Si vous avez le courage de parcourir le rapport de la commission sur la «protection des mineurs et de la dignité humaine», vous y lirez cette proposition qui peut paraître intéressante mais qui soulève de nombreuses questions.

  • 1°) Quels seront les critères requis pour se voir attribuer un .kid ?
  • 2°) L'absence de toute publicité sera-t-elle l'un des critères ?
  • 3°) Quel organisme sera chargé du contrôle de ces sites ?
  • 3° bis) Quels moyens seront donnés à cet organisme pour ce contrôle exclusivement ?
  • 4°) Quelles sanctions (et dans quels délais) seront appliquées en cas de non-respect des critères ?

1°) On imagine aisément quelques critères : absence de pornographie et de violence, contenu à caractère exclusivement ludique ou pédagogique (pas de vente en ligne, par exemple), etc... Mais, par exemple, l'absence de tout lien permettant de sortir du site par un simple clic sera-t-elle imposée ? Si oui, comment gérer les plugins nécessaires au bon fonctionnement des sites ?

A l'heure actuelle, si vous cliquez sur un lien pour charger la mise à jour de Flash Player, une nouvelle fenêtre s'ouvre vers le site de Macromedia qui contient bien plus que les versions du lecteur ! C'est un site riche et assez bien fait, sans grand danger pour un enfant, mais bourré de liens vers des sites n'ayant de rapport avec eux que dans leur utilisation de Flash. Ainsi, aujourd'hui, la home propose une visite du très joli site delicabar.fr. Ce site ne comporte ni publicités externes, ni page de liens, l'aventure s'arrête donc là. Cependant, sur un site présentant des bannières ou ayant une liste de liens amis, de clic en clic, on peut découvrir des thèmes très, très différents du thème de départ. C'est pour moi l'un des charmes principaux d'Internet, mais pour un enfant, c'est un risque majeur.

Comme je n'aime pas les posts trop longs, je divise celui-ci en plusieurs posts, la suite donc dans le prochain billet que j'entame immédiatement ! :)

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Technorati Tags: Internet, protection, commission européenne