Débat sur l’identité nationale : un travail d’Hercule

Par Delphine Dumont, le 23 décembre 2009 | Tous concernés

De nombreuses voix s'élèvent contre le débat sur l'identité nationale, elles voudraient que ce débat n'ait jamais eu lieu et, maintenant qu'il a débuté, qu'on le termine au plus vite.

Je ne joindrais pas ma voix à ce concert.

Enfin, un débat !

Le principal atout du débat actuel, peut-être bien même le seul, c'est d'avoir soulevé le couvercle d'une marmite peu ragoûtante mais bien bouillante. Ainsi qu'en témoigne la question posée à Nadine Morano1, le racisme existe et il est étouffé par la pression de la bien-pensance.

Il est interdit de proférer la moindre parole raciste en France. En cercle privé, c'est la réprobation générale immédiate, en public, c'est la condamnation. Je ne le déplore pas, je l'énonce. Cependant, ce n'est pas parce qu'on dit à quelqu'un d'arrêter de se plaindre qu'il cesse de souffrir.

Ce débat a ouvert la porte des écuries d'Augias. Oui, ça pue et c'est immonde, mais il fallait bien ouvrir cette porte un jour. Les mêmes périls qui venaient des écuries d'Augias venaient de ce silence imposé et menaçaient la France.

L'infertilité : on peut détester l'expression du racisme, on ne peut pas négliger qu'elle traduit une peur ou une souffrance. Si on avait permis à certains de s'exprimer sans les diaboliser, on aurait probablement évité le naufrage des élections de 2002. En acceptant d'entendre ce qui effrayait ou choquait certaines personnes, on aurait pu s'éviter de créer le camp des bons et le camp des méchants, clivage aussi stupide que stérile.

L'expansion : tout comme les écuries du mythe, il s'écoule de cette retenue des ruisseaux vaseux immondes qui contaminent les esprits. Tôt ou tard, ces ruisseaux se seraient transformés en fleuves et le pire aurait alors été à craindre.

Le débat sur l'identité nationale est nécessaire

Nous ne pouvons pas nous passer de ce débat, il est indispensable pour apaiser les tensions. Nous devons y réfléchir en tant que citoyen, surtout ne pas laisser la droite ou la gauche s'approprier ce débat, on sait très bien que les partis ne l'utiliseront que pour leur bénéfice. Internet nous donne la parole, prenons-là et parlons-en !

Sous prétexte d'intégration, on a fermé les yeux sur de nombreux petits écarts de certains immigrés. C'était totalement stupide. Le chouchou du prof est toujours haï des autres élèves. Ça ne portait pas sur des choses gravissimes, c'était par exemple la polygamie, le refus d'apprendre le français, la pratique de la religion sur les lieux de travail, etc.

Intégrer, ce n'est pas seulement demander aux indigènes de s'adapter, c'est aussi demander aux arrivants de faire un effort. On n'a pas demandé les mêmes efforts à tout le monde. Certains immigrés ont eu des passe-droits, d'autres ont subi le pire. Tout était arbitraire. C'était idéal pour créer des conflits et ça a rudement bien marché. On n'est sans doute pas obligés de continuer à foncer dans le mur.

Un débat nécessaire même en temps de crise

Je rejoins Henri Guaino sur la nécessité de ce débat même en temps de crise :

« [Question Figaro.fr] Mais les Français ne s'intéressent-ils pas plus à leur pouvoir d'achat ou au chômage qu'à l'identité nationale ?

[Henri Guaino] Ce n'est pas exclusif. On peut à la fois avoir peur de perdre son emploi et être angoissé de perdre son identité, de voir dénaturer son cadre de vie ou disparaître. » [source]

J'irais même jusqu'à dire que, dans une période où l'on craint pour son emploi, il est sain de savoir qu'il n'y aura pas de favoritisme. Il est bon aussi de ressouder la population. La sortie de la crise financière et sociale passe aussi par une renaissance de la solidarité, la vraie, pas une signature au bas d'un appel.

Je ne sais pas très bien comment se terminera ce débat, ni comment les uns et les autres tenteront de l'exploiter, mais il était nécessaire, urgent même ! Tant pis pour les dérapages, ne nous focalisons pas dessus, ils ne sont que les symptomes d'un mal qui couve et que ce débat peut guérir avant que l'on atteigne un stade plus grave. Entendons ce qu'ils traduisent.

Pour finir, je dirais à quel point les postures de Mediapart et autres confiscateurs du débat m'insupportent. Cette bien-pensance a tenu fermées les portes des écuries et elle continue à nier le problème. C'est aussi criminel qu'irresponsable. Pour des gens qui prétendent appartenir à une intelligentsia, c'est indigne !

  • 1 : Question à laquelle elle a répondu assez platement mais sans le moindre racisme, lisez le billet de Koztoujours pour les détails - remonter au texte

À lire aussi sur ce blog :

Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2010 Redacbox