• 4°) Quelles sanctions (et dans quels délais) seront appliquées en cas de non-respect des critères ?

Rêvons quelques instants : une fée est venue, a approuvé la création du .kid avec ses contraintes et, pour cadeau de naissance, lui a offert l'organisme de contrôle... Que disons-nous ?... Euh... oui, c'est vrai ! Merci, madame la Fée ! :D

Maintenant qu'il y a un organisme de contrôle tout beau, tout neuf, il va y avoir un relevé de fraudes et de manquements à la charte. De site en site, les inspecteurs notent moult problèmes. Bien sûr, il peut y avoir des erreurs de jeunesse, donc un avertissement devrait suffire. Mais dans le cas de risques plus sérieux (liens pornographiques, installation de spywares, forums mal fréquentés,...), quelles sont les sanctions ? Dans quels délais ? Qui a autorité sur qui ?

Il n'est pas envisageable qu'un site se voit rendu inaccessible par le coup de ciseaux trop rapide d'un inspecteur. Un juge devra valider la coupure. Quel juge ? De quel tribunal ? Avec quels pouvoirs de jugement ? Quels moyens d'exécution ? Des utilisateurs signalent un danger réel sur un site, que se passe-t-il ? Combien de temps faut-il pour que le site soit contrôlé et la protection des mineurs rétablie ?

Un site ~propre~ s'est fait pirater et se retrouve, malgré lui, affichant des images porno ou installant des virus. Tout le travail de l'équipe sera-t-il réduit à néant par la perte du suffixe ? C'est injuste ! Mais, si le site est jugé susceptible de se faire pirater, il ne peut plus être considéré comme _sûr_ pour les enfants, donc ne mérite plus son suffixe. Pourtant, personne aujourd'hui ne peut sérieusement prétendre avoir un site totalement inviolable. Nous n'avons tous que des sites que les pirates ignorent (ou négligent) ou dont les failles sont encore inconnues.

Toutes ces questions m'amènent à la conclusion que la proposition d'un suffixe destiné aux enfants est une fausse bonne idée. Le contrôle ne pourra être suffisant pour garantir la sécurité des mineurs. Internet est un média trop fluide, trop rapide pour pouvoir être sérieusement labellisé.

La seule garantie d'un surf agréable pour les mineurs, surtout les plus petits, est la présence à leurs cotés, d'un adulte, de préférence l'un de leurs parents. Et il ne s'agit pas que de se rassurer, mais aussi de partager un vrai bon moment avec son enfant, partager ses jeux, ses rires. C'est si délicieux et si précieux !! :)

N'oublions pas qu'Internet n'est pas plus une nounou que la télé ou les jeux vidéo ! De plus, inutile de rêver, il est impossible de protéger à 100% un enfant des pires images. Les bandes-annonces au cinéma ou à la télé, les images choc des 20h, les couvertures de magazines fortement érotisées même pour de la presse qui se veut respectable, notre société montre tout à tous. Est-ce un bien, est-ce un mal ? C'est un autre débat. En attendant, ce n'est pas un suffixe qui peut "protéger" les enfants.

Je voudrais aussi profiter de ce post pour rappeler que la plupart des liens pornos sur lesquels les enfants, et en particulier les pré-ados, cliquent, proviennent des favoris de leurs parents... Hé oui ! :)

  • Parlement européen : la proposition de recommandation sur la protection des mineurs et de la dignité humaine,
  • Saga "Kid comme Kid Ordinn ?" le 1er épisode sur ce blog
  • Saga "Kid comme Kid Ordinn ?" le 2ème épisode sur ce blog,
  • Le héros qui m'a inspiré le titre : Kid Ordinn.

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Technorati Tags: internet, enfants, protection