Jouets pour fille (c’est pas cochon)

Par Delphine Dumont, le 25 juin 2012 | Tous concernés

Avec ce titre, je préfère prévenir tout de suite, il y a des pervers qui pourraient s'égarer en pensant que je vais parler de se*toys. Le thème de notre conférence aujourd'hui est « Comment éviter de transformer une enfant saine en ménagère névrosée ? ».

Ce matin encore, j'ai été agacée par la vision sexiste d'un anniversaire d'enfant selon Marie-Claire : pour les filles, du rose et des licornes, pour les garçons, du bleu et des fusées. C'est tellement compliqué d'imaginer qu'une gamine puisse aimer les voyages spatiaux ou qu'un gamin apprécie l'heroic-fantasy...

J'ai déjà souvent parlé du sexisme (1, 2, 3, 4, par exemple). J'ai aussi créé un Tumblr réunissant quelques perles de ce marketing qui conditionnent parents et enfants. J'ai publié, sur Eldiz ou sur Twitter, des millions de milliards de liens (j'exagère à peine). Avec tout ça, les choses changent ! Ou pas.

Il est urgent que les parents prennent conscience de ce qu'ils infligent à leurs enfants. Sans demande de leur part, les industriels et les pros de la pub n'ont aucune raison de changer de stratégie. Les années qui arrivent ne seront faciles pour personne. C'est maintenant qu'il faut apprendre aux filles à se respecter et à se faire respecter, à acquérir des compétences plus larges, à avoir un univers plus étendu.

Là, il y a au moins un timoré pour dire : « Han oui, ce serait bien mais c'est compliqué et ça va mettre les sociétés en danger. Han quoi... ». Et là, je sors ma carte secréte :

Structure de jeu modulable Little Tikes

Little Tikes a longtemps publié un catalogue papier où l'on voyait des enfants jouer ensemble à tous les jeux, des enfants très différents les uns des autres (blancs, noirs et asiatiques, filles et garçons, valides ou handicapés) mais unis autour des jouets. Je ne sais pas comment ça a été présenté aux USA mais, en France, ce n'était pas utilisé comme argument de vente. Le catalogue reflétait l'ouverture d'esprit de l'entreprise, pas une stratégie marketing. Aujourd'hui, les catalogues montrent principalement les jouets mais, sur le site, on peut constater qu'il n'y a guère de différences entre les jouets pour filles et les jouets pour garçons. D'ailleurs, si vous regardez bien, vous verrez que le titre et l'URL de la page sont différents. Visiblement, le concept de jouets genrés n'est pas dans leur philosophie.

En dehors de l'incroyable qualité de leurs jouets (je peux en témoigner), Little Tikes offre une ouverture d'esprit que j'espère communicative. Ceci est un appel du pied aux magasins et fabricants de jouets : les femmes ont évolué, qu'attendez-vous pour en faire autant ?

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Tweet

À lire aussi sur ce blog :

Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2012 Redacbox