Après le sexisme, le racisme et l’homophobie !

Par Delphine Dumont, le 15 mai 2006 | En bref

Tout comme le sexisme dont je vous parlais dans mon précédent billet, le racisme et l’homophobie sont au menu du jour. On dira que c’est la journée de l’énervement sur ce blog. En mai, ça manquait de journées spéciales, non ? :)

Racisme

Je ne vais pas vous entretenir longuement du racisme, ni vous dire qui a raison, qui a tort, je ne suis ni assez stupide, ni assez maligne pour ça. Simplement, je déteste toutes les formes d’exclusion et je dis bien “toutes” ! Je suis aussi énervée par le refus opposé à ces jeunes d’origine africaine qui demandent un logement ou un travail ou l’entrée en boîte de nuit que par l’attitude épouvantable de certains de ces mêmes jeunes vis-à-vis des femmes, jeunes ou pas, ou des homos, par exemple. Souffrir de l’exclusion ne dispense pas du respect qui est dû à chacun, pas plus que de s’ouvrir l’esprit et le cœur à son prochain. L’angélisme est aussi nuisible que le racisme, ils se rejoignent d’ailleurs puisqu’ils consistent à établir des hiérarchies dans le genre humain.

Je suis donc terriblement énervée quand j’entends le foin qu’on fait à propos de la phrase de Sarkozy (”Si certains n’aiment pas la France,…”) alors qu’il y a des choses beaucoup plus sérieuses. Au passage, j’ai l’impression désagréable qu’en désignant des boucs émissaires (Le Pen, Sarkozy, Pasqua et d’autres) et en les accusant d’être de nouveaux nazis, certains se sentent déchargés de leur devoir citoyen. Bien sûr, ces désignations et ces séances de dénigrement sont faites en suivant les meneurs, sans réfléchir, sans étudier les personnes, les idées, les écrits, sinon, vous comprenez, ce serait fatigant. Le même raisonnement permet de suivre docilement des leaders sans chercher à les connaître, ni eux, ni leurs idées, ni leurs passés, ni leurs amitiés (troubles ou nettes).

J’en reviens à mes moutons, les choses beaucoup plus graves. On fait un foin incroyable à propos du concept d’immigration choisie comme si on faisait le choix d’un racisme de la pire espèce. Je ne peux pas être d’accord. La France n’a pas les moyens d’accueillir le monde entier. Je le regrette, j’aimerais dire aux gens qui meurent de faim, de froid, de conflits : “Je vous envoie un avion, venez chez moi, vous y serez bien.” mais ma maison fait moins de 100m², plus de 3 familles, ça serait impossible. Déjà à 3 familles, ce serait terriblement inconfortable : il n’y a qu’une cuisine, qu’une salle de bains, qu’un cabinet de toilettes… Je n’ai pas les moyens d’entretenir 3 familles, il faut que tout le monde participe aux dépenses. Et ces 3 familles, sur quels critères les choisirais-je ? Les 3 premières arrivées ? Tant pis si les personnes suivantes ont plus besoin de mon toit ? Les 3 familles les plus en danger ? Mais que vont-elles devenir si elles sont sans ressources ? Je suis bien obligée d’établir des critères et de m’y conformer. Cette idée m’attriste profondément mais il m’est impossible d’agir affectivement, je suis obligée d’être raisonnable.

Si vous l’admettez pour moi, pour ma maison (qui n’est pas à moi en plus, je ne fais que la louer, pas dit que les proprios apprécient…), ne serait-il pas logique de l’admettre pour notre pays ? N’est-il pas immonde de faire croire à des étrangers en situation épouvantable qu’ils peuvent venir en France et de les soumettre à des marchands de sommeil et des esclavagistes patrons véreux, souvent eux-mêmes issus de l’immigration et réduits à cette solution pour s’en sortir ?

Cette illusion dont on laisse les autres se bercer et qui conduit tout droit à la ZAPI… Quoi ? Vous ne connaissez pas la ZAPI ? Un lieu si charmant, si confortable, si positif, un lieu qui sent bon la terre d’accueil de notre beau pays… C’est un lieu si souvent accusé que je vais laisser un avocat en parler. Maître Eolas, c’est à vous ! :)

  • Introduction au sujet : Bienvenue en France, le Journal d’un Avocat,
  • Episode 1 : Zapi days, le Journal d’un Avocat,
  • Episode 2 : Acceptons les étrangers à ce blog, le Journal d’un Avocat,
  • Episode 3 : Air Chiotte, le Journal d’un Avocat,
  • Episode 4 : Air Chiotte est-il possible ?, le Journal d’un Avocat.

Comme d’habitude, il faut lire aussi les commentaires. Je sais, ça vous fait beaucoup de lecture, mais s’informer est un devoir et ce n’est pas souvent que vous trouverez des sources d’une telle qualité. Non, je ne brosse pas les pompes du susnommé avocat, il ne me lit pas, sa modestie ne risque pas de souffrir ! :)

Homophobie

J’avais dit en intro que je vous parlerais aussi d’homophobie. C’est encore l’UMP Vanneste qui fait honte à son parti, honte à toute la classe politique, honte à tous les Français en une seule déclaration. Je cite l’article du Nouvel Obs (merci Jimini pour le lien ;)) :

Interrogé mercredi sur Europe-1, Christian Vanneste a estimé que les “comportements” homosexuels “sont objectivement désordonnés”. “Moi je n’ai rien contre les homosexuels”, a-t-il ajouté, mais “je suis tout à fait hostile aux mouvements homosexuels qui sont des mouvements intellectuellement terroristes”.

Sa condamnation par la 6e chambre du tribunal correctionnel de Lille (Nord) pour avoir tenu des injures publiques à l’encontre des homosexuels est selon lui “un véritable attentat contre la démocratie, attentat fait au profit d’un lobby qui est un lobby terroriste sur le plan intellectuel (…) C’est ce qu’on appelle les khmers roses”.

Si vous vous rappelez qui sont les Khmers rouges, vous apprécierez le sens de la nuance de cet homme sans cœur ni cervelle…

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.

Technorati Tags : exclusion, racisme, homophobie

Lire aussi :

6 commentaires pour “Après le sexisme, le racisme et l’homophobie !”

  1. -|- pi-xel dit :

    Bien d’accord avec toi sur l’immigration choisie… On ne peut pas aujourd’hui en France ouvrir en grand les portes et dire a tout le monde de venir… pour les mettre dans une merde à peu près comparable a celle qu’ils connaissent (sf que chez nous en hiver, il fait froid…)

    Le Canada fait ca depuis toujours, les ricains aussi, a peu pres tout le monde, d’ailleurs, mais eux, c’est pas des fachos de nazillons racistes… Ca, y’a que nous, selon certains…

    Et Eolas manie la plume comme personne… mais ces articles sont plus axés sur le traitemnt infligés aux immigrés en ce moment…
    ca devrait faire partie de la loi sur l’immigration, la destruction des ZAPI…



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Voila ! Arrêter d’avoir de grandes idées démagogiques mais criminelles (l’incendie de l’hôtel où on avait entassé des familles prouvent que le mot n’est pas trop fort), au risque d’être impopulaire, c’est très courageux. Ce gouvernement m’avait beaucoup déçue, j’attends pour me réjouir de voir quelle sera exactement la loi votée afin qu’effectivement, elle ne verse pas dans le rejet.

    L’étape suivante sera d’arrêter de piller les pays en voie de développement et de leur offrir à eux aussi, un développement durable. Ce sera plus dur et très risqué… :/



  3. -|- Gregoire dit :

    Je ne suis pas d’accord avec toi : "l’immigration choisie" et les petites phrases de Sarkozy méritent qu’on en parle.

    Les petites phrases
    Nicolas Sarkozy choisi soigneusement ses mots lorsqu’il dit "si certains n’aiment pas la France, qu’ils ne se gênent pas pour la quitter". Il singe en cela un slogan du FN : "La France, tu l’aimes ou tu la quittes". Cette phrase, le chef de l’UMP l’a clairement énnoncée pour draguer sur les terres de l’extrême droite. Nicolas Sarkozy est trop intelligent pour ne pas savoir que ce que l’on retient des longs discours, ce sont les petites phrases. Il n’est pas xénophobe, il est opportuniste.

    L’immigration choisie
    Sans tomber dans l’angélisme, sans la diaboliser, si l’on se place d’un point de vue froidement économique et démographique, force est de reconnaître que l’immigration, choisie ou non, est nécessaire. La France vieillit ; les ex soixanthuitards partent massivement à la retaite ; il y a un vrai manque de main d’oeuvre pour les travails peu qualifiés. Pour toutes ces raisons, la France doit s’ouvrir à l’immigration. Et pour éviter les Zapi dont maître Eolas parle, il y a une vraie solution déjà mise en application par ailleurs : la régularisation massive des sans papiers, ce qu’a réalisé le gouvernement espagnol en février 2005. Et ceci est loin d’être de l’angélisme, puisque 700 000 immigrés régularisés, ce sont 700 000 cotisations de plus qui rentent chaqe année et 700 000 consommateurs de plus.
    Enfin, pour finir sur l’immigration "choisie", comment prétendre choisir les heureux élus alors que nous n’arrivons même pas à maîtriser les flux migratoires ?



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Les petites phrases de Sarkozy comme celles de tous les hommes politiques, même et surtout celles de Le Pen, ne sont rien s’il n’y a pas une caisse de résonnance. Si on condamne ces phrases qui ne sont effectivement pas louables, alors il faut aussi condamner les phrases qui visent à faire des Français, des salauds minables, de la France, un pays moribond ou malsain, etc…

    Cette phrase ("La France, tu l’aimes…") et ses semblables me gènent puisqu’elles sous-entendent que des gens vivent chez nous et en sont si malheureux qu’ils ne cherchent plus à changer les choses, n’ont pas la possibilité de partir, qu’ils ne peuvent que subir leur sort en maudissant ce pays et ses habitants. Or, je pense que chacun doit pouvoir devenir acteur du futur, sans violence, juste avec conviction et volonté.

    Cette mentalité de victime existe et je ne la reproche pas à ceux qui l’ont, je la reproche à tous ceux qui auraient dû donner l’envie de participer aux victoires de notre pays et surtout à tous ceux qui ont nui à ces personnes en leur faisant sentir peu ou prou (mais c’est toujours trop) qu’elles étaient indésirables.

    S’il n’était pas si tendance de cracher sur notre pays, si on regardait honnêtement ce qui va bien et ce qui ne va pas bien et si on comparait avec d’autres pays, je pense que beaucoup de xénophobes comprendraient que leurs craintes sont vaines.

    Je suis d’accord avec toi, il faut des immigrants. De toutes façons, le sang français n’existe pas, il y a eu tellement d’invasions, de "fruits" de voyages à l’étranger, etc, que prétendre "préserver la pureté" de notre peuple ne peut faire qu’hurler de rire. C’est aussi grotesque que de penser à attraper le soleil avec un filet de pêche !

    Cependant, les régulations massives que tu souhaites, ont toujours été suivies de flots d’immigrants impossibles à absorber et ont conduit à des "poches" où l’on "stocke" les "nouveaux arrivants" en attendant qu’on leur trouve un emploi et un logement. Ils sont libres d’aller et venir, ce ne sont pas des Zapi, mais ça ne vaut guère mieux La loi de la jungle y règne, les voisinages se sentent menacés, parfois à raison, souvent à tort, des milices se créent, et finalement, si la régulation massive a résolu les problèmes d’une petite frange d’immigrants, elle ne fait qu’aggraver les nouvelles vagues de candidats.

    Ensuite, tous ces gens qui quittent leur pays, qui sont-ils ? Forcément, ce sont les plus riches, enfin, les moins pauvres, les plus jeunes, les plus forts, le voyage est long et difficile. Encourager l’immigration, c’est aussi freiner voire interdire le développement des pays d’origine. Je ne parle bien sûr pas des pays où le seul fait d’être une femme est une offense permanente à la communauté ou de ceux où être homo est synonyme de maladie mortelle à très court terme, pas plus que je ne parle des pays en guerre. Pour toutes les personnes en danger, il n’y a pas à regarder ce qu’ils peuvent apporter à la communauté, il y a un devoir de protection sur notre sol si c’est la seule façon de les mettre hors de danger.

    Mais pour tous ceux qui viennent en Europe ou aux USA, croyant y trouver un Eldorado et n’y trouvant qu’un enfer, je persiste à penser qu’il serait mieux qu’ils soient refusés et qu’ils aident leurs pays à devenir plus forts. Je n’arrive pas à admettre qu’on soit mieux en France, dans le froid, dans la rue, avec le ventre creux, loin de ceux qu’on aime, sans ressentir de vraie générosité ou si peu.

    Je ne vois pas l’immigration choisie comme une fermeture des portes mais comme un filtre. Je pense aussi qu’elle n’a de sens que si elle s’accompagne d’un véritable échange positif avec les pays d’où partent les candidats à l’exil.

    Nous atteignons les limites du temps où les frontières avaient un sens, il reste des territoires inter-dépendants, ces territoires ne sont pas identiques les uns aux autres sauf que tous ont besoin des autres. C’est ce qui devrait guider les politiques à tenir dans le domaine de l’immigration comme dans celui du commerce ou d’autres encore. Et ce n’est pas contradictoire avec une immigration choisie, je veux juste dire que si, et il semble qu’on y soit contraint, si on refuse des gens, on ne peut pas se désintéresser de leur sort pour autant.

    Pour reprendre la métaphore avec ma maison, si celle-ci est archi-pleine et que je ne peux accueillir des personnes en grande difficulté, je me sens obligée d’utiliser mon téléphone et mes relations pour tenter de les secourir. Le contraire ne serait tout simplement pas humain.

    Enfin, pour tes chiffres, tu dis "700 000 immigrés régularisés, ce sont (…) 700 000 consommateurs de plus", encore faut-il qu’ils aient plus qu’avant à dépenser. Les personnes qui n’ont pas le droit de résider dans un pays sont contraintes à travailler au noir mais consomment aussi et envoient beaucoup de leur argent dans leur pays d’origine. Ce qui convient aussi bien au pays "hébergeur malgré lui" qu’au pays d’origine ravi de cette manne. Une fois régularisés, rien ne change. Sauf que, en Espagne, après les régularisations massives, nombre d’employeurs ont continué à embaucher des immigrés en situation irrégulière parce qu’ils leur coûtaient tout simplement moins cher que les régularisés qui se sont, de ce fait, retrouvés au chômage.

    Pfiou ! J’aurais dû écrire un billet comme réponse, sacré pavé ! :)



  5. -|- Le blog du monde qui avance dit :

    Encore une idée fausse qui part à la poubelle !!

    Je le lis dans un article du Figaro (oui, vous savez, ce journal de droite, c’est pourtant eux qui en parlent, dingue non ?) intitulé “Plus les infractions sont graves, moins les étrangers sont représentés”. Plus l’acte est grave, moins l’auteur est un…



  6. -|- Le blog du monde qui avance dit :

    On arrête de rigoler !

    Je vous avais parlé dans ce billet, des excellentes descriptions de Maître Eolas de l’accueil de l’immigré en France, terre d’asile, faut-il le rappeler. On se doutait un peu qu’on ne convoquait pas de pom-pom girls à chaque arrivée de candidat à…



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog