YouTube et les droits, floutage de g… ?

Par Delphine Dumont, le 21 août 2007 | Internet

Non, je n’ai pas fait de faute de frappe. C’est juste que je suis un peu perdue dans ces histoires de droits. [...] Merci, merci. Tous ces “Bienvenue au club !” me font chaud au cœur… :’)

Même Le Figaro !…

Une exclamation me vient aux lèvres : “Grands Dieux !”. Oui, même Le Figaro joue sur la borderline de la citation !…

Cela concerne deux articles. Tout d’abord : “Les pires couples à l’écran“. Le sujet précis est un article de Pearl and Dean, un site de cinéphiles. C’est l’été, cet article est d’une faiblesse navrante, faut bien meubler, que voulez-vous… Par contre, pour illustrer le copier-coller contenu, l’auteur est allé sur YouTube choisir des extraits des films cités.

Ces extraits n’existent pas dans l’article original, il y a bien une vraie démarche de la part du journaliste. Personnellement, je ne m’en plains pas, c’est un véritable enrichissement de l’info. Mais qu’en disent les Majors ? Ces vidéos ne sont probablement postées avec leur accord. Leur utilisation par Le Figaro est un peu limite, non ?

Deuxième article, plus sérieux. Il porte sur le divorce de Claude Allègre d’avec le PS. Là, nous avons des vidéos postées sur DailyMotion et Kewego. Ce sont des extraits de France 2 et RTL (la radio).

C’est une illustration réellement intéressante même si les sujets des vidéos portent plus sur Ségolène Royal que sur le Parti Socialiste, contrairement à ce que le titre laisse entendre. Cela permet quand même de bien suivre ce qui amène aujourd’hui au clash entre l’homme et son parti. Cependant, je ne crois pas avoir manqué l’info sur la mise sous licence Creative Commons des contenus France 2 et RTL…

Au-delà du cas particulier

Au-delà du cas particulier du Figaro, on voit bien qu’il existe un véritable enrichissement de l’information grâce aux citations et extraits multimédias. Des blogs aux journaux en ligne, très nombreux sont les supports qui ont tout à gagner de l’accès aux archives des médiathèques privées et publiques et à l’autorisation de publication.

Il existe toujours un grand vide sur ce thème. Un vide flou. Un vide flou qui a d’autant moins de chances de devenir un cadre net que cette question n’a pas de frontières géographiques et que la pertinence et la richesse de l’information n’a jamais constitué un argument électoral.

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Technorati Tags : Internet, droits de reproduction, flou juridique

Lire aussi :

2 commentaires pour “YouTube et les droits, floutage de g… ?”

  1. -|- Balise dit :

    Sauf erreur, tu dois quand même avoir un minimum de "droit de citation" et autre "fair use"… Je suppose que si ça _peut_ rentrer dans ce cadre là, ça doit passer (genre des extraits vraiment pas longs ;) )
    Bon, par contre, paraît que tu peux trouver des épisodes complets de séries sur YouTube (j’ai pas vérifié, mais ça me semble pas aberrant) et là clairement ça rentre pas dans ce cadre là.



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Je suis d’accord avec toi. Le problème est que le “fair use” ne peut être jugé que dans un tribunal. Rien n’empêche les ayant droits de procédurer à tout va, quitte à perdre au bout d’années de procès. Ils savent très bien que la peur de longs procès modèrera aussi bien que des verdicts négatifs et tant pis pour les lampistes !…

    Pour les épisodes, j’ai aussi entendu dire qu’ils étaient disponibles intégralement. Comme je n’ai jamais le temps, je n’ai pas cherché mais c’est très vraisemblable et ça sort clairement du fair-use. Les interviews complètes, comme dans l’article du Figaro, c’est du fair-use ou non ? À moins qu’il n’y ait des accords, mais rien de tel n’est mentionné et je crois qu’un autre format de diffusion aurait été choisi.



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog