La phobie, c'est différent. Comme je ne suis pas médecin, si vous voulez creuser le sujet, je vous renvoie à cet article de la Wikipédia : Phobie.

Comme vous le voyez, c'est sérieux, reconnu et ça peut être traité par un médecin. Je pose ceci en préambule car je voudrais vous parler d'homophobie et bien faire la différence entre les personnes qui n'approuvent pas l'homosexualité mais ne s'en montrent pas moins respectueux des homosexuels et ne font preuve d'aucune agressivité, et celles qui ne supportent pas l'homosexualité et les homosexuels. Je peux comprendre que certains n'approuvent pas l'homosexualité, la plupart d'entre eux sont persuadés qu'il s'agit d'un choix de vie ou d'une perversion du même ordre que les troubles de la sexualité (pédophilie, masochisme, sadisme, etc...). Il s'agit donc d'un manque d'informations et cela devrait pouvoir évoluer favorablement avec le temps. Par contre, pour l'homophobie, c'est différent. Aucune discussion ne peut faire changer un homophobe d'avis, il est dans son délire et est donc terriblement dangereux potentiellement.

J'étaye mes propos avec un exemple, au hasard : Christian Vanneste. Je vous invite à lire ces pages à son sujet :

  • Christian Vanneste propose une loi dépénalisant les insultes homophobes surTêtu.com
  • et sa suite : Christian Vanneste se défend de vouloir «dépénaliser les propos homophobes» sur Têtu.com
  • Christian Vanneste, député UMP du Nord sur Embruns,
  • Sacré Christian dans le Journal d'un avocat,
  • Funeste M. Vanneste sur le photomog de Jimini

On pourrait croire qu'il s'agit d'une communauté terriblement chatouilleuse et procédurière, mais je voudrais rappeler que l'homophobie tue, qu'elle pourrit la vie quotidienne de milliers de personnes en France, et que si on la tolère, ça ne pourra qu'être pire.

Je sais que je prêche beaucoup de convaincus, cela fait plusieurs jours que je devais bloguer sur ce sujet, mais le temps me manquant, j'ai failli ne pas le faire. Et puis, hier, en me promenant, j'ai entendu 2 réflexions homophobes franchement agressives et j'ai vu un tout jeune homme, 17 ans tout au plus, qui est venu se placer devant ceux qui avaient tenu ces propos et il leur a demandé d'une voix douce et calme : « Et si c'était votre fils, le sale pédé ? Vous lui casseriez aussi la gueule ? Vous voudriez aussi qu'il meurt tué par des brutes ? ». Ensuite, il a fait demi-tour devant ses interlocuteurs médusés, il est passé devant moi et m'a regardé dans les yeux, il a vu mon air franchement admiratif, en a semblé réconforté, m'a souri, m'a mis la main sur le bras et je suis repartie avec lui, on s'est promenés un moment en discutant. Ça n'a pas duré longtemps mais ça fait partie de ces moments bénis, si forts, si rares. Il est hollandais, je ne le reverrais sans doute jamais mais il m'a rappelé ce billet que j'ai trop repoussé. Je dédicace donc ce post à Karel, une des plus belles brèves rencontres de ma vie. :)

Je profite aussi de ce billet pour faire un coup de pub au blog d'infos des Fées du Logis dont Jimini est co-rédactrice : Les News des Fées. Une initiative très sympa à laquelle je suis ravie d'avoir pu modestement contribuer. :)

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Technorati Tags : homosexualité, homophobie, Vanneste