Les boulets de Sarkozy

Par Delphine Dumont, le 5 juin 2010 | Politique-tac

L'autre soir, j'ai pris un carnet et j'ai fait la liste des défauts et des qualités de Nicolas Sarkozy. Je vais réjouir les anti-sarkozistes, la liste des défauts était nettement plus longue que celle des qualités. À cela s'ajoute ses boulets qu'il traîne plus ou moins consciemment.

Je ne vous recopierai pas cette liste mais en voici quelques extraits.

Ses qualités

Parmi ce que je trouve de plus remarquable chez Nicolas Sarkozy, il y a cette intelligence prodigieuse et cette très belle ouverture d'esprit. Cet homme qu'on a allègrement taxé de facho a fait la preuve à plusieurs reprises qu'il était un des hommes politiques actuels les plus tolérants.

Ce que je classe aussi dans ses qualités mais qui pourrait être considéré comme un défaut, c'est qu'il n'est pas un pur animal politique. Sa boulette au salon de l'Agriculture, par exemple, montre que, parfois, le naturel prend le dessus sur le polissage des forces de communication. J'imagine à quel point, dans ces cas-là, il doit rendre dingue ses conseillers, mais moi, j'aime que sa personnalité résiste.

Ses défauts

Son principal défaut est son impatience. S'il doit évidemment être terriblement frustrant d'être entouré de tortues asthmatiques quand on veut réformer de façon majeure et qu'on sait que le temps est compté, la précipitation reste mauvaise conseillère.

Nicolas Sarkozy a aussi beaucoup de mal à comprendre qu'il n'a pas forcément raison ou que certains aient besoin d'être convaincus pour le suivre. Il se conçoit trop à la tête d'une armée docile et supporte mal la contradiction. Autre chose, et on le lui a assez reproché, il n'a pas l'attitude d'un président de la république tel que les Français le conçoivent : son élocution laisse à désirer, ses fautes de français me font saigner les oreilles et son goût du bling-bling est indécent.

Ce que je trouve de pire, c'est sa vulnérabilité affective qui l'amène à s'entourer de boulets parce qu'ils sont ses amis fidèles.

Déplacement dans le Loir-et-Cher à la rencontre des gendarmes et de leurs famille - Juin 2010 - Photo : Elysee.fr

Des amis bien lourds

Brice Hortefeux vient d'être condamné pour les propos racistes qu'il a tenus en septembre dernier. Je n'aime pas cet homme mais je ne crois pas qu'il soit raciste. C'est pire. Je crois qu'il a tenu ces propos car il espérait flatter les tendances racistes de l'assistance, c'était une action politique aussi stupide que contre-productive.

Je ne ferai pas non plus la liste des amis-boulets de Nicolas Sarkozy, vous voyez l'idée. Il y a aussi des gens qui flattent son égo par leur présence, des gens qui le rejetaient et qui maintenant le servent. Son entourage n'a donc rien d'une dream-team et nous le payons tous.

2012, l'odyssée très space

J'entends déjà d'ici tous ceux qui prennent leurs rêves pour des réalités, ils imaginent que je regrette d'avoir voté pour Nicolas Sarkozy et que, honteuse et confuse, je jure qu'on ne m'y prendra plus…

Des nèfles, oui ! J'ai voté pour Sarkozy en 2007 sans hésitation, ni enthousiasme, je l'ai déjà dit. Tel que c'est parti, je le referai en 2012. L'opposition est navrante d'immobilisme, de sectarisme et d'archaïsme, je ne vois pas la moindre lueur d'espoir de ce côté-là. Non pas que je n'apprécie aucun socialiste, bien au contraire !, mais, ceux qui m'intéressent, je les sais minoritaires et soumis à la stricte obéissance imposée par le parti.

Nicolas Sarkozy a une personnalité qui provoque des réactions, il en joue souvent, mais je vois la forêt derrière l'arbre. Il y a dans ce qu'il est, beaucoup de choses qui me plaisent. Même si la liste de ses défauts est plus longue que celle de ses qualités, ces dernières sont bien plus importantes à mes yeux. Il n'est pas parfait, qui l'est ?, mais je crois en lui plus qu'en aucun autre homme politique actuel.

Avis à la population

Tandis que j'écrivais ce billet, je ne pouvais m'empêcher de penser à tous les casse-couilles qui ne vont pas manquer de venir bêler leur sectarisme ou leur misère intellectuelle. À tel point que j'ai hésité à publier ce billet. Et bien non ! Si je dois censurer quelqu'un, ce sera eux et pas moi ! Critiquez Sarkozy si ça vous chante, mais votre commentaire ne restera que si vous le faites intelligemment. Si c'est pour parler de sa taille ou de toute autre chose sans intérêt, abstenez-vous ou faites-le sur votre blog à vous. Vous êtes prévenus.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Photo : Elysee.fr

Tweet

À lire aussi sur ce blog :

32 commentaires pour “Les boulets de Sarkozy”

  1. -|- Jean Meyran dit :

    En tant que casse couilles auto proclamé, je me
    me limite à constater la proximité du "bêler" et du "sectarisme" dans la même phrase...

    Pas encourageant pour commenter, effectivement

    Bonne journée, ma douce



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    J'ai donc bien fait de prévenir. Bonjour très cher. :)



  3. -|- Dugomo dit :

    Personnellement, j'ai renoncé à en parler. Pour la simple raison que je manque du recul nécessaire.



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Tu es un homme sage. :)



  5. -|- Jean Meyran dit :

    Pourquoi ne pas fermer ponctuellement les commentaires sur un sujet où tu crains la contradiction ?
    Il existe des blogs très bien fréquentés qui pratiquent cette méthode sans pour autant présupposer que leurs contradicteurs sont "sectaires" ou victime de "misère intellectuelle..."
    Sérieusement, tu devrais (enfin, c'que j'en dis) relire ton dernier paragraphe.

    A+



  6. -|- Rikko dit :

    Holala holala, je dis holala !!!

    Chère Delphes...

    Depuis que j'ai pris le maquis (au large des côtes de Francie), je me rassurais en me disant que toi au moins, tu étais en sécurité (relative) parce que, sans mettre tu sais qui sur un piedestal, tu étais plutôt pro-lui.

    Mais là, tu m'inquiètes... Il me semble qu'à certains moments, tu dis certaines choses qui pourraient être prises comme des reproches...

    Tu vas avoir des problèmes!!!...

    Ci-joint attaché une corne de brume bi-ton, si les hommes en noir viennent te chercher, tu sonnes et je passe te prendre avec ma fregate pour te mettre en sécurité (c'est pas l'arche de Noè, le hamster, tu le refiles au voisin... les mômes sont acceptés)

    Je note cependant un lapsus très révélateur qui me donne à penser que telle la courbe de popularité de Himler en 45, ton optimisme confiant de 2007 (j'ai pô dis béat ! j'ai dis confiant !) c'est sérieusement émoussé comme le mien (note... le mien n'était pô bien haut!).

    Je m'explique :

    Phrase extraite de ton billet :
    [RikkoQUOTEADONF'/ON]


    Autre chose, et on le lui a assez reproché, il n'a pas l'attitude d'un président de la république tel que les Français le conçoivent : son élocution laisse à désirer, ses fautes de français me font saigner les oreilles et son goût du bling-bling est indécent.

    [RikkoQUOTEADONF'/OFF]

    Donc si j'ai bien compris, avec le Petit Nicolas, la "présidence" est minuscule, et la République n'est plus un nom très propre...

    Plus besoin de bêler mon sectarisme, tu as fait le boulot avec un style qui me fait fouetter le pont de ma frégate de mon tricorne violet.

    Quand à ma misère intelectuelle (ben ouais, j'ai dis Petit Nicolas... avec Majuscule quand même), apprenez; ô déesse de la plume, qu'en vivant au niveau de la mer, on risque peu d'atteindre des sommets...

    Amitiés maritimes

    (sans dec' rends toi service, remets les MAJ et vires mon comm' )



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Jean Meyran : Je ne crains pas la contradiction et je ne l'ai jamais crainte. Ce que je refuse, c'est ce que j'ai connu pendant les élections de 2007. Le troupeau de bisounours qui passe pour répéter en boucle "Sarko facho, Sarko nain, Sarko pue des pieds". C'était ça, non-stop, aussi peu constructif, aussi peu intéressant. C'est à ce troupeau que je m'adresse. Si tu l'as pris pour toi, c'est que tu as ressenti le besoin de te moucher, je n'y peux rien.

    Rikko : Je n'ai jamais prétendu être une sarkoziste enthousiaste. En fait, puisque ça ne semble pas clair pour tout le monde, j'ai une meilleure opinion de lui aujourd'hui qu'en 2007. Cependant, il n'est pas mon idole, je n'ai d'ailleurs aucune idole, je reste lucide, je vois ses défauts qui m'agacent régulièrement, mais ça ne dépasse pas le stade de l'agacement.

    Sinon, c'est gentil de penser à ma sécurité mais je pense que si je représente une menace pour Nicolas Sarkozy, ça doit être celle de lui offrir un Bescherelle pour Noël. =)

    Enfin, j'ai un peu de mal à vous comprendre tous les deux. Faudrait-il absolument n'être qu'entièrement pour ou totalement contre ? Je peux apprécier Nicolas Sarkozy, son intelligence, son talent, lui accorder une certaine confiance pour diriger la France et constater parallèlement qu'il massacre parfois notre si jolie langue, que c'est une quiche absolue en nouvelles technologies et une agaçante bourrique ?

    P.S. : j'écris le Président de la République, mais un président de la république. Le premier étant défini a droit à l'honneur des majuscules, le second n'a que des minuscules, ça lui apprendra à être indéfini. C'est nouveau cette envie de me psychonanalyser ? ;)



  8. -|- Rikko dit :

    Chère Delphes :

    Si tu as du mal à nous comprendre, j'entend par là Jean Meyran le chanteur engagé, et moi même le pirate violet, c'est peut être que nous ne sommes que de pauvres mâles peu habitués au jeu subtile du non-choix et ses multiples.

    Quand il faut tirer sur le kraken, on dit "FEU" ou alors on ferme sa gueule, on ne dit pas : "Tirez mais quand même essayez de pas lui faire trop mal".

    Ce qui implique que nous soyons assez peu experts dans le "J'met la rouge ou j'met la verte ????"

    Pour tout dire, nous manquons cruellement de subtilité puisque pour nous :

    - framboise et pêche sont des fruits,
    - brique un élément de construction,
    - chair un morceau de viande.
    (Je ferais une exception sur le mauve et le parme, on a les névroses violettes que l'on peut !)

    Pour ce qui est de l'enthousiasme, regardes... j'ai parlé d'optimisme... La différence est subtile, mais elle existe.

    Quand à ta sécurité, c'était plutôt pour t'offrir une balade en mer avec chants des cachalots et embruns, couché de soleil sur le lagon de Bora Bora et autres clichés du même accabi... Mais le Bescherelle... là, t'es limite dans l'affront !

    Par ailleurs, ta défense à propos des Majuscules ne fait que corroborer les propos capillotractés que je ne tenais, pas pour de la psychoanalyse, mais plus comme de la titillation de mauvaise foi (ce qui chez moi, admet le est une seconde nature, plus que le respect de la grammaire et de l'orto... l'horto... l'aurto.... Le comment qu'on écris les mots correc').

    Sinon, racontes moi tes rêves, ça rique d'être rigolos !!!



  9. -|- POIZI33 dit :

    bonjour delphine je suis d'accord avec toi que quand on voit ce qui se passe a gauche avec leur magouilles de primaires qui me fait bien rie je voterait aussi nicolas sarkosy car a gauche ils sont completement a la rue et cela me desole.

    bonne soiree



  10. -|- Rikko dit :

    Cher(e) POIZI

    C'est une manie de faux modeste les minuscules à Nicolas Sarkozy ?

    Pour le Président, je dis pas, mais Delphine prend une majuscule ! Fût-elle toute d'humilité contenue !

    Quand aux désolations de la ghauche... Ben là... je partage...

    Sigh



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    Poizi : Tu as vu cette classe ? J'ai un pirate qui m'est spécialement attaché et qui veille à la bonne tenue générale. Il y en a qui ont connu la planche puis, très brièvement, les requins, pour avoir voulu faire les malins. ;)

    Je te rejoins sur le spectacle désolant des primaires de la gauche. Ils n'ont pas de programme mais se disputent pour savoir qui ira se présenter. C'est pathétique. Malheureusement, nous avons besoin d'une opposition intelligente et forte, qui fasse des propositions et rectifie le tir de la droite quand c'est nécessaire.

    Rikko : L'autre jour, j'ai rêvé que j'arrivais au Paradis et que je ne trouvais aucun de mes fidèles lecteurs. Je demandais à Saint Pierre où ils se trouvaient donc et il m'invita à aller vérifier au purgatoire. Hélas, je ne les y trouvais pas plus. Je me rendis alors en enfer où ils séjournaient tous, subissant les pires châtiments. Je me suis alors réveillée en sursaut et je me suis promis de ne plus m'endormir en lisant le Curé de Cucugnan. =)



  12. -|- Rikko dit :

    ANALYSE DU RÊVE A DELPHES :

    D'après moi, c'est clair, tu aimes les bananes !



  13. -|- effigy dit :

    bien bien bien, en ce jour béni qui offrit au monde le débarquement (de mon chat zippo), je vais pour une fois me fendre d'un commentaire politique pour dire que sur bien des points je te rejoins notamment sur la volonté hors pairs que notre président met à vouloir parachever (s)ces réformes dont le pays, sclérosé, a tant besoin; le dernier qui s'y essayat aussi fortement (à gauche) se fit virer comment dire "allègrement"; rien que pour celà on lui pardonnera les défauts (non exhaustifs) que tu nous listes;
    c'est une tache primordiale pour la france mais ingrate pour son maitre d'œuvre.
    quant-à l'opposition (?) que dire de plus, en 3 ans ils en sont toujours au meme point que tu evoques du tss qui fit la joie de tant de personnes et qui n'exprimait que la vacuité d'un parti à l'agonie.



  14. -|- Antoine dit :

    Son plus grand défaut est peut-être de penser que l'on peut "réformer" sans l'adhésion des français ou du parlement.
    Je pense aux parlementaires qui ont eu le courage de voter contre la peine de mort alors qu'il semble que la majorité des français n'y étaient pas favorables et ceci hors les clivages politiques.
    L'intimidation faite aux sénateurs (qui ne veulent pas lâcher le cumul) est une sinistre péripétie.
    La réforme de la justice est une vraie catastrophe : même Bilger, qui n'est pas un dangereux extrémiste, souligne l'intérêt d'une adhésion 'populaire' au sens d'une majorité de consensus.
    Les présidents n'ont pas tant de pouvoir qu'il le pensait, Pompidou et Giscard ont fort bien écrit sur le sujet.
    Maintenant, il ne reste plus que 2 ans qui ne seront que du bricolage destructeur j'en ai peur.



  15. -|- couliine dit :

    hummmm adhesion populaire en france je voudrais bien voir ça un jour...



  16. -|- Antoine dit :

    Je sais qu'à mon grand age c'est difficile de rêver mais je continue quand même et j'espère avoir raison de penser voir cela un jour.
    Certes, l'évolution de notre société vers l'individualisme ne va pas dans ce sens...



  17. -|- Rikko dit :

    @ Couliine : mais ça existe l'adhésion populaire.... Il y a le football et l'équipe de France et Jhonny Hallyday... Je sais c'est très pauvre comme début... Mais je crois qu'on a que les contemporains que l'on mérite !

    @ Antoine : l'utilisation du cerveau (pour le rêve par exemple) ets une façon d'allonger la durée de vie... j'ai peur qu'en continuant tu ne t'inscrive dans un processus qui risque de t'amener vers l'immortalité... Ou pas!



  18. -|- Delphine Dumont dit :

    Enfin du temps pour répondre ! \o/

    Antoine : Pour l'adhésion populaire, Couliine a parfaitement résumé ma pensée. Pour la réforme de la justice, je doute que Bilger, malgré toute l'admiration que je lui porte, soit clairvoyant sur la question. L'indulgence dont il a fait preuve vis à vis du juge Burgaud m'a sidérée. Les professionnels de la Justice doivent être le plus près possible de l'irréprochabilité et j'ai pu constater souvent qu'il n'en était rien. Pire même ! Pour les cas avérés d'incompétence ou de malhonnêteté (ne serait-ce qu'intellectuelle), aucune sanction n'est appliquée. Que cette réforme ne soit pas la meilleure, c'est possible, mais si il y avait des propositions constructives au lieu de cette opposition systématique et non argumentée, les choses iraient peut-être dans un meilleur sens.

    L'hôpital, l'éducation, la justice, toutes ces institutions ont subi un pourrissement par manque de courage politique, les Français ont voté pour que le pays soit réformé, c'est en cours, ce n'est certainement pas parfait, loin de là même probablement, mais toute amélioration est à prendre. Et il ne faut pas prendre les grognements des réactionnaires de tout bord pour l'expression d'un sentiment général.

    Et j'espère que tu vas continuer à rêver longtemps, nous avons besoin d'idéalistes. :)

    Couliine : C'est toujours un plaisir de te retrouver, ma belle ! Et je suis complètement d'accord avec toi ! :)

    Rikko : Et l'apéro, non ? C'est pas de la colle populaire, ça, l'apéro ?



  19. -|- couliine dit :

    des reformes il faut les faire et comme de toutes façons en France l'adhésion populaire ça n'existe pas ça sera forcement impopulaire!
    je suis d'accord avec delphine en 20 ans peu de gouvernement ont eu le courage de les faire
    moi c'est l'homme que j'aime pas, je n'aime pas plus l'homme politique qu'il est...et je n'aime pas ces méthodes
    et je ne revoterai pas plus pour lui... et na!
    mais comme de toutes façons pour le moment y a personne en face, je sais même pas pour qui je voterai..



  20. -|- Rikko dit :

    Ha ben non !!!!!

    Pas l'apéro !!!

    Pas d'accord !!!

    On touche pô à l'apéro !!!

    C'est sacré !!!



  21. -|- Delphine Dumont dit :

    Couliine : Je te comprends très bien ! Et pourtant, il y a de jeunes politiques (à droite et à gauche)(pan sur la tronche de ceux qui me pensent sectaire !) très, très enthousiasmants !

    Rikko : Je sais bien que sans la colle, la fête est plus folle, mais il n'est pas question de toucher à l'apéro, je disais justement que c'était de l'adhésion populaire.



  22. -|- Rikko dit :

    HMMM.... j'ai bien compris...



  23. -|- Antoine dit :

    Rêver n'empêche pas d'agir au quotidien.
    @Delphine
    Je parlais de Bilger à propos des jurys 'populaires' : j'ai découvert une dimension que je ne soupçonnais pas alors que j'y étais opposé. Bilger les défend : je comprends ses propos.
    Pour les fameuses réformes, chacun a voté pour la sienne : les anciens pour la succession, les salariés les moins bien payés avec le gagner plus, la restauration ...
    La 'libre' concurrence dans l'énergie : les particuliers vont payer avec la majoration de leur abonnement le bas prix accordé aux entreprises.
    Je ne vois pas grand progrès pour ceux qui se lèvent tôt pour travailler dur.



  24. -|- Rikko dit :

    Ben alors on a qu'a se lever tard et bosser moins !
    ça va créeér des emplois !



  25. -|- Delphine Dumont dit :

    Antoine : La réforme des jurys populaires, je n'y crois pas une seconde. Je crois qu'il ne s'agit que d'une polémique lancée pour faire du bruit et faire oublier ou ignorer autre chose. Mitterrand adorait faire ça, rappelle-toi de la réforme de l'orthographe. ;)

    Rikko : Si tout le monde se lève tard, qui c'est qui va bosser tôt ? Faut établir des tours de garde ? Rétablir les 3x8 dans tous les secteurs ?



  26. -|- Rikko dit :

    C'est pô logique ce que tu dis... Pour que les 3x8 soient ee place, il va falloir que certains ce lèvent tard... Ben ouais... forcément !



  27. -|- Delphine Dumont dit :

    Je pose des questions, je ne suis pas tenue d'être logique.



  28. -|- Antoine dit :

    Et se coucher tard, nuit !



  29. -|- Delphine Dumont dit :

    Merci de le rappeler ! ;D



  30. -|- Benoist dit :

    Une analyse qui me parait honnête. Je pense que le fait de s'entourer de "boulets" marque une faille narcissique, un manque de confiance en soi. Les borgnes sont rois au royaume des aveugles, s'entourer de gens "médiocres intellectuellement" permet de briller. De plus, leur fidélité est acquise car sans le "roi", ils ne seraient pas grand chose... Nous sommes loin de "la politique des meilleurs".

    Enfin j'apprécie beaucoup dans les commentaires ton intervention qui précise que la nuance peut exister, j'ai souvent l'impression que les opinions politiques se résument à pour ou contre tel homme ou parti, façon match de foot.

    Par contre, concernant les primaires à gauche, je pense que c'est une machine à perdre pour... la droite. Nous aurons d'un côté, des primaires "modernes" façon USA à la Barack. D'un un premier temps, les querelles, petites phrases affaibliront la gauche mais une fois le candidat désigné, qui risque d'être choisi avec des millions de voix, une sorte de pré plébiscite populaire que pourra opposer la droite ? Un candidat "choisit" avec 95% des voix des militants UMP, façon Brejnev... Le "modernisme" sera à gauche, le "conservatisme" à droite. Ouverture, fermeture... pluralité, uniformité... l'image risque d'être difficile à gérer pour la droite.



  31. -|- Delphine Dumont dit :

    Ah c'est drôle que tu dises ça. Beaucoup de gens pensent que les primaires vont être suicidaires pour la gauche. :)



  32. -|- Benoist dit :

    C'est normal, je ne pense jamais comme la masse ^^



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2010 Redacbox