Feu et artifices

Par Delphine Dumont, le 16 juillet 2006 | Politique-tac

Titre tout à fait approprié pour le discours du Chi, ce 14 juillet dernier. “Feu”, parce que l’ancien n’est pas éteint et que ça se voit. “Artifices”, car on sentait souvent les experts en communication derrière le discours et la façon de le tenir. Claude, c’est du grand art mais ça ne sera parfait que le jour où on ne verra plus le maquillage et qu’on croira que tout est naturel. ;)

Je ne suis pas dupe sur la marge de manœuvre qui reste au président et donc sur ses possibilités réelles de mener à bien les grands chantiersJacques Chirac - Document Wikimedia qu’il a engagés il y a onze ans maintenant. Cependant, je m’étonne un peu des réactions qui voudraient que bah, il ne reste qu’une dizaine de mois, et encore, il y a les vacances, et puis il y a Noël, et puis il y a Pâques, bref, les élections, c’est dans deux jours, laisse tomber, Jacques…

Personne ne sait de combien de temps, il dispose en ce bas monde pour monter et réaliser un projet. D’abord, nous sommes mortels, ensuite, les moyens dont nous disposons aujourd’hui peuvent nous être retirés demain, nos partenaires peuvent nous lâcher, enfin, la conjoncture peut changer au point de retirer toutes raisons d’aboutir. Donc, si on écoute ces “messieurs c’est trop tard”, il ne faudrait jamais rien faire ? On est tous mortels, pourquoi se lever le matin ?

Ceci montre au moins une idée fixe de la gauche que j’avais déjà épinglée dans le billet : “On se couche et on se laisse mourir“. Je ne m’étonne plus de la pléthore de candidats à gauche. Comment fédérer les troupes quand le letmotiv est « à quoi bon ? » ? J’attends avec une impatience grandissante une vraie opposition, forte, avec de vrais arguments et de vraies propositions !

Pour en revenir au grand Jacques, plusieurs des différents analystes politiques que j’ai entendus depuis ce discours confirment la possibilité de réussir plusieurs réformes mineures et de faire aboutir de nombreux projets. Chirac n’a pas fait tout ce qu’il avait promis quand il a été élu ? La belle affaire ! Citez-moi un seul homme politique qui a tenu son programme ! Saviez-vous que Jospin a plus privatisé à lui tout seul que Chirac, Balladur et Juppé réunis ? Dans le genre trahison, ça se pose là, non ?

Alors pourquoi en tenir rigueur à l’un et pas à l’autre ? Je ne veux pas entamer de comptes Promesses/Trahisons, je suis sure avant même de commencer qu’il n’y aura pas de gagnant. Devrais-je croire qu’il y avait encore des gens pour croire aux promesses des élections ? Devrais-je croire que si Jospin avait été élu, certains sont persuadés qu’on serait revenu au plein emploi, à l’abondance, aux pluies d’allocations, etc… ? Combien de temps peut-on continuer à croire que nous pouvons vivre en France comme si le reste du monde n’existait pas et que nous n’en étions pas dépendants ?

Frédéric Beigbeder - photomontageDans le style “Je me fais un film”, j’ai d’ailleurs un gagnant incontestable. J’ai suivi la dernière d’Ardisson sur France 2, je pensais naïvement qu’elle serait mémorable, elle l’a été mais dans le registre pathétique du “has been”. Parmi les invités, il y a eu Frédéric Begbeider, vous savez ce type qui fréquente la jet-set et fait la pub du Parti Communiste ? Et bien, monsieur 99 Francs a soumis une hypothèse brillante : les départs simultanés de Thierry Ardisson, Serge July et Karl Zéro seraient dus à la volonté de la droite de museler la presse… Jolie théorie du complot, non ? Je dois dire que ça m’a fait beaucoup rire tant l’hypothèse était grotesque et reconnaître à Ardisson l’intelligence de ne pas avoir versé dans le même délire. Je me demande quand même combien de téléspectateurs l’ont jugé crédible tant ils sont dans le mythe d’une droite stalinienne (un comble !) qui verrouillerait la parole ?

Je m’étonne toujours du décalage entre l’attitude puérile de certains hommes politiques (je te dis des méchancetés à la télé, mais c’est pour de rire, t’es mon copain, mais il faut pas que ça se sache) et leurs discours sur les maux de la société dans notre pays ou ailleurs. Je sais bien qu’ils sont bien plus efficaces qu’ils n’en donnent l’impression, mais je sais aussi qu’ils pourraient l’être encore plus s’ils arrivaient à établir des échanges constructifs au lieu de jouer ce jeu stupide et humiliant pour les citoyens que nous sommes.

Oui, je suis une utopiste, je continue à croire que les hommes peuvent s’unir pour le bien-être de la communauté. Je ne rêve pas, j’en ai la preuve chaque jour, mais ce n’est jamais, ou presque, mis en valeur.

Photos : Wikimedia.

Delphine Dumont
RedacBox.com, mon site professionnel

Technorati Tags : Chirac, politique, 14 juillet

Lire aussi :

2 commentaires pour “Feu et artifices”

  1. -|- Bruce dit :

    > Je ne veux pas entamer de comptes Promesses/Trahisons, je suis sure avant même de commencer qu’il n’y aura pas de gagnant.
    À titre personnel, je crains de pouvoir citer les perdants. Ce qui est bête, c’est qu’ils sont 60 millions. En y réfléchissant bien, je crois même que je trouve un gagnant, le même que celui qui a passé le premier tour en 2002 à la surprise générale.



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    C’est malheureusement assez vrai. :-/



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog