Euuuuh… dit le juge

Par Delphine Dumont, le 8 février 2006 | Général

Comme beaucoup d’autres, j’ai regardé hier ce qui a été diffusé de l’audition de Fabrice B. par la Commission parlementaire. J’ai aussi lu ce qui s’en disait sur les blogs.

Quand le président se tait et offre la parole au petit juge, je m’attends à une formule de politesse, un simple “Merci, monsieur le président”, par exemple. Curieusement, il n’y a rien de ce genre. Le juge ne se précipite pas pour parler, on le devine mort de peur, ça se comprend. Quand enfin, il s’exprime, c’est pour parler de lui, de lui, de lui et de l’état du cabinet quand il est arrivé. Il dit qu’il comprend la souffrance des personnes mises injustement en cause (et en prison !) dans cette affaire. Son ton mécanique et son absence d’émotion apparente ne plaident pas pour lui. C’est peut-être la panique qui l’envahit et fausse ce qu’il veut exprimer.

Fabrice Burgaud garde constamment les bras croisés, il toussote beaucoup, il hésite, se fait souffler ses réponses, il se sent accusé mais il ne comprend visiblement pas de quoi… Il s’étonne d’avoir été qualifié de “technicien du droit dépourvu d’humanité” et ne perçoit pas que c’est précisément ainsi qu’il se montre aux yeux de toute la France.

Que ce juge ait été bien noté lors de ses études, c’est évident. Il semble plus fait pour réciter ses leçons que pour appréhender la complexité de la nature humaine. C’est un gamin. Un gamin traumatisé. Ce qu’il dit avant tout, c’est qu’il est sorti de l’école et qu’il a pris la pédophilie en pleine tête. L’horreur des sévices qu’ont subi les enfants dans les affaires qu’il découvre et doit traiter, le stupéfie, le hante, le guide… Il en oublie la présomption d’innocence, il en oublie ses devoirs, ses devoirs de juge comme ses devoirs d’homme. Il veut nettoyer la terre de ces ordures qui maltraitent les petits dès leur plus jeune âge. Il utilise tout ce qu’il connait de la loi pour cela, et il connait particulièrement bien la loi…

Les accusés ont décrit le petit juge froid et arrogant. Il s’en étonne. Pourtant, je devine sans peine qu’il les avait déjà condamnés avant même de les rencontrer. On lui raconte tout et n’importe quoi, il croit tout. Est-ce qu’il a lu tant d’horreurs que n’importe quoi en devient vraisemblable ? Est-ce le cas de tous ceux qui ont eu à instruire cette affaire ?

Si je devais le juger, et je suis bien heureuse de ne pas avoir à le faire en réalité, voici quel serait mon verdict : coupable avec circonstances atténuantes. Il n’est pas le seul coupable mais contrairement à ce qu’il a l’air de croire, ce n’est pas parce que sa hiérarchie l’a suivi qu’il est dédouané de toute faute. Il n’était pas prêt pour la tâche qu’on lui a confiée, il ne le sera peut-être jamais d’ailleurs, ce n’est pas qu’une question d’expérience et de maturité, mais aussi de capacité d’écoute, de personnalité. Il était sûr de lui, il était en croisade, il en a négligé l’impartialité nécessaire. Il recommencera, il ne l’a pas compris.

A sa décharge, il n’était effectivement pas seul sur ce dossier énorme. L’affaire Dutroux était encore présente, la pédophilie était le nouveau démon à pourchasser. Les médias, le peuple, le gouvernement, tout le monde réclamait des têtes. Sa hiérarchie ne l’a pas freiné ni ré-orienté. Volontairement en sombrant dans la même croisade ? Ou involontairement par manque de temps pour expertiser l’instruction d’un dossier énorme menée par un juge bien noté ?

Je vous livre deux réflexions que tout ceci m’a inspiré :

  • La Justice française est négligée systématiquement lors du vote des budgets. Combien de voix cela apporterait-il de se battre pour donner des moyens suffisants aux juges ? Qui défilera dans la rue pour les obtenir ?
  • L’instruction doit être menée à charge _et_ à décharge, selon la loi. Or, si le juge mène l’instruction à charge uniquement, il est impossible de rétablir l’équilibre pour le ou les accusé(s). La loi française interdit les enquêtes privées telles qu’on peut les voir, par exemple, dans les feuilletons américains et qui sont souvent commandées par les avocats. Je ne suggère pas de les imiter, ça conduirait, je crois, à une aggravation des inégalités (les plus riches ayant non seulement les meilleurs avocats, mais aussi les meilleurs enquêteurs). En revanche, pourquoi ne pas avoir un juge d’instruction à charge et un à décharge ? Je ne suis pas légiste et je laisse les pros commenter ! :)

Je n’ai bien sûr pas lu tous les billets parus depuis hier à propos de l’audition du juge Burgaud. Je vous en propose donc une petite sélection :

  • Corinne Lepage,
  • Philippe Gammaire,
  • Jean-Paul Busnel,
  • KotKot,
  • Michel Coudert,
  • Ici et maintenant,
  • Le blog de Charlotte.

Et j’y rajoute deux billets plus anciens sur le même sujet, (très bien) écrits par deux professionnels de la justice :

  • Philippe Bilger,
  • Maître Eolas.

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Technorati Tags: Burgaud, Outreau, justice

Lire aussi :

6 commentaires pour “Euuuuh… dit le juge”

  1. -|- olivier-s dit :

    Le juge Burgaud n’est pas LA victime…

    Le juge Burgaud n’est pas LA victime de l’affaire d’Outreau. Il faudrait songer ?e pas l’oublier… Des enfants ont subi des s?ces ?eine imaginables, et c’est avant tout ?ux que l’on doit penser. Et 14 personnes ont ? accus? des pires…



  2. -|- koz dit :

    Bien vu, Delphine. Même si je suis maintenant un peu plus sévère à son encontre que je ne l’ai été, il faut aussi s’interroger sur ce que l’on aurait été capable de faire à sa place, et au moment où il a agi.

    En revanche, si je comprends qu’il a bien respecté les règles du Code de Procédure Pénale, je ne pense pas qu’il puisse persister à dire qu’il a "fait honnétement son travail". Son idée était apparemment faite d’office, elle a orienté toute son instruction. Il s’est planté. Il aurait du l’admettre. Mais je ne pense qu’il pouvait le faire dans la configuration de cette commission d’enquête.



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    Absolument, la commission d’enquête n’était pas le lieu approprié. Je ne suis pas sure non plus que tout ceci permette à d’autres d’éviter les mêmes erreurs. Les avocats ont rappellé que cette instruction n’avait rien eu d’exceptionnel, si ce n’est par le nombre de mis en examen et sa médiatisation…

    Je ne sais pas comment cela fonctionne exactement, mais j’ai l’impression qu’il n’y a aucune réunion de contradiction pendant l’instruction, ni de débriefing après. Ce sont pourtant elles qui font avancer les choses SI elles sont menées constructivement et non comme une distribution de bons et de mauvais points…



  4. -|- couline dit :

    oui ben la déclaration du procureur qui se serait laissé emporter par le mythe du resaeu pédophile…
    je pense pas que ça soit mieux…parce que lui etait censé avoir du recul
    La question qui se pose:
    la justice existe t elle?
    Parce que la on s’est rendu compte que la justice était humaine, pas au meilleur sens du terme malheureusement.
    Cette commission n’est pas la pour juger mais pour tirer des "leçons", dommage qu’il faille une telle erreur pour qu’on pense à changer un système!
    Ce que je trouve dommage c’est que personne, qui que ce soit, n’assumera pour les erreurs commises, les vies gachées, les années d’incarcerations…. La société , c’est à dire nous, va essayer payer pour tout ce gachi mais que peut on réparer…De l’argent suffit il?



  5. -|- Audrey-Laure dit :

    Un blog agréable, bien écrit et synthétique : on ne se noit donc pas dans des descriptions qui n’en finissent plus. Je reviendrai.



  6. -|- Le blog du monde qui avance dit :

    Justice ou justesse ?

    Affaire d’Outreau : Burgaud disculpé Rangez cette corde, il ne s’agit pas de lyncher le petit juge. Ni prison, ni condamnation ne pourront réparer les dégâts qu’il a commis. Quand je pense aux deux Legrand qui ont fait de la prison parce qu’on a…



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog