Second Life : pourquoi c’est tout pourri et pourquoi je kiffe (2)

Par Delphine Dumont, le 17 août 2007 | Internet

Suite de “Second Life : pourquoi c’est tout pourri et pourquoi je kiffe (1)” mais comme vous êtes plutôt malins, rien qu’au titre, vous l’aviez compris ! :)

Couper proprement avec des ciseaux
Je remets les ciseaux pour que vous puissiez découper et coller proprement à la suite du billet précédent. DIY-style à fond ! :)

Parallèle avec Paris

Je ne continue pas sur ce voyage cauchemardesque à Paris, vous avez compris l’idée. Maintenant, imaginons que vous veniez voir des amis qui vous feront visiter la ville, votre visite ne sera-t-elle pas toute autre ? C’est évident ! Être attendu sur un quai de gare par une bande de joyeux lurons qui ont écrit votre nom sur une banderole avec des smileys autour, qui ont prévu un chariot à bagages pour épargner vos fragiles épaules (et les leurs !), qui vous font la fête comme une bande de chiots joueurs et qui vous embarquent directement chez eux.

Là, vous papotez en buvant tranquillement un verre de soda bien frais et vous repartez, direction la Tour Eiffel ! Vous jouez aux touristes et multipliez les photos kitsch grâce à un bob Ricard offert par une fille en roller qui distribuait des flyers. Les cartes mémoire sont presques pleines, il est temps de quitter la dame de fer pour aller voir Tracy qui bosse dans une boutique de fringues gé-nia-le à deux pas d’ici. Tracy, ce n’est pas son vrai nom mais c’est une vraie vendeuse, elle vous relooke et vous flambez la carte bleue avant d’avoir compris et avec le sourire en plus.

Tout le monde rentre à l’appart’ se faire beau pour la soirée qui vous a été spécialement organisée et qui ne se terminera qu’après 2 afters minimum.

Rien à voir décidément avec la solitude désespérée du touriste seul !

Parallèles

Second Life, c’est exactement pareil que Paris, c’est un univers. Si vous me rétorquez qu’il est rare de rencontrer des dragons à Paris, je vous répondrais que vous n’avez pas les bonnes adresses, c’est tout. C’est exactement pareil, c’est un univers.

Si vous arrivez à Paris et que vous vous posez sur le premier banc venu pour attendre de vous amuser, ça risque d’être long et de manquer cruellement de fun. Si vous arrivez avec des adresses, des infos, des contacts, une idée de ce qui y est possible, vous n’aurez pas une minute pour souffler.

Les défauts de Second Life

Second Life possède de nombreux défauts qui contribuent à cette désorientation du noob (newbie)(petit nouveau)(bleubite)(bizut). En voici un début de liste :

Ce n’est pas un jeu

Après mes longues explications, vous avez dû le comprendre, c’est un univers, pas un jeu. On peut y jouer mais ce n’est pas un jeu en soi. Pourtant, il y a un terrible déficit de communication sur ce plan. Je ne sais pas s’il s’agit d’une volonté de Linden Labs pour éviter d’effrayer le chaland ou d’une erreur, mais toujours est-il qu’il faut vraiment bien connaître pour s’en distraire.

Il n’y a pas de vraie phase d’apprentissage

Certes, quand on crée son personnage, le premier atterrissage se fait sur une île d’initiation mais lorsque vous en êtes parti, impossible d’y revenir ! C’est fait pour protéger les nouveaux de tordus qui exploiteraient leur naïveté. Sauf que, si vous venez sur SL pour participer à un événement ou rejoindre quelqu’un, vous en décollez immédiatement et vous ne pourrez plus y revenir. Tant pis ! Vous devrez vous former vous-même ! Pas terrible…

Il faudrait des sims (îles) d’apprentissage isolé (un seul avatar par sim ou par salle dans un grand bâtiment) sans possibilité de rentrer en contact avec les avatars à proximité. C’est techniquement facile à faire pour Linden, je pense.

Second Life, c’est lent, c’est lourd, ça lag…

Et j’allais oublier : ça crashe ! Second Life demande beaucoup de ressources à votre PC, même récent, il va raaaaaaaleeeeeeentiiiiiiir, ça va être grave chiant un peu longuet parfois, il faut le savoir. Le pire est que Linden tend le bâton pour se faire battre. En proposant diverses possibilités de customisation extrêmement gourmandes en ressources, Linden ne fait qu’augmenter la charge.

Par exemple, la jupe de la fille dans l’article d’Alain Monnier, ça vole dans tous les sens en permanence. Les calculs nécessaires pour cette animation pète-couilles pénible à la longue, à votre avis, ça représente quoi ? Rajoutez-y les boucles d’oreilles et les sandales qui scintillent mais pas au même rythme, bien sûr, les ailes du démon à coté, la ré-irisation constante de la mèche de cheveux d’un… euh… (c’est quoi, ce truc ?)… d’un avatar tout proche et vous aurez le plaisir d’entendre votre disque dur bosser comme un fou.

Si ça dure quelques secondes, ça passe. Mais quand vous restez 2, 3 ou 5 vraies minutes, cloué à votre emplacement malgré votre appui frénétique sur les touches directionnelles (mauvaise idée, ça finit en crash en général), là, vous comprenez que les scriptalakons, c’est vraiment une très mauvaise idée !

Les événements

Second Life, c’est comme La Samaritaine au carré, il s’y passe tout le temps quelque chose, même la nuit ! La nuit n’existe pas d’ailleurs sur Second Life, puisque d’un clic dans un menu, il peut faire jour. Ou nuit. Enfin, on choisit la hauteur du soleil, quoi.

Vous êtes sur votre île à noob, comment aller là où on s’amuse ? C’est la question à mille euros (on paye d’avance, merci). Il y a bien sûr la page du site de Second Life qui recense les événements, des blogs comme l’excellent SLObserver ou comme Just Virtual qui présente des lieux extraordinaires. Déjà, il faut connaître les adresses de ces sites, ensuite, la gourmandise de Second Life complique les allers et retours avec un navigateur.

Autre possibilité, utiliser le moteur de recherche inclus dans la navigation. Quand on l’a découvert… OK. On cherche quoi ? “fun” ? 4850 réponses (environ). “dragon” ? Ah chouette ! Seulement une vingtaine de réponses ! On clique sur la première et nous voici dans un univers de rôliste où on peut réellement être blessé. Enfin… réellement… Il n’y a quand même pas un émissaire de Second Life qui vient sonner à votre porte pour vous scarifier. Mais c’est comme ça que vous découvrez que sur certaines sims, votre avatar peut subir des dommages. Pouf ! Ah ben tiens ! Justement ! Vous êtes mort ! Ballot, non ?…

Pour ce qu’il se passe après, ça dépend des sims, je ne vous le raconte pas, ça vous gacherait la surprise… :)

Ce n’est qu’un début de liste de défauts, ce serait trop long à faire…

Pourquoi je kiffe malgré tout ça ?

Parce qu’en une seconde, je peux aller visiter le Château de Doune en Écosse, enchaîner sur l’un des univers de cette page, passer à Poudlard, repartir vers l’Italie où les régions sont présentées avec leurs particularités et leurs spécialités (désolée, j’ai perdu la SLurl), m’envoler pour un univers de pirate, etc… Chaque fois, j’y rencontre des gens. Je trouve des tonnes de freebies (cadeaux), je cherche les lucky chairs (genre de tirage au sort), je visite des maisons, je nage avec des requins, je chevauche des girafes, bref, je m’éclate ! :D

Les univers qui y sont conçus le sont par des doux dingues, voire des fous furieux. Si on prend le temps de découvrir leurs créations, on est forcément surpris et enchanté. On peut aussi se choisir un lieu et s’y consacrer, bâtir son univers. Je ne l’ai pas encore fait, je ne maîtrise rien de rien dans la construction d’objets (quand je vous disais que ça manque de tutos) et ça ne m’intéresse pas plus que ça. Peut-être finirais-je par acheter un bout de terrain et y poser un château, mais ce n’est même pas sûr. J’aime tellement partir à l’aventure… :)

Mais alors, c’est pas un jeu ???

Ça fait plaisir, il y en a au moins un qui suit !…
Non, ce n’est pas un jeu. Si vous voulez jouer en ligne, optez pour Puzzle Pirates ou World of Warcraft, les deux sont excellents même si très différents. Voici aussi une liste de jeux à plusieurs en ligne (MMOG) (c’est en anglais comme, malheureusement, la plupart des jeux multijoueurs). Bref, vous avez de quoi faire. :)

Allez, maintenant, rangez vos cahiers et vos crayons, il y aura une interro demain ! :)

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Technorati Tags : Second Life, univers, ceci n’est pas un jeu

Lire aussi :

2 commentaires pour “Second Life : pourquoi c’est tout pourri et pourquoi je kiffe (2)”

  1. -|- scotch dit :

    Et dire que Second Life est dans la liste de jeux de la page Wikipedia que tu nous fournis :D
    Tu nous aurais menti ?

    J’suis perdu pour l’interro de demain maintenant… qui croire… Wikipedia ou DD ?



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Et voila ! Bravo ! Les gens refusent de croire que la Wikipédia peut se tromper et tu viens d’en apporter la preuve brillante ! :D
    Il faudra que quelqu’un leur dise que la présidente auto-proclamée du WWW a brillamment démontré que SL n’était pas un jeu. :)



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog