Il n’y a pas de déontologie au numéro que vous avez demandé

Par Delphine Dumont, le 8 juin 2008 | Général

Les signes se multiplient ces derniers temps. Il devient difficile de relever tous les cas de manquements à la déontologie. On est obligé de ne s’attarder que sur les plus flagrants. Bien sûr, il parait que c’est de la faute d’Internet. En tant que présidente du WWW, je viens prendre sa défense et prouver que ce n’est pas lui le coupable. Journalistes fautifs, votre compte est bon !


Quelques cas célèbres ont déjà défrayé la chronique. Je pense à l’affaire Elkabach/Sevran, à l’affaire du SMS pour laquelle, bien que pris en flagrant délit, Airy Routier refuse de présenter ses excuses, aux mensonges du Nouvel Obs, heureusement dénoncés par Jean Quatremer, etc…

Il y avait aussi eu, en novembre dernier, ce billet hallucinant de Judith Bernard. Elle y reconnaissait ne pas savoir de quoi elle parlait, mais cela ne l’empêchait pas d’être absolument catégorique. C’était si énorme que, passée la stupeur, j’avais éclaté de rire.

Journal en boule (photo : Lusi, Stock Xchng)À chaque jour, sa faute

À coté de ces cas célèbres, une multitude de petits signes confirment la déliquescence du journalisme actuel. JulienA d’Appèrisphère relève deux fautes :

  • Danette et le racisme supposé ;
  • Internet pervertit le journalisme.

Dans la seconde affaire, 20Minutes a au moins l’élégance de reconnaître son erreur et de présenter ses excuses. Alain Korkos n’a pas cette classe…

Via Damien Van Achter, je découvre le coup du numéro 46 de Chronic’Art. Ce numéro est totalement bidon, c’est un très joli coup médiatique de la part d’une équipe brillante.

Une fine mouche, Michel Levy-Provençal a tout compris. Il explique sa démarche sur L’Observatoire des Médias : “Chronic’art #46 : un fake pour créer du buzz“. Il révèle aussi qu’un journaliste s’est fait piéger : David Abiker.

Je clique sur le lien pour lire la boulette de David Abiker et l’ajout à la fin me fait sursauter. L’auteur a appris qu’il s’est trompé, qu’il s’est fait avoir par le poisson de juin de Chronic’Art et en informe ses lecteurs.

David Abiker pourrait reconnaître son erreur de façon sportive et présenter des excuses, à l’instar de 20Minutes. Mais non ! Monsieur Abiker a l’égo trop fragile. Voici ce qu’il écrit :

« Attention cette vraie chronique est basée sur de fausses informations parues dans Chronicart…, voir ici »

Comme vous le constatez, le lien renvoie vers une autre de ses chroniques où il ne reconnait que du bout de sa plume son erreur. Il termine d’ailleurs son billet par un “on” qui englobe le lecteur dans la responsabilité, oui, la charge de la faute est moins lourde quand on en colle un bout aux passants.

Déjà, dans son ajout sur sa première chronique, David Abiker parlait de “fausses informations parues dans Chronic’Art”. Pour ceux qui ne suivront pas le lien en bout de phrase, cette expression semble indiquer que c’est Chronic’Art qui s’est planté et qui a ainsi abusé David Abiker. Pour l’élégance, on repassera, elle est allée voir ailleurs avec la déontologie.

Daniel Schneidermann devrait proposer une formation continue…

Le point commun entre Judith Bernard, Alain Korkos et David Abiker ? Ils travaillent tous les trois pour (avec ?) Daniel Schneidermann. Ce dernier a lancé son site “Arrêt sur Images” en prétendant faire de l’info autrement. Personnellement, je pense qu’ils auraient pu s’éviter tous ces frais et rejoindre directement le Nouvel Obs dont ils partagent visiblement la déontologie.

Un nouveau métier : chercheur-vérificateur

Pendant ce temps-là à Vera Cruz, via Twitter, l’excellentissime Jean-Luc Raymond nous signalait la naissance d’un nouveau métier : chercheur-vérificateur. La nécessité est incontestable. Plus qu’hier et moins que demain même.

Photo : Lusi - Stock Xchng

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Lire aussi :

29 commentaires pour “Il n’y a pas de déontologie au numéro que vous avez demandé”

  1. -|- effigy dit :

    oui ce “nouveau” métier, que je pensais aussi partie intégrante de celui de journaliste, s’avère indispensable; d’un autre côté heureusement que nous sommes dimanche, car de lien en lien j’ai passé un bon moment, agréable au demeurant, avec des fous rires mais aussi, hélas beaucoup de consternation.



  2. -|- Tibert le Chat dit :

    «Personnellement, je pense qu’ils auraient pu s’éviter tous ces frais et rejoindre directement le Nouvel Obs dont ils partagent visiblement la déontologie.»

    Mouais. Autant relever ce genre de problème me semble important, autant cette remarque me semble assez peu fondée. Il y a tout de même une différence entre fabriquer des infos et tomber dans le piège. On peut s’excuser d’être tombé dans le piège et d’avoir relayé une fausse info, mais ça ne requiert pas le port du cilice pour autant.

    Quant à Alain Korkos: premièrement, il est chroniqueur sur un domaine précis (l’analyse et la mise à distance historique des images), et pas journaliste; deuxièmement, il a bien reconnu son erreur. Je cite:

    «Mise à jour du 21 mai
    «Après repérages menés par certains asinautes dans leurs supermarchés préférés et après la communication téléphonique que l’un d’eux a eue avec le service de presse de Danone, il apparaît que la répartition des effigies de foutbôleurs sur les pots de crème est totalement aléatoire.
    «J’avais ingurgité seize pots avant de rédiger cette chronique pâtissière et fautive, je promets pour ma peine d’en avaler seize autres dans les plus brefs délais.»

    Le 22 mai, un article sur Arret sur Images reprenait le détail de l’enquête menée par les abonnés via le forum, et Schneidermann publiait une chronique intitulée «L’affaire Danette» dans laquelle on peut lire:

    «Quand les premiers doutes sur la véracité de la théorie korkossienne se sont faits jour dans le forum, nous aurions dû avoir le réflexe, dans l’équipe de rédaction, de vérifier nous-mêmes auprès du service consommateurs de Danette. Hurluberlu, comme son pseudo ne l’indique pas, nous a pris de vitesse. Bien. Ravalons notre humiliation, et promettons de faire mieux la prochaine fois.»

    La bourde n’a donc pas été passée sous silence, ni par Korkos, ni par la rédaction d’Arrêt sur Images.

    Cependant, vous dites: «Dans la seconde affaire, 20Minutes a au moins l’élégance de reconnaître son erreur et de présenter ses excuses. Alain Korkos n’a pas cette classe…»

    Du coup, cette partie de votre billet a un petit côté arroseur arrosé. Pensez-vous présenter des excuses pour avoir dénoncé un manque de classe imaginaire? (Une simple modification de la phrase que je cite suffira largement, bien entendu.)

    Pour les autres affaires, je ne les ai pas suivies. Je m’abstiendrai donc de les commenter.



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    Effigy > Oui, il y avait de la lecture. Et oui, on rit jaune… :(

    Tibert > Le billet n’est plus accessible librement en ligne, mais si je me souviens qu’Alain Korkos avait reconnu son erreur, je ne garde pas ses excuses en mémoire. De plus, il a rajouté son “edit” en fin de billet et n’a pas non plus publié un billet spécial d’après ce que je vois de son sommaire. Combien d’internautes ont lu ce billet sans aller jusqu’au bout et voir la correction ? Combien d’abonnés à ASI le feront ? Ce n’est pas parce qu’on n’est “que” chroniqueur et non journaliste que l’on n’est pas astreint à un certain nombre de devoirs. Les lois sur la publication sont extrêmement bien faites. Quand on publie, qu’on soit pro ou amateur, on est contraint de les respecter. Alain Korkos a de la chance que Danone ne soit pas procédurier. Pour les excuses, elles n’existent pas non plus dans l’extrait que vous citez. Elles me paraissent pourtant minimales.

    Quant à mon amalgame entre le Nouvel Obs et ASI, je ne le renie pas une seconde. Quand on va clamant partout haut et fort qu’on va redorer les métiers d’information, le minimum est de demander à ses collaborateurs d’être à la hauteur. Quand 3 chroniqueurs se montrent moins dignes que Madame Michu, il faut soit rabattre un peu sa prétention, soit les corriger.

    J’ai un amour quasi viscéral pour le Journalisme et, si je reconnais que nul n’est parfait et que nous avons tous le droit à l’erreur, quand certains comme Airy Routier ou la bande de chroniqueurs d’ASI le ternissent à ce point, je ne suis pas contente [doux euphémisme inside].



  4. -|- JulienA dit :

    En effet, j’ai trouvé l’article qui parlait de son erreur sur Danette, mais parce que je l’ai cherché. Il n’est nullement apparu dans le flux RSS où j’ai trouvé le premier article… C’eut pourtant été la moindre des choses.

    Combien de personnes retournent lire un article une seconde fois ? La plupart des lecteurs sont probablement toujours persuadés que Danette a effectué une opération comm frisant le racisme.

    Pourtant, je dois préciser que j’aime beaucoup lire Arrêt sur Images, qui aide à prendre du recul sur les médias traditionnels. Mais personne n’aide à prendre du recul sur Arrêt sur Images ;-)



  5. -|- Rikko (qui lève doigt !) dit :

    tite question : ça sert à quoi la déontologie ?

    Ok…
    OK…
    Je sors



  6. -|- JulienA dit :

    à ne pas confondre avec la gérontologie, bien entendu.



  7. -|- Rikko (qui viend de prendre un coup de vieux !!!) dit :

    J’avais compris !

    Alzheimer et déontologie ne font pas toujours bon …… mince… j’ai oublié !



  8. -|- effigy dit :

    “Le tout avec la complicité de certains journalistes qui ne devraient pas oublier que cette qualité ne leur donne pas la compétence minimale pour parler de n’importe quel sujet.”
    extrait de l’excellent article de quatremer : http://bruxelles.blogs.liberation.f...



  9. -|- Delphine Dumont dit :

    Oui, c’est vraiment un excellent billet. On sent bien Jean Quatremer un tantinet énervé. ;)
    Chez Eolas aussi, on peste contre les journalistes qui ne font pas leur boulot :
    Brèves de justice.



  10. -|- effigy dit :

    oui j’avais vu, tu as vu pur une fois je ne suis pas hors sujet?



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    Ça se fête ! Champomy ? ;D



  12. -|- effigy dit :

    comme tu as pu t’en apercevoir j’ai des problèmes avec les pommes :)



  13. -|- Delphine Dumont dit :

    Ok, sans pommes. Voyons… Un pur cocktail de ouf (Orangina + grenadine) ? :D



  14. -|- Rikko dit :

    ça s’appelle un indien !

    ça s’invente pô !

    Je suppose que les journalistes américains dans un souci de langue de bois et de politiquement correect appelle ça un Native American.



  15. -|- Delphine Dumont dit :

    Exactement. Et même que c’est délicieux. Et on peut varier les plaisirs en remplaçant la grenadine par du sirop de fraise, de framboise, de cerise ou de cassis.



  16. -|- Rikko dit :

    Ya pu de sirop de rhum ?



  17. -|- Alain Korkos dit :

    « Dans la seconde affaire, 20Minutes a au moins l’élégance de reconnaître son erreur et de présenter ses excuses. Alain Korkos n’a pas cette classe… », dites-vous.

    SI vous aviez lu plus attentivement ma chronique et les commentaires du forum qui y est attaché, vous vous seriez rendu compte que :

    1. en date du 17 mai à 18h21, je disais dans le forum :
    « Si d’autres personnes ici confirment que les autocollants sont posés de manière aléatoire sans distinction de couleur (avec photos à l’appui, si possible !), alors je fais mon mea culpa » ;

    2. en date du 20 mai à 10h29, je disais dans le forum :
    « Il semblerait que je me sois infligé l’ingestion de seize danettes (seize !) pour pas grand-chose, voire pour rien »
    et j’annonçais qu’une mise à jour de la chronique venait d’être effectuée.

    3. J’apportais donc une modification, signalée en début de texte. Voici la teneur de cette modification que vous pouvez aller lire en fin de chronique, en italiques et en gras, à condition que vous soyez abonnée (comment ça vous n’êtes pas abonnée ! Oooh ! c’est pas bien !) :

    « Mise à jour du 21 mai

    Après repérages menés par certains asinautes dans leurs supermarchés préférés et après la communication téléphonique que l’un d’eux a eue avec le service de presse de Danone, il apparaît que la répartition des effigies de foutbôleurs sur les pots de crème est totalement aléatoire.

    J’avais ingurgité seize pots avant de rédiger cette chronique pâtissière et fautive, je promets pour ma peine d’en avaler seize autres dans les plus brefs délais. »

    Voilà.
    Votre billet date du 8 juin. Dix-sept jours après la bataille, donc, vous écrivez allègrement n’importe quoi. La paille et la poutre, vous connaissez ?
    Maintenant, à vous de montrer que vous avez de la classe en reconnaissant votre propre erreur.

    Cordialement,

    Alain Korkos.



  18. -|- Delphine Dumont dit :

    Je ne suis pas abonnée à votre site, j’ignore ce qui a été écrit sur le forum et rajouté sous votre billet puisque je n’ai plus accès à ce dernier. Toujours est-il que j’avais relevé que vous aviez édité votre billet en ajoutant une précision à la fin et non au début. Je n’ai pas souvenir non plus d’excuses vis à vis de vos lecteurs que vous aviez induits en erreur par manque de vérification.

    Si vous m’affirmez que vous avez rectifié, je veux bien vous croire (mais pas m’abonner à ASI ;)). Je présente mes excuses à mes lecteurs qui savent très bien que je ne suis pas la dernière pour reconnaître mes erreurs quand, par extraordinaire, j’en commets.

    Au fait, voulez-vous le numéro de téléphone de Monsieur Danette ? C’est un homme absolument charmant. :)



  19. -|- Alain Korkos dit :

    « Je ne suis pas abonnée à votre site, j’ignore ce qui a été écrit sur le forum et rajouté sous votre billet puisque je n’ai plus accès à ce dernier », dites-vous.

    Si vous ne savez rien (ou si peu) et si vous n’avez pas la possibilité de vérifier vos propos parce que non abonnée, alors taisez-vous. Abstenez-vous de donner des leçons aux autres.
    Cela vous évitera ainsi de commettre des erreurs « par extraordinaire ».

    Alain Korkos.



  20. -|- Delphine Dumont dit :

    Le billet avec l’ajout à la fin, je l’ai vu et je sais donc de quoi je parle. Il était en libre accès et j’ai donc vu la version qui était disponible pour tous les internautes. Il est un peu trop facile de dire que vous l’avez changé mais que je ne peux pas le voir sauf en payant.

    De toutes façons, une leçon venant de quelqu’un qui n’est pas foutu d’aller à l’épicerie du coin pour vérifier ses dires, ni de prendre son téléphone pour appeler Danone, une entreprise siii difficile à trouver… Finalement, je trouve ça plutôt rigolo. :D



  21. -|- Rikko dit :

    Yooooooooooooooohooooooooooooooooo!!!! Baston !!!

    les points :

    KORKOS ; 16 Danettes
    DELPHES : un bon sens !

    Mon avis : écrire n’importe quoi avec démentis payant, j’ai déjà vu des business modèle pourri sur la toile (remember les 90’s) mais là… chapeau bas, grande classe!



  22. -|- JulienA dit :

    Alain Korkos, vous êtes gonflé ! Pour ma part, je suis abonné à ASI. Mais je ne vais pas lire le forum, pas le temps. Alors je lis principalement les infos gratuites délivrées par RSS, comme une bonne partie de votre lectorat j’imagine. Une information délivrée gratuitement doit être corrigée au même titre.

    Il y a bien une mise à jour sur votre article, mais en tout bas de page, alors qu’elle devrait logiquement être en entête, pour prévenir le lecteur que ce qui suit n’est pas valable. Enfin bref, c’est du chipotage.

    Par contre, l’erratum officiel, celui que tout le monde aurait pu lire (car vous savez très bien que la majorité des lecteurs ne retournent pas voir un article deux fois, donc quasiment personne n’a vu la mise à jour du vôtre), l’erratum officiel donc, via la chronique “l’affaire danette” signée par Daniel Schneidermann, je n’ai pas souvenir de l’avoir vue passer dans le contenu gratuit. Corrigez moi si je me trompe.

    Au final, seule la communauté des asinautes et quelques personnes s’intéressant de près à l’affaire sont au courant de l’erreur. Les autres, la majorité, sont toujours persuadés que Danette a fait un choix possiblement raciste pour orner ses pots.



  23. -|- Delphine Dumont dit :

    Pour info, David Abiker a également réagi à mon billet mais il a préféré le faire par mail. Dommage, il y révèle un aspect de sa personne intéressant.



  24. -|- JulienA dit :

    Arf, tu me mets l’eau à la bouche !



  25. -|- Delphine Dumont dit :

    Bienvenue sur le blog où tu te sens comme un poisson dans l’eau. ;D



  26. -|- Rikko dit :

    Ou un pirate dessus !



  27. -|- Judith Bernard dit :

    Le meilleur moyen de ne pas s’arracher les cheveux, c’est déjà de se demander si on le fait pour de bonnes raisons. Reprocher à Judith Bernard (bibi), de ne pas respecter la déontologie journalistique, alors qu’elle n’est pas journaliste, n’a jamais prétendu l’être, et ne voudrait l’être pour rien au monde, c’est au moins une faute de la déontologie blogesque, non ?



  28. -|- Delphine Dumont dit :

    Vous jouez sur les mots, chère Judith. Mais si, pour mieux vous blanchir, vous avez besoin de trouver des torts à la blogosphère ou juste à moi, qu’y puis-je ? :)



  29. -|- Ultra-vite dit :

    “Arrêt sur Images” ? Laissez-moi rire !…

    Dans “Il n’y a pas de déontologie au numéro que vous avez demandé” et “Ils ne les empêchent pas (d’aller travailler). Ils cessent de les y aider.“, j’avais déjà clairement dit ce que je pensais des collaborateurs…



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2009 Redacbox