RSA, chômage et Copé

Par Delphine Dumont, le 14 juin 2011 | Tous concernés

Le RSA est un excellent concept. Inciter à retrouver la voie de la prospérité en apportant le petit coup de pouce qui va bien, c'est vraiment bien pensé.

Par contre, penser que les bénéficiaires du RSA comptent parmi leurs rangs des armées de fraudeurs au point qu'il y ait urgence à légiférer contre eux, c'est du délire. Jean-François Copé, je vais vous expliquer mon point de vue.

Je veux bien croire qu'il y ait des fraudeurs au RSA, il parait même que c'est l'allocation sur laquelle on relève le plus d'abus. On a donc détecté environ 5 860 fraudeurs au RSA en 2009 sur 1,8 million de bénéficiaires, soit 0,3% du total. Oui, quand même...

La question est de savoir si ces 0,3% détectés représentent l'intégralité des fraudeurs ou s'ils ne sont qu'une goutte d'eau dans l'océan. J'ai tendance à penser qu'on doit arriver royalement à 0,5% des bénéficiaires si on cherche mieux, mais guère plus. La réalité est que beaucoup de gens sont dans une situation difficile et qu'il est plus difficile de les aider réellement que de les insulter.

Oui, ça, c'était pour Laurent Wauquiez, le cancer de la politique.

Bulles - Common Pixels sur Flick

Ensuite, Jean-François (vous permettez que je vous appelle Jean-François ?), vous partez de l'hypothèse que ces pauvres qui refusent les emplois qu'on leur propose, c'est rien que des « canapés » pour reprendre cette charmante expression. Cela induit que les offres proposées par le Pôle Emploi sont toutes pertinentes.

Pourtant, qu'on le demande à Marion Bergeron, qui a écrit un livre sur le sujet, ou au Conseil économique social et environnemental, tout le monde est d'accord, l'action du Pôle Emploi est largement perfectible. Il est donc logique que des chômeurs bénéficiaires du RSA soient amenés à refuser des emplois proposés par le Pôle Emploi et bien à contrecœur.

Jean-François, il y a tant d'autres choses sur lesquelles se pencher avant de jeter l'opprobre sur une cible. Par exemple, la garde des enfants, c'est une excellente raison de refuser un boulot si celui-ci implique des horaires qu'aucune crèche ou nounou n'accepte.

Il y a aussi les problèmes de transport. Quand on est pauvre et qu'on n'a pas de voiture, on est totalement dépendant des transports en commun. Moi qui habite Trouperduland, je dois absolument attraper le dernier bus qui part de Dijon si je veux rentrer chez moi. Or, ce dernier bus est à 18h25 dans la partie est de Dijon. Il m'est donc impossible de quitter un travail à 18h dans l'ouest de Dijon, sinon je rate mon bus à coup sûr ! Et 18h, ce n'est pas franchement une heure insolite pour une fin de journée. Voyez comme ça peut tenir à peu de choses de pouvoir accepter un emploi !

Ah oui ! Surtout, soyez gentil, ne me dites pas de déménager. Je sais que vous n'avez pas dû faire de demande de logement HLM depuis quelques temps, mais moi, voyez-vous, ça fait sept ans que j'en ai faite une et j'attends toujours...

Après avoir été aussi acide avec vous, Jean-François, je vais maintenant vous faire plaisir.

Je trouve que l'idée d'obliger les chômeurs, bénéficiaires du RSA ou non, à se rendre quelques heures par semaine dans un lieu fixe, c'est bien. C'est même très bien pour lutter contre l'isolement et la résignation. Mais les faire bosser n'importe où, non.

Par contre, il y a plein de choses positives et constructives à faire faire à un chômeur. On peut lui organiser une mise à jour de ses connaissances, voir un approfondissement ou le former dans un métier plus adapté à son profil.

Il y a même un truc que je trouverais encore plus malin : que certains ateliers de formation soient animés par les chômeurs eux-mêmes ! Tout le monde a des connaissances à partager et c'est très formateur. Ça apprend à s'exprimer clairement, à préparer une réunion, à s'organiser et ça augmente nettement l'estime de soi ! Bref, c'est tout bon quand on est en recherche d'emploi !

Cerise sur ce délicieux gâteau que je me fais une joie de vous offrir, Jean-François, ce projet devrait être très économique à mettre en place !

Et puis, soyons fous, imaginez, si ça se trouve, ça va entraîner la création de réseaux d'entraide et les chômeurs s'épauleront mutuellement ! Tout bon ! :)

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Photo : Common Pixels sur Flickr

Tweet

À lire aussi sur ce blog :

12 commentaires pour “RSA, chômage et Copé”

  1. -|- effigy dit :

    i had a dream !
    pour le reste 100% d'accord avec toi,j'ai eu à faire au pôle et bien avant à l'anpe et n'ai JAMAIS reçu une proposition pour ma branche: l'hôtellerie, qui comme chacun sait est après le batiment le secteur où il y a le plus de demande ! parler de "perfectible" est une belle litote :D



  2. -|- Balise dit :

    La seule fois où j'ai eu affaire à l'ANPE (parce que c'était eux à l'époque), c'était en 2007 et on m'a demandé si mon langage informatique de prédilection c'était le C ou le Fortran.
    Ben j'étais bien contente d'être allée à l'ANPE "parce qu'il fallait pointer" même si j'avais déjà une offre ou deux dans mes tiroirs... et pas parce que j'en avais vraiment besoin...
    À la réflexion, ça me paraît tellement surréaliste que je me demande si j'ai pas inventé cette anecdote a posteriori. Mais je crois pas :/



  3. -|- Rikko dit :

    Le pôle emploi c'est une invention pour occuper les chômeurs, c'est un peu comme d'aller au cirque, mais en plus absurde, une sorte de spectacle underground, un happening berlinois, malheureusement ouvert à tous !

    Quand à la perfectibilité du pôle, pour reprendre les propos de balise, il est important de rappeler que les métiers du web ne sont toujours pas référencés dans les tablettes...



  4. -|- couliine dit :

    hum moi je vois tres bien la stigmatisation d'un partie de la population qui en état de "faiblesse" ne peut aps se defendre pour faire plaisir à une autre partie de la population bien pensante qui croit que les "pauvres" abusent toujours, profitent d'un système...du système
    parce que c'est tellement plus facile d'appliquer des clichés pour plaire à un électorat
    Au final je me demande si monsieur Coppé a bien compris le fond du probleme?



  5. -|- Delphine Dumont dit :

    Effigy : L'hôtellerie ? Ils recrutent ? Ça se saurait !... ;)

    Balise : Espèce de snob ! ;D
    Fortran 4 3v3R !!
    Hum...

    Rikko : Malheureusement, le niveau de ces spectacles les réservent à un public de connaisseurs, le citoyen lambda ne peut en apprécier toute la subtilité.

    Couliine : Je suis impatiente que Jean-François Copé réponde à mon billet et à ta question. ;)



  6. -|- Rikko dit :

    Je suis éminament outré par l'élitisme parisianiste dont tu fais montre ! (et pan sur le nez de la bourguignonne)!

    (Rikko prendsz une mine outrée quoique monocullaire !)

    Même s'il est vrai que les absurdités de pôle emploi (notez l'intentionnelle minuscule!) ne parlent pô forcément aux acharnés du travail, il en va de même pour les bachanales fiestas des hospices de Beaunes, qui restent lettres mortes pour la sept...

    O_

    ... Autant pour moi, je voulais dire pour l'acète !

    Le lambda est ton ami ! Moins le mien, mais c'est à cause de la distance !

    Enfin, je rapelle que SI ! L'hôtellerie recrute... !!!
    Des clients...



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Qué parisianisme ? Le public de connoisseurs (comme on dit dans les sardines) serait exclusivement parisien ?
    Va y avoir du sang, de la sueur et des larmes si c'est ça...



  8. -|- Rikko dit :

    Ouaiiiiiiiiiiiiiiiiis !!!
    (je dis ça pour du sang de la sueur et des larmes entre autres fluides corporels répendus!)

    Allah bordage !!!(comme on dit en mer rouge !)

    Par ailleurs, comme je n'ai jamais essayé de parler depuis l'interieur d'une sardine, je ne vois pô pour "les connoisseurs"*, je ne connais que les connetables... de Bourbon... comme la vanille... de Tahiti... trois pti chats
    O_

    Et c'est toi qui a commencé à faire de l'élitisme (pécho en flag' kr kr kr !)

    * ou alors c'est une coquille... mais les sardines n'en ont pô... Une enquête s'impose !



  9. -|- Delphine Dumont dit :

    Rikko : Il parait que les sardines qui font de la boxe portent une coquille. C'est un bulot qui me l'a dit.
    (sinon, je ne vois pas où j'ai élitismé)

    À l'impudent qui a fait un copier-coller d'un mauvais article du Post sur mon joli blog : j'ai mis ton truc à la poubelle. :)



  10. -|- Rikko dit :

    Les bulots sont tous des menteurs, c'est un bulot qui me l'a dit ! C'est une preuve non ?

    LES PREUVES DE L'Ethilisme... pardon

    plouf plouf...

    LES PREUVES DE L'ELITISME DE DELPHES
    (ou telle fut prendu celle qui croyais au Père Noël entre autres)

    [RIQUOTE]
    Malheureusement, le niveau de ces spectacles les réservent à un public de connaisseurs, le citoyen lambda ne peut en apprécier toute la subtilité.
    [A PU RIQUOTE]

    Il n'est pas nécessaire d'être conn(o)aisseurs pour apprécier l'art, l'art est émotion (ou escroquerie; ça dépend si ya du vent!), tu dénigres donc sur le ton de la moquerie(ce qui est odieux aux yeux des croque morts que nous saluons au passage)le "citoyen lambda" comme s'il était imperméable à l'humour polemploitesque !!!

    ...

    Moi je dis : c'est pô bien de dénigrer le citoyen lambda (même s'il le mérite...)

    CQFDelphes



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    J'avions point élitismé. Pour apprécier un très grand vin, il faut être fin connoisseur. Pour apprécier le service de Popôle Emploi, il faut aimer le théâtre moderne moldave.
    Je ne voyons point le rapport avec Paris. J'ai pas parlé de blonde à œil torve.



  12. -|- Rikko dit :

    Les seules blondes à l'oeil torve que nous tolérons dans notre belle Lutèce (notons la Majuscule!) sont étrangères (touristes!) ou fausse !
    Par ailleurs, après être une blonde (à l'oeil torve ou pô) Paris est "REINE DU MONDE"... Soyons précis et révérencieux !!!

    (vérification : http://youtu.be/1rPaN1eU1vg)

    Je parlais de parisianisme parce que ça rime avec élitisme et que j'augmentais ton rendement de réponse de 47,3% (provoco quid provocarême)

    Alors quand on peut rendre service...

    Quand à l'appréciation, le béotien peut aussi apprécier un grand vins, ce n'est pas parce qu'il n'en goûtera pas toutes les subtilités par manque de technique qu'il faut le lui soustraire !

    Surtout si on en vend dis le marchand de vin !

    Quand au théatre Moldave, cette moquerie me semble assez éloignée de tes valeurs égalitaires, on dirais une réplique parisaniste se gaussant de la MJC de trouperduland... (rebelotte et petit au bout !)



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2011 Redacbox