Les milliards de la banque

Par Delphine Dumont, le 28 octobre 2008 | Politique-tac |

Il y a un truc qui m'hyper-saoule en ce moment, c'est la rengaine sur les "milliards pour les banques". Pour ceux qui auraient oublié de retirer de temps en temps les écouteurs de leur iPod, je vous rappelle le leitmotiv :

« Pour les banques, ils ont trouvé des milliards alors pourquoi pas pour [placez ici la cause de votre choix : enseignement, emploi, pouvoir d'achat, écologie, sauvetage de Kiki la dinde qui doit y passer à Noël...] »

Que le streetus manus, aussi appelé "homme de la rue", puisse être un peu embrouillé, ça n'a rien d'étonnant. Comment lui en vouloir quand les premiers à faire les grincheux sont les castrats1 de l'opposition ?

Alors, je sais que je vais vous ré-expliquer que la terre est ronde, parce que vous, mes lecteurs, vous êtes éclairés, mais tant qu'il y aura des gens pour lutter contre Galilée, je me dresserai2.

J'ai justement dû expliquer à mon fils pourquoi les glapissements de l'opposition me tiraient des soupirs agacés, lui expliquer l'histoire des milliards de la banque. Une belle explication comme ça, ç'aurait été dommage de la laisser perdre, je vous la ressers. Réchauffée, c'est meilleur.

Les milliards de la banque expliqués à mon fils

Imaginez que vous ayez absolument besoin de votre voiture pour travailler, que vous ayez absolument besoin de travailler, que votre budget est ultra-serré, que le moindre écart financier est impossible, et qu'un abruti grille un stop et vous emboutisse l'avant de Titine. Que faites-vous ?

  1. La voiture est cassée, vous la regardez partir au garage et attendez que l'assurance rembourse les réparations (vous ne pourrez donc pas aller travailler) ;
  2. Vous vous asseyez par terre et pleurez que la vie est trop injuste, ouin, ouin... (et vous n'allez toujours pas travailler) ;
  3. Vous jurez comme un charretier, puis vous faites un emprunt pour louer une voiture et avancer les frais de réparations en attendant que l'assurance vous rembourse. Vous pourrez aller travailler.

Vous l'avez compris, la voiture représente la banque, le héros, c'est la France, et l'emprunt, "les milliards des banques".

Sans banques, notre pays ne peut pas fonctionner. Une cohorte d'abrutis les a cassées. On peut attendre qu'elles soient réparées ou emprunter pour les réparer au plus vite.

Normalement, ces dépenses devraient être remboursées tout comme devrait l'être l'argent de la réparation de la voiture par les assurances. Il se peut qu'il ne soit jamais remboursé comme il se peut, dans le cas de la voiture, que l'assurance trouve un bon prétexte pour ne pas payer. C'est une mauvaise nouvelle, mais elle est nettement moins mauvaise que si vous ne pouviez plus du tout aller travailler et que vous vous retrouviez sans ressources.

L'effort terrible qu'on doit faire pour rembourser l'emprunt des frais de réparation avec un budget ultra-serré, on le fait parce qu'on n'a pas trop le choix. Pas de voiture, pas de boulot. Pas de boulot, pas de ressources. Pour la France, c'est pareil. Pas de banques, pas de crédits. Pas de crédits, pas d'entreprises. Pas d'entreprises, pas de ressources.

Si le petit dernier a besoin de cours particuliers, allez-vous emprunter pour cela si vous avec un budget ultra-serré ? Non, bien sûr que non. C'est la raison pour laquelle le gouvernement ne fait pas d'emprunt pour l'emploi, l'enseignement ou les hôpitaux. Ce n'est pas que les causes ne soient pas bonnes, c'est que ce n'est pas possible en ce moment.

Cet emprunt sert juste à réparer la voiture en attendant que les assurances remboursent si elles remboursent un jour, il ne signifie en aucun cas qu'on dédouane l'abruti qui a grillé le stop. Quand votre voiture est accidentée et que vous en avez besoin pour aller travailler, l'urgence, c'est de pouvoir à nouveau rouler. Les poursuites contre le chauffard viendront, mais ce n'est pas la priorité.

Je pense que je me suis assez répétée. J'arrête là, mais vous comprendrez pourquoi, en ce moment, Royal, Bayrou et quelques autres m'énervent plus que d'habitude. :)

Flattr this!

Tweet

À lire aussi sur ce blog :

39 commentaires pour “Les milliards de la banque”

  1. -|- Canardo dit :

    Sauf que le héros de ton histoire, la France, en l'occurence, ce n'est pas un pauvre gars, responssable de rien du tout, simplement victime d'un imbécile qui à grillé un stop. Le gouvernement français à une bonne part de responsabilité dans l'histoire. La dérèglementation financière, il l'a voulue. En voila le résultat.



  2. -|- effigy dit :

    y"a pas un "t" à castrat ?
    é pure si mueve, diait-il (Galilée)
    et pour ce qui est de bouger ça bouge S.R. nous sort encore des sornettes.



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    Canardo : Oui, le gouvernement, ou plutôt les gouvernements de tout bord depuis 25 ans sont coupables. Moi aussi, je suis coupable. Toi aussi.

    De la même façon que gouvernements et individus sont coupables d'avoir laissé de mauvais conducteurs sur la route. Nous savons qu'il y a des gens qui conduisent mal ou bourrés sur les routes et nous laissons faire. "Nous" étant à prendre au sens général.

    En dehors des associations, qui se mobilise pour que le permis soit plus difficile ? Pour que l'alcool au volant soit sérieusement combattu ? Bien peu de gens. En général, on déplore et on laisse pisser.

    Idem pour les banques. La situation actuelle n'est pas le fruit du gouvernement Sarkozy. C'est un fruit pourri mais qui a mis du temps à pourrir. Ce n'est pas une question de dérèglementation financière, contrairement à ce que tu dis. Il n'y a jamais eu autant de contrôles qu'aujourd'hui ! Mais ces contrôles sont si nombreux que, pour pouvoir bosser, les banques ont dû créer des échappatoires. Inévitablement, des petits malins ont utilisé ces échappatoires pour commettre de nombreux abus. Pourquoi crois-tu que les brigades financières se penchent sur les faillites ? C'est précisément parce qu'il y a une règlementation bien précise et qu'elle a été violée !

    Oui, pour la culpabilité, mais certainement pas exclusivement pour le gouvernement ! Culpabilité en premier chef des chauffards, les banquiers, en second, de tous les gouvernements qui ont laissé faire, et, enfin, de nous tous. Nous plaçons notre argent en banque, nos maigres économies, en demandant un rapport des meilleurs et sans nous soucier de savoir comment la banque y parvient. Les fonds éthiques existent, pourquoi ne les exigeons-nous pas ? Elle est là, notre culpabilité.

    Effigy : Effectivement, j'ai confondu avec le camp romain. Enfin, je dis ça pour faire ma cultivée. ;)

    Merci pour la correction. :)



  4. -|- Canardo dit :

    J'ai l'impression que tu n'a pas bien compris ce que veut dire le terme "dérèglementation financière". Ou alors tu es très mal informée. Je t'invite à écouter ce monsieur, qui t'expliquera les choses bien mieux que je ne pourrais le faire.
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1510



  5. -|- Delphine Dumont dit :

    Frédéric Lordon, je le connais bien et je ne le qualifierais certainement pas de source valable. Non pas que ce qu'il dise soit sans intérêt, loin de là, mais son prisme est vraiment déformant.

    Quant à la dérèglementation, dans la mesure où c'est l'accumulation de contrôles qui a conduit à produire des tableaux de bord tellement chargés qu'ils en devenaient illisibles et qu'ils ont permis tous ces abus, je ne vois pas où serait le mal d'alléger un peu le bouzin.



  6. -|- Canardo dit :

    Je trouve au contraire Frédéric Lordon particulièrement clairvoyant. Il annonce depuis longtemps, tout ce qui se passe aujourd'hui. Il me parait incroyable, aujourd'hui, de dire que son prisme est déformant, alors qu'il est quasiment le seul à être constant dans son discours. A part lui, presque tout le monde a retourné sa veste avec la crise : Sarkosy, Attali, Joffrin, etc. Tous ces gens qui encensaient le libéralisme le plus dé bridé il y a encore quelques mois, et qui le fustigent aujourd'hui.

    Par ailleurs, c'est étonnant, ton discours à l'air de dire que la crise vient de quelques énergumènes qui auraient détourné le système. Comment peux tu penser que des abus sont possibles à une échelle pareille. En gros, tous les acteurs de la finance auraient abusé le gentil système ? Et bien non, c'est le système de la finance lui-même, qui est à revoir. Ce n'est pas juste quelques tableaux de bord à simplifier.



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Frédéric Lordon annonce depuis toujours la chûte du capitalisme, ce qui n'est pas en train d'arriver. Si on le juge clairvoyant, on peut alors qualifier Besancenot de l'être aussi.

    Je te trouve très naïf de ne pas savoir comme la faillibilité du système peut être exploitée par un très petit nombre.

    Je reprends mon analogie avec la sécurité routière. Notre code de la route est plutôt bien fait. Imagine qu'aucun gendarme ne soit posté sur les bords de la route pour vérifier l'alcoolémie, la vitesse, le chargement des camions ou la distance entre les voitures. Il y aura une majorité de gens qui commettront de petits abus et une minorité qui commettront de gros abus. Ce sont ces derniers qui provoqueront les plus gros dégats. Dirais-tu que c'est la faillite du code de la route et de l'infrastructure routière ?



  8. -|- Canardo dit :

    N'amalgame pas tout, son discours n'a stristement rien à voir avec celui de Besancenot. Lordon ne veut pas du tout renverser le capitalisme. Il veut mettre des limites à la démesure de la finance. Cf. un article résumant très bien ses idées : http://www.monde-diplomatique.fr/2007/02/LORDON/14458

    Il n'annonce pas du tout la fin du capitalisme. Il dénonce depuis des années les crises à répétitions qui se produisent depuis depuis le mouvement de déréglementation lancé en France il y a 25 ans. Il répète juste depuis des années que l'économie comme elle fonctionnait, allait droit dans le mur. Ce qu'elle vient de faire.

    Je reconnais bien dans ce que tu dis, la façon de penser de sarkozy : si qqch va mal, il faut trouver les méchants dont c'est la faute et les punir. Personnellement, c'est cette vision que je trouve très naïve. Jusqu'a maintenant, la prise de risque financière était sur un pied d'estale.



  9. -|- Canardo dit :

    Et ton analogie avec la sécurité routière n'a aucun sens, puisqu'on ne parle pas de sécurité routière, justement, et que le contexte est complètement différent :
    ton préambule, déclarant de fait, que le "code de la route" est assez bien fait ne laisse aucune place à la remise en cause de ce code. Mauvais départ.



  10. -|- Delphine Dumont dit :

    Je ne t'oblige pas à partager mon point de vue et je pense que tu comprendras que j'ai plus que du mal à partager le tien. Et je te rappelle que mon billet ne porte pas sur les causes de la crise mais sur la rengaine "les milliards de la banque". ;)



  11. -|- Canardo dit :

    Je voulais juste te détromper sur Frederic Lordon ;-)



  12. -|- Delphine Dumont dit :

    Donc, m'imposer ton point de vue ?



  13. -|- Canardo dit :

    Non, juste t'éviter de discréditer (involontairement bien sur) ce bon Frédéric Lordon en lui prêtant des points de vue extrémistes qu'il n'a pas.

    Sur le reste (système financier mondial qui est super, manquant juste de quelques gendarmes, etc.), tu penses bien ce que tu veux :-P



  14. -|- Antoine dit :

    Je veux bien comprendre ton argumentaire mais ...
    Ceux qui ont tant vanté les merveilleux fonds de pensions pour nos retraites, ceux qui ont (et sur un de tes blogs) encensés les Plan d'épargne Entreprise en Actions sont MUETS. L'employé de base de la Société Générale (on doit dire collègues quand c'est le big boss qui cause et collaborateurs dans les autres cas), il s'est bien fait avoir.
    Alors, certes, il faut faire quelque chose. Et les pompiers-pyromanes sont à l'œuvre.
    Je veux aussi être très clair : ce n'est pas un débat droite-gauche.
    Lorsqu'il y a sur le marché plus de 200 fois "l'argent" des actifs des biens, on va à la catastrophe.
    La croissance a plus de 3% (avec les dents) et une bourse folle, c'est du mensonge d'état.
    Et les plus modestes, ils vont payer avec un impôt qui s'appelle TVA.



  15. -|- Delphine Dumont dit :

    Canardo : Donc m'obliger à créditer Frédéric Lordon quoi que j'en pense ?

    Antoine : Bien sûr que Sarkozy a menti en toute connaissance de cause ! Cela ne fait aucun doute. Mais qui aurait pu être élu en disant la vérité ? Alors, oui, les politiques, Sarkozy le premier, racontent une belle histoire et en font un beau programme.

    En attendant, j'aimerais (quelle naïveté ! ^^) qu'on arrête le discours "salauds de banquiers/politiques/droite/gauche/qui on veut", bref moins de démago, et qu'on responsabilise tout un chacun.

    Quand on place son argent à la banque, on peut s'intéresser aux intérêts qu'il va servir. Les fonds de placement éthiques existent, on peut les exiger. S'ils ne sont pas mis en avant dans les agences bancaires, c'est parce que les gens cherchent avant tout le meilleur rapport, quelque soit le coût humain derrière.

    Le commerce équitable est disponible à Super U, s'il n'occupe que 1 à 3 mètres de rayonnage dans tout le magasin, c'est parce que les gens préfèrent manger plus que faire un effort. Qu'on ne me parle pas de nécessité, il suffit de regarder les caddies pour voir que tout n'est pas indispensable et que les budgets ne sont pas tous extrêmement serrés.

    Avant d'être une critique, c'est une constatation et je ne m'exclue pas des coupables.



  16. -|- Canardo dit :

    Non, pas t'obliger à le créditer, juste t'éviter de penser des bêtises sur lui : Fréderic Lordon n'annonce pas la chute du capitalisme.

    Les gens ne sont pas plus mauvais qu'il y a 30 ans. Pourtant, les crises sont plus présentes. Quelque chose d'autre que les gens a changé...



  17. -|- Delphine Dumont dit :

    Donc, tu penses que j'ai mal compris ce que j'ai lu ? Mon opinion n'est définitivement pas la bonne si elle ne correspond pas à la tienne ? Je ne dis pas que Lordon promet le Grand Soir comme Besancenot, je dis que si tu qualifies Lordon d'expert fiable, alors il faut accorder le même titre à Besancenot. Ce n'est pas la même chose, j'aimerais que tu le comprennes.

    Par ailleurs, les gens ne sont pas devenus plus mauvais, ce n'est pas une question de bien ou de mal. C'est une question de société. Jamais la société n'a autant poussé à l'égocentrisme. Les familles sont éclatées géographiquement et affectivement, les changements de région sont nombreux au cours d'une vie. On a du mal à s'attacher et la nécessité de s'entraider pour survivre est infiniment moins sensible.

    Quand tout le monde ne possédait pas une voiture ou un téléphone, il était de bon ton de faire profiter de son bien. Le bénéficiaire savait remercier en offrant un service ou des fruits de son jardin, par exemple. La relation durait car on savait qu'on pouvait à nouveau avoir besoin l'un de l'autre par la suite.

    Regarde la solidarité entre Amish (je ne dis pas qu'ils constituent un modèle de société parfait). Cette solidarité est puissante car la survie des Amish en dépend.

    Aujourd'hui, si on demande un service à un voisin, il nous l'accorde ou non et on l'en remerciera éventuellement. Cela ne veut pas dire qu'on devient concerné par ce qui lui arrive ou l'inverse.

    Les gens ne sont pas devenus mauvais, certes, mais ils ont totalement perdu le sens de la vie en société.



  18. -|- Canardo dit :

    Ce n'est sans doute pas l'unique raison de la crise, mais je pense que tu as complètement raison dans ta théorie sur l'égocentrisme généralisé.

    Par contre, toujours à propos de l'ami Lordon, je ne comprend pas pourquoi tu veux à ce point qu'il aille de paire avec Besancenot !? Franchement, ces deux personnes n'ont pas grand chose à voir. A part peut être le fait que chacun conteste une forme d'ordre établi.



  19. -|- Delphine Dumont dit :

    Je ne l'associe pas à Besancenot, je dis que leur prisme déformant est aussi fort chez l'un que chez l'autre.



  20. -|- Canardo dit :

    Et moi je dis que non. On ne peut pas tomber d'accord sur tout :-)

    Je trouve quand même assez étonnant de pense que le prisme de Lordon est déformant, alors qu'il est un des seuls à annoncer depuis très longtemps ce qui va arriver. J'aurais plutôt tendance à penser que c'est les Atali, et autres ayatollahs de la croissance et du divin marché, dont le prisme est déformant.

    Il prévoit aussi que la poste prochainement privatisée va faire des conneries. RDV dans quelques années.



  21. -|- Mistral dit :

    D'accord avec toi.

    Allons plus loin : quelle impact cette crise aura t'elle sur l'opinion ?

    Les petits segolénistes bien endoctriné diront que c'est la faute du vilain gouvernement ultra supra neo libéral ... Y a q'eux, cad moins de 5 % de la population française qui le croient !

    Mais moi j'ai remarqué un truc sur les blogs de gauche depuis le début de la crise.

    Jusqu'à présent l'entreprise était présentée comme un lieu d'exploitation, le patron comme un esclavagiste.

    Tout à coup, les socialistes ne cessent de proclamer : "il faut aider les PME !"

    C'est un bon début ...
    Quand les militants socialistes qui sont pour la plupart fonctionnaires, notamment enseignants, vont se poser la question :
    "Mais comment adier les PME (et leurs patron)", ils vont découvrir que toute leur idéologie que trente ans de pensée unique a forgée ne vaut ... rien.

    Cette crise va peut être enfin réconcilier la population toute entière (ou presque) avec ses entreprises...



  22. -|- Delphine Dumont dit :

    Canardo : la Poste fait déjà des conneries. Entre l'argent qu'elle a perdu et dont elle ne s'est pas vantée, les courriers qu'elle perd régulièrement (une vingtaine pour moi, rien que l'été dernier) et la totale irresponsabilité du fromage corporatiste, elle en prend à son aise.

    Mistral : Très bonne remarque ! Si au moins, cette crise servait à faire taire la haine anti-patrons (au moins, les petits patrons), ça serait déjà énorme. :)



  23. -|- Canardo dit :

    La poste fait en effet DEJA des conneries, parce qu'elle a DEJA quitté sa logique de service public pour une logique commerciale. Ce n'est pas une raison pour empirer les choses. Pour ton courrier, pas de chance, le miens arrive à destination.



  24. -|- Delphine Dumont dit :

    Non ! :D
    La Poste n'a pas attendu de devoir être privatisée pour déconner. Si tu avais bossé dans un centre de tri, tu saurais. L'un des amis de ma sœur bossait dans celui de Lille, il y a plus de 20 ans de cela. Il nous racontait les parties de foot avec les paquets, etc. La petite fille que j'étais en avait été extrêmement choquée.

    Quant à mon courrier perdu, c'est depuis que je suis arrivée en Bourgogne que ça déconne particulièrement. À voir comme les deux employés du bureau local peuvent passer 10 minutes à se disputer pour savoir qui va aller chercher des timbres dans la réserve, on comprend que le sentiment d'impunité est pour bien plus dans les merdages de la Poste que la privatisation annoncée.

    C'est la même chose que pour les chemins de fer anglais dont on a dit que la privatisation avait tout foutu en l'air. Les chemins de fer anglais sont mauvais depuis bien longtemps, il suffit de relire Agatha Christie pour s'en rendre compte. La privatisation a ses mauvais côtés mais lui faire porter le chapeau des employés abusifs, c'est quand même fort de café, comme disait mon aïeule !



  25. -|- Canardo dit :

    Mais je ne parle pas de ce genre de conneries. Sans vouloir te vexer, le fait que tu ai vu une partie de foot avec un paquet à 6 ans ne changera pas ma vision de la poste. Tu peux trouver des gens irrespectueux partout, à la poste comme ailleurs.

    Je parle des conneries que font faire le soucis de rentabilité maximale dans le but de faire toujours plus les dividendes. Les conneries du genre prendre des risques financier l'amenant à perdre des milliards au moindre hic. On est bien loin d'un colis traité avec peu de soins.



  26. -|- Delphine Dumont dit :

    Canardo : Nie la réalité autant que tu veux. Je n'y peux rien d'autant que je n'essayerais même pas de te faire changer.

    Je ne parle pas d'une partie de foot avec un paquet, c'est un exemple tiré d'une série de faits. Pour ta gouverne, j'ai été amenée récemment à fréquenter régulièrement le centre de tri de Dijon et j'ai retrouvé les mêmes comportements.

    Alors, ok, tu vis au pays des Bisounours, les postiers sont tous gentils et c'est encore la faute des vilains capitalistes. Je ne m'étonne plus que tu portes aux nues Frédéric Lordon.



  27. -|- Canardo dit :

    Je n'ai pas dit que les postiers étaient tous des gentils. Je pense simplement que contrairement à ce que beaucoup de monde à l'air de penser, les employés des services publics ne sont pas des gens pires que les autres, et que tu aurais pu assister aux mêmes parties de foot chez UPS.

    Je ne comprend pas bien d'où vient cette diabolisation des services publics en général, mais elle m'énerve au plus haut point. Je trouve important que certains services ne soient pas dans cette logique commerciale qui me fatigue. On est en train de tuer ça et je trouve que c'est dommage.



  28. -|- Delphine Dumont dit :

    Pas de pot ! Les mêmes raisons qui m'ont fait fréquenter le centre de tri postal m'ont amenée à fréquenter tout aussi régulièrement les centres de tri UPS et concurrence. Je t'invite à en faire autant, la différence te sautera aux yeux.

    Quant à la diabolisation, quand tu auras perdu des dizaines d'heures à obtenir une copie d'un document ou une quelconque attestation, tu comprendras que l'usager des services publics peut être compréhensif sauf quand on pousse sa grand-mère dans les orties.



  29. -|- Canardo dit :

    On ne fait pas des généralités sur les qqs faits que sa petite personne a pu constater.

    Figure toi qu'usager de services publics, je le suis. Je n'ai jamais eu à attendre des dizaines d'heures pour une copie, ce n'est pas non plus le cas de mes amis. Alors soit tu n'as pas de chance, soit ton mépris des services publics te fait focaliser sur le moindre problème que tu rencontres. Il y a sans doute un peu des deux. Désolé pour ta grand mère.

    Cette discussion me fatigue, je crois qu'on a exposé nos points de vue respectifs, qu'aucun des deux ne convaincra l'autre, il me semble qu'on est dans une impasse et qu'on devrait en rester là concernant ce débat. D'acc ?



  30. -|- Delphine Dumont dit :

    Je crois aussi que ce débat est arrivé à son terme. Mon témoignage ne vaut rien pour toi, ton mépris me blesse, mais il ne m'étonne pas.



  31. -|- Canardo dit :

    Je crois que ton témoignage d'usager insatisfait ne vaut pas moins à mes yeux que mon témoignage d'usager satisfait
    ne vaut aux tiens (d'yeux. Pas simple, la phrase). Chacun reste sur ces positions, c'est souvent comme ça.

    Pour conclure, je ne veut pas dire que le service public est parfait, il a sans doute ses défaut, peut être qu'il est parfois moins efficace que des sociétés privées, oui. Il n'empêche que l'idée de savoir qu'il existe encore des services "non commerciaux", où les employés ne vont pas avoir comme directive d'essayer de me refiler à tout prix le produit le plus cher quand je viens acheter un timbre, elle me plait.

    Et je suis loin de te mépriser, j'aime bien te lire, la preuve, je lis encore ton blog, malgré nos (énormes) différences de points de vue politiques et sociologiques.

    Bonne continuation ;-)



  32. -|- Delphine Dumont dit :

    As-tu eu un métier dans lequel tu étais chaque jour dépendant du bon vouloir des diverses administrations ? As-tu fréquenté plusieurs fois par semaine les centres des transporteurs ? Visiblement, non. Sinon, tu ne penserais pas comme tu le fais. Tu n'es un qu'un usager "particulier" (rien de méprisant du tout dans ce terme). En tant que pro pour mon compte ou celui de mon employeur, j'ai vu le prix que payent les entreprises pour l'incompétence et l'insouciance de certains fonctionnaires et services publics.

    Je ne suis pas la seule à avoir vécu ça. Il est clair que tu ignores, volontairement ou non, la réalité au moins dans une grande proportion.

    Je ne suis pas une partisane acharnée de la privatisation de la Poste ou de l'EDF, mais si c'est la seule façon d'obtenir un service professionnel, c'est bien dommage mais c'est indispensable. Si le personnel doit s'en prendre à quelqu'un, c'est à tous ceux qui leur ont fait croire que tout leur était dû et à eux-mêmes en premier.



  33. -|- soleil dit :

    A mon avis, on devrait privatiser TOUTE la fonction publique : les écoles, les hôpitaux, la poste, l'EDF...
    De toute façon ce ne sont que des incompétents et des inutiles !



  34. -|- Delphine Dumont dit :

    Soleil : je suis plus que loin de partager votre idée. Je ne compte plus les fonctionnaires admirables qui se déchirent pour faire leur boulot. Ils ne comptent ni leur énergie, ni leurs heures.

    Ceux qui font mal leur travail, et ils sont nombreux aussi, je vous l'accorde, leur font de l'ombre.



  35. -|- couliine dit :

    soleil: A mon avis, on devrait privatiser TOUTE la fonction publique : les écoles, les hôpitaux, la poste, l’EDF…
    De toute façon ce ne sont que des incompétents et des inutiles !

    la fonctionnaire que je suis vous remercie pour votre avis fort interessant et constructif
    l'infirmière que je suis se sent reconnue et soutenue et je ne parle pas de la maitresse de ma fille qui fait du super boulot mais ce n'est que mon avis.

    pis le jour ou on privatisera j'espère que vous n'aurez ni besoin de soin, ni d'un école, ni de l'électricité en urgence parce qu'il y aura eu une tempête;)



  36. -|- soleil dit :

    Bon...
    je me dois de répondre hein... Le second degré, vous connaissez ?
    Il se trouve que je SUIS fonctionnaire aussi, professeur d'école en l'occurrence. Mais je trouvais l'hôtesse de ces lieux tellement caricaturale dans son discours sur les fonctionnaires... que je n'ai pas pu m'en empêcher !!!
    Pardon donc... promis je ne le ferai plus !



  37. -|- couliine dit :

    soleil: ben le probleme c'est que je connais plein de gens qui pensent réellement que tous les fonctionnaires sont des feignants et des profiteurs...c'est du raisonnement simpliste mais du coup ce genre de propos ben c'est meme plus du second dégré pour moi.
    Je m'étais promis de plus réagir à ce genre de provocation mais voila je suis retombée dedans ...
    toutes mes excuse de pas avoir compris...

    y a quand un truc qui m'etonne dans tout ce que je lis c'est qu'on considere cette crise comme étant la première que notre société connaisse
    or si je ne me trompe la course au profit, à la spéculation, à l'enrichissement c'est pas un truc inconnu dans notre histoire
    La société évolue certes mais il semblerait que la nature humaine elle n'évolue guère...des individus quelques soient le régime qu'ils prônent ont toujours tenter de s'enrichir, de gagner de nouveaux territoires, de dominer d'autres individus(quelqu'en soit le moyen)c'est une guerre perpétuelle, une lutte de territoire , de pouvoirs...euh dallas, dynastie ouais on est en plein dedans:))
    il semblerait qu'on ne tire aucune leçon de notre histoire et des " erreurs passées"
    ralalala c'est beau la nature humaine...chassé le naturel il revient au galop
    euh qand aux postiers qui jouent au foot avec les paquets, picolle les bouteilles de rhum et font quelques tours de magie je dirai que malheureusement c'est humain...il y aurait sans doute des choses a faire mais la c'est de l'ordre du management
    attention j'ai pas dit que c'etait bien;)

    rho j'avais jamais écrit si long...j'ai du surement écrire beaucoup de bêtises;)



  38. -|- Delphine Dumont dit :

    Soleil : Et bien, au second degré, ça ne me fait pas plus rire qu'au premier. Mais que je vous déplaise me ravit. :)
     
    Couliine : On oublie d'ailleurs de rappeler les famines chinoise, africaines, coréennes, russes, cubaines, etc., qui ont marqué les crises communistes et qui sont bien pires que les crises actuelles. Mais bon, l'hémiplégie politique n'est pas nouvelle.



  39. -|- couliine dit :

    le capitalisme c'est pas que de la m...faut arreter de cracher dessus
    par contre ce qu'en font les individus ben c'est pas joli joli;)



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2015 Redacbox