Ça ne vous est jamais arrivé de vous sentir en pleine forme, au top, à la limite du Dieu vivant et d'être terrassé par un ennemi si petit que vous ne pouviez le voir ? Vous savez, un microbe ou un virus. Pouf ! D'un seul coup, votre corps doit se défendre contre l'envahisseur, ça vous bouffe toute votre énergie. Le minuscule organisme en profite pour irriter de multiples parties de votre corps : le nez, la gorge, l'intestin, les bronches, que sais-je ? La fièvre se met de la partie, vous grelottez, suez, re-grelottez. Et là, vous vous dites que, quand même, les antibiotiques, c'est pas automatique vous êtes peu de choses.

Parmi les réflexes de survie, il y a celui de la mémoire courte. Quand on sort de la vilaine grippe, on oublie vite à quel point on était misérable dans notre lit de douleur. C'est normal et c'est bien, ça permet d'avancer. Si on se traînait volontairement pendant 6 mois après un rhume, ça sentirait l'abus. Par contre, ça ne devrait pas empêcher de tirer des leçons de cette mauvaise aventure :

  1. Nous ne sommes pas invulnérables ;
  2. Rester au lit, c'est cool quand c'est un choix, sinon, c'est vite pénible ;
  3. Se retrouver debout en pleine forme, c'est une chance inouïe, il faut savoir l'apprécier à sa juste valeur.

Pour le handicap, c'est pareil. Un jour, vous marchez d'un pas alerte, debout et fier. Le lendemain, un accident de la route vous transforme en un corps meurtri et douloureux dont seul la tête bouge encore.
Journée des handicapés - 3 décembreC'est ainsi, c'est injuste, c'est dur, c'est pire que ça. D'après ce document de la Sécurité Routière, il y avait en 2003 autant de personnes restées lourdement handicapées à la suite d'un accident de la route que de tués, c'est à dire, à l'époque, 7000.

La volonté gouvernementale réelle d'améliorer les statistiques de la route a réduit le nombre de morts à moins de 5000. Qu'en est-il des séquelles pour les survivants ? On l'ignore ! Déjà le document de 2003 est une extrapolation basée sur un rapport du département du Rhône.

Les victimes sont considérées comme des "blessés graves" si leur hospitalisation dure plus de 6 jours. En 2002, j'ai fait une stupide chûte dans mon jardin et je me suis explosé la cheville. J'ai été hospitalisée 7 jours et pourtant, je ne considère pas que j'étais une blessée grave. Grâce à un excellent chirurgien et à un non moins excellent kiné, j'ai récupéré à 99,99% l'usage de ma cheville. Je ne peux définitivement pas être comparée à une personne qui vivra allongée sous assistance respiratoire pour le reste de sa vie !

Il faut des études plus fouillées, il faut connaître et faire connaître les conséquences réelles des accidents de la route. Les morts plongent des familles dans la peine et, bien souvent aussi, dans des situations très difficiles. Les survivants lourdement handicapés aussi, mais ils sont toujours là et ils souffrent.

Alors, parce que nous ne sommes pas invulnérables, relayez l'info à propos de la Journée Internationale des Handicapés, créez des actions à tous les niveaux qui vous sont accessibles, bougez-vous, vous qui le pouvez !

Juste pour vous motiver un peu, chaque fois que vous sortez de voiture, que vous descendez d'un bus, que vous entrez dans un magasin, que vous allez travailler, imaginez-vous en fauteuil roulant, vous aurez une petite idée des obstacles que l'homme a semé partout pour se protéger des dangereux handicapés.

Si vous publiez un billet sur votre blog, je le relayerais. Voici déjà ceux de Monique et de Soho :

  • Proposition d'action pour le 3 décembre sur le blog Webatou par Monique Brunel ;
  • Et si l'on ouvrait la porte de votre cuisine ? sur le blog Chocoholic par Soho,
  • 3 décembre sur le blog Ma planète par Fabienne,
  • L'accessibilité numérique pour tous sur Les Influenceurs,
  • Chut ! Ne parlez pas d’accessibilité numérique ! sur Panor@ma, mon blog sur ZDnet,
  • Journée internationale des handicapés : l'accessibilité en question sur le blog de Sébastien Joguet,
  • Nous ne sommes pas égaux devant l’accès à l’information en ligne par Grégoire (qui nous donne en même temps une excellente leçon de recyclage ;)).

Les liens continuent à se multiplier, suivez les trackbacks ci-dessous ou sur le billet de Monique. Merci à tous de votre mobilisation ! Je vous rappelle que j'ai placé ce logo (dont je ne suis toujours pas satisfaite mais qui semble vous plaire) sous licence Creative Commons (pas d'exploitation commerciale) donc usez-en à volonté pour vos sites, badges, stickers (que vous porterez ou distribuerez), etc... :)

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Technorati Tags : Journée Internationale des Handicapés, 3 Décembre, Tous concernés