Quand le cinéma fabrique du sexisme

Par Delphine Dumont, le 13 février 2008 | Lectures, Tous concernés |

Entre la version livre et la version film de n'importe quelle histoire, il y a toujours des différences inévitables. Le support de narration impose ses contraintes et apporte ses atouts qui entraînent les modifications. C'est normal et je serai bien la dernière à vérifier, livre en main, que le film est conforme.

Mais parfois, les différences vont bien plus loin que la suppression d'un passage ou un déplacement de l'action...

Un livre de Dick King-Smith, "Le dragon des mers", a été adapté en film sorti aujourd'hui. Il y a quelques jours, j'ai acheté le livre pour le lire à ma fille, nous adorons les histoires de dragons.

Si le style et l'histoire ne m'ont pas bouleversée, en revanche, j'ai aimé les personnages : la petite fille débrouillarde, le petit garçon gourmand, la mère courage (indispensable !) et le grand-père grognon. Stéréotypés mais sympas.

Dans le livre, après une tempête, Kristie est impatiente d'aller voir ce que la mer a rejeté sur la plage. Dès qu'elle a le feu vert parental, elle se rue sur le rivage et trouve l'œuf de dragon. Elle le ramasse et le ramène à la maison en cachette, avec la vague complicité de son frère. Elle le met dans un seau, puis dans la baignoire où l'œuf éclot durant la nuit. Au petit matin, elle se précipite à la salle de bains et découvre le petit dragon. Elle est toute excitée et court chercher son frère qui dort encore. Elle lui montre le bébé dragon et... Bon, si vous voulez savoir la suite, achetez le livre. :)

Je vous laisse maintenant regarder la bande-annonce sur AlloCiné. C'est le petit gars qui mène l'aventure, un bon grand garçon bien courageux, la petite fille est devenue une grande bringue à la limite de l'hystérie. Toute l'histoire semble donc désormais une énième aventure d'un bon petit gars qui brave l'opinion et les éléments pour son nouvel ami extraordinaire. La fille devient si peu importante pour l'histoire qu'elle n'apparait qu'en huitième position dans la liste des acteurs du Dragon des mers.

Et bien non ! C'est trop facile ! La cruchisation de la fille n'est pas un dommage collatéral. Qu'est-ce qui justifie que l'on modifie ainsi l'histoire ? Qu'une fille soit l'héroïne plutôt que le garçon, c'est tellement insoutenable ? Franchement, je ne vois pas ce qui peut motiver une telle dénaturation de l'intrigue. Voila comment on propage l'idée que les filles sont des cruches hystériques et les garçons, des p'tits gars bien !

Ce film ne semble pas avoir retenu l'attention des critiques, ni Studio, ni Chronicart ne se fendent d'une critique. Le Monde l'assassine en douceur. A se demander si ce loupé n'aurait pas un rapport avec la trahison de la trame...

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Flattr this!

Tweet

À lire aussi sur ce blog :

11 commentaires pour “Quand le cinéma fabrique du sexisme”

  1. -|- Rikko dit :

    Wooooooooo !!! Du calme !
    Vas voir le renard et l'enfant, ça vas te réconcillier avec le cinéma !



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Ma fille en a justement très envie mais pas mon fils. Je crois qu'on va finalement aller voir Le Merveilleux magasin de Mr Magorium. :)



  3. -|- Rikko dit :

    Dommage ! tu rates (mais je confirme : le garçon ça va le gonfler... moi ça m'a gonflé... c'est un truc de fille !)



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Oui, bon, en fait, je n'étais déjà pas allée voir la Marche de l'Empereur. Ni Microcosmos. Peut-être que j'ai eu tort. Mais bon, le coup du renard.. bof, quoi. Des renards, je n'ai que 500 mètres à faire pour en voir (quand il n'y a pas ces c... de chasseurs). Tandis qu'on manque cruellement de Monsieur Magorium dans le coin.



  5. -|- jtk dit :

    vous exagérez:

    d'abord pour fabriquer du sexisme à partir de ce film il faudrait distribuer le livre avec pour comparer (et si comme vous dites le livre est meilleur ça ne risque pas de se produire), ou alors tous les films mettant en scène un personnage masculin sont sexistes (c'est peut-être votre thèse d'ailleurs je l'ignore).

    ensuite, la plupart des petites filles et des femmes préfèrent les histoires d'aventures dont le héros est un garçon ou un homme (et je dis "la plupart" pour ne pas dire "celles qui sont normales"), après si on peut se permettre de déroger aux attentes de la majorité dans un livre, dans un film c'est plus risqué commercialement



  6. -|- Delphine Dumont dit :

    J'exagère ? Ah... peut-être. Simplement, comment appelle-t-on alors le fait de faire d'une petite fille courageuse, un plat de nouilles hystérique ?

    Sinon, l'affirmation "la plupart des petites filles et des femmes préfèrent les histoires d'aventures dont le héros est un garçon ou un homme" me laisse plus que dubitative. Une source ?



  7. -|- Le blog du monde qui avance dit :

    Le sexisme n'est pas obligatoire

    Sous mon billet Quand le cinéma fabrique du sexisme, une phrase du commentaire de JTK me chatouille : « ensuite, la plupart des petites filles et des femmes préfèrent les histoires d'aventures dont le héros est un garçon ou un...



  8. -|- jtk dit :

    "comment appelle-t-on alors le fait de faire d'une petite fille courageuse, un plat de nouilles hystérique?"

    une adaptation (très) libre d'un livre à l'écran.

    1) hystérique

    c'est amusant que teniez tant que ça au mot "hystérique" qui est vide de sens médicalement dans son acception courante (celle que vous utilisez) mais très porteur de sexisme. vous appelez la petite fille "hystérique" juste parce qu'elle crie? ou vous pensez vraiment que son utérus se promène à l'intérieur de son corps? vous pensez que seules les femmes crient? vous estimez qu'il est indigne de crier?
    c'est assez surprenant parce qu'en voyant la bande annonce je n'ai pas du tout pensé "hystérique" mais plutôt "cirque hollywoodien". et quand j'entends une femme crier (ce qui se produit plus souvent que les hommes statistiquement) je ne pense pas "tient un sous-être", ce qui est à peu prêt synonyme d'"hystérique" quand on regarde le fond des choses.
    pour moi le fait que la petite fille crie est un détail inintéressant dans la bande annonce, et pourtant c'est manifestement très important pour vous.

    2) plat de nouilles

    j'imagine votre déception et votre indignation devant le fait qu'un cinéaste ait transformé un personnage qui vous est cher en second rôle insignifiant (j'imagine que c'est ce que vous voulez dire par "plat de nouilles").
    donc disons une adaptation très libre et très peu fidèle...

    3) conclusion

    je me souviens que l'auteur de la première adaptation du seigneur des anneaux (en dessin animé) avait fait l'objet de menaces de mort de la part de fans pour son manque de fidélité, donc vous avez bien le droit de trouver cette adaptation nulle et d'en faire publicité, cela me semble assez modéré...
    mais est-ce la peine pour autant de propager l'idée sexiste qu'une petite fille qui crie est un sous-être?
    votre billet n'est-il pas plus sexiste que la bande annonce dont il est l'objet?



  9. -|- Delphine Dumont dit :

    Si vous passiez moins de temps à me prêter des intentions que je n'ai pas et plus de temps à lire ce que j'ai écrit, vous comprendriez mieux et ne vous égareriez pas ainsi.

    Lisez le livre (il est plutôt sympa, vous n'y perdrez pas votre temps). L'héroïne est une petite fille vive et curieuse, très sympathique. C'est un personnage positif. Dans le film, la fille n'est plus qu'un faire-valoir du garçon, elle est peureuse, timorée, etc... C'est un personnage négatif.

    Qu'après, le réalisateur change des mots, des passages, vous ne soupçonnez même pas à quel point, je m'en fous. Mais faire d'un personnage positif, un personnage négatif quand il se trouve, comme par hasard, que ce personnage est une fille et que rien ne justifie cette modification, sauf le sexisme, je ne le laisserai pas passer.

    Enfin, je ne répondrai pas à vos divagations sur le mot "hystérique". Ce n'est pas parce que l'origine d'un mot est basée sur une erreur que le mot se vide de son sens. Ouvrez un dictionnaire et lisez-le, c'est très instructif.

    Sur ces bons conseils de lecture, je vous souhaite une bonne soirée.



  10. -|- jtk dit :

    "Si vous passiez moins de temps à me prêter des intentions que je n'ai pas et plus de temps à lire ce que j'ai écrit, vous comprendriez mieux et ne vous égareriez pas ainsi."

    ça c'est de l'argument!
    miroir magique incassable un deux trois touché terre cadenas...

    vous êtes vraiment très drôle dans votre façon de détenir la vérité.

    mais merci quand même, pendant que vous vous posez des questions publiquement, vous nous faites quand même tous réfléchir. (même si vous refusez de vous poser des questions sur vos questions, après tout... quelle importance?).



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    Et vous persistez, c'est hallucinant, réellement !
    Je n'ai pas prétendu détenir la vérité, j'ai juste dit et je n'hésiterais pas à le répéter si vous avez toujours du mal à le comprendre que je suis bien mieux placée que vous pour savoir ce que je veux dire. Je connais bien mieux mes intentions.

    Si ce n'est toujours pas clair, relisez le paragraphe ci-dessus, ça va finir par venir, c'est obligé.



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2016 Redacbox