Ecrire le blog d’un autre

Par Delphine Dumont, le 21 novembre 2007 | Boulot

Quand les médias traditionnels évoquent les blogs, ils les comparent souvent à des journaux intimes. C’est absurde. Même Stevina, qui évoque ses problèmes de cœur et de boutons sur son Skyblog, a parfaitement conscience qu’elle risque d’être lue par d’autres qu’elle-même. Un blog, c’est un journal, une chronique. Même si Jean-Raoul parle de sa mycose mal placée, photos à l’appui, cela n’a rien d’intime puisqu’il expose précisément son intimité.

Partant de là, peut-on écrire le blog d’un autre ?

La réponse est évidente : oui, on peut écrire le blog d’un autre ! Pourquoi évidente ? Puisqu’il est si bien admis qu’il existe des plumes pour les discours ou les livres, pourquoi n’y en aurait-il pas pour les blogs ?

Même pour détailler la mycose de Jean-Raoul billet après billet, il n’est pas utile que ce soit le collectionneur de champignons lui-même qui s’exprime.

La page blanche, ça vous angoisse ?

L’art des mots

Dans les sociétés occidentales, une grande majorité de la population peut écrire, c’est à dire tracer des lettres et faire des phrases. Tout comme une grande majorité de la population peut marcher et courir. Pourtant, il n’y a qu’une poignée de champions en athlétisme. Parce qu’il faut plus que connaître les bases pour être bon dans un domaine, que ce soit l’athlétisme ou la rédaction.

Savoir utiliser les mots demandent de les connaître bien. La langue française est d’une richesse et d’une beauté inouïes. Elle permet des descriptions qui rivalisent d’exactitude et de poésie. Elle se prête à des jeux de mots infinis, que l’on s’amuse avec les sonorités ou les sens. Oui, j’aime le français et je ne remercierais jamais assez Jean d’Ormesson pour sa passionnante série d’émissions sur la langue française, sur France 5, il y a quelques années.

Ecrire le message d’un autre

Je sais d’autant mieux qu’il est possible d’écrire le blog d’un autre que je le fais moi-même. Je rédige les billets du patron d’une P.M.E., son blog est destiné à l’intranet de l’entreprise. C’est une idée de son fils qui a eu du mal à convaincre de l’utilité de l’outil, mais a réussi à faire tenter l’expérience. Cela dure depuis deux ans maintenant, le rythme est peu soutenu (un à deux billets par mois) mais augmente doucement.

Ce patron, appelons-le Pierre-Paul puisque ce n’est pas son nom, m’envoie un mail avec ce qu’il veut dire et quelques infos complémentaires. Je lis tout cela et je jette des notes sur un bloc. Je rajoute des flèches pour lier des éléments, des points d’interrogation là où j’ai des doutes, quelques signes cabalistiques que je suis seule à comprendre, etc…

Quand j’ai fini ma feuille de route, j’envoie un mail à Pierre-Paul pour convenir d’un rendez-vous téléphonique. Nous nous comprenons bien, il est rare qu’il rectifie mon brouillon ou qu’il se soit mal exprimé. Dès que j’ai son feu vert, je rédige le billet et je le lui soumets. S’il lui convient, je lui envoie alors la version HTML (avec les liens, etc…) qu’il n’a plus qu’à copier dans son Dotclear.

Honnêteté impérative

Ses lecteurs, ses employés donc, savent bien que ce n’est pas leur boss qui écrit et cela n’a pas la moindre importance pour eux. Pierre-Paul l’a annoncé dans le premier billet, précisant au passage que ce n’était pas l’entreprise qui me versait mes honoraires mais que cela venait de sa propre poche. Cela a permis d’avoir une démarche totalement transparente qui a été très appréciée.

Sans cette transparence, je crois que le blog aurait sonné faux. Pierre-Paul répond lui-même aux commentaires et les différences de style aurait fini par sauter aux yeux de tous. Il y aurait eu un sentiment de tromperie qui aurait gâché tout le bénéfice du blog.

Pari réussi !

Le blog est lu de tous d’après les échos qu’en a Pierre-Paul, chaque billet est largement commenté (minimum 150 commentaires !!). Les discussions sont parfois surprenantes et, d’après ce que je ressens, n’auraient pas pu avoir lieu sans le blog. Les langues se délient, une véritable communication s’est créée.

Plus étonnant peut-être, plusieurs personnes au sein de l’entreprise ont demandé à avoir soit leur propre blog sur l’intranet, soit un blog pour tous les employés. Pierre-Paul m’a fait l’honneur de me demander mon avis sur la question, je lui ai conseillé un blog par service (production, commercial, administratif) avec un accès rédacteur par personne du service. La lecture de chacun des blogs étant bien sûr ouverte à tous. La décision devrait être prise le mois prochain, lors du prochain comité d’entreprise.

Et un blog plus perso ?

Ce blog dont je vous parle est un blog pro. Il y a eu un billet un peu plus personnel quand Pierre-Paul a voulu annoncer qu’il allait s’absenter pour une intervention chirurgicale bénigne, mais le ton était quand même très éloigné de la confidence.

Je pourrais bien sûr rédiger un blog très personnel, très intimiste. Cela supposerait des heures de conversation avec la personne pour qui je le ferais, et un travail de relecture en commun très soigné, mais cela n’a rien d’impossible. Je ne pense pas que le résultat serait mauvais ou même seulement médiocre. En revanche, je m’interroge sur l’intérêt de ce type de démarche pour le commanditaire. Ne serait-on pas dans le narcissisme ou l’exhibitionnisme ? Je verrais mieux une contribution sous forme de relecture-conseil. Qu’en pensez-vous ?

Merci à Etienne Denis

Ce billet m’a été inspiré par la lecture du billet d’Etienne Denis : Faire écrire son blogue par quelqu’un d’autre.

Photo : srpatel - Stock Xchng

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.

Technorati Tags : blog, rédaction, plume

Lire aussi :

7 commentaires pour “Ecrire le blog d’un autre”

  1. -|- Rikko dit :

    J’adhère à ton propos, encore que je ne soit pas totalement d’accord sur le principe d’intimité, en effet, beaucoup de bloggers n’ont pas conscience (ou pas exactement conscience) de la "visibilité" de leur production. Ils se laisse donc quelquefois aller à des confidence très intime. Je ne crois pas que l’exposition médiatique détruise l’intimité du propos, on voit parfois des scènes qui apparaissent très intimes dans des films bien fait (non … pas forcément des films X, petits canailloux) et pourtant, la projection grand écran n’est pas le lieu privilégié de l’intimité.

    Sinon, le blog pro, c’est une tendance qui manifestement se met de plus en plus en place dans les PME, car il est vrai que c’est un merveilleux outil de com interne qui propose "nativement" tout ce qui est nécessaire pour laisser s’exprimer, tout en étant capable de modérer, de répondre et surtout de ne pas répondre…

    De ne pas répondre ???

    Je m’explique : c’est un effet de bord, mais le blog propose un mode de discours dont la nature même est hiérarchique (donc en adhérence totale avec la vie des PME ou le pouvoir est très … trop? centralisé.)

    Le patron (le Boss, the chief, le Captain…) rédige (ou fais rédiger contre quelques doublons) des billets.

    Les autres; les lecteurs, les petits, les obscurs, les sans grades, peuvent commenter (mais pas n’importe quoi… modération quand tu nous tiens), mais, il n’est pas induit que le rédacteur du billet doive répondre à un commentaire.

    On sent bien, intuitivement que l’éthique voudrait qu’il y ait réponse, mais les foonctionnalité de l’outil permettent de s’en affranchir…..

    Un bel exemple d’aliénation de la parole du proletariat par la tecnologie imperialocapitaliste….

    Tiens, cette phrase me fais penser que j’ai pas pris mes gouttes…..

    Sinon… écrire pour un autre… j’ai vérifié, Pascale Nègre a peut être un blog, mais j’ai pô trouvé….

    Par contre il y a un Blog Starac’ 7…. on trouve vraiment n’importe quoi sur la toile (citation de spider man).

    Yoho !!!♫♪ Yoho!!!♫♫
    A pirate’s life fer me !!!! ♪♪♫



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Être boss, ce n’est pas être le meilleur pote de ses employés, tout comme être parent n’est pas être le meilleur pote de ses enfants. Ça peut générer de la colère et de la rancœur lors d’un conflit tranché par une décision arbitraire de l’autorité en place. Ça oblige aussi à une certaine réserve. Les parents ne disent pas tout à leurs enfants, le boss ne dit pas tout à ses employés. Il n’y a là aucune infantilisation, ni aucune forme de dictature, ce sont les contraintes du poste.

    Pour le cas précis que j’évoquais, Pierre-Paul ne répond pas à tous les commentaires (vu le nombre, il ne ferait plus que ça !) mais il n’en efface aucun. Les adresses IP des auteurs des commentaires les identifient immédiatement donc ça ne déborde pas. Par contre, même si Pierre-Paul ne répond pas à tout, il lit tout et note beaucoup de points. Il s’aperçoit toujours qu’il n’est pas le seul à les avoir relevés.

    Ainsi, un commercial est allé, de lui-même, voir si ce qu’affirmait un préparateur de commandes était vrai et il a constaté effectivement que l’ergonomie du poste de travail était déplorable, il l’a signalé en commentaire aussi. La direction a réagi rapidement et revu l’agencement. Ça m’étonnerait que sans le blog, le commercial ait écouté, ou même seulement pu entendre la demande du préparateur de commandes. Ça m’étonnerait aussi que la modification du poste de travail se soit faite si vite si la demande n’avait pas eu une telle visibilité.

    Merci pour ta conscience professionnelle. :’)
    Tout est en ordre dans la trappaspam ?
    Désolée. ;)



  3. -|- Rikko dit :

    Pas de problème , le jeudi (journée de la femme rappelons le), c’est le jour de ma tournée dans la trapaspam.

    J’ai remis des MAM, du rhum, des curly, et j’ai injecté du cyanure dans la fontaine à eau avec une seringue…

    Yark yerk yark yerk !!!

    Je suis d’autant plus sensible à ton billet, que je suis moi même en train de mettre en place un blog pour la maison ou je bosse en ce moment….

    Et oui, la piraterie ça eut payé !!! Mais faut bien manger !



  4. -|- raph dit :

    Tout comme une grande majorité de la population peut marcher et courir. Pourtant, il n’y a qu’une poignée de champions en athlétisme.

    DONC, tout le monde ne peut pas être journaliste ;-)



  5. -|- Delphine Dumont dit :

    Mon Raphounet (c’est bientôt Nowel, je suis d’humeur tendre, excuse),
    Sur les compétences, je suis complètement totalement d’accord avec toi, tout le monde ne peut pas être journaliste. Sur les faits, par contre, on voit trop d’incompétents. Il suffit d’être sorti d’une école de journalisme pour entrer comme stagiaire dans un grand titre. On n’est pas payé mais on remplit le canard.

    C’est un cercle vicieux, moins le journal est bon, moins les gens l’achètent. Moins les gens l’achètent, moins il y a de rentrées. Moins il y a de rentrées, moins le journal dépense pour les articles. Moins le journal dépense pour les articles, plus le journal est mauvais. :(

    Dans ce que je vois dans les commentaires sur le Fig’, le Monde et Libé (pour varier les plaisirs), les lecteurs deviennent exigeants et protestent de plus en plus souvent quand il y a du sensationnalisme, du flood, de la soupe ou du plagiat. C’est plutôt bon signe, reste à savoir comment ça pourra être utilisé.



  6. -|- raph dit :

    mouais
    dans ce que je vois dans le train, les gens ramassent 20minutes et son cousin suisse le matin bleu, le lisent, commentent les articles people et les faits-divers, zappent le reste et y a que moi que les 42 fautes d’orthographe et de français gênent



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Oui, mais toi, tu es un puriste. Encore un peu de Mousline ? :)
    Plus sérieusement, ce sont des journaux gratuits, donc, à cheval donné, on ne regarde pas les dents. Sur des journaux payants, je pense que l’attente est plus élevée. Même si les commentaires sont sur la version en ligne, donc gratuite. :o)



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog