La démagogie guillonesque

Par Delphine Dumont, le 21 juin 2010 | En bref

À l'occasion du fantastique merdage de l'équipe de France de football en Afrique du Sud, Stéphane Guillon a fait une chronique de bas-étage. On y trouve du racolage, de la démagogie, des amalgames douteux. Encore une fois…

La meilleure défense, c'est l'attaque

Guillon appartient à cette classe de personnes qui pensent que les gens issus des cités peuvent tout se permettre à cause de leur terrible histoire et du poids que la Société (notez la majuscule) fait peser sur eux.

Malheureusement, on a beau chercher, on voit mal comment on pourrait défendre Nicolas Anelka. Alors, soit on adopte la technique Evra (« Si personne l'avait dit, personne l'aurait su »), soit on adopte la technique Guillon (« Sarkozy, il est méchant et pis, il a dit des gros mots »).

Evra... Je n'ai pas envie d'en parler et je ne sais même pas s'il y a quelque chose à en dire. Guillon, j'aimerais faire comme d'habitude et me contenter de l'ignorer, mais je ne peux pas.

La démagogie guillonesque

Dans sa chronique d'aujourd'hui, Stéphane Guillon choisit donc de passer sous silence les torts de l'équipe de France de foot et en revient à sa cible préférée (unique ?) : Sarkozy et son gouvernement.

Un nouveau Le Pen ?

Le Pen a réussi en donnant de mauvaises réponses à de bonnes questions, selon la formule célèbre. Guillon fait de même mais, comme il est de gauche, on n'a pas le droit de le dire. Ce chroniqueur peut donc attaquer tranquillement le gouvernement, faire preuve de racisme (tant que ce n'est ni contre les noirs, ni contre les maghrébins), de sexisme et de toute autre forme de bêtise crasse, tant qu'il s'en prend à Sarkozy et à son gouvernement, tout va bien.

Le mauvais argument

Aujourd'hui, dans sa chronique, après des attaques usées contre Sarkozy et son gouvernement, Stéphane Guillon parle du salaire exorbitant de Christine Boutin (9 000 euros, salaire auquel elle a finalement renoncé devant le tollé général, sans en avoir perçu le moindre centime). Non seulement, il évoque un détournement alors qu'il s'agit bien d'un salaire, donc d'un acte légal, immoral certes mais légal, mais en plus, dans son désir de choquer par l'énormité du chiffre, il oublie qu'il touche lui-même deux salaires exorbitants.

Mais oui ! Stéphane Guillon fait deux fois plus fort que Christine Boutin ! Aux 9 000 euros qu'il touche par émission sur Canal +, soit environ 36 000 euros par mois, il faut ajouter 4 200 euros de France Inter. Qu'il est facile de gloser sur 9 000 euros, même ajoutés à de confortables retraites, quand on touche plus de 40 000 euros chaque mois !

Comme il est de gauche et que la majeure partie de ce salaire vient d'une société privée, tout va bien, on ne peut rien dire, c'est correct.

Et bien non, ce n'est pas correct ! Stéphane Guillon ne mérite que le mépris.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Sources : France Inter - Stéphane Guillon, la provocation de trop ?
Stéphane Guillon : Son patron Jean-Luc Hees balance... son gros salaire sur Canal+ !

Photo : mfrietsch sur Stock Xchng

À lire aussi sur ce blog :

12 commentaires pour “La démagogie guillonesque”

  1. -|- Julien Appert dit :

    Pour Guillon, c'est la loi du marché. J'imagine que Canal+ le paye à ce niveau parce qu'il le vaut et qu'ils veulent à tout prix le garder.

    Pour Boutin, c'est la loi "suspectée" du silence. Et surtout, c'est un salaire versé par l'Etat, donc par nos impôts. Ça nous regarde directement. Qu'on ne se méprenne pas, ça ne me dérange absolument pas que nos hommes et femmes politiques soient payés grassement. C'est un travail à lourdes responsabilités avec un salaire qui doit aller de paire. Et ce dernier est censé être un frein à la corruption (bien que ce ne soit pas toujours aussi efficace qu'on le voudrait...)

    Bref, est-ce que l'affaire Boutin est vraiment scandaleuse ? Je ne sais pas, tout dépend si cette mission est une vraie mission ou un moyen détourner de lui faire fermer son clapet. Par contre, est-ce pertinent de dénoncer l'attaque de Guillon à ce sujet en lui opposant son propre salaire ? Je pense que non, car les deux ne sont absolument pas comparables.



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Guillon a sorti le chiffre du salaire de Boutin pour choquer par son énormité, il est justifié de rappeler que son salaire à lui est bien plus élevé. Je ne sais pas ce que fait Boutin, j'espère sincèrement qu'elle bosse dur mais je n'en suis pas persuadée, malheureusement. Pour Canal+, c'est la loi de l'offre et de la demande, pour France-Inter, radio publique qui donne une aura de prestige à ses chroniqueurs, un peu plus de modestie dans les prétentions serait la bienvenue.



  3. -|- Grégoire dit :

    Tu peux dire que Guillon gagne énormément d'argent et qu'il est mal placé pour critiquer le salaire exorbitant de Boutin pour sa mission sur la mondialisation. Cependant Guillon est humoriste. Boutin est ministre. Les deux n'ont pas le même devoir d'exemplarité.

    Par ailleurs, Guillon tape sur le gouvernement, soit. Mais dans la chronique de ce matin ( http://www.dailymotion.com/video/xdrf7j_le-gouvernement-et-les-bleus-meme-c_fun#hp-v-v1 ), toutes les attaques de Guillon contre le gouvernement sont justifiées. Comment par exemple ne pas être scandalisé par la conduite de Woerth, ministre du budget, qui prône l'austérité et dont la femme travaille pour une boîte spécialisée dans l'évasion fiscale et dont la principale cliente n'est autre que Lilianne de Bétancourt? Et apparemment ce n'est que le début d'une grosse affaire d'Etat http://www.mediapart.fr/journal/france/210610/affaire-bettencourt-trois-cheques-trois-questions

    Guillon n'est pas populiste. Il est simplement lucide.



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Je suis d'accord avec toi pour l'exemplarité, surtout que Boutin a été la première à souligner que la légalité et la moralité étaient deux choses différentes. En revanche, sur Woerth, je ne suis pas d'accord avec toi. Les boulots de Christine Ockrent n'ont jamais été reprochés à son mari, pourquoi celui de Mme Woerth le serait ? Idem pour Anne Sinclair et bien d'autres "femmes de". Il y a un scandale si Woerth est réellement intervenu pour que sa femme rentre dans cette société, sinon, non.



  5. -|- Grégoire dit :

    Il y a un scandale si Woerth est réellement intervenu pour que sa femme rentre dans cette société, sinon, non

    C'est effectivement ce qui s'est passé, si on en crois les enregistrements fournis à la police par le majordome de Lilianne Bétancourt.

    Sur Médiapart :

    - - - - - - - - - - - - - - -
    Le 23 avril 2010, il sera de nouveau question de Florence Woerth entre Patrice de Maistre et Liliane Bettencourt.

    — Patrice de Maistre : «Je me suis trompé quand je l'ai engagée. C'est-à-dire quand en fait avoir la femme d'un ministre comme ça, ça n'est pas un plus, c'est un moins. Voilà. Je me suis trompé. Pourquoi? Parce que comme vous êtes une femme, la femme la plus riche de France. Le fait que vous ayez une femme de ministre, chez nous, tous les journaux, tous les trucs disent, euh, oui tout est mélangé, etc., bon. J'avoue que quand je l'ai fait, son mari était ministre des finances (du budget, NDLR), il m'a demandé de le faire.»

    — Liliane Bettencourt : «Ah»

    — PdM : «J'l'ai fait pour lui faire plaisir. Mais c'est une femme intelligente, c'est pas une imbécile. Aujourd'hui, ça fait trop de bruit; elle s'est fait nommer chez Hermès sans me demander.»

    — LB : «Qu'est-ce qu'elle fait ?»

    — PdM : «Elle s'est fait nommer chez Hermès.»

    — LB : «Oui, bah oui.»

    — PdM : «Sans me demander. C'est pas normal. C'est comme si moi je vous disais demain, tiens, j'ai été nommé chez LVMH. C'est, ce n'est pas sérieux. Bon, alors maintenant...»

    — LB : «Vous allez lui dire ?»

    — PdM : «Je lui ai déjà dit, je lui ai écris (...) Et donc si vous voulez, aujourd'hui, sans faire de bruit, je pense qu'il faut que j'aille voir son mari et que je lui dise que avec le procès et avec Nestlé, il faut qu'on soit trop manœuvrants et on peut plus avoir sa femme. Et puis on lui, on lui, on lui donnera de l'argent et puis voilà. Parce que c'est trop dangereux.»
    - - - - - - - - - - - - - - -

    Le reste à lire sur Mediapart ici :

    http://www.mediapart.fr/journal/france/160610/madame-woerth-lui-donnera-de-largent-parce-que-cest-trop-dangereux

    P.S. : vu que je suis abonné chez eux, je t'offre l'accès à l'article pour que tu puisses juger par toi même de l'abracadabrantesquerie de cette affair (iouve got mail)



  6. -|- Rikko dit :

    Qu'apprenons nous ?

    Que Delphes n'aime pô Guillon... c'est pô nouveau (Guillon est parisien et de gauche... pouah !)...

    Que la femme de Worth (le pénible) bosse pour Bettancourt... c'est pô nouveau...

    Qu'Anelka vient des cités... c'est pô nouveau non plus...

    ...

    O_

    ...

    ça doit être un coup de gueule donc...

    C'est un billet historique ?

    Sinon... on a aussi au choix aujourd'hui :

    L'été
    La fête de la musique !

    C'est des sujets plus glamour que le j'aime pô non ?



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Rikko : Je te kiffe, tu le sais, mais quand tu me prêtes des intentions sectaires, je te caresserais volontiers à coups de gourdin clouté. Grégoire et toi, vous êtes tous les deux parisiens, de gauche et chers à mon cœur. Et il y en a d'autres. Donc, ton hypothèse prend l'eau comme une vieille éponge.

    Si je n'aime pas Guillon, c'est parce qu'il est typiquement le sale gosse qui tape sur le faible, il est lâche, pas drôle et immature.

    Grégoire : Merci encore pour l'article. Comme je te le disais sur Twitter, je pense que Maistre est un gros mythomane, ce qu'il raconte n'a aucun sens. Il se vante pour exploiter les faiblesses de Mme Bettencourt mais c'est tout. Il y a énormément d'invraisemblances. Woerth est bien trop intelligent pour se mettre ainsi en danger.



  8. -|- Rikko dit :

    Ben voilà... J'aime bien quand tu me kiffes !
    (euh... j'aime pô Guillon non plus!)

    pour le gourdin, je passe mon tour !



  9. -|- Benoist dit :

    Je ne juge jamais une personne à son salaire, cela a peu de valeur à mes yeux. J'ai gagné de 0 à 50.000 € / mois et je suis pourtant la même personne ^^

    En France il faut s'excuser de gagner de l'argent, c'est triste. C'est l'égalitarisme à mon avis qui est à remettre en cause, "tout le monde à la même hauteur, voilà le vrai bonheur", selon la Carmagnole. Ouais, super motivant... c'est du totalitarisme de masse



  10. -|- Rikko dit :

    Ouaip...

    Quand on y pense, les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches !



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    Surtout qu'en tout pauvre, sommeille un riche. On n'est pas à l'abri de la fortune. ;)



  12. -|- Chronique de Didier Porte chez Arrêt sur Images | Appèrisphère dit :

    [...] ce sujet, lire l’article de Delphine Dumont : la démagogie guillonesque [↩] [...]



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2010 Redacbox