En bref et en musique

Par Delphine Dumont, le 19 avril 2006 | En bref

Je croyais que le téléchargement payant, en France du moins, se résumait à des plate-formes trustées par les Majors où l’on pouvait se procurer à prix fort, voire très fort, des titres identiques à ceux qu’on trouve à Carrefour et qui ne nous sont que prêtés. C’est à dire des titres très grand public, très chers, bien qu’il n’y ait ni support physique, ni pochette, ni liberté d’utilisation mais plein de DRM…

Heureusement, je découvre l’existence de NeoMusicStore ! Un site en français franglais où l’on peut acheter les œuvres d’artistes indépendants au prix de leur choix (d’où la variété de prix) et sans DRM. L’écoute préalable est bien sûr possible, même si la loi Sacem oblige à saucissonner le morceau en tranches de 30 secondes…

Plutôt que de vous décrire tous les avantages, je vous recopie les inconvénients des autres sites relevés dans un commentaire de l’article de Ratiatum sur NeoMusicStore (commentaire de NeoMusicStore le 22/03/06 à 13h16). Jolie liste :)

Beatport est peut-être très bien au niveau du catalogue mais il n’offre rien de ce qu’offre NeoMusicStore (pas plus qu’AudioJelly)

  • -> pas de possibilité pour un label d’avoir sa boutique sur son propre site
  • -> pas de possibilité pour un label d’avoir sa propre webradio avancée sur son propre site
  • -> Pas de possibilité de choisir le format de diffusion pour le label, et pas le choix pour l’acheteurn (enfin si le choix, mais s’il choisit MP3 il ne pourra pas télécharger AAC alors que sur Neo, on obtient tous les encodages mis à disposition par le label quand on achète une musique, même la version lossless FLAC sans surcoût quand on s’abonne à un label)
  • -> Pas de possibilité de déterminer soi-même son tarif (et sur Beatport c’est super cher, et encore la plupart des utilisateurs ne paient pas la TVA qu’ils devraient payer en sus)
  • -> Pas de flux RSS
  • -> Aucun système de recommandations
  • -> pas de version française
  • -> Pas de possibilité de vendre autre chose que des téléchargements
  • -> Aucun outil promotionnel
  • -> Aucun feedback ou trackback des utilisateurs
  • -> Pas de possibilité d’être payé directement, il faut attendre un palier, les commission sont élevées, et encore on est payé avec un chèque en dollar qui engendre des frais supplémentaires non négligeables quand on n’a pas de compte en dollar.
  • -> ET SURTOUT Absolument rien pour les artistes non signés

Je n’ai pas encore eu le temps de faire le tour du site mais effectivement, dès le premier coup d’œil, on comprend que bien qu’il s’agisse d’un site marchand, la culture n’y pas qu’une marchandise. :)

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Technorati Tags : musique, NeoMusicStore, DRM

Lire aussi :

9 commentaires pour “En bref et en musique”

  1. -|- Balise dit :

    C’est effectivement a priori intéressant… mais va falloir que le catalogue s’étoffe lourdement ;)



  2. -|- Antoine FOWLER dit :

    Merci pour cette adresse.
    Il y a aussi d’excellentes blagues :
    classicalmusic.about.com/…



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    Balise > Oui ! Une seule chose à faire : spread the word ! ;)

    Antoine > Haha ! Quelle horreur ! :D

    Il ne manque que le type qui balance des boulettes de papier maché depuis une loge. Non, ce n’était pas moi ! Mais je l’ai vu… avec une certaine fascination d’ailleurs… :)



  4. -|- Jimini dit :

    il y a quelques semaines, je suis allée voir le concert d’Anaïs, et en première partie, on a eu une jeune chanteuse appelée Thérèse et j’ai adoré ce qu’elle a fait pêchue, féministe et drôle, elle pourrait être dans les fées du logis. Bref, à la fin du concert, je me suis ruée sur le cd. Hier, on avait des amies à dîner, on a voulu leur faire écouter. Eh bien pas de chance, pour le prix du CD, on ne pourra regarder qu’un clip filmé dans son salon… parce que notre seule platine CD, c’est le PC et ce que le CD est protégé… seulement ça, ça n’est marqué que sur le disque, pas sur la pochette, donc on ne pouvait pas le savoir avant, sinon, on ne l’aurait jamais acheté… m’enerveuh !



  5. -|- Delphine Dumont dit :

    Arfff ! C’est nul ! Tu devrais écrire à Thérèse, elle n’est peut-être pas informée des conditions de diffusion de son travail. J’ai lu ici et là que beaucoup de chanteurs découvraient avec surprise ces mesures de protection et les déploraient. Le pire, c’est que ces protections ne résistent pas longtemps aux hackers et que toi, honnête propriétaire, tu es pénalisée… :(



  6. -|- Jimini dit :

    C’est fait, je lui ai envoyé un mail en lui disant que j’étais super déçue, que au moins elle pourrait le faire mettre sur la pochette, que je comprenais les problèmes de droits d’auteurs tout ça, mais que de là à empêcher les gens qui achète d’écouter leur musique… mais que sans rancune, j’adore ce que vous faites ;-)
    en plus, pour des "petits" artistes comme ça qui fonctionnent au bouche à oreille, je suis pas vraiment sûre que ça soit une bonne chose pour eux que la copie soit interdite parce que mine de rien, c’est un bon moyen de se faire connaître aussi…
    et j’ai une question - stupide ?-, mais, ce matin au petit-déjeuner, je me demandais jusqu’à quel point c’était légal, ces DRM ? En effet, la copie privée est légale, on paie même une taxe sur les cd à cause de ça, donc empêcher la copie privée, ça n’est pas illégal ? Y aurait pas moyen de faire quelque chose à partir de ça ?



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Jimini > «je me demandais jusqu’à quel point c’était légal, ces DRM ? En effet, la copie privée est légale, on paie même une taxe sur les cd à cause de ça, donc empêcher la copie privée, ça n’est pas illégal ? Y aurait pas moyen de faire quelque chose à partir de ça ?»

    Bonne question ! Personnellement, je trouve que c’est effectivement illégal. Ces restrictions d’usage sur un objet sont insupportables. Ainsi, si j’achète un logiciel, je pense avoir le droit de l’installer sur mon PC de bureau et sur mon portable, je n’en utilise qu’un à la fois de toutes façons. Pourtant, non, la plupart des licences l’interdisent. C’est pourquoi je me tourne de plus en plus vers le libre.

    Pour les luttes, il faut voir du côté de la Ligue Odebi ou de l’EUCD. Il y a à faire, beaucoup, beaucoup ! Déjà, il faut commencer par informer le grand public. Et protester auprès de vos disquaires. J’ai écrit à Carrefour pour leur demander comment ils comptaient informer leurs clients des mesures de protection, toujours aucune réponse à ce jour. J’attendais pourtant leur réponse pour contacter d’autres enseignes. :/



  8. -|- Sylvain dit :

    Bon ça y est, NeoMusicStore est presque dispo à 100% en Français…
    Pour les protections sur CD et DRM, malheureusement, quand on est chez une major, on n’a pas trop son mot à dire sur ces choses-là…
    Malheureusement pour l’instant ce sont principalement des labels électros qui jouent le jeu du no-DRM… espérons que les mentalités vont changer…



  9. -|- Delphine Dumont dit :

    Sylvain > “NeoMusicStore est presque dispo à 100% en Français…”

    Super ! Bonne nouvelle ! :D

    Pour les DRM, quelles infos reçoivent les artistes ? Si tout ne vient que de leur agent et de leur maison de prod’, c’est fatalement très négatif. Les labels électros, plus technophiles de nature, sont logiquement plus sensibles et mieux armés pour comprendre cet aspect. Il faut donc essayer de joindre les artistes sans passer par leurs agents ou leurs maison de prod’, pas simple… :(



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog