Elle a rien pipé au truc

Par Delphine Dumont, le 23 juillet 2012 | Tous concernés

Caroline est une fille assez sympa mais elle a vraiment un goût épouvantable, quelle nulle ! Naomie est marrante mais elle ne veut pas sucer, faudra pas qu'elle s'étonne de se faire plaquer... Quant à Jérémy de la compta, je ne lui parle même plus, tu imagines, il met des chemisettes ! La honte totale, quoi !

Vous trouvez que j'exagère ? C'est possible mais très peu. Aujourd'hui, médias et influents ne donnent plus des conseils mais des ordres. Il faut porter ceci, faire cela et penser ainsi. Avoir son opinion ou son style ? Vous n'y pensez pas sérieusement ?!

Il me semble qu'il y a dix ou vingt ans, il était plutôt bien toléré qu'on ne soit pas soumis aux modes. Aujourd'hui, une sorte de pensée unique dans l'art de vivre émerge, oppressante et exigeante. Il faut faire ci ou ça, porter ci ou ça, manger tel plat, boire tel vin, fréquenter tel restaurant, etc.

Extrait de la couverture de -Elle- (juillet 2012)

Dernier exemple en date, le magazine Elle affirme qu'il faut pratiquer régulièrement une fellation à son chéri si on veut renforcer son couple. Comprenons-nous bien, j'ai la plus grande tolérance pour les pratiques sexuelles tant qu'elles ont lieu entre adultes consentants. Ce qui me dérange, c'est qu'on en présente une comme indispensable à la pérennité du couple.

Pour bien enfoncer le clou, Elle insère dans son dossier le témoignage d'une femme qui a refusé la fellation et que son mari a trompé "à cause de ça". Pour renforcer les propos, les propos de deux sexologues soulignent l'importance de cette pratique pour les hommes. Pourtant, si on lit le témoignage, rien ne prouve que l'homme soit parti à cause de ça. Au bout de 18 ans de mariage, si on part, c'est pour des causes bien plus profondes. La petite phrase assassine fait partie des horreurs d'une séparation mais ne peut en aucun cas être considérée comme sérieuse. Il aurait fallu, au minimum, le témoignage de l'ex-mari.

Pour bien montrer que "tout le monde le fait, ma chérie", Elle sort un sondage digne d'une étude américaine : 88,5 % des femmes de 35-39 ans ont fait l'expérience de la pipe. L'expérience, ça peut se résumer à une seule fois, on ne sait pas, ce chiffre ne veut donc pas dire grand chose mais cela ne gêne pas Elle qui en déduit que, « aujourd’hui, on suce comme on respire ». Vous les excuserez, l'élégance n'a pas pu venir pour relever le niveau de l'article.

Ce qui me scandalise, c'est qu'il semble presque impossible pour une femme de refuser une fellation sans passer pour une gourde. Oh bien sûr, Elle le rappelle "il ne faut pas se forcer" mais on entend bien le sous-entendu "sauf si tu tiens à ton couple".

Je pense qu'un couple se bâtit bien plus sur une complicité, un partage de valeurs, un enrichissement mutuel que sur une pratique sexuelle. La bêtise du magazine Elle n'a pas pour seule conséquence de culpabiliser certaines femmes, elle incite également à oublier ce qu'est un couple, ce qui en fait sa force et sa beauté. Si ce genre de conneries ne venait que d'un seul magazine, il n'y aurait pas grand mal. Malheureusement, c'est loin d'être le cas.

En conclusion, gardons-nous des modes, respectons-nous, respectons notre partenaire et ceux que nous aimons et laissons les magazines s'étouffer dans leur bêtise.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Tweet

À lire aussi sur ce blog :

20 commentaires pour “Elle a rien pipé au truc”

  1. -|- Le ciment du couple « Pourquoi se compliquer la vie ? dit :

    [...] l’article de Elle, beaucoup de choses ont été dites là, et là aussi. Et je suis d’accord avec ce qui y est dit. Je ne développerai donc [...]



  2. -|- Frederic dit :

    J'ai l'impression que les femmes ne prennent pas la mesure des besoins sexuels des hommes.
    Je dis bien "besoin" et non "désir" volontairement !

    Le fonctionnement de la sexualité masculine est très "chimique", et il est très régulièrement raillé par les femmes qui n'hésitent pas à utiliser le mot "obsédé" d'une façon très péjorative.

    Seulement, le mot obsédé est une bien triste réalité : notre chimie interne nous pousse à l'obsession, on n'arrive pas à penser à autre chose, et tous les jours c'est de plus en plus fort. Une fois le besoin assouvit, on a l'impression que notre esprit s'ouvre au reste des choses : J'aime ma femme, elle est belle, je vais lui montrer mon amour, etc.

    En fonction de chaque homme, la tolérance à cette obsession est plus ou moins bonne. D'un coté, ceux qui ne tolèrent pas : les pervers sexuels et autres abjects violeurs, de l'autre ceux qui sont totalement insensibles à ça. Entre les deux, on a les DSK, les infidèles et les maris frustrés.

    Personnellement, je serais plutôt entre l'infidèle et le mari frustré : je compense "manuellement".
    Ma précédente compagne refusait la fellation, et comme je ne suis pas du genre à forcer, cette absence de plaisir à dégrader fortement l'intérêt de nos ébats. Du coup, après 7 années de vie communes, nous nous sommes séparés. Clairement pour moi, la "pauvreté" de notre sexualité a été pour moi la raison principale de cette séparation.

    Voilà ma triste réalité : je suis un gros porc obsédé, comme semble penser certaines femmes :(



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    Merci pour ce long commentaire.

    Je vais te dire un secret, les femmes aussi ont des besoins sexuels mais la société leur impose le silence. Une femme qui les exprimerait serait automatiquement traitée des pires qualificatifs, voire soignée pour nymphomanie.

    Il arrive qu'il y ait des incompatibilités sexuelles dans un couple comme il peut y avoir des incompatibilités de tout autre ordre (gastronomique, culturelle, etc.). Cela ne fait pas des partenaires des "obsédés" ou des "coincés" pour autant. Parfois, le simple fait d'en parler résoud beaucoup de choses. Quand la parole est difficile, certaines thérapies font des miracles. Et parfois aussi, malheureusement, rien n'y fait et la séparation est inéluctable. J'espère que tu as quand même pu rester ami avec ton ex. :)



  4. -|- Frederic dit :

    Quand j'étais étudiant, j'avais pris conscience de ce phénomène d'obsession quand, une fois "l'acte" terminé, la lucidité est revenue et que je me suis dit "Mais pourquoi tu es là ? Pourquoi avec cette fille ?". Pourtant je n'avais pas consommé d'alcool ! Vraiment, comme si on se réveillait après un rêve étrange.

    Je n'ai pas l'impression que les femmes vivent ce genre de chose, me trompes-je ?

    J'avais essayé d'en parler avec mon ex, et elle avait compris mon désarroi, me semble-t-il, mais cela n'a rien changé par la suite.

    Le fait que les femmes puissent me considérer comme un détraqué sexuel juste parce que j'ose proposer une autre position, ou pire "allumer la lumière !" bloque toutes mes avances. Et comme cela leur convient bien (surtout quand moi, je "descends" en y prenant du plaisir), il n'y a pas de raison pour elles de venir prodiguer des délices buccaux (surtout si la grande majorité n'y tire pas de plaisir en retour).

    Je suis conscient que le problème vient de moi (mon incapacité à prendre les devants par peur de la réaction), mais avec une femme plus avenante, qui prendrait du plaisir à faire plaisir, ça serait beaucoup plus simple. Mon attachement à une telle femme, qui comprendrait mes désirs d'homme, serait immense. Donc, oui, la pipe serait **pour moi**, une forme de ciment ... du béton armé même !

    Quant à mon ex, non, nous ne sommes pas restés amis car elle n'a pas été en mesure de comprendre les raisons de cette séparation, alors elle s'est imaginée des trucs.



  5. -|- Rikko dit :

    Chère Delphes, discuter c'est bien, mais ça ne résous pas le problème puisqu'on ne doit pas parler la bouche pleine !

    Il y a donc une grande ironie, voire un grand refus à vouloir "parler" de la pipe... Ou alors c'est un monologue masculin sur les vertus de la turlutte !

    Et hop je m'en vais donc me fendre d'un quatrain (j'suis comme ça !)

    Ode à la pipe (pas celle de Magritte)

    Homme dans son slibard qui bande pour la belle
    Adore ses caresses et gémissements sensuels
    Mais il aime aussi et c'est ma foi normal
    Quand madame taiseuse prend le chemin oral

    La réciproque est vraie le minou est brouttable
    Nous nous vîmes bientôt soixante neuf à table
    Et si madame dis : "tu n'aura point ma bouche"
    Monsieur fort dépité trouveras cela bien louche !

    Car voici que cet homme trop privé de turlutte
    S'en va plein de vergogne se payer une pute
    Car rares sont les sieurs qui soit bien assez souple
    Pour se sucer eux mêmes pour redresser leur couple !

    Chacun fait ce qu'il veut, et dialogue et consent
    C'est affaire de chacun et chacune sans détour
    De trouver ce qui va et ce qui fait l'amour
    Mais si parole est d'or, la pipe est en argent !

    ...

    Bon ok, c'est pô un quatrain très académique mais il traduit bien ma pensée !



  6. -|- Rikko dit :

    Sinon et par ailleurs, vous noterez que dans ELLE, ya beaucoup de conneries... J'dis ça... J'dis rien !



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Frédéric : Je ne suis pas sexologue et vos confidences intéresseront plus Damien Mascret qui est sexologue et charmant. N'hésitez pas à le contacter de ma part. :)

    Rikko : Jolie poésie. Sinon, qui refuse de parler de fellation ?
    Et pour les conneries dans Elle, oui, j'ai remarqué mais il y a encore trop de jeunes femmes influençables, il était de mon DEVOIR de lutter contre cette désinfo abrutissante.
    Je sais, je suis admirable.



  8. -|- Rikko dit :

    Ben non, les jeunes femmes influençables, c'est plutôt un territoire de chasse donc tu éduque le lièvre... pô cool ça !



  9. -|- Delphine Dumont dit :

    Oups ! J'ai cliqué un peu vite sur le bouton de vidange de la trappaspam et il y a des coms qui sont partis et qui n'auraient pas dû. Toutes mes excuses à leurs auteurs.



  10. -|- Julien Appert dit :

    En effet Delphine, tu tires sur une ambulance ^^ Ce genre de magazine est un ramassis de conneries, on le sait.

    Il est évident qu'il n'y a pas de pratique sexuelle obligatoire. La question n'est pas de savoir si "la pipe est le ciment du couple" mais de se quérir des envies de son ou de sa partenaire pour les satisfaire de son mieux. Un couple va commencer à battre de l'aile dès que la frustration apparait. Tout est question d'harmonie et de communication. Si les hommes et les femmes sont techniquement compatibles, faire en sorte que les deux aient une sexualité épanouie est loin d'être aussi automatique. Dans ce cas, si la communication échoue, il n'y a plus que 3 choix : s'assoir sur sa libido, tromper ou rompre...

    Pour revenir au sujet de la pratique obligatoire, si Elle est un danger pour les jeunes femmes influençables, les pornos (encore plus faciles d'accès) sont tout aussi, voire plus dangereux.



  11. -|- Stéphane dit :

    Je suis étonné que Rikko n'ait pas fait le lien avec ton dernier billet en date sur redacbox : Les suceurs de notoriété.
    Si avec ça tu ne soignes pas ton référencement...



  12. -|- Delphine Dumont dit :

    Oui, franchement, Rikko, tu perds la main, là, c'est quoi ce travail ?
    =)



  13. -|- couliine dit :

    ah mon dieu j'avais pas lu ça....ben ça me manque pas :D



  14. -|- Rikko dit :

    Je perds pas la main chère Delphes, la main c'est pour la branlette, il n'y a pas de lien !



  15. -|- Delphine Dumont dit :

    Grand prix du commentaire élégant ! \o/
    Félicitations !



  16. -|- Rikko dit :

    Ouais je sais....
    On a qu'à dire que c'est le bulot !
    Non ?



  17. -|- Antoine dit :

    J'ai lu cet article au titre accrocheur.
    Confondre le ciment du couple avec le béton, c'est du Rocco Siffredi ;)
    Dommage que la couverture de ce numéro n'ait pas renvoyé à l'édito :( qui est une vraie défense des femmes.



  18. -|- Delphine Dumont dit :

    Rikko : Y'a qu'à !

    Antoine : C'est bien ce qui m'embête tellement. Elle ne dit pas _que_ des conneries, il y a parfois de très bons articles et l'édito est souvent intéressant. C'est ce mélange des genres qui rend l'article du ciment si malsain et malhonnête.



  19. -|- Antoine dit :

    Complètement d'accord : Elle s'est positionné nettement contre la publication de photos de femmes anorexiques ou avec IMC tragiques.Or on voit quelques photos avec clavicules saillantes et "photoshopées" avec un floutage qui me dérange.C'est dans les pubs le plus souvent qui permettent de vendre le numéro en kiosque moins cher :(



  20. -|- Rikko dit :

    Donc... moins c'est cher, plus c'est dangereux... Ben voilà, on tiens un gimmick pour relancer la consommation en France !



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2012 Redacbox