Légiférons, légiférons !

Par Delphine Dumont, le 5 juin 2008 | Politique-tac

Après les morsures de chiens d'attaque, la France vibra d'un cri : "Légiférons !". Après le débat soulevé par la demande d'euthanasie de Chantal Sébire : "Légiférons !". Après l'enlèvement et le viol d'un petit garçon par un récidiviste dans le Nord : "Légiférons !". Après l'annulation d'un mariage pour tromperie sur la virginité : "Légiférons !". Après l'accident de car sur un passage à niveau : "Légiférons !". Les hommes et femmes politiques de droite et de gauche se retrouvent gaiement pour scander ce leitmotiv que les médias reprennent en chœur avec entrain. Le bon peuple veut être protégé de la pluie, du Grand Méchant Loup et des arnaques ? Légiférons ! Il est temps de récupérer le business de Julien Courbet, non ?


Pourtant, s'il est aisé de crier, il est plus difficile de faire passer rapidement des lois intelligentes. Concevoir l'esprit d'une loi est relativement simple, s'assurer qu'elle sera efficace et pertinente est bien plus compliqué, prévoir les risques de détournement est un casse-tête pour masochistes. Et après, il faudra encore convaincre les électeurs et les élus du bien-fondé de cette loi. Chaque nouvelle loi, si l'on veut qu'elle soit bonne, demande donc du temps, de l'énergie et de la réflexion.

Visibilité avant tout

Le gouvernement et les élus semblent ne plus savoir prouver leur utilité qu'au travers de la légiférationnite aiguë. Si une loi portant leur nom ne sort pas au plus vite, ils craignent de passer pour paresseux, indifférents ou incompétents, voire les trois à la fois. Ils me font penser à ces chercheurs qui publient tout et n'importe quoi parce qu'il faut publier pour exister.

À se montrer si soumis à l'opinion publique et médiatique, ils ne font que mieux exposer leurs faiblesses. Ils ont été élus, ils rentrent déjà en campagne un an avant la fin de leur mandat. Ne peuvent-ils le reste du temps réussir à être attentifs à ce qui leur est dit et ne pas céder à tous les caprices ?

François Fillon à l'Assemblée NationaleL'affaire du mariage annulé

Je n'ai toujours pas compris pourquoi la France s'est enflammée pour cette histoire. Le jugement, pour ce que j'ai pu en lire, m'apparait très juste. Je regrette profondément qu'un homme puisse juger que seule une femme vierge soit digne de lui, qu'une jeune femme devienne subitement repoussante parce qu'elle n'est pas vierge. C'est triste pour lui, pour sa future épouse et pour ses futurs enfants, s'il en a. C'est encore plus triste pour cette jeune femme dont la vie intime est étalée sur tous les médias de France et, peut-être, aussi à l'étranger.

Le fond de l'histoire est-il l'annulation, le motif de l'annulation ou la révélation que certaines personnes ont des coutumes qui nous semblent d'un autre âge. L'intégration à la française serait un échec ? Comment aurait-il pu en être autrement ? Quand on reçoit des gens, on le fait correctement, on s'assure qu'ils ne manquent de rien. Si vous recueillez quelqu'un qui a froid et qui a faim, allez-vous lui dire "Je te mets dans le garage, derrière les poubelles, c'est pas terrible, mais tu seras au sec et tu trouveras de quoi manger dans les poubelles" ?

Alors pour ne pas parler de l'intégration, on parle de respect de la femme. Rachida Dati s'est peut-être emportée mais elle a eu doublement raison. D'abord en approuvant l'annulation, puis en reprochant à la gauche sa politique communautariste. Qu'elle ait ensuite entendu et tenu compte du bruit et qu'elle ait demandé que le parquet fasse appel, ce n'est pas glorieux, mais parfaitement compréhensible.

L'affaire Chantal Sébire et l'affaire du récidiviste de Roubaix

Avec Chantal Sébire, la France a découvert que la médecine ne pouvait pas guérir toutes les maladies. À une époque où il faut rappeler aux Français que les médicaments ne sont pas des bonbons, ça a été une cruelle révélation. Plutôt que de se demander pourquoi les soignants abandonnaient, de gré ou de force, cette femme à son triste sort, de réfléchir à l'extension des soins palliatifs à ce genre de cas, non, on préfère se demander si on ne pourrait pas faciliter l'euthanasie et se débarrasser ainsi de tous ces malportants qui nous pourrissent l'humeur.

Avec le récidiviste de Roubaix, la France a découvert qu'il y avait des gens mal intentionnés qui traînent ici ou là. Certes, la question des récidivistes obsessionnels doit être étudiée et la population protégée dans la mesure du possible, mais que faisait ce tout petit garçon seul sur le pas de la porte ? Comment ? On ne peut plus laisser ses enfants sans surveillance ? Quoi ? En tant que parents, nous n'avons pas que des droits, mais aussi des devoirs ?

Le passage à niveau fatal

Depuis 1973, la vitesse limite sur route en France est fixée à 90 km/h. Tout le monde respecte-t-il cette vitesse ? Non. Chaque fois que je vais en ville, j'ai l'occasion de constater des dépassements. Bravo aux Parisiens au passage, ce sont souvent eux qui ne se sentent plus de joie face à une route dégagée et grillent allègrement les limitations. En collant aux voitures devant eux qui respectent le 90 avec des grondements de moteur rageurs pour inciter les conducteurs à accélérer, puis en faisant de jolis gestes avec les doigts lorsqu'ils peuvent enfin doubler. Putain de péquenots !

Quand on sait qu'une règlementation peut être enfreinte et que cela peut être très dangereux, on ne compte pas que sur l'auto-discipline des conducteurs. Pourquoi ne pas, par exemple, installer des ralentisseurs à l'entrée des villes et avant chaque point noir (carrefours, passages à niveau, etc...) ? Connaissez-vous les 70/70 ? Ils roulent à 70 sur la route, de préférence au milieu, mais ne ralentissent pas à l'entrée des villes. Si on ne peut pas les forcer à accélérer sur la route, et après tout, ce n'est pas bien grave, on doit pouvoir les obliger à ralentir à l'entrée en ville.

La dernière fois qu'il y a eu un accident grave à cause de la vitesse à l'entrée d'une ville, la population a exigé qu'on détourne les nationales et les départementales afin qu'elles ne traversent plus ni ville, ni village. Un peu comme si, à chaque averse, je demandais qu'on trouve un moyen d'empêcher la pluie plutôt que d'ouvrir mon parapluie. Pourtant, tout le monde a approuvé la demande de détournement comme si c'était la chose la plus facile à faire.

Ainsi, dans le cas de l'accident de car, plutôt que de placer des ralentisseurs ou d'améliorer la signalisation, non, il faudrait supprimer les passages à niveau ! C'est si simple ! Si on trouve des gars pas trop feignants, ça devrait nous prendre une quinzaine de jours, tout au plus, non ?

A bon électeur, bon élu

L'élu, comme un père ou une mère, doit être à l'écoute mais ne pas céder systématiquement. L'électeur n'étant pas un enfant n'a pas à être capricieux. Que l'on réagisse sous le coup de l'émotion, je serais bien mal placée pour le condamner, mais qu'on se conduise de façon infantile en refusant de connaître les contraintes d'une demande, c'est irresponsable.

On reproche aux hommes politiques de faire preuve de démagogie, mais leurs propos ne flattent-ils pas complaisamment nos oreilles ? Les Français ont élu Sarkozy pour que "ça change", mais quand le prix des changements a été plus visible, le Président a beaucoup perdu de sa séduction. Stupidement, le gouvernement n'a pas cru bon de faire preuve de pédagogie et s'est laissé critiquer à tort et à travers.

Le politique n'est pas notre marraine, la bonne fée

Pour détourner une nationale, supprimer un passage à niveau ou apporter une solution humaine à la question des maladies incurables ou celle des criminels récidivistes, il faut plus que dire "y'a qu'à". À s'engager sans la moindre chance de tenir, les politiques nous montrent les limites de leurs pouvoirs et, pire, leur faiblesse, ils préfèrent promettre en étant sûrs de ne pouvoir tenir que d'être honnêtes et francs.

S'ils veulent retrouver de la crédibilité et du respect, les politiques feraient bien de cesser de rejoindre le clan des "Légiférons !".

Lire aussi :

17 commentaires pour “Légiférons, légiférons !”

  1. -|- JulienA dit :

    C'est le gros problème de la réaction à chaud aux actualités.

    Il y a une chose que je regrette profondément chez les médias d'information, c'est la recherche du sensationnel, de l'émotif. On fait appel aux sentiments des gens plutôt qu'à leur intellect. Je peste continuellement contre les interview trottoirs des journaux télévisés. Les JT sont déjà suffisamment courts comme ça, il y a mieux à faire que de perdre du temps à faire réagir des quidams qui n'ont rien demandé et qui n'ont pas réfléchi deux minutes avant de s'exprimer. C'est parfois (souvent ?) du niveau des réactions que tu avais relevé à propos de l'enfant trouvé dans le lac...

    Pire, le journaliste qui interroge une victime d'un drame. Effondrée, épidermique. Sa réaction est tout sauf objective. Niveau informatif : zéro. Larme à l'oeil : 100%.

    Tout cela n'a rien à faire dans un journal qui se veut informatif.

    PS : totalement hors sujet, modifie l'url générée par mon plugin, il manque post/ :

    {{tpl:BlogURL}}post/{{tpl:PreviousPostsEntryUrl}}



  2. -|- Rikko (le seul l'unique le vrai, le violet) dit :

    Donc, ton projet de loi pour que l'on ne puisse pas écrire n'importe quoi dans un blog fera l'objet d'une réunion de travail qui permettra de nommer un commission dont la mission sera de désigner les expert qui rendront un rapport, lequel rapport une fois visé et amandé par la dite commission fera l'objet d'un projet de loi dont il est urgent de nommer le rapporteur* !

    ça va, j'ai encore un peu de temps pour écrire des conneries !

    * Un commission devrait être bientôt désigné pour établir le profil de ce rapporteur et rapporter ces informations à la première commission....

    La loi en marche c'est comme un escalator en panne, c'est à dire un escalier mais en plus cher !



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    JulienA > Bien vu ! Cette manie de faire de l'image plutôt que de l'information est épouvantable. Comme tu le dis, c'est nul au niveau informatif et ça amène les journalistes à harceler des gens qui sont en état de choc profond et qui n'ont vraiment pas besoin de ça.

    Et je corrige ton plugin, merci pour l'info, ça c'est du SAV ! ;)

    Rikko > Je crains que tu ne confondes. Cette loi existe déjà, elle a été écrite pour la publication sur papier mais s'adapte parfaitement à la publication web. En revanche, je pense lancer une commission d'étude sur les smileys animés. Les couleurs agressives et les mouvements répétitifs peuvent avoir des conséquences facheuses sur la rétine et l'intellect. Les premiers rapports à ce sujet du PRC sont inquiétants.



  4. -|- Rikko (enfin moi quoi !) dit :

    C'est pas fô, ils sont très très inquiet....

    Les derniers chiffres parlent d'eux même, on aurait une sur représentation de smileys de l'ordre de 1pour 0,000000000003 vrais humains....

    (Source PRC 2008 dans l'excellent ouvrage "quand on rit jaune on fini par sourire : anatomie des Smileys du pleistocène à nos jours" par le professeur Apadnom)

    ça fout les jetons, s'ils prennent le pouvoir par la force, nous ne sommes pas de taille ni d'estoc à nous défendre....

    Je propose donc dans le cadre de la défense contre les machins jaunes qui bougent une journée sans smileys (je sais j'en demande beaucoup), et à titre préventif l'éradication des poussins dans toute l'Europe....



  5. -|- JulienA dit :

    Sans éradication des simpson, le vrai seul danger jaunâtre, cette mesure sera totalement inutile.



  6. -|- Rikko (le même) dit :

    Simpsons prend une Majuscule et un S à la fin.... A défaut, on entre dans le syndrôme Sarah Connors...

    (le minimum quand on nveut éradiquer quelquechose ou quelqu'un c'est de donner à l'exécuteur des basses oeuvres des infos propres...)



  7. -|- JulienA dit :

    C'est à moitié vrai... Simpson prend un S majuscule, mais pas de s final. C'est un nom propre, crénom de d'la !



  8. -|- Balise dit :

    Sauf que dans la V.O., The Simpsons : http://www.thesimpsons.com/index.ht...
    attendu que c'est un nom américain et que les américains, eux, mettent un S au pluriel, y compris des noms propres...



  9. -|- couliine dit :

    avant de légiférer à tout va, pourquoi les lois, qui existent déjà, ne sont elle pas appliquées tout simplement appliquées
    trop de lois tu la loi;)



  10. -|- Rikko (toujours le même) dit :

    Que de bon sens merci Balise !!! Et toc !



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    JulienA a raison, il a bien identifié un autre grand danger jaune (mais les smileys, ça reste pire)(il faut que ça reste pire et ça c'est rien de le dire)(ils me font pas mourir de rire, et c'est pas rien de le dire).

    Rikko a raison, The Simpsons prend un S.

    JulienA a raison, en français, les noms propres ne s'accordent pas et il avait bien dit Les Simpson.

    Balise a raison, les Etats-Uniens conjuguent les noms propres, on dit bien The Simpsons.

    Couliine a super raison, appliquons déjà les lois existantes et arrêtons d'en créer de nouvelles à tout bout de champ. Couliine, la voix de la sagesse, je t'adore ! :)

    Rikko a raison de souligner que Balise a raison.



  12. -|- Balise dit :

    Bref, tout le monde a gagné, tout le monde 10/10 !



  13. -|- Delphine Dumont dit :

    Ecole des fans-style ! ;)



  14. -|- Rikko (qui à raison !) dit :

    Delphes à raison de souligner que Rikko à raison de donner raison à Balise !

    Et Couliine à raison... normal, c'est Couliiiiiiiiiiiiiiiiiiine...

    Rappelons la composition de Couliine :

    99% de bon sens
    1% on sait pô

    Bonsoir

    (c'étais un communiqué du PRC)



  15. -|- PMB dit :

    Incise sur l'affaire du mariage annulé : le meilleur article que j'aie lu, en tout cas le plus équilibré, est dans... Marianne.

    Pour le passage à niveau. Mon fils est garde-barrière. La règle veut qu’on ne passe pas quand les feux continuent de clignoter alors que les barrières sont relevées après le passage d’un train. Or la plupart des véhicules passent… même celui des gendarmes ! Sa hantise est le « train croisant », qui arrive à contre-sens du premier passé. Car il doit baisser les barrières et tant pis si un véhicule est bloqué par elles sur la voie…
    Ici, en plus, non seulement les feux clignotaient mais les barrières se baissaient quand le car s’est engagé. Il y a donc erreur humaine. Il faut arrêter avec cette manie bien française d’accuser la météo ou le réseau routier et ses infra structures.
    Depuis des années, sur les routes, on détruit des arbres, on rectifie des courbes et des profils pour rendre plus prévisible la route, au détriment du paysage et en créant un sentiment de facilité qui endort la vigilance des conducteurs. Allez rouler en Grande-Bretagne, sur le réseau secondaire et vous verrez : routes étroites et tournicotantes, pentes énormes, rétrécissements, virages à l’équerre, etc.
    Et moins d’accidents qu’en France.



  16. -|- Delphine Dumont dit :

    Exact ! Il semble toujours tellement plus simple d'enlever les obstacles plutôt que d'apprendre à les éviter. Je suis d'ailleurs tout à fait d'avis d'inclure dans la formation à la conduite, un de ces stages dits "de perfectionnement" (exemple). On apprend à conduire généralement dans des conditions idéales et sur des circuits sans surprise. Résultat, on n'est absolument pas préparé à la conduite rapide sur autoroute, pour le freinage d'urgence, etc... Pire, avec le même permis, on peut conduire aussi légalement une Twingo qu'une Ferrari !



  17. -|- Rikko dit :

    @ Delphes : t'as raison sauf que !

    C'est en France que c'est comme ça, en Allemagne tu dois impérativement avoir des heures de cours sur autoroute et des heures en "temps pourri" pluie, neige, avalanche de grenouille (je suis pô sûr pour les grenouilles)

    Et petit rappel : que ce soit Ferrari, Mazeratti ou même Porsche, tu es obligé à l'achat de passer par un test de conduite avant de te lancer sur l'asphalte grand public...

    Tu me dira, sur le marché de l'ocaz... du coup... c'est alea jacta est !



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2009 Redacbox