L'édito de Christophe Barbier

L'édito de Christophe Barbier est en vidéo. Ça fait djeun, c'est hype, coco ! C'est sans doute pratique pour les nomades. Moi, ça commence à me saouler.

D'abord, parce qu'il faut du son pour l'entendre. Je n'ai plus de casque pour cause de souris technophile, mes enceintes sont souvent utilisées sur le portable pour regarder un film, bref, il faut que je trouve une sortie son. Ensuite, suivre un film et lire en même temps, je peux le faire. Si, sérieusement. Par contre, suivre deux sources audio en même temps, non. Il faut donc que j'arrête le film pour l'édito de Barbier ou que je m'en décroche un instant. Ça me fait râler à chaque fois.

Note du clavier : je refuse de la laisser retranscrire ce qu'elle dit dans ces cas-là, ça salirait mes belles touches.

Ensuite, Barbier s'amuse visiblement énormément à tourner ses petites vidéos. On le voit dans la rue (tant pis pour la qualité du son), dans la cage d'escalier (tant pis pour la qualité de la lumière), sur une terrasse à Venise (tant pis pour les touristes qui n'en demandaient pas tant), etc... Aujourd'hui, il était sur un Segway, enfin, j'imagine d'après le déplacement et le bruit. Résultat, au lieu de l'écouter, je commence par me demander ce qu'il a bien pu imaginer comme cadre pour la prise de vue. Puis je m'aperçois que j'ai loupé le début, il faut donc que je revienne en arrière et je re-râle.

Note du clavier encore : Non, c'est non !

Enfin, comme tout auteur d'édito quotidien, notre Cricri n'est pas tous les jours au top. Des fois, il a du mal à démarrer, on aimerait bien écouter en diagonale, sauf que ce n'est pas possible. Donc, on se farcit une demie-minute, une minute, une minute et demie pour s'apercevoir finalement qu'aujourd'hui, il n'avait rien à dire mais qu'il l'a dit quand même.

Les podcasts

Christophe Barbier est loin d'être le seul à avoir choisi le podcast pour s'exprimer, je ne lui jette pas la pierre. Il a l'insigne honneur d'être le seul podcast que je suis d'ailleurs. Quand je serai tout à fait saoulée, j'arrêterai de le regarder, je ne lui enverrais pas de colis piégé, mais certaines de ses analyses me manqueront et puis c'est tout.

Dans le cadre d'une interview, une vidéo peut avoir son intérêt, le langage des corps étant intéressant et le ton perceptible, ce qui peut modifier du tout au tout le sens des propos. Mais dans le cadre d'un édito ? C'est quoi l'avantage ? Et, comme je suis sûre que Barbier prépare soigneusement ses enregistrements, pourquoi ne pas mettre le texte en dur en dessous ?

Comme beaucoup de nouveautés que les early-adopters utilisent avant de savoir si c'est avec justesse, le podcast est un outil qui n'est ni bon, ni mauvais, mais seulement trop souvent mal utilisé. Ça me déçoit toujours un peu quand ce genre de boulette provient d'hommes intelligents comme Barbier...

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Technorati Tags : L'Express, Christophe Barbier, podcast