L'AFP a complaisamment repris le slogan créé par Loïc Le Meur pour parler de sa surboum : "Le Davos français du web". Si Loïc Le Meur tire une fierté de la justesse de ce qualificatif, personnellement, j'y vois presque une insulte. Oui, c'est un gros événement pour le BizWeb, oui, c'est en France, oui, il y a des intervenants de qualité, etc... MAIS, comme pour Davos, on a l'impression désagréable que tout ceci manque cruellement de convivialité.

À Davos, les gens qui se rencontrent sont en contact toute l'année, ils se reçoivent mutuellement, se téléphonent, s'écrivent, etc... Ils n'attendent certainement pas Davos pour prendre des décisions mondialisantes ou troquer leurs vignettes Panini stock-options. En fait, ils ne vont là-bas que pour manger de la raclette et demander aux journalistes de voter pour celui qui a la plus grosse1.

À Davos, il y a des boss (de fin de niveau, des super durs !), des journalistes, des caméras, des téléphones, des fax, du WiFi et de la neige. Le Web 3, c'était tout pareil sauf que le WiFi marchait pas (bravo Orange, joli coup de pub) et que la neige était dans les narines2. Tous les intervenants communiquent toute l'année sur leurs blogs respectifs, leurs interventions manquaient donc cruellement d'inattendu.

Comme pour Davos, on a la désagréable sensation d'un concours de jargon entre initiés. Le Meur a fait une affiche et il y a rajouté des guest-stars politiques, c'est un coup de génie ! Sans ce nouveau buzz, je crois bien que personne n'aurait parlé de ce non-événement. Certains suggèrent désormais qu'il faudrait créer l'équivalent des forums alter-mondialistes. C'est la consécration !

En fait, comme à Davos, l'intérêt principal, voire l'unique intérêt, de ces camps scouts, c'est de présenter nos amis à nos autres amis. Savez-vous quel a été l'outil le plus utilisé de ce rendez-vous de geeks et autres technophiles ? La bonne vieille carte de visite. Non, non, pas de QRcode, le bristol, mon bon monsieur ! C'est, pour moi, la preuve absolue que ce n'était pas de là que pouvait venir du nouveau. Comme pour Davos, même si je n'aime pas ce type de rencontres et leur happyfewisme, je comprends à quel point, elles sont indispensables à la "bonne marche des affaires". Comme pour Davos, je pense qu'être ignoré(e) de ces puissants n'empêche absolument pas de bien vivre même si on vit nettement mieux quand on n'est plus ignoré(e).

Ce qui est amusant, c'est qu'on reproche à Loïc Le Meur d'avoir accepté l'intrusion de Nicolas Sarkozy alors qu'il semble que ce soit Bloïc qui ait invité le ministre et que, surtout, il n'ait pas invité que lui mais aussi François Bayrou et Marie-Ségolène Royal. Le premier est venu, la seconde a décliné (elle n'avait pas de robe 2.0). C'est rigolo parce que ça a permis à tous les anti-sarko de cracher leur même vieille haine du candidat, leur même intolérance, leurs mêmes vieux slogans. C'est triste parce que ni Bayrou, ni Sarkozy, ni Royal n'ont perçu l'incroyable opportunité qui leur était offerte de découvrir le domaine des NTIC dans toute sa puissance.

Ce qui m'a le plus étonnée dans l'histoire, c'est que les plus énervés des blogueurs semblent être ceux qui n'y étaient pas. La plupart des autres minimisent les faits, l'intervention de Nicolas Sarkozy n'ayant duré que 15 mn et il n'a même pas répondu aux questions du public (faute gravissime3 !!). Ça ressemble à une chouette fête de famille avec l'odieux petit cousin qui lache une boule puante et tout le monde est obligé de sortir tellement ça sent mauvais mais heureusement, il ne pleut pas parce que je n'ai même pas pris un imper mais quelle infection et ça va durer longtemps ? Ah ben non, c'est bon, c'est fini mais ne recommence pas, c'était vraiment pas drôle. Vous voyez le genre ? :)

Comme ceci est un billet de blog, je dois respecter les règles de la blogosphère, je vais vous donner plein de liens de gens qui parlent du même sujet même s'ils ne sont pas forcément du même avis que moi, c'est pour montrer mon ouverture d'esprit, ça se fait quand on est blogueur. Même qu'après je vais trackbacker. Et ouais... :)

  • leweb3 ruiné par le mélange des genres sur le blog de mon expert préféré,
  • Compte-rendu de LE WEB 3 par Fred Cavazza,
  • LeWeb3 : il y a méprise sur la marchandise par Julien Jacob,
  • Les 5 billets de Laurent Dupin : Le Web 3 : Sarkozy, Bayrou, Peres… et bientôt Bono et le Pape?, Le Web 3 : en attendant Bayrou, Sarko… et Ségo?, Le Web 3 : François Bayrou, la lutte sur internet et l’accent “franglais”, Le Web 3 : Sarko en promo éclair, Le Web 3 : le Sarko show en action… Le Meur en disgrâce?,
  • LeWeb3 : l'erreur de Loic Le Meur de Benoit Darcy (trèèès jolie collection de liens relatifs, bravo !),
  • En voiture Shimon ! par Vinvin (le seul, le vrai),
  • Copie de l'email envoyé à trois candidats à l'élection présidentielle par Loïc Le Meur (280 commentaires dont 3 avec un vrai contenu),
  • Le Web3: la polémique fait rage! par Pierre Chappaz,
  • Ma position officielle sur leweb3 (titre ironique) par Julien Codorniou.

C'est amusant de constater l'écart des réactions, des super-mécontents aux super-ravis. D'un coté, je comprends que des déprogrammations d'intervenants au profit de hors-sujets absolus puissent agacer. De l'autre, comme Julien Codorniou, je m'étonne que personne n'ait trouvé mieux à faire pendant les 30 mn qu'ont duré au total les 2 interventions de Bayrou et Sarkozy. Si j'en crois les divers compte-rendus, ça foisonnait, ça bouillonnait, ça bougeait, ça se pinçait les fesses et ça se léchait les joues dans tous les coins. Pourquoi alors venir assister à un discours ennuyeux ?

Au final, je suis vraiment triste que cette rencontre soit résumée à un couac même si, personnellement, je n'en attendais pas grand chose et que les politiques aient prouvé leur ignorance totale de ce domaine. Ils auraient été légitimes dans ce Davos du web s'ils avaient connu leur sujet. L'échange, même avec des visiteurs étrangers, aurait enrichi tout le monde. Le web, en France, on s'en tape grandiose...

Apparemment, les grognons ont été les plus rapides, je découvre depuis hier après-midi un grand nombre de billets de participants ravis qui s'étonnent d'ailleurs un peu de toute cette polémique :

  • Leweb3, mon feedback par Manuel Diaz de Groupe Reflect,
  • LeWeb3: Bilan : Absolument fabuleux ! par Jeremie Berrebi,
  • Ce que je retiens de Leweb3 par Frédéric JAN de brosseadomicile.com,
  • Butterfly effect et dommages collatéraux de LeWeb3 : pourquoi les coqs ont-ils traversé la route ? par Laurent Vermot-Gauchy.

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Technorati Tags : Le Web 3, Loïc Le Meur, Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Internet, politique