Qu’est-ce qu’une femme sans homme ?

Par Delphine Dumont, le 17 mai 2008 | Tous concernés

C’est la question que pose l’un des personnages de “Je te quitterai toujours” à une détective lesbienne, Lauren Laurano. Comme beaucoup de gens, il est incapable de concevoir qu’une femme puisse être heureuse sans mâle dans sa vie.

Je ne sais pas qui a choisi les titres des romans de la série des Lauren Laurano, mais on dirait du Harlequin. Je vous laisse juger :

  • Everything You Have Is Mine (1991) Tout ce qui est à toi ;
  • I’ll Be Leaving You Always (1993) Je te quitterai toujours ;
  • My Sweet Untraceable You (1994) Toi ma douce introuvable ;
  • Let’s Face The Music and Die (1996) Toute la mort devant nous ;
  • Gonna Take a Homicidal Journey (1999) Long Island Blues.

Les histoires sont assez noires et vraisemblables, il n’y a pas de poursuites haletantes, ni de coups de feu en rafale. L’héroïne, Lauren Laurano, est une détective d’une quarantaine d’années, complexée par sa petite taille (1,57m). Elle vit depuis douze ans avec une psychothérapeute, Kip, au cœur de Greenwich Village. On ne voit pas bien le rapport avec les titres Harlequin-style, mais bon, les livres sont bons, c’est le principal.

Bref, voici le passage dont je voulais vous parler.

« — Puis-je vous poser une question personnelle, Lauren ?
Je crois que je sais ce qu’il va dire, mais je le laisse s’exprimer.
— Qu’est-ce qu’une femme sans homme ?
— Posez-vous la question en ces termes : qu’est-ce qu’un rat musqué sans téléphone ?
En jetant un œil à son reflet dans la porte vitrée, je vois qu’il n’a pas bougé et arbore une expression effrayée. Bien. »

Magnifique, non ? :)

J’ai complètement oublié de citer l’auteur : Sandra Scoppettone.

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.
Vous avez aimé ce billet ?
Faites-le connaître en votant pour lui sur Wikio :
Voter pour cet article sur Wikio.fr

Technorati Tags : Sandra Scoppettone, Lauren Laurano, homosexualité

Lire aussi :

13 commentaires pour “Qu’est-ce qu’une femme sans homme ?”

  1. -|- Balise dit :

    C’est de qui ?

    Isa qui cherchait des trucs à mettre dans sa commande mamazon



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Oups ! Désolée ! J’ai complètement oublié ce point important. C’est de Sandra Scoppettone.

    Billet corrigé avec lien vers Amazon. Toutes mes confuses. :)



  3. -|- Rikko dit :

    Une femme sans homme est une femme libre… mais seule… Donc, c’est comme un homme sans femme mais en plus joli (si elle est jolie)… sinon on dira qu’elle a du charme !!!

    Ok je sors!



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Une femme sans homme est seule ??? Tsss !

    Relis le billet, Lauren Laurano a beau être une femme sans homme, elle n’en est pas moins particulièrement bien accompagnée.



  5. -|- Personne :D dit :

    Ah l’homme, unité de la résistance dans le système international quite aux travaux essentiels de ce bon vieux Georg Simon (http://fr.wikipedia.org/wiki/Georg_...)… Et dieu sait s’il en faut de la résistance pour vivre avec une femme :P Cette homonymie n’est donc probablement pas si fortuite qu’il n’y parait !
    Mais trêve de bilevesées, j’entends l’appel de la femme (oui bon, pas encore tout à fait, mais malgré son jeune âge, pas de doute possible) la plus proche qui ne peut se passer de moi :o)

    Quand la soupe appelle… (et alors est-ce qu’elle le sait elle que ce n’est aps l’heure de la soupe ?!?)



  6. -|- Rikko (le seul l'unique le vrai, le violet) dit :

    Nah !!!

    Une femme sans homme est une femme seule !!!

    Je persiste et signe….

    Parce que dès qu’elle est accompagnée, elle n’est plus sans homme….

    Ce n’est que de la logique… Ou alors 1+1= pas 2 et on m’aurais menti !!!



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Oui, mais ça, c’est ton côté irréductible. Donc, ça ne compte pas. :)



  8. -|- Rikko (lui même !) dit :

    Ben pourquoi ???

    On peut être irréductible, voir même entier et savoir compter !



  9. -|- JulienA dit :

    Ce n’est pas totalement dénué de logique.

    Une femme accompagnée d’une femme, ça ne fait pas deux femmes ensemble, mais deux femmes seules :D

    Signé : Anonyme
    (JulienA ? Connais pas…)



  10. -|- Rikko (encore ?) dit :

    Pas d’accord….

    Par principe

    Deux femmes ensemble ça fait deux maris qui ont le temps de reprendre un bière…



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    JulienA & Rikko > Sur le pont avec deux seaux et deux balais, frottez-moi ce pont jusqu’à ce que je puisse me voir dedans !



  12. -|- Rikko (qui vas sûrement pas faire le ménage à la place du mousse) dit :

    Tu me semble très attachée à ton image…

    Petit rappel : à part sur les petit bateau de frimeur Venicien, on ne vernis ni ne cire le pont d’un vrai navire (je ne parle pas des trucs de tarlouzes motorisé…)

    voir : http://www.azureva.com/italie/mags/...

    Donc pour ton image tu repasseras (et ça tombe bien… j’ai du linge en retard)

    Sinon, pour apprendre à JUJU à pas mettre de S à THE SimpsonS… Il va me refaire le gaillard d’arrière à la brosse à dent car le mousse vieilli et n’est plus le gaillard d’avant !



  13. -|- JulienA dit :

    Jamais, traître anglophile ! Moi vivant, les Simpson ne prendront pas de S final.

    Delphine sait très bien qu’elle ne pourra jamais voir son reflet sur le sol du pont… C’est toute l’astuce, pour nous faire briquer jusqu’à la fin des temps.

    Faire l’arrière à la brosse à dent ? Non sens total. Autant se torcher les dents.



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog