Ingrid Betancourt est en vie ! Pour combien de temps encore ?

Par Delphine Dumont, le 2 décembre 2007 | En bref

Une vidéo et une lettre sont arrivées et prouvent qu'Ingrid Betancourt était encore en vie, il y a peu. Mais ce que prouvent aussi ces documents, c'est que l'otage dépérit. Elle est suspendue à une corde que l'acide ronge lentement mais sûrement. Allons-nous attendre qu'il soit trop tard ?

Cette agonie m'en évoque douloureusement une autre. Celle d'Omayra Sánchez et c'était aussi en Colombie. Les dernières heures d'Omayra Sánchez continuent de me hanter. Lorsque je revois la photo de Frank Fournier, toute ma rage remonte, ne pas pouvoir aider m'a toujours été insupportable...

Pendant très longtemps, j'en ai voulu aux photographes qui ont capturé ces instants d'agonie. Je me demandais pourquoi ils n'avaient rien fait d'autre qu'utiliser leurs appareils pour exploiter la douleur et le désespoir. Et puis, il y a peu, un an environ, j'ai lu le récit de cette histoire. J'ai découvert l'acharnement qu'ont mis certains journalistes à essayer de sauver Omayra. Il suffisait d'une moto-pompe, une simple moto-pompe pour aspirer l'eau et atteindre les gravats qui la retenaient prisionnière.

On connait l'histoire, la moto-pompe est arrivée trop tard, Omayra était morte. Ce qu'on ignore souvent, c'est le réconfort qu'ont tenté d'apporter tous ceux qui étaient présents, leurs efforts pour faire venir des équipes de secours bien équipées. Omayra est morte mais elle n'a pas été totalement abandonnée.

Je n'ai pas retrouvé le lien de cet article mais vous pouvez lire "Omayra.. Un ange né à Armero" et (si vous êtes anglophone) "Picture power: Tragedy of Omayra Sanchez" sur le site de la BBC.

Même pays, même chaos

Je n'accuserais jamais les dirigeants colombiens de l'époque d'avoir délibérément laissé Omayra mourir, sauf par négligence. Cependant, on retrouve dans ce drâme comme dans celui d'Ingrid Betancourt, le même chaos, la même impression que personne ne dirige rien, que trop d'intérêts entrent en conflit. Un peu comme au Moyen-Âge en France, quand de petits seigneurs guerroyaient les uns contre les autres et que les premières victimes étaient les serfs qui mourraient dans des dommages collatéraux, pour reprendre l'euphémisme actuel.

Ingrid Betancourt nous parle, à nous, les Français. Elle nous envoie un message d'amour et de reconnaissance. En sommes-nous dignes ? Nous ne pourrons répondre par l'affirmative que lorsqu'elle sera saine et sauve, auprès de sa famille.

Comme pour Omayra, il y a urgence. Comme pour Omayra, seule une mobilisation massive pourra être efficace. Comme pour Omayra, il faut se garder de juger trop vite et se rappeler que le plus important se déroule dans l'ombre. Les négociations avec les Farc ne seront pas diffusées par TF1, cela ne veut pas dire qu'elles n'ont pas lieu. Il est difficile, dès lors, d'exiger des preuves d'avancement. Nous devons être tenaces mais pas capricieux.

Message à Ingrid

Ingrid, je vous connais si peu, quelques photos, quelques textes, c'est tout ce que je sais de vous. Pourtant, je vous aime. Je sais aussi très peu, bien trop peu de choses sur la Colombie, sur votre combat et pourtant, je vous suis reconnaissante. Par votre courage et votre volonté, vous montrez que les femmes peuvent changer le monde. Merci.

Dans votre lettre, quand vous vous adressez à vos enfants, je vois la mère qui reboutonne un gilet avant le départ pour l'école, qui aide pour les devoirs, qui lit l'histoire du soir, qui offre le monde à ses enfants, toujours attentive, toujours infiniment aimante, toujours émerveillée par ses enfants. Une mère aussi qui, malgré le poids que cela fait peser sur son entourage, ne lâche pas ses combats, montrant ainsi que certaines luttes se payent cher mais qu'il faut les mener.

Ingrid, ils vous ont pris tout ce qu'ils pouvaient vous prendre. Mais la femme que vous êtes, votre personnalité, ils ne pourront jamais vous la retirer. Tenez bon, vous menez le bon combat. Je vous aime, je pense à vous.

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.

Technorati Tags : Ingrid Betancourt, Omayra Sánchez, Colombie

Tweet

6 commentaires pour “Ingrid Betancourt est en vie ! Pour combien de temps encore ?”

  1. -|- Balise dit :

    Et là, c'est le drâme. Ton billet me tire une paire de larmes (grmbl), je m'essuie l'oeil, et j'oublie que j'ai manipulé du piment ya 3 minutes.
    Beau billet, cela dit. (Comment ça, c'est pas vraiment adequate comme commentaire ?)



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Désolée ! ;)
    Mais pas de souci, la "bonne" réponse n'existe pas. :)



  3. -|- Xuen-des-Bois dit :

    Par contre j'ai eu beau chercher un peu, aucune mention de la fidèle Clara Rojas, qui, libérée dans un premier temps, a voulu retourner en enfer pour ne pas quitter Ingrid Bétancourt... Est-elle toujours vivante aussi ?



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Dans les extraits de sa lettre publiés dans Le Figaro, à la toute fin, Ingrid Betancourt écrit qu'elle n'a aucune nouvelle depuis longtemps ni de Clara, ni de son bébé. :(



  5. -|- jean dit :

    Toute cette affaire me rapelle une histoire qui s'est passé il y a plus de 35 ans
    http://www.historia-nostra.com/i...



  6. -|- Delphine Dumont dit :

    Permettez-moi d'être carrément en désaccord avec vous. Je m'explique :
    1 - Ceci n'a rien à voir avec un syndrome de Stockholm qui n'existe qu'entre le ou les otage(s) et les ravisseurs. À moins de considérer que la famille Betancourt, la France et tous les autres intervenants soient otages, ceci n'a pas lieu d'être évoqué.
    2 - Insulter les ravisseurs ne fait probablement pas partie des attitudes les plus intelligentes dans ce genre de cas.
    3 - Si vous avez écouté l'intervention de Nicolas Sarkozy, il n'a absolument pas flatté les Farc, mais seulement reconnu leur puissance.



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2011 Redacbox