Télé-réalité, l’art cochon ?

Par Delphine Dumont, le 5 novembre 2007 | En bref

J’aurais pu dire “lard ou cochon”, mais ce n’est ni l’un, ni l’autre. Au mieux, c’est de l’expérience sociologique, au pire, du voyeurisme. Personnellement, je trouve ça profondément pénible et s’il m’arrive de tomber sur un passage en zappant, je ressens toujours un grand malaise à regarder des êtres humains en cage.

Je fais une exception pour les émissions qui utilisent des “personnalités1 “, comme “La Ferme” ou “La 1ère compagnie” puisque les rats dans la cage sont des pros. Les conséquences de cette expérience sur leur vie n’ont rien à voir avec les séquelles dont souffriront certains des rats amateurs.

Ce qui m’impressionne toujours, par contre, dans la télé-réalité, c’est la fascination du public. Durant la période de diffusion de “Secret Story”, je me suis retrouvée un jour chez Carrefour devant le mur d’images. Une trentaine de personnes, caddies ou cabas en main, en état quasi-hypnotique, fixait les écrans. Il n’y avait pas de son, c’était mon jour de chance. Entendez par là que ma chance n’était pas que “Secret Story” soit affiché sans le son, mais qu’il y avait un animateur de ventes qui crachait dans son micro, les promotions sur les saucisses et les merguez. Carrefour, des fois, c’est que du bonheur…

Bref, on n’entendait que ce type alors que l’émission de télé-réalité rejouait la grande époque du muet. Déjà qu’avec le son, ça m’ennuie, sans le son, les réflexions de Bulot-Henri Levy ont plus de chances de m’intéresser. En revanche, la trentaine de personnes n’était visiblement pas dérangée par ce contretemps. Je n’ai pas tenu, il a fallu que je demande à une dame si ça ne la génait pas qu’il n’y ait pas le son. Sa réponse m’a cueillie :

« C’est pas grave, je l’ai déjà vu, c’est la redif d’hier ! »

Cette brave dame m’a regardée bizarrement, je devais avoir l’air totalement hallucinée. Je me suis reprise, je l’ai remerciée et, après un dernier coup d’œil sur cette petite foule captivée (captive ?), je me suis éloignée à grands pas.

Derrière la médiocrité, les artisans

Une telle réussite dans la fascination des foules ne doit, bien sûr, rien au hasard. Des équipes de pros, de véritables dream-teams, fignolent ces émissions. Lorsque l’intérêt baisse, on relance d’une révélation fracassante ou d’une situation génante. Tout est orchestré, minuté, monté, fabriqué, etc… On se demande bien d’ailleurs comment on peut encore appeler cela de la télé-réalité.

Cette dépèche du Figaro m’a rappelé cette mise en scène permanente :

Grève des scénaristes - Dépêche du Figaro.fr
Grève des scénaristes - Dépêche du Figaro

Les scénaristes, véritables clés du succès de ces émissions de télé-réalité, sont systématiquement ignorés. Je voulais leur rendre hommage aujourd’hui, très sérieusement. Même si on n’apprécie pas les produits de télé-réalité, leur savoir-faire est incontestable. Aussi indispensables et habiles que les petites mains des grands couturiers, ils sont aussi peu mis en valeur.

Mesdames et messieurs les scénaristes de télé-réalité, je me lève et je vous fais une standing ovation bien méritée. Je vous souhaite aussi de pouvoir bosser sur des produits plus valorisants. ;)

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.

Technorati Tags : télé-réalité, scénaristes, secret story

Lire aussi :

7 commentaires pour “Télé-réalité, l’art cochon ?”

  1. -|- Balise dit :

    Me suis fait la même réflexion en voyant un article similaire, un peu option "arf"… :)



  2. -|- Xuen-des-Bois dit :

    J’vois pas ce que les artisans ont a voir avec toutes ces bêtises… Grumpf ! Au nom de tous mes collègues de la "plus grande entreprise de France", je proteste énergiquement :))



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    Balise > ;)
    Xuen > Artisan, ce n’est pas que faire des merveilles comme les Billyzeries. C’est aussi déboucher des éviers ou écrire un scénario pour la télé-réalité. ;)



  4. -|- Rikko dit :

    Quel mal y a-t-il à servir au peuple les jeux qu’il demande ???

    Finalement est-ce qu’une mauvaise téléréalité voyeuriste et soporifique ne vaut pas mieux que les arènes de Rome ???

    Il ya adivertssement et divertissemnt me direz-vous, je préfère regarder des rats de laboratoire (volontaires pour une fois) se tortiller en parlant un français approximatif* que de voir les images des rue d’Islamabad ces jours ci. Vous me direz qu’il n’y a aucun rapport, ben tant pis, je vous fais quand même part de ma préférence, même si elle n’est que de pure forme …

    *Quoi que je ne soit pas un consommateur assidue des ces joyeusetées télévisuelles, j’ai cru déceler un point commun à ces programme : la pauvretré de langage de notre brave jeunesse.

    Ils chantent du Gainsbourg et sont incapable de faire une phrase correcte en français… J’apprends que certains sont même auteurs compositeur (à la Star Ac’) je me demande bien ce qu’ils peuvent écrire… j’en frémis !



  5. -|- Delphine Dumont dit :

    Ce qui m’embête le plus dans cette histoire, c’est que ces rats de labo n’ont aucune perception des conséquences sur leur vie future. Certains auront du mal à repasser dans l’anonymat, d’autres seront poursuivis par ce qu’ils ont dit ou fait devant les caméras, etc… Une étude américaine est en cours à ce sujet et les premiers résultats sont assez effrayants. 30 à 40% des stars éphémères payent cher cette expérience.

    Sinon, je n’ai pas la prétention de faire interdire les jeux et émissions débiles à la télé. Contrairement à ce qu’affirment certains penseurs bobos, ce n’est pas parce qu’ils n’auront pas ces stupidités à consommer que les gens iront vers du plus intelligent ou du plus raffiné. Non pas que le téléspectateur moyen soit un crétin, mais il a besoin de s’échapper de son quotidien. Ce n’est pas l’analyse lacanienne des “Mémoires d’outre-tombe” qui pourront l’y aider.

    Très honnêtement, je ne regarderais pas non plus cette émission si elle venait à exister… :)

    Si j’avais fait réparer la télé, je veux dire… :)



  6. -|- Antoine dit :

    Eh bien voilà : desperate housewives est arrété pour cause de grève.
    Celà veut dire que la série en cours comptera moins d’épisodes….
    Ma télé n’est pas en panne, je ne regarde pas la série mais je sais qu’il y a des fans ici.



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Oui, j’ai lu ça tout à l’heure. Les talk-shows sont aussi arrêtés. Ça barde… :)
    Ma télé étant toujours en panne, je ne suis spectatrice que de ce mouvement. :)



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog