Toujours est-il que c'était aujourd'hui qu'elle devait être lue aux lycéens. Certains héros à 2 balles ont refusé de la lire, à mon avis, on parlera encore d'eux dans... pfff... trois jours, au moins ! D'autres l'ont lue avec des précautions oratoires, d'autres sans. Bref, ça a fait du foin et Madame Irma me dit que ça risque d'en faire encore un bon moment.

Je n'ai pas compris pourquoi notre président avait ordonné la lecture de cette lettre. Déjà, je ne la trouve pas terrible, je l'ai dit, je ne vois pas l'intérêt pour les lycéens. Ensuite, Guy Môquet n'est pas vraiment un héros, un martyr, oui, mais un héros, pas vraiment.

De ce que j'ai lu ici et là, il n'était pas plus communiste que la plupart des gamins de son âge. Son père était député communiste et il semblerait que ce soit cela qu'il ait payé avant tout. Son action réelle en tant que résistant n'a rien d'indéniable. Enfin, Guy Môquet s'est évanoui sur le poteau d'exécution et a été fusillé inconscient. Je ne le critique pas, je ne sais pas comment je me comporterais si je devais connaître le même malheur. Il n'empêche que ça gâche un peu le tableau...

Enfin, quelle drôle de consigne de la part de Sarkozy !

Deux versions

Version naïve

Sarkozy et/ou Guaino se reconnaissent dans ce jeune homme ou dans sa lettre. Ils veulent partager leur émotion. Bon, soit. Ça part d'un bon sentiment, mais selon une estimation de l'institut Moimême, 98% des lycéens se contretapent de Guy Môquet et de sa lettre. Les 2% restants prévoient d'en faire un nouveau héros gothique ou de lui consacrer une fête à la cellule.

Version du complot

On nous cache tout, on nous dit rien. Pendant qu'ils attirent notre attention sur Guy Môquet, les deux prestigitateurs font disparaître la fille en tutu et bas résille. Non, je ne parle pas de Cécilia. Mitterrand avait utilisé le même subterfuge à un moment, mais avec la réforme de l'orthographe.

A l'arrivée...

Ceux qui nous ont chanté tout l'hiver le "tout sauf Sarko" option "Sarko facho" se sentent ragaillardis et s'en mettent jusque là. Bon, évidemment, ils ont les yeux plus gros que le ventre et vont vômir chez Assouline. Parmi les 272 commentaires (dont je me suis épargnée la lecture intégrale), il y en a au moins un pour rappeler que si cette consigne avait été le fait de la gauche, personne ne s'en serait ému. C'est malheureusement vrai.

Personnellement, que ça vienne de gauche ou de droite, c'est pareil, je trouve ça nul de faire lire cette lettre qui n'a rien de grandiose et qui ne vient pas de quelqu'un que l'on gagnerait à choisir comme modèle. C'est triste mais vrai, Guy Môquet n'avait encore rien fait de sa vie. Donner ce garçon en exemple à une jeunesse que l'on se plait à répéter "paumée", c'est assez space comme concept.

Plus si affinités

Au lycée de mon fils, l'équipe enseignante est décidément formidable. Avant la lecture de la lettre, les élèves ont pu poser des questions à deux résistants. C'est malheureusement une espèce en voie d'extinction, ça justifierait qu'on impose ce type de rencontres aux ados. A la sortie des deux heures qu'a duré la séance, tous les élèves discutaient des faits d'armes des résistants et je crois qu'ils seraient bien en peine de reparler de la lettre de Guy Môquet. Comme je les comprends !...

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.

Technorati Tags : Guy Môquet, 22 octobre, résistance