Dans un mois, ça fera 5 ans que les tours jumelles se sont effondrées, que le Pentagone a été attaqué, que les USA, et tout le monde occidental avec eux, ont cessé de se sentir invulnérables. J'ai parfois l'impression que la polémique sur ce qui a précédé et suivi ces attentats, prend le pas sur la réalité, c'est à dire la mort de près de 3 000 personnes. Pour se souvenir que chacun d'eux avait une famille, des parents, des enfants, des amis, des collègues, une personnalité, rien de mieux que d'en rencontrer une.

Je ne vous propose pas de faire tourner les tables ou de vous réunir une nuit dans un cimetière. Juste de regarder cette vidéo diffusée par Le Figaro. Kevin Cosgrove, coincé dans l'une des tours, appelle les secours, il reste en ligne jusqu'à sa mort. On sent toute sa panique comme on perçoit toute l'impuissance désespérée de l'opératrice. C'est très dur.

Comme pour les victimes des autres attentats, Londres, Madrid, Indonésie, Philippines ou Bali, ou celles des conflits en Israël, en Irak, au Liban ou en Somalie, Kevin Cosgrove n'a longtemps été qu'un item dans un bilan, sans individualité. Si sa célébrité posthume peut au moins servir à ce qu'on se souvienne que chaque victime est un être humain avec toute l'importance que cela sous-entend, alors cette vidéo deviendra l'un des plus grands bienfaits des nouvelles technologies.

La vidéo est au format Quicktime. Vous pouvez vous procurer le plugin pour votre navigateur sur le site de Quicktime. Si vous êtes allergique ou incompatible avec ce plugin, la vidéo est reprise sur YouTube : Résultats de la recherche "Kevin Cosgrove" sur YouTube. A réserver aux anglophones éprouvés.

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Technorati Tags : 11 septembre, WTC, Kevin Cosgrove