Les passants qui comptent

Par Delphine Dumont, le 11 mars 2008 | Général

On a tous, dans notre vie, croisé des passants qui ont pris une importance inattendue. Je ne parle pas des gens qui ont bouleversé votre vie, de grandes histoires d’amour ou d’amitié. Je parle de ces gens, des collègues ou des amis d’amis, qui, par une phrase ou une attitude, nous ont marqué. On ne reste pas particulièrement en contact avec eux, il n’y a pas de coup de foudre, pas de bouleversement dans votre vie, mais ce que vous avez partagé est si fort que vous ne pourrez jamais les oublier.

Quand elle était adolescente, ma sœur a rencontré celle qui devait devenir sa meilleure amie : Sophie. Sophie était une adolescente qu’on ne pouvait ignorer. Le cœur sur la main, toujours de bonne humeur, le rire et la voix qui portaient loin. Elle n’était ni la plus belle, ni la plus intelligente du groupe d’amis de ma sœur, mais sûrement l’une des plus aimées.

Une main tient un coeur - photo : nejron - Stock Xchng

Plusieurs fois, nous avons partagé des repas et des sorties, avec ou sans ma sœur, d’ailleurs. On s’entendait bien et passer un moment avec elle était toujours agréable. Elle était très à l’écoute et avait toujours des réflexions pleines de bon sens. Nous avons même passé trois jours ensemble, un été. Trois jours à rire, à jouer les touristes à Paris (en en faisant un max), à nous éclater à la mer, etc… Je garde un souvenir lumineux de ces trois jours.

Quand on a découvert le cancer de ma mère, elle a été là, totalement là. Je n’habitais plus avec ma mère, j’avais mon propre studio, je travaillais et je venais de rencontrer le père de mes enfants. J’étais donc peu disponible et très soulagée de savoir Sophie si présente, de la savoir auprès de ma sœur quand Maman était à l’hôpital.

Quelques mois plus tard, quand ma mère est morte, Sophie a fait preuve de sa sympathie habituelle. Parmi tous les gens qui se sont manifestés à ce moment, je me souviens particulièrement bien de Sophie, de la vraie chaleur qu’elle transmettait quand elle me parlait.

Encore plus tard, Sophie s’est mariée et a mis au monde une ravissante petite fille. Trois mois plus tard, je donnais naissance à mon fils. Sophie est venue à la maternité avec sa fille et nous avons pris une photo des deux bébés. C’était très drôle, sa fille de trois mois seulement paraissait énorme à coté de mon nouveau-né de fils qui, du coup, faisait très crevette (malgré un poids de naissance très correct : 3,4 kgs).

Comme toutes les jeunes mamans primipares, nous avions des millions de choses à nous dire, Sophie et moi. Cette visite à la maternité, plutôt banale finalement, j’en garde aussi un souvenir lumineux.

Par la suite, j’ai quitté le Nord et je n’ai revu Sophie qu’une fois, au mariage de ma sœur. Puis je l’ai perdue de vue, assez banalement aussi. Vous savez comment c’est, on se promet d’envoyer un mot, de passer un coup de fil et puis, on n’a jamais le temps, on oublie. On se jure qu’au prochain séjour dans le Nord, on reverra tous ces gens qui ont compté et puis, les journées n’ayant que 24 heures, on enchaîne les repas de famille, les visites aux meilleurs amis et il est déjà temps de rentrer. On est frustré de ne pas avoir pu voir tous ceux qu’on voulait retrouver et on se jure bien que la prochaîne fois, alors là, c’est sûr, on trouvera le temps…

Bref, je n’ai pas revu Sophie après le mariage de ma sœur, il y a plus de quinze ans, mais je ne l’ai jamais oubliée. Repenser à elle m’a toujours fait chaud au cœur, mais je n’ai jamais été foutue de trouver le temps de la revoir.

Aujourd’hui, c’est l’enterrement de Sophie. Elle est morte d’un cancer foudroyant.

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Photo : nejron - Stock Xchng

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.

Technorati Tags : cancer, amitié, Sophie

Lire aussi :

6 commentaires pour “Les passants qui comptent”

  1. -|- effigy dit :

    je vois: aucun commentaire pour le moment, je comprends car que dire? désolé, c’est bien court, et pour le reste, saches que quelque part quelqu’un y pense un tout petit peu.



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Merci, c’est vraiment gentil.
    Ne t’inquiète pas, les gens ne sont pas indifférents, plutôt réticents à s’exprimer en commentaires, mais ils savent utiliser les mails et le téléphone.

    Merci encore à tous pour votre sympathie.



  3. -|- Rikko dit :



  4. -|- Darcy dit :

    La chute est terrifiante



  5. -|- Delphine Dumont dit :

    La vie est parfois terrifiante.



  6. -|- couliine dit :

    ainsi va la vie…



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog