle :

Face [your] Reputation, peu recommandable

Les métiers du web sont encore récents et souvent mal définis. Cela permet à beaucoup d’agences de se créer sans compétences réelles ou, du moins, sans toutes les compétences prétendues. Face [your] Reputation a trouvé une curieuse façon d’élargir ses services :

Audits externes de France.fr

ZDnet a demandé à trois hébergeurs (Gandi, Octopuce, Claranet) et à un prestataire de service en disponibilité (Liazo) d’analyser le lancement catastrophique de France.fr.

Leur verdict est dur mais juste. J’ai particulièrement aimé ces deux phrases :

« France.fr aurait été l’occasion de montrer quelques bonnes technologies françaises. C’est un gâchis ! » (Stephan Ramoin, Gandi)

« Ça aurait été acceptable il y a dix ans, mais ce sont des choses parfaitement maîtrisées aujourd’hui. » (Olivier Beaudet, Claranet France)

France.fr, lancement raté pour un site raté

France.fr devait être notre vitrine mondiale, un site brillant agrégeant un grand nombre de contenus et vantant les charmes de notre beau pays.

À l’arrivée, on en est loin. Le site a fonctionné une petite journée avant de s’effondrer, selon la version officielle, sous l’affluence.

Cette affluence n’a rien d’exceptionnel, France.Fr aurait dû y être préparé. Il y avait autre chose, Didier Sampaolo a enquêté :

Notez bien qu’un énorme budget a été consacré et que ce piètre ouvrage est dû à une grosse agence web. Une fois de plus, la taille de la vitrine n’est pas représentative de la qualité des compétences de l’entreprise.

Le coût de cet échec prévisible est incalculable et nous allons payer longtemps cette nouvelle preuve de l’incompétence gouvernementale en matière de NTIC.

Attention au vol de contenu !

Un internaute a mené une expérience pour voir comment Google attribuait la paternité d’un texte. Sa conclusion est que le site à plus haut pagerank est désigné même s’il n’est pas le premier à le publier !

Il est donc particulièrement important de veiller à ce que votre contenu ne soit pas volé. Vous pourriez vous retrouver en doublon bien que créateur du contenu !