La soirée Firefox a fait des envieux. Elle était sans doute trop réussie, témoignant d'une volonté publique d'utiliser des outils propres et libres, de l'enthousiasme d'une communauté, du dynamisme de bénévoles, etc... On est loin du pince-fesses entre happy fews façon lancement du blog de RDDV, le fameux LesTéléchargements.com qui a coûté si cher, si peu convaincu et agonisé si vite.

Bref, certains affirment que, nous les utilisateurs des produits Mozilla et principalement Firefox, sommes persuadés que les développeurs et promoteurs du projet Mozilla vivent d'amour et d'eau fraîche et que, si jamais on apprenait qu'ils sont payés pour leur fantastique boulot, on s'en offusquerait... Lire :

  • "Mozilla, fondation à but non lucratif mais extrémement lucrative" sur le blog de Jérémie Berrebi ;
  • "l'Open source: Tu bosses gratos, et moi j'encaisse. (mais tu es invité à la soirée)" sur le blog de Julien Codorniou ;
  • Le même Julien Codorniou qui éprouve le besoin de faire une précision sur son précédent billet dans "Quelques précisions sur les dollars de la Mozilla Foundation où il se plaint, pauvre chéri, d'être harcelé par les ayatollahs du libre.

Que je sache, Julien Codorniou habite toujours chez lui, peut librement continuer à travailler pour Microsoft, il n'est pas obligé de dormir chaque nuit dans un endroit différent comme Robert Redecker et il m'étonnerait beaucoup qu'il finisse ses jours (le plus tard possible) comme Théo Van Gogh. Bref, que lui vaudrait cette ire des intégristes du libre1 ? Son souhait de voir plus de transparence dans les comptes de Mozilla Corp. Je suppose qu'à force de naviguer dans les eaux troubles de Microsoft, il ne peut que supposer un mauvais emploi des mannes perçues par MozCorp. Pourtant, si, moi aussi, je suis intéressée par l'utilisation de cet argent et donc par la transparence, je vois mal une bande de félés consacrant des années à développer un produit pour les utilisateurs devenir subitement d'immondes profiteurs abusant des utilisateurs. Ça me parait aussi absurde que contre-productif.

L'intérêt de MozCorp est de soutenir des projets dont très peu ont, aujourd'hui, une rentabilité potentielle. Le soutien de ces projets coûtent cher, le soutien des produits existants aussi, que MozCorp engrange de gros revenus et prouve que le libre n'est pas qu'un happening pour happy nerds, j'en suis ravie et je suis assez choquée (doux euphémisme) des suppositions de Julien Codorniou, Jérémie Berrebi et consorts.

J'irais même plus loin. Même si on me prouvait que les dirigeants de MozCorp s'en mettaient "plein les fouilles", j'en serais ravie pour eux, je trouverais ça normal que leurs années d'efforts soient enfin payantes pour eux. Quand Julien Cordoniou écrit :

« J'ai donc laissé entendre, qu'il ne serait pas bete de faire un lien intelligent entre la tresorerie de Firefox, alimentée par Google, mais aussi Yahoo et Amazon, et tous ces developpeurs, qui bossent à l'oeil, car je crois que les mecs qui developpent du bon logiciel, les genies du soft, les talents, doivent etre recompensés et surtout valorisés. »

Je réponds que bien sûr que tout travail mérite salaire ! Mais on a... comment dire... un léger souci. Si un développeur veut bosser librement, il doit se mettre à son compte et donc acquérir subitement une foule de compétences qui n'ont rien à voir avec son métier : compta, gestion, commercial, etc... Sinon, il cherche un emploi où il fera ce pourquoi il est payé, ce qui est assez normal en fait, mais alors il y a peu de chances qu'il développe ou participe à un projet aussi colossal que Firefox, par exemple. Donc, il faut espérer que de généreux mécènes misent sur le projet et le financent en attendant une hypothétique rentabilité, pas gagné... Alors, que fait-on ? Personne ne fait rien s'il n'est pas payé ? Ou alors, on s'éclate sur le développement d'un produit et tant pis si c'est pour la beauté du geste ? Il n'y a pas de réponse universelle, chacun voit midi à sa porte.

Google se fait plein d'argent grâce à Firefox. OK. Et ? Google offre aux internautes un service de mails très performant, une messagerie instantanée très performante, une suite bureautique en ligne très performante, un outil de retouche d'images très performant, etc... en plus d'un moteur de recherches qui a fait ses preuves. Il ne me semble pas que l'internaute soit lésé !

Bref, il semble que cette nouvelle économie qui se passe d'argent mais utilise le troc de services sans comptabilité des efforts fournis ni des ressources consommées soit un peu trop différente pour les bons élèves des écoles de commerce. Je ne suis pas assez hippie pour croire que ce modèle puisse servir de référence absolue dans le monde entier. Je pense seulement que les sociétés de micro-crédits qui font un boulot formidable dans les pays en voie de développement ont prouvé qu'il peut y avoir des autres chemins que ceux répertoriés dans les grands guides, c'est tout.

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Lisez aussi l'excellent billet de Ludovic Dubost à ce sujet : Mozilla Open Source Rentable qui est la suite aux commentaires qu'il a laissé sur le billet de Jérémie Berrebi. Même que c'est parce que j'ai aimé ce qu'il a dit que j'ai cliqué sur nom et découvert son blog et ce billet ! :)

Avis aux trolleurs : je compte parmi mes lecteurs un viking et une psychopathe cruelle, ils adorent chasser les trolls. Optez donc pour les commentaires constructifs. Merci. :)

Technorati Tags : Firefox, Mozilla Corp, polémique

  • 1 : Il est vrai que certains adeptes et défenseurs du libre n'ont ni leur plume, ni leur langue dans leur poche, mais leur dangerosité reste heureusement à prouver. - remonter au texte