Comment bien prendre le bus

Par Delphine Dumont, le 8 octobre 2011 | Tous concernés

Vous êtes chaque jour des millions à prendre le bus. Devant l'amateurisme d'un grand nombre d'usagers, j'ai décidé de vous rédiger ce petit mode d'utilisation.

Comment bien monter dans le bus

Il arrive que des gens descendent à votre arrêt et occupent sans vergogne les ouvertures du véhicule. Ne vous en préoccupez pas, foncez ! Comprenez bien que chaque seconde de gagnée pour monter, c'est une seconde de gagnée pour monter !

Comment bien transporter ses biens

Si vous avez un gros sac à dos, ne le retirez surtout pas pour le poser à vos pieds. Pensez au bonheur des autres usagers qui pourront en apprécier les moindres détails. Ils pourront aussi constater sa résistance face aux coups qu'ils lui porteront lorsqu'ils seront déséquilibrés par les secousses du bus.

Si vous portez des sacs de course, veillez à faire savoir aux autres à quel point ils vous gênent en leur en assénant quelques coups dans les jambes. Ne vous excusez pas sinon ils ne retiendront pas la leçon.

Si vous transportez un article particulièrement encombrant (arbre en pot, éléphanteau, guéridon,...), poussez-le devant vous pour vous frayer un passage. Vous remarquerez que cela provoque une certaine grogne parmi les autres passagers mais n'en tenez pas compte. Ils ont bien remarqué votre article encombrant et n'ont même pas eu l'idée de se pousser, pourquoi les écouteriez-vous ?

Intérieur d'autobus - (Karlo - Wikimedia)

À qui laisser sa place ?

Vous êtes confortablement assis et une personne âgée, une femme enceinte ou avec de jeunes enfants ou encore un homme avec un plâtre et des béquilles monte. Devez-vous vous lever et laisser votre place ?

Bien sûr que non ! Vous y étiez avant ! Et puis, il y a d'autres passagers assis, l'un d'entre eux peut bien laisser sa place, non ? Enfin, est-ce de votre faute si les bus sont mal conçus et n'offrent pas assez de places assises pour tous les voyageurs ?

Afin d'éviter les regards suppliants de ceux qui manquent de fierté et, surtout, d'organisation, feignez de regarder par la fenêtre ou d'être absorbé par votre lecture. Il ne manquerait plus qu'on vous gâche votre journée !

Faut-il saluer le chauffeur ?

Et puis quoi encore ? Il fait son métier, rien de plus ! Après tout, vous n'êtes pas poli avec la boulangère, ni avec votre facteur, pourquoi le seriez-vous avec le chauffeur du bus ?

N'oubliez pas que si chacun se montre respectueux envers le conducteur, celui-ci pourrait finir par se croire plus important qu'il n'est, ce qui n'est jamais bon. Sans le vouloir, vous pourriez même l'amener à avoir des vélléités de rébellion. Votre politesse excessive pourrait même entraîner des grèves et qui serait le premier embêté ? Vous !

Faut-il toujours s'acquitter d'un titre de transport ?

Alors, là, je suis formelle : non ! Vous payez suffisamment de taxes en tout genre pour ne pas devoir, en plus, payer je ne sais quelle carte ou ticket !

Si un contrôleur se montre trop curieux, montrez votre indignation et rappelez-lui que vous connaissez très bien son supérieur (pensez à vous renseigner sur l'organigramme des réseaux de transport), ainsi que le maire et même le président du Conseil général. Si vous manquez d'aisance verbale, un bon bourre-pif fera l'affaire.

Bon voyage sur les lignes !

En espérant ne jamais vous croiser dans le moindre transport en commun, je vous souhaite d'avoir compris que c'était du second degré.

Au passage, les Dijonnais, je ne vous félicite vraiment pas.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Photo : Karlo - Wikimedia Commons

Tweet

À lire aussi sur ce blog :

7 commentaires pour “Comment bien prendre le bus”

  1. -|- SohoChoc dit :

    Je tiens a apporter ma pierre a cet édifice à la gloire du savoir-vivre ensemble. A Strasbourg aussi, la pratique du poussage de gros colis devant soi est répandue : je viens de le vivre avec un CHARMANT jeune homme qui se prenait pour un pilier du XV de France. Ceci dit, je dois avouer qu'il ne poussait pas un éléphantrau , plutôt un truc genre nid de cigogne (nuance régionale )
    Mais mes mollets s'en souviennent encore...



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Il faudrait qu'on organise des matchs : le pousseur d'éléphanteau vs le pousseur de nid de cigogne ! ;)
    (bisous aux mollets)



  3. -|- SohoChoc dit :

    Pour des bisous aux mollets, suis prête a jouer les arbitres :)



  4. -|- Rikko dit :

    Honnêtemnt au début du billet j'ai eu un peu peur que notre chère Delphes et sa légendaire politesse (elle s'excuse quand elle se cogne dans un réverbère!) ne donnent une vision éronnée de la vie en société et de surcroit dans un transport en commun...

    Notons au passage que le nom est mal choisi, en effet, "comme un"... on est beaucoup plus que ça dans un bus... je propose que ce soit "transport en commplein"!

    Sinon, j'ai relevé quelques inexactitude... minimes mais forcément soit régionalistes soit à lier au genre d'y celui ou y-celle qui lirait ces lignes afin d'être armé dans son transport quotidien !

    En ce qui concerne le fait de laisser sa place, si vous êtes un gentleman (comme je le suis... vous l'aviez compris!) vous proposerez à la jolie donzelle debout de venir s'asseoir sur vos genoux, un clin d'oeil salace peut accompagner l'offre...

    Il est un autre sujet, que notre Delphes n'a pas non plus décrit : l'hygiène !

    Ne vous lavez surtout pas avant de prendre le bus et banissez toutes solutions à base de déodorant !

    Assurez vous de trouver une personne dont le visage arrive à votre épaule, saisisssez la barre pour vous tenir, et appliquez votre aisselle aigrelette le plus près possible de son visage... vous pouvez ainsi gagner un peu de place en partageant convivialement vos remugles corporels.

    Ou alors... faites comme moi, renoncez et prenez votre voiture, même pour promener le chien dans le quartier !



  5. -|- Serge K. Keller dit :

    Malheureusement applicable sous nos contrées. Je reconnais particulièrement le premier point, avec la variante dangereuse du "pousser tout le monde lorsque le train entre en gare afin de pouvoir absolument grimper le premier à bord". Je suis toujours étonné de ne pas voir au moins deux personnes finir sur les rails chaque matin.

    Bon courage! Les Îles d'Aran sont merveilleusement calmes en cette période de l'année,me dit-on: j'y songe sérieusement...



  6. -|- Delphine Dumont dit :

    Rikko : Comment tu le sais ? Pour le réverbère, je veux dire.
    Sinon, merci d'avoir complété mon billet par tes remarques judicieuses. Et je vais faire comme toi, je prendrai ma voiture pour promener mon chien. Quand j'aurai un chien. Et une voiture aussi. =)

    Serge : Quoi ? Le Chuiche est mal élevé ? Je suis toute désillusionnée, là ! Moi qui l'imaginais tout policé...
    Sinon, il y a des chiens et des voitures sur les Îles d'Aran ? Non, je demande... comme ça... ;)



  7. -|- Rikko dit :

    J'ai menti... j'ai pô de chien... mais j'ai une voiture pour le promener !



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2012 Redacbox