Station de pompage

Par Delphine Dumont, le 24 avril 2006 | En bref

Ce matin dans le Figaro, j’ai lu un article très intéressant sur un danger d’Internet. Vraiment intéressant parce que, pour une fois, le danger est réel et ses conséquences encore imprécises.

L’article intitulé “Les ravages du plagiat sur le Net” souligne la facilité pour les étudiants de prendre les informations et de les introduire dans leurs devoirs, exactement comme ils prendraient une dose de farine pour l’introduire dans une recette. C’est à dire qu’ils ne lisent pas les textes qu’ils copient, donc n’en retiennent rien, ni savoir, ni analyse. Parfois, ils ne perçoivent même pas que les passages plagiés sans finalement sans rapport direct avec le sujet à traiter… Pour les professeurs, il est très difficile de lutter contre cette fraude et donnent de bonnes notes non méritées qui conduisent à des diplômes non mérités.

Même si je doute qu’un médecin puisse passer sa thèse sans rien y connaître en anatomie ou en biologie humaine, il est inquiétant de savoir qu’il n’a peut-être que survolé des pans entiers de ses études. Nos futures élites ne seront-elles que d’incultes copieurs ?… Pour en savoir plus :

  • Le site de Michelle Bergadaà, professeur à l’université de Genève Internet: Fraude et déontologie selon les acteurs universitaires,
  • Sur le blog de Jean Véronis, Web: Les plagiaires y errent,
  • Et l’outil payant qui est évoqué dans l’article du Figaro et le billet de Jean Véronis, Compilatio.net.

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Technorati Tags : internet, plagiat, étudiants

Lire aussi :

6 commentaires pour “Station de pompage”

  1. -|- pi-xel dit :

    C’est quand meme bien pratique… :-)
    La difference avec avant, c’est qu’on a plus a le recopier manuellement, c’est du copier/coller, ca va plus vite…

    Puis en general, les gens relisent un peu ce qu’ils font…
    Moi par exemple, je viens de te pondre 15 pages A4 avec des photos couleurs… 25% vient de droite à gauche, 25% de cours de profs dispo sur internet et le reste vient de Wikipedia…
    C’est en anglais et entierement retravaillé (pasque les differences de style, faut les gommer + la trauction), et j’estime pas etre un plagieur qui fait ca pr en branler le moins possible…
    Chercher sur google, c’est aussi long et chiant que chercher dans une BU… sauf qu’on peut mettre IronMaiden a fond derriere :-D

    Et puis, quand on y reflechis, la culture de la langoustine en 1854 sur le secteur Nord-Nord-Est de Quiberon, on peut difficilement l’inventer… Faut bien le prendre quelque part…

    Pour les toubibs, j’y crois un peu (beaucoup…) moins… Matte la tete de leur concours… Ils savent au minimum un peu de quoi ils parlent…



  2. -|- couline dit :

    Avec internet il est clair qu’on a acces à une source plus grande de document…et avec la facilité du copie/coller…
    Cependant reste encoredu boulot pour que l’ensemble du devoir soit cohérent…un plan qui se tient, une cohérence de style dans son ensemble, le développement cohérent des idées et pensées!
    Autant de piste pour un prof pour observer si le devoir est d’origine ou si l’auteur s’est inspiré de copier/coller
    Parce que c’est un phénomène qui a toujours existé…mais internet en facilite l’usage…
    M’enfin bon j’ai toujours cru qu’a l’ecole on me demandait de la réfléxion….bon je suis peut etre naive!



  3. -|- pasdesanges dit :

    et puis il y a d’autres dangers comme celui-là : zenittitude.canalblog.com…



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Pi-xel > Bien sûr, ce n’est pas nouveau, on l’a tous fait. Ce qui est grave, c’est qu’un certain nombre de profs n’y sont pas préparés et que les élèves les repèrent très vite. Je trouve cela formidable qu’une telle bibliothèque de connaissances soit disponible et, même si certains vont en abuser, à leur détriment d’ailleurs, je crois que ça reste une chance avant tout. Mais le danger est dans la faiblesse de la relation prof-élève ou parent-élève. Les ados ont toujours mieux à faire que leurs devoirs, c’est aux adultes de s’assurer qu’ils les ont fait correctement. Une nouvelle façon de travailler est née mais visiblement l’Educ nat’ ne l’a pas encore intégrée…
    Sujet passionnant, la culture de la langoustine en 1854 sur le secteur Nord-Nord-Est de Quiberon, je le découvre avec émerveillement ! ;)

    Couline > Je suis tout à fait d’accord avec toi sur la cohérence du sujet. Cependant, je lis les forums de “djeunes” où les phrases sont si mal construites qu’on peine à comprendre ce qui s’y exprime. D’ailleurs, les méprises sont fréquentes, même entre lecteurs de la même tranche d’âge. Donc, si même la phrase n’est pas maîtrisée, quand est-il du devoir ? Avant de me faire lyncher, je rappelle que je ne jette pas la pierre aux profs, il y en a qui ont une manie à lire ce que je n’ai pas écrit, pfiouuu ! :p

    Pasdesanges > C’est une histoire affreuse, réellement affreuse ! Je frémis en pensant à la douleur physique et affective de ce petit garçon abandonné par sa mère pourtant si proche physiquement !… Cependant, ce genre d’histoires est sans rapport direct avec Internet. Des parents ont déjà abandonné leurs enfants à l’intérieur de leur maison/appartement en racontant aux voisins que les enfants étaient malades ou en vacances. Internet n’est qu’une circonstance tout comme le lieu géographique. Cette mère souffre de problèmes graves, psychologiques ou psychiatriques, c’est là le seul vrai danger. Comment sera-t-elle soignée ? Qui peut garantir qu’elle ne sortira pas de l’hôpital ou de la prison et ne refera pas un autre enfant qui vivra le même calvaire ?
    Je suis aussi un peu interpellée que Libé fasse ce type d’article, même si ce titre ne cesse de sombrer. Un tel reportage, diffusé sur TF1, aurait attiré les foudres de ce grand arbitre du vrai journalisme.



  5. -|- ethan dit :

    Il y a une différence entre trouver l’info sur internet, la recopier, la réaranger et faire un simple copier/coller sans mêm se relire.

    Le problème c’est qu’à mon avis la seconde solution est la plus utilisée, surtout au collège et au lycée. Pendant cette période d’enseignement, la seule chose qui compte pour une majorité des jeunes c’est d’avoir la meilleure note possible. Ils ne font absolument pas attention à ce qu’ils apprennent. Le contenu des cours ils s’en moquent complètement. La seule chose qui retient leur attention, c’est la peur de la mauvaise note, d’ou ce comportement face aux devoirs maisons, je pense ^^



  6. -|- Delphine Dumont dit :

    Ethan > «La seule chose qui retient leur attention, c’est la peur de la mauvaise note, d’ou ce comportement face aux devoirs maisons, je pense ^^»

    Oui, il n’y a pas de plaisir d’apprendre. Il n’y en avait déjà pas quand j’étais à l’école sauf avec trois profs merveilleux dont j’ai oublié le nom (pffff !) mais pas la chaleur et la passion, ma maîtresse de CE2, mon prof de français de 3ème et mon prof de maths en 1ère et Terminale (je me souviens de son joli prénom : Victorin) qui m’a redonné goût à cette matière. Merci et bravo à eux ! :)

    Après cette séquence “souvenirs zémus & trous de mémoire”, je reviens au sujet. L’école ne devrait pas être un lieu de souffrances, mais un lieu de joies. Apprendre devrait être un plaisir, quand on progresse, on se sent bien, on est valorisé. Pourquoi alors trouve-t-on normal que les élèves s’y sentent si mal, y souffrent et en souffrent ??

    J’ai regardé Arrêt sur Images dimanche dernier au sujet du documentaire sur l’école qui passe le jeudi soir sur France 2. L’un des intervenants minorait les larmes de l’élève pris en défaut, les justifiant par le fait qu’un enfant dispose de moins de vocabulaire pour s’exprimer et qu’il “joue de ses pleurs”. J’ai été plus qu’indignée ! L’institutrice agressait le petit garçon et continuait lorsqu’il s’effondrait. Cet enfant pleurait parce qu’il souffrait, point barre !

    François de Closets a écrit, il y a presque 10 ans, le “Bonheur d’apprendre“. Je cite : «Il n’est pas de bonne pédagogie qui ne commence par éveiller le désir d’apprendre.». Il aurait fait un joli pipi dans un violon que ça aurait eu le même effet… :(



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog