Il y a six semaines à peine, les magazines people montraient les visages torturés de chagrin des producteurs de Grégory Lemarchal après sa mort brutale. « C'était un ange » qu'ils disaient. Et chacun de renchérir sur ses qualités, sa voix, son sourire et j'en passe et des meilleures.

Mais bon, c'est pas tout ça, faut pas déconner, bizness is bizness, je découvre dans la newsletter d'Amazon qu'un album avec des inédits vient de sortir. Et bon, on vit pas d'amour et d'eau fraîche, hein. Donc, une partie des bénéfices sera reversée à l'association Grégory Lemarchal. Ben ouais, pas tous les bénéfices, faut être sérieux, charognard un jour, charognard toujours... guide spirituel un jour, guide spirituel toujours.

Certes, ce n'est pas la première fois que nos éblouissants guides spirituels nous montrent qu'il ne faut point attendre le refroidissement total d'un corps pour commencer à faire des sous dessus mais quand même...

Je n'ai jamais regardé plus de 30 secondes, la Star Academy1, je n'ai jamais été fan de Grégory Lemarchal que je n'ai même seulement jamais écouté, tout au plus l'ai-je vaguement entendu au supermarché. Il a mené courageusement des combats plus qu'ardus, ça mérite le plus grand respect. J'ai bien sûr beaucoup de sympathie pour ses parents, sa famille, ses amis et même ses fans qui ont souffert de sa disparition. C'est pour cette atteinte au respect qui lui est dû et à la douleur de ceux qui l'aimaient que je suis indignée aujourd'hui de ce nouveau repas des hyènes.

Si vous avez aimé Grégory Lemarchal, n'achetez pas cet album mais versez l'argent à l'association qui porte son nom. Vous ferez une double bonne action.

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

  • 1 : sauf une fois où j'ai vraiment essayé de percer le mystère du succès et où je me suis efforcée de rester au moins 15 minutes. Finalement, ça a duré 25 minutes : la télécommande était tombée et s'était ouverte, ce qui en avait fait jaillir les piles dans lesquelles le chien avait shooté. A me voir les chercher frénétiquement, on aurait pu croire que j'avais perdu l'argent pour mon dealer... :o) - remonter au texte

Technorati Tags : Grégory Lemarchal, industrie du disque, raclures d'humanité