Le français tel qu’on l’expressionne

Par Delphine Dumont, le 7 décembre 2008 | Tous concernés

Le "politiquement correct" et le langage de technocrate métamorphosent chaque jour un peu plus le français en un salmigondis indigeste. Parallèlement, les journalistes et autres personnes médiatiques semblent vouloir massacrer leur langue. Au secours !

Vous le savez, le "politiquement correct" a fait des ravages. On ne dit plus "noir(e)", on dit "personne de couleur". Il en découle que si vous dites "noir", vous êtes raciste et méprisant. Pour moi, dire "noir", c'est comme dire "brun" ou "grand", c'est une caractéristique physique, point barre.

On ne dit pas "nain" mais "personne de petite taille". Pour quelqu'un de petit mais pas atteint de nanisme, on dit "personne de taille inférieure à la moyenne". Pour quelqu'un de très con, on dit que c'est un "petit mental qui a une incapacité totale à s'extraire du présent".

Le français technique tel qu'on le parle

Pour les professions, c'est pareil, on n'est plus "homme ou femme de ménage", ni même "personnel d'entretien", mais "technicien de surface". T'as qu'à voir...

Hier, en zappant, je suis tombée douloureusement sur l'élection de Miss France. Notre Jean-Pierre national posait quelques questions sur les finalistes afin de mieux les connaître. La première que j'ai entendue était "prototypiste en maroquinerie". Si je m'en rapporte à la définition du maroquinier par l'Onisep, chaque maroquinier est prototypiste... Je ne sais donc pas pourquoi cette nouvelle appellation est apparue.

La suivante était "prothésiste ongulaire". Elle pose des faux ongles. Elle est manucure. C'est un gros mot "manucure" ? Ah bon...

Enfin, un peu plus tard, à l'occasion d'une nouvelle coupure pub sur la chaîne que je regardais, le préposé à l'incitation à l'appel surtaxé fait son speech habituel sur le mouchoir de poche qui sépare les concurrentes. Il conclut en disant "Vous savez comment faire, vous connaissez désormais le process de vote". Le process de vote... Bons paradis !

Larousse est ton ami

Le massacre du français

Alors qu'on pourrait croire que cette recherche d'un vocabulaire toujours plus technique témoignait d'une volonté d'exactitude, parallèlement on constate un massacre du français gaiment pratiqué par les journalistes et d'autres personnes médiatiques.

1 - Je mets l'article aux chiottes

Exemple : on ne dit plus "il y a de quoi s'interroger", ni même "ça pose une question" mais "ça pose question". Parce que, de même qu'on gare voiture, un sujet fait débat ou pose question.

2 - Je jette l'adverbe avec l'eau du bain

Exemple : on ne dit plus "bronzer stupidement", mais "bronzer idiot". On ne dit plus "poser une question intelligente" mais "questionner juste".

3 - J'invente des mots

Entre Ségolène Royal qui nous parle de "bravitude" et Bernard Thibault qui voit un "inversement" de tendance, le français de la classe politique prend des coups chaque jour.

4 - J'utilise des expressions sans les comprendre

L'une des expressions les plus détournées de son sens originel est "dorer la pilule". À l'origine, "dorer la pilule" signifie rendre attrayant quelque chose de désagréable. Aujourd'hui, c'est principalement employé sous une forme pronominal pour dire qu'on va bronzer ("se dorer la pilule").

Bernard Thibault encore disait l'autre jour que le plan de relance de Sarkozy avait pour effet principal que les entreprises allaient passer à la caisse. Il a ainsi dit l'exact contraire de ce qu'il entendait. Il voulait dire que les patrons allaient s'enrichir sur le dos des contribuables. En réalité, l'expression "passer à la caisse" signifie "devoir payer" ou "être licencié". Bernard Thibault au secours des entrepreneurs, admettez que c'est surprenant.

Le français, c'est beau, c'est bon, mangez-en

Ceci n'était pas un appel au cannibalisme, si vous invitez votre voisin à dîner, ce n'est pas pour le mettre au menu.

Mon amour pour le français a commencé avec la série d'émissions de Jean d'Ormesson diffusée sur France 5, il y a quelques années. Je suis la première à jouer avec cette langue merveilleuse, j'imite les styles et les tics de langage de personnes célèbres ou ceux des ados. Je ne prêcherai donc pas pour une utilisation rigide du français. Cette langue est vivante, ne la tuons pas en l'enfermant dans des carcans ou en la lapidant à coups de fautes de syntaxe ou autres...

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.

À lire aussi sur ce blog :

11 commentaires pour “Le français tel qu’on l’expressionne”

  1. -|- JulienA dit :

    Le gros problème est de faire la différence entre le massacre du français et l'évolution de la langue. J'ai l'impression que toute évolution commence par un massacre, non ?



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Les évolutions étaient douces, un mot introduit ici, un autre déformé là. Maintenant, les fautes de langage circulent à la vitesse des médias et se répandent très facilement. De plus, notre société manque cruellement de personnes médiatisées qui s'expriment dans un français impeccable et qui pourraient faire contre-poids. Combien d'écrivains à 2 balles pour un Jean d'Ormesson ?



  3. -|- jean-christophe courte dit :

    Pour se convaincre de ces changements, entendre d'anciennes émissions de radio…

    Un exemple qui me revient en mémoire…
    En janvier 2007, j'écoutais la rediffusion d'une interview de Georges Carpentier dans les années 5. C'était dans le cadre d'une émission où un écrivain célèbre (j'ai oublié son nom) intervenait…
    Surprise…
    Ce boxeur, qui avait combattu Jack Dempsey en 1923, avait une diction franchement élégante et un français précis, c'était merveilleux de l'écouter…
    L'autre surprise fut cet invité se moquant du français "trop parfait" de ce vieux Monsieur (Ben voyons,…comme si un boxeur ne devait articuler que deux ou trois mots et, forcément, une connerie…), usant deux ou trois fois en une minute de l'expression "quelque part"…

    Bref, je n'ai retenu que le lumineux Georges Carpentier…!



  4. -|- notcrumb dit :

    "personnes médiatisées"? "personnes célèbres"? "personnes médiatiques"? Je trouve ces définitions un rien scolaire. Coluche, pour qui je n'ai aucune affinité, disait en parlant des technocrates qu'ils vendent de l'intelligence sans avoir d'échantillons en stock. Les mots servent à véhiculer des idées et je ne trouve aucune idée un tant soit peu originale dans ta rubrique.



  5. -|- Rikko dit :

    Vaste sujet que l'exactitude du mot !

    Mais quelques remarques zacerbes (dont vaguement pas zacroates) :

    Un salmigondis n'a rien d'indigeste ! Bien préparé, c'est très bon ! Et très créatif (en tous cas plus qu'une poêllée Findos)

    A propos du noir (toujours tendance le noir !) On ne dis pas non plus un crayon moir, mais : un crayon de couleur

    Et puis si !!! Manucure, c'est un gros mot !

    Car cela signifie qu'Emanuel (prénom largement controversé surtout au féminin)et que cure est très utiliser dans le mot composé cure-pipe... donc c'est clair... je vous fais pas un dessin !!!

    Quand au process de vote, il s'agi^y d'un "lapsus lingue" puisqu'en fait, il y a procès... Et oui, les appels, les srtaxes, les votes... Sont à la source de procès entre les chaînes de TV et toutes sortes de gogis qui appelent puis s'en plaignent !

    Comme quoi, Miss France et les téléréalités... c'est kafkaïen !

    Quand à la mauvaise utilisation ou utlisation à contre sens des expressions si savoureuses de la langue française (t'a sune balle langue tu sais... embrassez-moi !)
    je leur préfère les erreurs tel que :

    Bouquet misère
    Bouc hémisphère
    Cul hier à Pô (pourquoi Pô ? on l'ignore)
    Prendre des vaiselles pour des langues ternes
    etc... etc...

    Donc défendons la langue française !

    Ouais ... quand même !



  6. -|- Delphine Dumont dit :

    Jean-Christophe Courte : Exactement ! On mesure parfaitement la dégradation du français en quelques décennies, c'est frappant. :)

    Notcrumb : Mon billet n'est qu'une réaction, je n'ai pas prétendu y ré-inventer la roue. Mais merci d'être passé ronchonner. :)

    Rikko : voila ! Grave même ! :)



  7. -|- couliine dit :

    eh t'as pas causé du massacre du français par les journalistes...........:))



  8. -|- Delphine Dumont dit :

    En effet, je l'ai juste évoqué. Les journalistes, surtout radio et télé, font d'épouvantables colliers de perles et accumulent les fautes de français comme si elles pouvaient leur rapporter quelque chose un jour...



  9. -|- Rikko dit :

    C'est sûr, si les fautes de français sont rémunérées, la Télé va avoir un sérieux problème de financement !

    Pas un jour sans qu'ils ne nous ecorche les esgourdes !



  10. -|- Ping :D dit :

    Salut, oh grande vestale de l'académie de notre mangue jolie ;)

    Puis-je me permettre de faire humblement remarquer que tu as omis une nouvelle ma foi fort réjouissante du PAF (parle approximativement français) en cette belle année 2008: le départ d'un grand écorcheur - quoiqu'il se pique de littérature (j'espère qu'il a au moins un peu de matière pour que le fond soit digne d'un salmigondis éligible au michelin) - devant l'éternel du journal de 20h de la chaine la plus populairement annalphabête :D

    Quoiqu'il en soit BANANIER - et sans pesticides s'il vous plait - à tous et toutes ;)

    PS: je médis sur le français, en fait avec un bon nègre... euh pardon, personne de couleur (tiens au fait Dumas avait-il un nègre ? Etait-il blanc ? Oups... je digresse :p), disons donc correcteur orthographique, ça doit pouvoir le faire (quoi, on se demande mais bon, je kiffe trop les veaux lucioles :o))



  11. -|- Philippe dit :

    Les expressions à la c...

    Parmi elles, il y a une qui m'énerve profondément c'est :
    « Au jour d'aujourd'hui... », une ânerie répétée à l'envi.

    Dans la série pléonasmes il y a encore « de jeunes adolescents » que j'ai pu entendre d'un journaliste sur France Inter.

    Et que dire de cette « croissance négative » de notre chère ministre des finances ?

    Tout cela fait partie d'un vaste complot des ennemis de la France ! Dénonçons-les à la police de l'Académie Française.

    Signé : Superdupont :-D

    PS : Delphine, honte à moi...
    Vous vous êtes rendu sur mon blog y déposer un commentaire fort sympathique (http://www.hiseo.fr/vite-fait/referencement_naturel-referenceur-redacteur-refedacteur/) et ce n'est « qu'au jour d'aujourd'hui » que je me rends sur votre blog dont quelques articles m'ont réjouis.
    Très chère consoeur, c'est promis : je reviendrai vous lire.



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2010 Redacbox