En fait, je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer. Je vous résume l'article qui parle de l'affaire. Une jeune fille de 14 ans a rencontré un garçon de 19 qui a menti sur son âge, lui faisant croire qu'il était plus jeune. Il est venu la chercher un soir, l'a emmenée au resto puis au cinéma, puis il l'a ramenée chez lui et l'a violée. C'est tragique, épouvantable, je suis plus que désolée pour cette ado, le viol est un crime immonde.

Là où je me dis que les outre-atlantiques abusent, c'est que les deux jeunes se sont connus sur MySpace, le site qui permet à tous d'avoir un espace en ligne, souvent bien moche d'ailleurs. C'est ce qui aurait permis au garçon de mentir si facilement et, par la suite, aurait facilité le viol. La mère de l'ado agressée poursuit donc MySpace et demande la bagatelle de 30 millions de dollars.

Moi, je serais avocate américaine, j'irais conseiller à la jeune fille de se retourner ensuite contre sa mère pour l'avoir laissée surfer seule sur Internet, l'avoir laissée draguer et se faire draguer par n'importe qui, l'avoir laissée sortir le soir avec un inconnu (alors qu'elle n'a que 14 ans, rappelons-le !) et ne pas l'avoir informée que quand un type ramène une fille chez lui, c'est souvent qu'il a autre chose en tête qu'une partie de Scrabble® ! Et je demanderais 31 millions de dollars !

Sérieusement, cette histoire n'a rien à voir avec MySpace ! Elle aurait pu rencontrer ce garçon dans un fast-food, au lycée, au centre commercial, n'importe où ! Il avait 19 et pouvait prétendre en avoir 17, la différence n'est pas souvent facile à faire. Il l'a emmenée au ciné et au resto avant, faut-il aussi poursuivre ces établissements qui n'ont pas écarté ce prédateur de cette blanche colombe ?

Je souhaite vivement que la justice américaine déboute cette famille et condamne lourdement le violeur. Si, cerise sur le gâteau, elle pouvait rappeler ses devoirs à la mère, ce serait parfait ! :)

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Technorati Tags : procédurisme, justice, USA, ils sont fous, ces ricains !