Tout le monde peut être journaliste

Par Delphine Dumont, le 15 novembre 2007 | Boulot

La semaine dernière, une vingtenaire aux liaisons foireuses (c'est elle qui le dit), Nina, se plaignait dans un billet de cette idée que tout le monde pourrait faire son boulot (journaliste). Pauvre chérie ! Elle qui croyait avoir obtenu un privilège... :')

Je vais mettre les choses au point tout de suite pour qu'on commence à discuter sur des bases claires. :)

N'importe qui peut être journaliste

Voila un métier où le plus important n'est pas la formation. Ce qui fait les grands journalistes, ce sont le talent et l'expérience. Dans l'expérience, je compte les bonnes rencontres (les anciens qui apprennent les ficelles, par exemple) comme les coups durs qui servent de leçons. La formation de journaliste n'est pas bidon comme peut l'être la formation de vendeur de certains BTS. C'est une formation solide mais terriblement scolaire.

N'importe qui ne peut pas être un grand journaliste

Aujourd'hui, on a un peu trop tendance à confondre les journalistes polémiques avec de grands journalistes. Faire du bruit, écrire des conneries à la une de son magazine comme peut le faire Jean-François Kahn, par exemple, ça fait probablement vendre mais ce n'est pas du boulot de journaliste. C'est de la com'.

Ce n'est pas parce qu'on a fait une école de journalisme qu'on a obtenu le privilège d'être journaliste. Ce n'est pas comme docteur en médecine, par exemple. Nina a dû avoir un instant de confusion. Je comprends que ça l'agace qu'on puisse dire que quelqu'un qui n'a pas fait sept ans d'études comme elle, puisse être un vrai journaliste, voire un grand ! C'est vrai, zut, quoi ! Pendant sept ans, on lui a fait croire qu'elle allait devenir la liberté éclairant le monde, et elle devrait partager sa place avec un autodidacte ?? Frute et clotte, alors ! (si vous me passez l'expression...)

Le vieux combat blogueur vs journaliste

En fait, Nina réagit à un article du Monde qui date du mois de mars. Oui, bon, huit mois pour réagir, on ne va pas s'apesantir là-dessus, espérons juste qu'elle est plus réactive en tant que journaliste qu'en tant que blogueuse. Bref, cet article du Monde est encore un superbe marronnier. Opposer les blogueurs aux journalistes, c'est un peu comme si on opposait les détenteurs de téléphone portable aux animateurs de radio. Ce n'est pas parce qu'on cause sur les ondes qu'on est animateur. Ce n'est pas parce qu'on écrit un billet qu'on est journaliste. Et ce n'est pas parce qu'on signe un article qu'on est un bon journaliste.

Maintenant, si on me demande à qui je donne le plus de crédibilité, le blogueur ou le journaliste, je répondrais : "Ça dépend". Ce n'est pas pour embêter le monde, c'est juste que, par exemple, je trouve Koz plus crédible que Kahn, ne serait-ce que parce que le premier affiche clairement ses valeurs, mais aussi pour bien d'autres points. En revanche, il y a un paquet de journalistes que je trouve plus crédibles qu'un paquet de blogueurs que je connais et que je ne citerais pas pour ne peiner personne.

Nina se plaint aussi de ce que le journaliste est déconsidéré. Beaucoup de journalistes actuels sont d'une grande paresse, voire d'une malhonnêteté intellectuelle grave. Quand ils ne se contentent pas de paraphraser la dépêche AFP sans la vérifier, de faire des coupes tendancières dans une déclaration ou de copier purement et simplement un texte écrit par un autre, ils se montrent dépourvus de la moindre curiosité, de la moindre capacité d'analyse, du plus élementaire recul.

En conclusion

Le journaliste est déconsidéré et le blogueur, probablement, surconsidéré, mais c'est la faute du premier et cela n'enlève rien au mérite du second. Au lieu d'embrayer sur cette vieille opposition stupide blogueur vs journaliste, qui a la plus grosse, qui a le mieux travaillé à l'école, etc..., ma chère Nina, tu aurais mieux fait de t'intéresser à quelque chose de plus valable. Cette opposition est infondée, blogueur n'étant pas un métier, l'opposer à journaliste, c'est comme comparer des choux et des tomates.

Ceux qui me connaissent bien me diront : « Et c'est toi qui dis ça alors que tu es payée pour bloguer ? » et je leur répondrai : « Oui, je suis une blogueuse professionnelle, mais les contraintes que l'on me donne (plus celles que je me donne toute seule comme une grande) font que mon travail est bien plus proche de la rédaction d'articles de magazines que du blogging. ». Fin de cette pièce en un acte, merci à ceux qui me connaissent bien d'avoir si bien joué leur rôle. Les décors étaient de Roger Harth... :)

Pour finir sur du plus constructif, je vous invite à lire ce billet de Jérôme Bouteiller : "Blogueur ou journaliste ? La polémique reprend". J'adore cet article, il me rappelle comme je suis futée (je n'avais pas cru au soi-disant scoop d'Arnaud Jeulin, moâ). :)

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Technorati Tags : blogueur, journaliste, salade de choux aux tomates

Lire aussi :

11 commentaires pour “Tout le monde peut être journaliste”

  1. -|- Rikko dit :

    J'aime la façon positive dont tu présente les journalistes pour remonter le moral de Nina..; ou alors c'étais pas l'objectif...

    De toute façon, je suis assez d'accord avec toi, même si une decription du bon journaliste aurais fait un contrepoint intélligent à ton propos... Un petit mot sur l'éthique, la déontologie, l'honêteté intelectuelle, n'aurais pas été de trop...

    Quand à la surconsidération du blogeur... comme ça concerne 1% de ceux ci, ça reste une niche...

    Les autres disent n'importe quoi (moi le premier) et n'en font pas mystère.

    Je pense que l'on peut s'exprimer sur tout, et que tout le monde peux le faire (blog, zine, forum, monter sur un cageot dans la rue, manif' etc... les moyens ne manquent pas).

    Ensuite, il y a le talent (et l'expérience pour reprendre ton bon argument).

    Donc, pour conclure, journaliste c'est un métier avec des bon et des mauvais professionnels, ensuite il y a des amateurs. C'est la même problématique pour les cuisiniers...



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Cuisinier ! C'est une excellente comparaison ! :D
    On peut avoir fait une grande école et être, au mieux, correct, et on peut avoir appris "sur le tas" et être l'un des plus grands. Exactement comme pour les journalistes.

    Quant à ce qui est de remonter le moral de Nina, ça me parait difficile. Ce qu'elle exprime là, plus que de la jalousie ou un sens aigu des privilèges, c'est la crainte de ne pas être aussi qualifiée qu'elle pensait l'être. Comme beaucoup d'étudiants, elle sort de l'école et elle s'aperçoit que, finalement, elle ne sait pas grand chose. Du moins, pas suffisamment pour être à la hauteur de ce qu'elle vise. Elle est donc menacée par d'autres qui, le comble !, n'ont pas fait ces 7 ans d'études ! Elle les tolèrera mieux quand elle sera rassurée sur sa propre valeur. Tout dépend maintenant du boulot et de la volonté qu'elle mettra pour réussir, apparemment, rien ne l'empêche d'y arriver. :)



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    Sur le sujet, il y a aussi ce vieux billet de Christophe Carignano, exemple parfait de mauvaise foi et d'orgueil démesuré. Si je vous le signale, c'est surtout pour la qualité des commentaires (ceux de Koz, bien sûr, ;)) mais aussi celui de Daniel Glazman qui a une façon de tauler le tôlier qui m'a beaucoup plu. :D

    À noter qu'on y trouve aussi une petite tape derrière l'oreille de la part de Maître Eolas et de Maïa Mazaurette. Bref, c'était un beau jour pour les claques... :)



  4. -|- raph, pauvre chéri itou dit :

    "Le journaliste est déconsidéré et le blogueur, probablement, surconsidéré, mais c'est la faute du premier et cela n'enlève rien au mérite du second."
    Oui enfin: si on les observe via le miroir déformant du blog. Si tu vas demander à madame Michu, du 2e, en qui elle a le plus confiance, je suis prêt à te parier qu'elle ne va pas répondre le blogueur.

    "Beaucoup de journalistes actuels sont d'une grande paresse, voire d'une malhonnêteté intellectuelle grave. Quand ils ne se contentent pas de paraphraser la dépêche AFP sans la vérifier, de faire des coupes tendancières dans une déclaration ou de copier purement et simplement un texte écrit par un autre, ils se montrent dépourvus de la moindre curiosité, de la moindre capacité d'analyse, du plus élementaire recul."
    Ca, par exemple, c'est pas très journalistique. Beaucoup, ça ne veut rien dire. Qui? Pourquoi tu dis ça? Tu as des statistiques? C'est une observation personnelle? Basée sur quels critères?

    Alors non, n'importe qui ne peut pas faire journaliste parce que journaliste, c'est pas juste écrire. Il faut un esprit de synthèse, un sens critique, de l'éthique (plein de choses qui ne s'apprennent pas dans les écoles mais sur le terrain et qui, effectivement, à mon avis, ont tendance à se perdre)



  5. -|- raph dit :

    ah et puis un détail, les dépêches afp sont faites par des journalistes, pas par des pandas rouges



  6. -|- Delphine Dumont dit :

    Madame Michu tend à ne plus avoir confiance en personne, ni le journaliste, ni l'homme politique, ni le curé, ni le blogueur (surtout si Madame Michu ne lit pas de blogs), aucun ne trouve grâce à ses yeux. Même son chien, elle commence à avoir un doute.

    Mais ce que je voulais dire, c'est que si le journaliste est déconsidéré, ce n'est pas la faute des blogueurs. Certains de ces derniers font de vrais bons blogs avec du boulot derrière, une vraie analyse, un vrai recul. Ça ne veut pas dire qu'il faut les croire sur parole mais leur travail mérite le respect, au minimum. Nina ne semble pas décidé à accorder ce respect, c'est son droit mais c'est dommage.

    Avant d'être rédactrice pour le web, j'ai été journaliste. J'ai, entre autres, passer un an à rédiger des brèves à partir des dépêches AFP. Ça ne m'empêchait pas de vérifier l'info, de l'enrichir et de la suivre. C'est ce qui me permet aujourd'hui de juger le travail des journalistes, leur apport et leur traitement de l'actu. Les dépêches AFP sont disponibles via la plupart des sites d'actu, ce n'est pas difficile de comparer ensuite ce qui nous est servi dans les articles.

    Quand je dis "beaucoup de journalistes", je dirais que ça concerne plus de la moitié, ce qui est énorme. Une bonne façon de le constater, c'est de lire la même news dans des journaux d'opinion différente. Tu as un filtre qui déforme peu ou prou l'info pour correspondre à l'opinion du journal mais tu n'as aucun enrichissement, aucune analyse. C'est ainsi qu'on peut voir une ânerie docilement répétée d'un canard à l'autre et même sur les chaînes de télé ou de radio. Bien sûr, aucun démenti, aucune correction n'est à attendre.

    L'une des preuves du maljournalisme français, pour moi, c'est l'affaire Enderlin. Depuis 4 ans, Philippe Karsenty se bat pour prouver que le reportage sur la mort de Mohamed Al-Dura est bidon. Qu'il ait raison ou tort ne change rien au fait que ses accusations sont très graves et que cela aurait dû, au minimum, interpeller bon nombre de journalistes. Quand on connait les conséquences de ce reportage, il y a des questions à poser et à se poser. Mais ça n'a pas été le cas. En attendant, Enderlin a été incapable de prouver sa bonne foi devant un tribunal cette semaine, ça fait désordre...

    Faire du mauvais journalisme, tout le monde ou presque peut le faire. Par contre, être un bon journaliste, tu as raison, ça demande du talent et de la conscience professionnelle et là, effectivement, ce n'est pas à la portée de tout le monde, loin de là !

    [Edit après avoir vu ta précision] Les dépêches AFP sont rédigées dans l'urgence, leur boulot, c'est de balancer tout ce qu'ils apprennent et le plus vite possible. Les correctifs, quand il doit y en avoir, arrivent généralement quelques heures plus tard, c'est toujours trop tard pour ceux qui ont répété sans vérifier.



  7. -|- raph dit :

    et tout le monde peut faire un mauvais blog :-D

    après, oui, si les médias préfèrent engager des stagiaires sous-payés que des pros, leur demander de faire du texte, de la photo et encore de bloguer en plus de leurs articles, pis si tu pouvais aussi me tourner quelques images pour le site web, forcément, la qualité s'en ressent. Mais je suis sûr que y a encore quelques journalistes qui aiment leur métier et le font bien, comme y a encore des cuistots qui ne font pas du MacDo



  8. -|- Delphine Dumont dit :

    Mais euuuh, c'est bon, MacDo !
    ...
    Nan, je déconne ! :D
    ...
    En vrai, on sait bien que Quick, c'est meilleur.

    Le problème des stagiaires d'aujourd'hui, c'est surtout qu'ils ne savent plus faire du bon café. C'est une vraie misère.

    Sinon, nous sommes probablement fautifs, nous continuons à lire ces canards, à écouter ces infos, bref, nous donnons raison à ceux qui choisissent la médiocrité comme ligne directrice. Quand j'avais fait un mini-sondage autour de moi, il y a 2 ou 3 ans, environ 60% des gens se disaient suffisamment informés avec le "6 minutes" de M6. Ça ne les empêchaient pas de lire ou d'écouter d'autres journaux mais c'était plus pour les faits divers et les reportages que pour se sentir mieux informés.

    Quant au fait que des journalistes aiment leur métier, je crois que la plupart sont dans ce cas. Leur réaction quand leur métier est attaqué est assez parlante. Il en reste heureusement beaucoup qui bossent bien, avec passion et intelligence, et ce ne sont pas tous des quinquas. Le journalisme n'est pas encore mort ! :)



  9. -|- Rikko dit :

    Même pô vrai, le slogan "nous c'est le got" ne suffit pas, le Quick c'est pô bon na ! (ndr* le Mac Do non plus !)

    Tu évoque avec le 6 mn un reflexe de défense face à la surinformation !

    Là où M6 vas te montrer 1mn d'image et une voix off qui va te relire la dépêche afp, sur les autres chaines tu aura :

    Bla bla bla les titres,
    bla bla bla du présentateur
    la même minute d'image avec la voix off du présentateur pour dire que là tu vois une voiture et là tu vois une maison... ho lalala
    puis 2 mn avec l'envoyé spécial sur place qui te dis qu'il en sait pas plus mais qu'il est sur le coup.....

    finalement, c'est bien le 6 mn

    j'allais oublier que tu allais te retaper un condensé de la minute d'image à la fin du journal dans le rappel des titres (à moins qu'il y ait eu une naissance de pingouins au zoo de Tokyo)... Ce serait drôle si ça n'étais pas à pleurer...

    *ndr Note De Rikko



  10. -|- Delphine Dumont dit :

    Nous, c'est le goth ? C'est un slogan barbare !



  11. -|- Rikko dit :

    Made in Germany !!!

    rofl



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2009 Redacbox