Prostitution, ce qu’on ne dit pas

Par Delphine Dumont, le 11 juillet 2006 | Hyperliens

Avec la mode du porno chic, apparait une valorisation de la prostitution. Encore un peu et on nous dira qu’elle libère la femme et que nous devrions toutes en passer par là pour être nous-mêmes…

L’acte sexuel relève du domaine qui nous est le plus intime : nous. Ce n’est pas qu’une rencontre de corps, c’est aussi une rencontre spirituelle, affective, émotionnelle. C’est très fort, très impliquant. Comment alors trouver normal et “bien” qu’un être humain ne puisse choisir qui il va rencontrer ainsi ? Chaque relation sexuelle non souhaitée mutuellement est un viol. Ce n’est pas parce que la prostituée(1) reçoit de l’argent qu’elle désire subitement son client, elle ne souhaite pas sentir son contact, être pénétrée par ce client, subir ses fantasmes(2), etc…

Une société qui se veut moderne ne peut pas continuer à tolérer la prostitution, non pas par ordre moral, mais par humanité. Ce n’est pas le sexe qui est condamnable, mais l’exploitation d’êtres humains qui entraîne inexorablement leur destruction physique et morale. Comment peut-on cracher sur l’esclavagisme des envahisseurs et considérer normale la prostitution ? C’est pourtant le discours actuel de la gauche bo-bo qui se veut provocatrice et n’est que grotesque et criminelle.

Je vous invite donc à lire ce texte, un peu long et austère, mais passionnant et terriblement instructif :

Prostitution : les pièges du pragmatisme sur Périphéries.net

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

  • (1) : je généralise au féminin, non pas que je nie la réalité de la prostitution masculine mais parce que celle-ci est infiniment moins importante que la prostitution féminine. - Retour au billet
  • (2) : même s’il n’y a pas de violence physique ou morale, le jeu sexuel n’est pas choisi mutuellement, il est donc subi par la prostituée. - Retour au billet

J’ai oublié de mentionner que j’ai découvert cet excellent article via Mouvements.be, site d’observation attentive de notre société.

Technorati Tags : prostitution, femme, esclavagisme

Lire aussi :

12 commentaires pour “Prostitution, ce qu’on ne dit pas”

  1. -|- Stéphane Carpentier dit :

    Encore une preuve que les belges ont une longueur d’avance en terme de web…

    Cela dit ma remarque se détourne du débat de ton billet, mais à part dire : bravo ; je ne vois pas quoi ajouter d’autre que : je suis d’accord avec toi.



  2. -|- David Latapie dit :

    Il y a prostitution et prostitution. Certaines prostituées le font par choix. Certes, elles sont une minorité. Une petite ou une grosse, je ne sais pas.

    Il y a une autre problème, c’est que il est trop peu enseigné que les sexualités féminine et masculine sont différentes. C’est tabou de parler de sexe, alors on ne dit pas à des adolescent(e)s que les femmes ne se contentent pas de physique et que les hommes ont besoin de voir. Ça engendre des femmes déçues ou traumatisées et des hommes qui se sentent coupables, incompris ou rejetés.



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    Stéphane > Tout à fait d’accord avec toi pour les Belges ! ;)

    David L. > Peu importe que les prostituées le fassent par choix ou pas dans ce cas précis (bien que je considère que le choix reste à démontrer, nécessité, je veux bien, choix, j’ai un gros doute). Elles n’ont pas ces rapports sexuels par désir de l’autre. Sinon, je suis bien d’accord que la sexualité n’est pas un sujet de discussion ni avec les enfants, ni avec les ados, ni avec les adultes et je le regrette. Les films et sites p0rn* véhiculent une image de la femme et de sa sexualité totalement fausse et les femmes ne sont pas mieux informées de la sexualité masculine. Il y a eu une courte embellie dans les 60’s et les 70’s où parler de “plaisir féminin” était normal, aujourd’hui, cela a malheureusement disparu. Un des rares faits notables dans le bon sens a eu lieu l’hiver dernier quand Jalouse (le magazine) a offert un vibro à ses lectrices. Les exemplaires se sont vendus comme des petits pains, ce qui est assez bon signe, je trouve. Mais c’est bien tout ce que je peux relever de franchement “pur plaisir féminin”.

    Les femmes doivent apprendre à parler de leur plaisir et de leur désir, elles n’y arriveront que si ces deux points sont reconnus socialement. Gros boulot en perspective. Je me demande, par exemple, si, si j’affichais un logo “Pour le plaisir féminin” sur mon blog, ma démarche serait comprise et même si seulement, l’effort de comprendre ma démarche existerait… Je n’ai pas peur socialement de le faire, d’afficher mon féminisme, j’ai juste la crainte d’attirer encore plus de visiteurs en mal d’images p0rn*. Mes stats affichent déjà suffisamment de requêtes sans rapport avec ce blog et dont certaines me lèvent le cœur.



  4. -|- Jimini dit :

    Arte a diffusé il y a quelques temps un magnifique documentaire sur le cl1t0 et le plaisir féminin… très intéressant et sans tabou, trop rare !



  5. -|- David Latapie dit :

    Je compte faire sous peu un article sur le manga sexologiste (l’appellation est de moi) Step Up Love Story, qui me semble idéal pour des adolescent(e)s (même si toute la bien-pensance nauséabonde se lévera comme un seul… ce-que-tu veux pour dénoncer la Chose - de quelle chose ils parlent, c’est un autre histoire ;-).



  6. -|- Delphine Dumont dit :

    Step Up Love Story est un hentaï de plus, il est particulièrement odieux dans ce qu’il prétend être “formateur” et venir au secours des couples maladroits. Quand il est sorti, j’étais ravie qu’une BD (manga ou pas, ça ne change rien) fasse de l’éducation sexuelle. Après lecture, j’étais effondrée. Plus sexiste, ce ne doit pas être facile…

    Je sais que quelques dessinateurs me lisent, ça pourrait être un bon projet collectif de faire une vraie BD d’initiation sexuelle. Jester ? Si tu es toujours dans le coin, toi qui connais beaucoup d’auteurs, tu ne leur en soufflerais pas deux mots, s’il te plait ? :)



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Jimini > J’ai essayé de retrouver le dossier, mais pas trace. Si tu as une URL, ça m’intéresse ! ;)
    Sinon, la preuve qu’il y a beaucoup de choses à expliquer, c’est le forum se*ualité-ados sur Doctissimo, regardez la liste des sujets : Liste des sujets se*ualité-ados sur Doctissimo. Et encore, ce ne sont que les ados qui ont eu le courage de poser leurs questions, combien restent avec leurs craintes ? :(

    Désolée pour les étoiles, mais je n’ai pas envie d’attirer ceux qui font des quêtes p0rn°.



  8. -|- Jimini dit :

    dès que j’ai 5mn, j’essaie de voir si je retrouve la VHS et je te fais un mpeg ;-)



  9. -|- Delphine Dumont dit :

    Super ! Merci ! :)



  10. -|- angela dit :

    bonjour,
    je suis escorte occasionnelle (donc prostituée) je fais ça de mon plein gres, j’aime beaucoup ce que je fais, la variété des partenaires, et les sommes d’argent que je gagne, donc j’aimerai que les gens arrettent de blamer la prostitution, qui quand elle est librement consentie est souvent tres bien vecue



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    Reconnaissez que la grande majorité de la prostitution ne ressemble pas à votre situation si tant est qu’elle est réelle. Les faux témoignages de ce type ne sont pas nouveaux. Désolée si vous êtes sincère, mais la prostituée qui s’éclate relève typiquement du fantasme masculin.



  12. -|- Chaminou dit :

    Evidemment. Le discours de la prostituée qui s’éclate sexuellement - en plus de gagner des tonnes de fric (tiens, on oublie les souteneurs, là, d’un coup ;o)) - avec ses viandards est totalement fictif en plus d’être dangereux !!!



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog