Guiness iz in da place !

Par Delphine Dumont, le 6 septembre 2006 | Politique-tac

Si vous suivez l’actualité, vous savez certainement que la gauche (PS - PC) a déposé 137 449 amendements contre le projet de privatisation de GdF. Je n’ai pas les connaissances économiques et sociales nécessaires pour juger du bien fondé de ce projet donc je ne vous parlerai que des amendements.

Peu importe pour ce billet que ce projet soit bon ou non, ce qui m’inquiète terriblement, c’est l’atteinte à la démocratie de ce dépot massif d’amendements. Je cite le rapporteur Jean-Claude Lenoir : « Il faudrait dix ans pour venir à bout de l’examen de tous les amendements. C’est insupportable et irresponsable ». 10 ans ! Dix ans de débats ! L’impossibilité de la tenue d’une telle séance est évidente alors quel est l’intérêt de ces 137 449 amendements ? Il ne peut y avoir que 2 issues : l’abandon du projet ou le 49-3.

Si le projet est mauvais, on peut se réjouir de son abandon mais cela vaut-il le coup de risquer le 49-3 ? Inversement, si le projet est bon, on peut se réjouir du 49-3, mais cela vaut-il le coup de risquer l’abandon ? Tout ceci est navrant. La gauche s’impose encore comme force de blocage, ce qui n’a rien de glorieux. N’a-t-elle donc pas d’arguments valides ? Pourquoi, au lieu de se chamailler pour savoir qui ira se présenter aux suffrages l’année prochaîne, ne tiennent-ils pas un discours riche ? Leurs querelles de personnes me terrifient. Une démocratie a besoin de partis opposés et solides. Nicolas Sarkozy n’a, face à lui, qu’une Barbie à l’égo aussi gros que son discours est creux, juchée sur des échasses que ses “amis” et son compagnon s’acharnent à scier…

Petite sélection d’articles :

  • Suez-GDF : le scandale des 137 449 amendements dans le Le Figaro
  • Jean-Louis Debré : « Je n’accepterai pas la paralysie de l’Assemblée » dans le Figaro
  • GDF : veillée d’armes à l’Assemblée dans le Le Nouvel Observateur
  • GDF/Suez - La bataille des amendements dans L’Express

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Technorati Tags : GDF, politique, Suez

Lire aussi :

20 commentaires pour “Guiness iz in da place !”

  1. -|- couline dit :

    et bé…ça va encore faire avancer la démocratie tout ça moi je te le dis!



  2. -|- Gregoire dit :

    Je suis déçu Delphine. Ton billet est pleins de raccourcis.
    Il est évident que déposer 137 449 amendements n’a rien de constructif et risque même de créer un dangereux précédent pour le système parlementaire français.

    Maintenant, c’est le seul moyen pour le parti d’opposition de s’opposer (justement !) à ce projet de fusion qui n’est pas forcémment une bonne idée (le but principal est de mettre SUEZ à l’abri d’une OPA. Or en fusionnant ces 2 entités, ce projet expose également GDF à une OPA hostile, mais c’est un autre débat).

    On peut dès lors blâmer le PS et lui reprocher d’entraver le processus démocratique. On peut également considérer cette épisode comme un signe de fatigue de nos institutions et y voir la nécessité de réformer notre constitution.

    Enfin, tu n’aimes pas Ségolène Royal, certes, c’est un fait. Mais le PS, ce n’est pas qu’une "Barbie à l’égo aussi gros que son discours est creux". Il existe d’autres personnalités au discours plus conséquent. Ne résumons pas les idées d’un parti aux personnes.



  3. -|- Pi-Xel dit :

    en parlant de l’art. 49 alinea 3 (et non 49-3 !!), voir l’Xcellent Maitre : maitre.eolas.free.fr/jour…



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Cette fusion et le risque évident de privatisation de l’énergie française sont évidemment inquiétants. J’aurais justement aimé entendre des arguments intelligents à ce sujet. Cap 21, le parti de Corinne Lepage, est le seul que j’ai entendu qui se soit exprimé sur ce sujet sans attaques personnelles ou "private jokes" qui nous échappent forcément. J’aurais aimé que le PS en soit capable.

    Le terme de "Barbie à l’égo…" ne vise que Ségolène Royal et en aucune façon tout le PS. Je l’ai dit et répété, il y a au PS de nombreuses personnalités que je respecte et que j’écoute avec intérêt et plaisir (Guigou, Rocard, etc…). Il semble pourtant que les dirigeants du parti ne privilégient pas le débat d’idées mais bien les gueguerres persos. C’est du moins tout ce que j’ai retenu de La Rochelle et ce n’est rien de dire que j’en suis déçue.

    Je trouve les ténors de la gauche (de Jospin à Hollande, en passant par Fabius) assez affligeants et c’est d’autant plus dommage qu’il y a dans les rangs, des gens qui sont plus que valables, comme tu le dis si bien ! :)



  5. -|- machin dit :

    bonjour,

    je ne connais pas les propos tenus par Mme Lepage et ne doute pas de leur intelligence, toutefois il me semble que CAP 21 n’est pas représenté à l’assemblée nationnale et ne peux donc pas déposer d’amendements.
    Les deux ne sont pas exclusifs (intelligence et amendements), il se trouve que les élus de gauche n’ont comme possibilité immédiate pour ralentir le mouvement de ce qu’il jugent néfaste de faire des amendements.

    Ceci n’exclu pas le dialogue, mais je rappelle que les initiateurs de ce projet eux ne semble pas tenir au dialogue, dans le sens ou comme d’autre mesures précédentes, elles sont présentés sans concertation. et c’est plutot ici que de mon point de vue on peut dire " et bé…ça va encore faire avancer la démocratie tout ça moi je te le dis!"

    Certes gouverner c’est choisir, mais le choix de 2002 était un choix par défaut et non un plébiscite et d’autre consultation aurait pu indiquer, d’ailleurs pour l’ensemble des représentation, un message. Or je crains que ce message ne soit pas complétement recu et notamment par le gouvernement et j’espère que la situtation de 2002 ne se reproduira plus.



  6. -|- Delphine Dumont dit :

    C’est vrai, 2002 n’a pas été un vote pro UMP, mais anti-FN (je suis toujours outrée du silence de Jospin, d’ailleurs, ses larmes de crocodile ne m’ont pas convaincue). Cependant, les législatives qui ont suivi n’ont pas consacré la gauche et là, on ne peut évoquer la menace FN.

    Il a fallu les régionales pour voir la gauche remporter des élections, il est généralement admis qu’il s’agissait d’un message au gouvernement et non, ici encore, d’un plébiscite d’idées.

    C’est bien ce qui me tracasse, la gauche ne semble plus guère capable d’enflammer, seulement de bloquer…

    Pour Suez-GdF, j’ai un peu l’impression d’assister à un jeu de dupes. Je ne suis pas sure que nous ayons réellement le choix de conserver notre emprise sur l’électricité et le gaz. L’Europe est là et les voisins voudraient certainement voir tomber ce monopole.

    Le libéralisme effréné est, comme tout extrême, redoutable, c’est de cela qu’il faut nous protéger. Si cela doit passer par la fusion, ce serait le prix à payer. J’ai peur qu’en bloquant ce vote aujourd’hui, on se retrouve au pied du mur, contraint de renoncer aux monopoles énergétiques en y perdant lourd, alors qu’en négociant finement aujourd’hui, on arriverait à un compromis satisfaisant.

    Enfin, je ne peux pas te laisser dire que le gouvernement ait refusé le dialogue sur ce sujet, il y a eu de nombreuses concertations, le projet a été évoqué depuis très longtemps. Une fois encore, c’est à la veille du jour J que l’opposition se réveille. C’est aussi lamentable que Fabius qui émerge du coma le lendemain du vote de la DADVsI. Encore lui a-t-il eu le mérite de s’exprimer sur ce sujet.



  7. -|- machin dit :

    je n’aime pas l’expression "c’est le prix à payer" et ce qu’elle implique, car enfin l’Europe peut aussi être ce que l’on souhaite quelle soit.
    Bien sur elle ne sera pas ce que moi "machin" je souhaite quelle soit, car la France fait partie de l’Europe et en est un des pays important.

    Donc je pense que la France doit se battre pour que le Maroilles puisse encore se faire au lait cru. (oui je sait c’est hors sujet, quoique est-ce vraiment hors sujet….)



  8. -|- Delphine Dumont dit :

    Je crois que tu n’es pas hors-sujet du tout. L’Europe qui est partie d’une excellente idée vogue à présent sans but précis. Je suis terriblement pro-européenne, je ne crois plus trop à la notion de "pays" (mais très fort à la notion de "culture").

    J’aimerais croire comme toi que l’Europe peut être "ce que l’on souhaite qu’elle soit", mais si j’en juge par la constitution qui nous a été proposée l’an dernier, elle ne va pas du tout dans le sens que je souhaite.

    J’aimerais aussi qu’il n’y ait pas de "prix à payer" mais nous avons vécu des années sur un système assez confortable et qui n’est apparemment plus viable, plus nous nous y accrocherons, plus la transition sera douloureuse. Ou pas, bien sûr, puisque je peux me tromper… Ce qui me ferait plaisir, d’ailleurs. :)



  9. -|- Delphine Dumont dit :

    Pi-Xel > Je découvre à l’instant ton commentaire que SpamClear avait bloqué (il sera châtié comme il convient, je te le promets ! ;)), toutes mes excuses donc pour ce retard de publication.

    C’est d’autant plus dommage que, comme tu le signalais, une fois encore, Maître Eolas a écrit un excellent billet qui remet bien les pendules à l’heure. L’auteur devrait être au programme de tous les collèges et lycées ! Merci pour le lien. :)



  10. -|- Machin dit :

    delphine> il ne me semble pas que tu puisse invoquer Eolas pour appuyer ce message. En effet j’ai bien lu hier son message sur le 49-3 hier mais il réponds à Jean pierre Liegois un lecteur du VAR et non sur SUEZ /GDF



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    Le thème de mon billet est la manipulation de nos institutions parlementaires et non Suez/GDF. Eolas et son excellent éclairage du 49.3 tombe pile poil, non ?



  12. -|- Fañch dit :

    Imposer la privatisation sans demander en l’avis aux salarié(es) et au peuple français, c’est "démocratique" ça ???
    On ne doit pas avoir la même vision de ce qu’est (ou devrait être) une démocratie réelle.

    ce gouvernement refuse le débat démocratique depuis le début ! il impose tout par le 49.3 sans concertation ! parfois, heureusement ça finit à la poubelle comme avec leur cpe pourri…



  13. -|- Fañch dit :

    mille excuses: "sans EN demander l’avis"



  14. -|- Bruce dit :

    Je vais passer pour le grognon de service, mais la France a une démocratie représentative contrairement à la Suisse qui a une démocratie directe. Le principe de fonctionnement de la France, tel que défini idéalement, est l’élection au suffrage universel de représentants (députés, maires, sénateurs…) qui seront EUX responsables des décisions qu’ils prennent.
    Chez nous, on vote tous les 6 mois pour une dizaine de sujets, allant du domaine très local ("Doit-on construire la nouvelle piscine dans le centre sportif du haut du village ou celui du bas du village?") au stade fédéral ("Allons nous ratifier les accords bilatéraux avec l’UE?"). Encore une fois, ce n’est pas le fonctionnement français. Il est facile de ne pas voter et d’aller dans les rues ensuite pour hurler. Si les candidats ne vous plaisent pas, rien n’empêche de vous présenter et d’instaurer un débat démocratique. Faire une manifestation et bloquer des rues, ce n’est PAS démocratique, ça ennuie tout le monde SAUF le gouvernement. Je suis pour le droit de grève et de manifestation, mais son usage récent a été complètement détourné.
    En ce qui concerne les salariés, comme toute entreprise, elle est représenté au niveau du CA par le biais des délégués du personnel et autres délégués syndicaux. Que les salariés soient contre la privatiosation est évident, elle signifiera pour eux un impératif de rentabilité, comme toute entreprise privée, et donc une certaine "fin des privilèges". Les salariés ont un pouvoir sur l’entreprise, mais il est évident que la responsabilité stratégique ne leur appartient pas. Elle appartient à celui qui possède l’entreprise, donc l’assemblée des actionnaires.
    Personnellement, j’ai un peu de mal à entendre des gens hurler sns comprendre les implications de ce qu’ils disent. Accessoirement, le CPE apportait des choses intéressantes et quoi qu’on en dise, ne faisait pas évoluer fondamentalement le risque de précarisation…



  15. -|- Fañch dit :

    "Il est facile de ne pas voter et d’aller dans les rues ensuite pour hurler. "
    Qui parle de ne pas voter? quand on n’est pas entendu autrement, on manifeste, normal.

    "Je suis pour le droit de grève et de manifestation, mais son usage récent a été complètement détourné."
    En quoi celà a t’-il été détourné ??? Le but du jeu des manifestants et des grévistes anti CPE était de supprimer le CPE (enfin… la loi dite de "l’égalité des chances") qui n’avait été nullement négocié. Le CPE a été supprimé.

    "Que les salariés soient contre la privatisation est évident, elle signifiera pour eux un impératif de rentabilité, comme toute entreprise privée, et donc une certaine "fin des privilèges". Les salariés ont un pouvoir sur l’entreprise, mais il est évident que la responsabilité stratégique ne leur appartient pas. Elle appartient à celui qui possède l’entreprise, donc l’assemblée des actionnaires."
    Mis à part ces "privilèges" qui me font bien rire, (en effet ça me fait toujours rire d’entendre parler des fonctionnaires comme de "privilégiés" mais bon, passons), les salariés défendent justement l’idée que ce n’est pas aux ‘actionnaires’ de décider mais aux salariés et à celles et ceux qui peuvent encore bénéficier du service public en matière d’énergie. De plus ce ne sont pas les ‘actionnaires’ qui font tourner la boutique !! ils ne font que spéculer sur le travail des autres, alors oui, c’est à ceux qui produisent les richesses (là en loccurrence l’énergie dont nous avons tous besoin, et même ceux qui n’ont pas à se soucier de la montée à venir des tarifs…) et à la population majoritairement hostile à cette fusion, de décider.



  16. -|- Delphine Dumont dit :

    Fañch > Je te félicite ! Tu as très bien appris tes leçons et tu les récites avec beaucoup d’application. Nous allons maintenant passer à l’analyse de textes.

    « ce gouvernement refuse le débat démocratique depuis le début ! il impose tout par le 49.3 sans concertation ! »
    Je te recommande la lecture du billet de Maître Eolas : Parlons un peu du 49.3 qui rappelle que cet article a beaucoup plus été utilisé par la gauche que par la droite. Assieds-toi, je sens que ça te fait un choc, tes certitudes doivent commencer à s’effriter, non ? ;)

    « parfois, heureusement ça finit à la poubelle comme avec leur cpe pourri… »
    1) Le CPE a été voté démocratiquement par des députés élus par tes concitoyens, le 49.3 n’ayant été utilisé que pour le reste de la Loi sur l’Egalité des Chances. Encore une certitude qui tombe en poussière, il va falloir passer l’aspiro, là… :)
    2) Je rejoins Bruce (coucou Bruce !), le CPE était très loin d’être cette fabrique à misère que les syndicats (étudiants principalement) nous ont présenté. J’ai soutenu ce projet de tout mon blog, ce qui n’était pas grand’chose, je sais, mais je continuerais à le défendre car je n’aime pas les injustices. Le traitement qui a été réservé à ce projet et, par conséquent, le manque à gagner (en termes de chances) pour les bénéficiaires potentiels, c’est exactement ce qu’on peut appeler une injustice !
    Pour compléter tes informations, je t’invite à lire encore une fois Maître Eolas qui a beaucoup et très bien parlé du CPE en particulier dans ce billet : Faisons le point sur le CPE.

    « Imposer la privatisation sans demander en l’avis aux salarié(es) et au peuple français, c’est “démocratique” ça ??? »
    Comme le dit Bruce, on ne peut pas, en France, faire des référendums pour chaque question. Si on vote pour élire des députés, c’est pour qu’ils nous représentent et votent pour nous. Tu t’indignes de cette privatisation, c’est ton droit le plus strict. Te rappelles-tu du tollé lors de la privatisation de France Télécom et de l’ouverture à la concurrence du marché du téléphone ? Les loups syndicaux ont hurlé en chœur, c’en était touchant même… :’)
    Toujours est-il qu’aujourd’hui, on fait allègrement marcher la concurrence en changeant d’opérateur mobile comme de chemise et de FAI comme de chaussettes. Tu sais la meilleure ? Les loups syndicaux le font aussi ! Énorme, non ? :D
    Ah si, si, si ! Moi, je trouve ça énorme ! :)

    Je continue à te citer : « la population majoritairement hostile à cette fusion ». Ah ? Je ne suis pas sure que tu t’informes correctement. Je cite Le Point :

    « D’après un sondage BVA pour BFM, les Echos et Akerys, 55% des français sont favorables à la privatisation ou à l’ouverture du capital de GDF. 43% des sondés désirent une privatisation partielle et 12% souhaitent un désengagement total de l’Etat comme actionnaire du groupe. 38% des français seraient, eux, contre toute privatisation. [source : 55% des Français favorables à la privatisation de GDF]

    Et comme je suis une serial récidiviste, je te cite encore ! «  Qui parle de ne pas voter? quand on n’est pas entendu autrement, on manifeste, normal. » Qui en parle ? Le taux d’abstention peut-être, non ? :)

    Je continue (si, si !) : « :En quoi celà [le droit de grève] a t’-il été détourné ??? »
    Le droit de grève a été détourné, car si la loi autorise, et c’est bien normal, les salariés à faire la grève pour manifester un désaccord, elle ne les autorise pas à bloquer les villes, vandaliser les établissements publics, interdire l’accès à l’instruction des élèves, mettre en danger des mineurs, etc…

    «  Mis à part ces “privilèges” qui me font bien rire, (en effet ça me fait toujours rire d’entendre parler des fonctionnaires comme de “privilégiés” mais bon, passons), les salariés défendent justement l’idée que ce n’est pas aux ‘actionnaires’ de décider mais aux salariés et à celles et ceux qui peuvent encore bénéficier du service public en matière d’énergie. »
    Sécurité de l’emploi, impunité même devant les plus flagrantes fautes professionnelles, traitements sociaux de faveur, etc… Ce ne sont pas des privilèges ? Au fait, si les fonctionnaires et employés des entreprises publiques n’ont pas de privilèges, tu peux m’expliquer pourquoi la tentative de réforme des retraites a démoli Juppé en 95 ? Les fonctionnaires sont au service du public, ils aident les concitoyens (et beaucoup le font très, très bien, je le rappelle !), ils doivent donc avoir à cœur d’être sur le même pied que ceux qu’ils servent, non ?
    Enfin, je t’invite à te renseigner sur le fonctionnement interne d’EdF et de GdF, informe-toi, tu verras pourquoi certains ont tellement d’intérêts à ce qu’un patron ne vienne pas leur demander des comptes…

    Bien sûr, tu es libre de ne pas me croire, de ne pas lire les liens que je te donne, de rester ancré dans tes certitudes, de penser qu’il ne peut y avoir qu’une vérité, la tienne, de ne jamais remettre en question ce que tu sais, de ne pas t’informer en multipliant les sources pour multiplier les angles de vue, c’est ton droit le plus strict. Je te respecterais tout autant et, vois-tu, je suis ravie que tu viennes t’exprimer sur ce blog, c’est pour moi la preuve que nous vivons dans une belle démocratie et qu’Internet est un outil merveilleux. :)



  17. -|- Antoine Fowler dit :

    Je voudrai reprendre deux points de la réponse à Fañch :

    Le sondage BVA :
    Cela tombe plutôt bien que 55% des français soient pour l’ouverture du capital de GDF, Sarko l’a fait.
    Mais les questions de ce sondage sont quand même tordues en associant privation (donc état minoritaire) et ouverture de capital (jusqu’à combien ?) et en nous donnant 55% d’une association de réponses qui ne vont pas forcément dans le même sens.

    Je suis moi-même (panéliste pas chez eux) et j’ai quelques notions de statistique notamment sur le dépouillement des questionnaires.
    J’ai contacté en quelques mois les responsables de l’institut de sondage que je connais sur des analyses qui me paraissaient peu éthiques ou complètement fausses ; la réponse a été à chaque fois identique : le client peut fabriquer le questionnaire et l’exploiter comme il le veut.

    Exemples :
    - sondage sur les boîtes de chat :
    votre animal préfère-t-il les gelées aux pâtés : un peu, beaucoup, à la folie etc…Le chat, il est passé au dessus de la gamelle du nouveau produit et il n’en a pas bouffé pendant 2 jours. Poubelle. Je réponds où ?
    - sondage sur les ressources culturelles et technologiques de ma commune :
    4500 habitants dans une agglo de 220 000.
    Thème le ciné : a pas dans ma commune mais à 2 km, un mégacomplexe. Comment l’analyse a-t-elle étée traitée ? Par commune. Confirmé, signé.

    Je ne dis pas que les sondages sont faux, truqués ; je dis qu’il faut bien les lire et ne pas se contenter de l’interprétation que les donneurs d’ordre en font.

    Second point :
    La comparaison entre France-Telecom et EDF/GDF n’est pas raison.
    France-Telecom fort de son monopole vendait en l’absence de concurrent au plus cher de l’Europe. L’ouverture du marché s’est naturellement accompagné d’une baisse des coûts pour l’usager.
    L’énergie en France est une des moins chères d’Europe aussi bien pour les particuliers que les entreprises.
    Un dirigeant normal d’une entreprise privée la vendra au mieux, un peu moins que ses concurrents ce qui me paraît obéir aux lois du marché. Bénéfice pour l’usager français ?

    Enfin, une demande d’explication :
    « Enfin, je t’invite à te renseigner sur le fonctionnement interne d’EdF et de GdF, informe-toi, tu verras pourquoi certains ont tellement d’intérêts à ce qu’un patron ne vienne pas leur demander des comptes… »
    Je ne veux pas abuser de ton temps mais je souhaite des exemples 2006.

    Merci de nous offrir cet espace d’échange.



  18. -|- Delphine Dumont dit :

    Antoine > Pour les sondages, tu as tout à fait raison. J’ai moi-même travailler dans ce domaine et je sais les distances qu’il faut prendre avec eux.

    Je n’ai pas été assez claire dans ma réponse à Fanch. Il affirmait que la population s’y oppose, je ne sais sur quelles données il s’appuie pour le dire, mais je voulais montrer qu’il est facile de trouver des données inverses. Je voulais montrer ce que contenait le sondage, ce qu’on ne connait pas toujours et qui, pourtant, change tout !

    N’étant que dans ma tête et aucunement dans celle des 60 millions d’autres Français, je ne peux affirmer qu’ils sont pour ou contre. :)

    Pour le prix de l’électricité, ainsi que démontrée ici : http://www.environnement.ccip.fr...
    la France n’est pas la mieux située (ni la pire, heureusement !).

    Enfin, sur le fonctionnement interne, je manque de temps pour retrouver les liens, mais entre le scandale du CE d’EdF et les retraites dorées (http://www.lepoint.fr/economie/d... ), il y a malheureusement bien des choses à en dire. Pour la gestion, je peux citer :
    http://www.libres.org/francais/a...
    Pour les privilèges :
    http://www.ifrap.org/0-ouvrirles...

    Oui, ce sont des liens libéraux, mais ce n’est pas sur l’Huma ou Libé qu’on peut trouver ce genre d’infos. ;)

    > "Merci de nous offrir cet espace d’échange."
    Merci de vos interventions à tous, c’est ce qui me rend ce blog si précieux. :)



  19. -|- Antoine FOWLER dit :

    >>N’étant que dans ma tête et aucunement dans celle des 60 millions d’autres Français, je ne peux affirmer qu’ils sont pour ou contre. :)

    Tout à fait d’accord mais je ne trouve pas que le Point soit une source d’information très indépendante.
    J’ai le numéro spécial retraite, c’est d’un superficiel….

    >>Pour le prix de l’électricité, ainsi que démontrée ici : http://www.environnement.ccip.fr...
    la France n’est pas la mieux située (ni la pire, heureusement !).
    J’avais proposé que l’on parle de 2006.
    Les conditions du marché 2003 n’ont plus rien à voir.

    >>le scandale du CE d’EdF
    2 pistes de réflexion :
    - le 1% sur le chiffre d’affaire est statutaire; on peut le contester mais il est et demeure dans la SA actuelle et a priori future.
    - qu’une organisation syndicale ait détourné à son profit une partie de cet argent destiné aux salariés de l’entreprise n’est pas admissible mais ce ne sont pas les clients qui ont été lésés (ni toi, ni moi ni les clients indusriels)

    Je m’arrête car je déborde nettement de la réflexion première : 3 tonnes d’amendement vont-elles faire progresser le débat démocratique.

    Pour les prix, rendez-vous vers 2009.



  20. -|- Fañch dit :

    "N’étant que dans ma tête et aucunement dans celle des 60 millions d’autres Français, je ne peux affirmer qu’ils sont pour ou contre. :)"

    d’où la nécessité d’un référendum et d’un vrai débat démocratique… l’UMP passe en force sans négocier avec les salariés, et sans demander l’avis des "consommateurs", là voilà la vérité "démocratique".



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog