Sarkozy et l’inné

Par Delphine Dumont, le 12 avril 2007 | Politique-tac

Comme je rajoutais le lien vers le podcast de Christian Barbier dans mon précédent billet, j’ai senti le besoin d’argumenter ce qui j’y ai noté, à savoir qu’en voulant réfuter l’affirmation de Sarkozy, Barbier confirme ce que je dis, paradoxalement. Explications…

Barbier commence donc en disant qu’on “nait poète” puis enchaîne en disant que si l’on “nait pédophile”, alors on est exonéré de tout châtiment. Je trouve le raccourci extrêmement rapide, voire plus que stupide. Pourquoi certains auront la malchance de devenir dépendants à l’alcool, au cannabis ou au jeu dès la première fois et d’autres non ? Les études ont prouvé que nous n’étions pas égaux face à l’addiction, ni aux objets de cette addiction, il y a une prédisposition qui n’est plus niée. Pour autant, si l’on nait poète, on peut avoir des vers sublimes qui vous traversent l’esprit sans jamais en écrire le moindre mot. On peut être né alcoolique et, seul ou avec un groupe de soutien, résister à la boisson. Pourquoi la prédisposition entraînerait-elle automatiquement l’irrépressibilité et donc l’irresponsabilité ?

Mon fils est surdoué (ou précoce, utilisez le terme de votre choix), il est né ainsi, je n’ai rien fait pour cela. Trois heures après sa naissance, il était allongé sur le ventre (on les couchait ainsi à l’époque) et déjà, il était capable de relever la tête, regarder autour de lui et reposer la tête de l’autre coté. Cela supposait une tonicité et un éveil qui ont stupéfait le pédiatre qui a pratiqué sur lui de nombreux tests qu’il a conclu d’un admiratif et rêveur : “Et bien… Vous avez là un sacré petit bonhomme !…”. J’aime bien quand les médecins utilisent un vocabulaire savant… :)

La précocité n’est pas qu’une question de rapidité de compréhension, ou d’excellente mémoire ou de je ne sais quoi d’autre qui pourrait faire penser que les enfants précoces sont bénis des dieux. Il y a un prix à payer et il est lourd. Tellement lourd que j’assimilerais quasiment la précocité à un handicap, dans le sens où il faut bénéficier d’une attention particulière pour vivre bien sa différence. Pour plus d’infos sur la précocité, je vous recommande le site de l’ANPEIP, association à laquelle je dois beaucoup, j’en profite pour les remercier encore.

Avec les années et des enseignements spéciaux, mon fils a appris à vivre avec sa particularité. Il a appris, douloureusement d’ailleurs, que tout le monde ne s’éclate pas autant que lui à apprendre, à découvrir, à explorer. Il sait désormais aussi que, même si le prof se trompe, on ne le lui fait pas remarquer, ou alors, à la limite, en tête à tête après le cours. Bref, il a intégré sa différence et son comportement est maintenant tout à fait agréable pour son entourage.

Dans ce qui pourrait paraître un joli conte du style “vilain petit canard”, il y a la méchante sorcière. Elle a pour nom “services de l’enfance”. Pendant des années, l’éducation nationale et les services sociaux ont raisonné sur le mode “s’il ne sait pas écrire, c’est qu’il est arriéré”. Or, la dysgraphie dont il souffrait, est un trouble courant chez les enfants intellectuellement précoces. J’ai demandé maintes fois à ce qu’il soit pratiqué un test de QI, cela m’a toujours été refusé au prétexte que, s’il refusait d’écrire, c’était infaisable. C’était au mieux, une preuve d’ignorance, au pire, un mensonge éhonté, mais je ne l’ai appris que beaucoup plus tard, malheureusement.

Parce que, pendant des années, je n’ai cessé de lutter et parce qu’enfin, grâce à Internet, d’ailleurs, j’ai découvert l’ANPEIP qui m’a soutenue et aiguillée, mon fils a devant lui un avenir prometteur, il peut et désire faire des études ambitieuses, ce qui semblait totalement irréaliste, il y a seulement 3 ans.

Oui ? Le monsieur du fond ?… Je suis sortie du sujet ? Non, non pas du tout, je vous rassure. :)

Ce que j’ai voulu démontrer, et que j’espère avoir fait, c’est que le capital de naissance n’est pas synonyme de fatalité. C’est ce qu’on en fait, soi-même et l’entourage éducatif, qui font que ce sera un bon ou un mauvais destin.

On sait que les intellectuellement précoces non détectés et non soutenus peuvent ne connaître qu’une vie d’échecs professionnels et/ou affectifs. Je vais aller loin dans la supposition, mais ne peut-on pas imaginer qu’un pédophile est le résultat d’un terrain différent et mal cultivé ? Les experts disent que le pédophile cherche avant tout à dominer, le sexe n’étant qu’une arme, comme dans tout viol. Ce besoin de domination est généré par quelque chose, si ce quelque chose est repéré tôt et qu’on y répond par une éducation épanouissante, peut-être la pédophilie n’apparaîtra-t-elle jamais ? Le meilleur des terrains, non entretenu, non surveillé, peut devenir la pire des décharges sauvages.

Je pense que dire que l’inné a une part immense ne disculpe pas automatiquement les pédophiles. Tout comme un alcoolique peut dire non à la boisson, un pédophile peut dire non à ses pulsions. Tout comme un alcoolique peut chercher de l’aide, un pédophile devrait pouvoir se faire aider. Je dis “devrait” car je pense que le “tout-acquis” fait peser une culpabilité automatique qui interdit à celui qui se sent basculer de rechercher un soutien et une thérapie. Le “tout-acquis” dit à celui qui se sent pédophile, qu’il est le pire des salauds et qu’il a voulu ce qui lui arrive.

Admettre la part de l’inné, ce n’est pas dire que la pédophilie est une maladie et doit donc entraîner l’irresponsabilité, mais c’est admettre que la question est complexe et qu’il est possible (pas certain, possible) d’éviter de laisser sombrer celui qui y est prédisposé. Cela n’a strictement aucun rapport avec l’eugénisme.

Elève Barbier : 02/20. Je vous mets un point pour la présentation et un point parce que je vous aime bien. Pour le reste, retravaillez votre copie, vous n’avez rien compris à la question. ;)

En concluant ce billet, un doute m’étreint : l’irresponsabilité pénale ne repose-t-elle pas uniquement sur l’absence (ou l’impossibilité) de discernement ? Y a-t-il un juriste dans la salle ?

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Technorati Tags : Sarkozy, pédophilie, inné

Lire aussi :

23 commentaires pour “Sarkozy et l’inné”

  1. -|- Delphine Dumont dit :

    Puisque personne n’a encore commenté ce brillant billet, je vais le faire moi-même, faut tout faire ici, hein… Pfff…

    Bref, le ptit Nico confirme ce que je dis dans son entretien dans Libé, dans le résumé de l’Express, la conclusion est :

    Quant à ses propos sur le caractère inné de la pédophilie ou du suicide des jeunes, Nicolas Sarkozy a réaffirmé “qu’il n’avait pas dit exactement cela”. “J’ai expliqué que tout ne dépendait pas de l’acquis mais qu’une partie pouvait être de l’inné”. Et d’ajouter: “Oui je suis né hétérosexuel. Je ne me suis jamais posé la question du choix de ma sexualité”.

    [Note perso : puisque ce passage est important et présenté tronqué, entre autres, dans les assoces lgbt, voici le passage intégral tel que publié par Libération. C'est nettement différent avec tous les mots. :)]

    Vous avez dit que vous étiez né hétérosexuel…
    Oui, je suis né hétérosexuel. Je ne me suis jamais posé la question du choix de ma sexualité. C’est pour cela que la position de l’Eglise consistant à dire «l’homosexualité est un péché» est choquante. On ne choisit pas son identité. Vous, à quinze ans, vous vous êtes demandé : «Au fond, suis-je homosexuel ou hétérosexuel ?»



  2. -|- Jimini dit :

    une fois est loin d’être coutume, mais je pourrais dire à peu près la même chose que Nicolas : "Oui, je suis né homosexuelle. Je ne me suis jamais posé la question du choix de ma sexualité."



  3. -|- Delphine Dumont dit :

    Perso, je me suis posée des questions. Je trouvais les garçons tellement nuls et les filles ne m’attiraient pas. En fait, j’étais amoureuse d’Albator… :op



  4. -|- Jimini dit :

    ptdr tu sais que Albator est une fille en vrai ? Enfin, c’est ce qu’on m’a dit parce que moi, en tant qu’enfant du placard qui se respecte, je sais même pas qui c’est…
    moi, je trouvais les filles nulles, mais les garçons ne m’attiraient pas ;-p



  5. -|- Delphine Dumont dit :

    Albator ???????? Une fille ????????!!!!!!!
    0_o



  6. -|- Canardo dit :

    Je pense que la question de l’inné et de l’acquis ne se résout pas aussi simplement. Pour prendre l’exemple de l’orientation sexuelle, puisque vous êtes parties là dessus : on peut n’avoir jamais été amené a se poser de questions là-dessus. Il n’empêche que cela peut être de l’acquis quand même. Sinon, comment expliquer que, selon les civilisations, les pratiques homosexuelles soient + ou - répandues. Chez les grecs par exemple, il était courant, pour à peu près tout les hommes, d’aimer d’autres hommes. Avaient-ils tous un gêne homosexuel ? J’en doute ! Delphine : une société autre, aurait pu t’amener à te poser des question quant à tes attirances. Dans notre société, il apparaît tellement évident que l’on doit aimer l’autre sexe que bien peu de gens en arrivent a se poser la question. Cela n’en fait pas pour autant des gens génétiquement programmés pour l’hétérosexualité.



  7. -|- Delphine Dumont dit :

    Elles n’ont jamais été plus ou moins répandues, mais plus ou moins admises. Toi, tu peux m’expliquer, si c’est culturel, pourquoi il y a la même proportion d’homosexuels dans toutes les populations ? ;)

    Tiens ! Tant que t’y es ! Tu m’expliques aussi pourquoi il y a des animaux homos ?

    Quand à l’attirance, elle n’a rien d’enseigné non plus. Crois-tu qu’on puisse éduquer un enfant au point que son corps réponde aussi violemment lors d’une attirance ? C’est horrible ce que tu dis ! Non seulement tu parles d’une manipulation mentale extrême, mais en plus, tu as l’air de dire que les parents d’homos ont “échoué” dans leur éducation. Crois-moi, j’en connais qui feraient Paris-Rome sur les genoux si on leur disait que ça “guérirait” leur enfant. Je suis donc sûre qu’ils n’ont rien fait pour “imposer” une sexualité à leur enfant, et cet enfant, bien souvent, vit extrêmement mal la peine qu’il fait à ses parents, il ne le fait pas par rejet ou réaction.

    Enfin, tu ramènes la question à la seule génétique, alors que, comme je l’ai longuement expliqué, l’inné ne se résume pas aux gènes.

    Quasiment tous les ados ont un moment de flottement où ils doutent de leur sexualité, puis il arrive qu’on soit attiré par une personne du même sexe tout en restant profondément hétéro. Comme ils arrivent que des homos ressentent une attirance pour une personne de l’autre sexe. Il y a donc de multiples occasions au cours d’une vie où on connait des attirances qui nous sont inhabituelles. Si la société est ouverte, les hétéros n’auront donc aucune hésitation à avoir un rapport homo. Si la société est hostile, il ira à confesse. Mais la proportion d’attirance ne varie pas ni avec les époques, ni avec les lieux, ni avec les cultures.



  8. -|- Canardo dit :

    J’ai pas le courage de répondre à tout ton message, désolé, mais je voulais quand même me justifier : t’as pas du tout compris ce que je voulais dire, j’ai jamais pensé ce que tu dis dans ton 2ème paragraphe : "Quand à l’attirance [...] par rejet ou réaction.". Je ne comprend pas trop de quoi tu parles en fait. Je n’ai jamais parlé d’aucune manipulation mentale, et encore moins que des parents d’homo ont échoué quoi que ce soit. L’acquis ça ne vient pas seulement de l’éducation donnée par les parents. On se construit par l’influence de tout un milieu. L’école, la télé, Internet, le voisin du 5ème, l’oncle Hector, la tante Simone, tous les gens qu’on croise, les choses qu’on entend. Les parents qui prétendent maitriser tous ces cannaux sont soit des menteurs, soit des malades profonds. Bref, les parents sont loin d’être les seuls responsables de ce que devient leur enfant. Je me suis un peu égaré je crois. Ha oui, autre chose : je suis un peu surpris

    Sinon, pour les deux phrases suivantes :
    "Elles n’ont jamais été plus ou moins répandues, mais plus ou moins admises. Toi, tu peux m’expliquer, si c’est culturel, pourquoi il y a la même proportion d’homosexuels dans toutes les populations ? ;)"
    et "Mais la proportion d’attirance ne varie pas ni avec les époques, ni avec les lieux, ni avec les cultures."

    On veut des sources, on veut des sources !

    Dernier point : "Tiens ! Tant que t’y es ! Tu m’expliques aussi pourquoi il y a des animaux homos ?"
    => Je suis allé voir Wikipédia : fr.wikipedia.org/wiki/Sex…
    Ils donnent 3 exemples d’homosexualité animale :
    - les bonobos, ils sont tous bisexuels et tout le monde y couche avec tout le monde. C’est un modèle de société, et certainement pas de l’homosexualité individuelle.
    - les pingouins de je n’sais où, c’était un cas très particulier, rassissime, observé une seule fois dans le monde entier.
    - les vâches : il s’agit d’un phénomène très différent de l’homosexualité humaine, car apparemment cette tendance qu’on certaines vâches à agir comme des boeufs dénote une pathologie physique (des kystes ovariens).

    Bref, tout ça pour dire que selon moi, l’homosexualité individuelle n’existe pas chez l’animal. C’est à dire que, soit un modèle de société y implique que des individus puissent avoir des rapports avec le même sexe, soit non. Mais ça ne pas semble en aucune sorte comparable au cas humain.

    Je suis épuisé d’avoir écrit tout ça, alors qu’au départ je ne voulais pas passer de temps là dessus. Tant pis, c’est fait maintenant. Pour la peine, je ne vais même pas me relire. Désolé pour les fautes ou pour d’éventuelles énormités !



  9. -|- Delphine Dumont dit :

    Pour ce que j’affirme sur la proportion d’homosexuels, c’est le fruit de longues, longues, longues recherches sur tout un tas de sites dont beaucoup m’ont donné la nausée tant ils expriment de haine. Je ne referais pas ce travail, je n’en ai ni le temps, ni l’envie. Mais tout est toujours sur le net, il y a beaucoup, beaucoup de choses dispos, en particulier sur les sites d’universités américaines et canadiennes. La recherche au sein des archives n’est pas simple, mais si je l’ai fait, il n’y a pas de raison que tu n’y arrives pas. :)

    Pour les animaux, apparemment, tu n’as pas vu ce billet de mes archives :
    http://www.redacbox.com/Blog/ind...

    Sinon, j’aime bien la Wikipédia et je la cite d’ailleurs souvent, mais ce n’est pas et ça n’a jamais été un modèle d’exhaustivité. J’ai déjà vu des chiens ou des chats homosexuels et exclusivement homosexuels. Mon propre chien est totalement indifférent aux femelles en chaleur du voisinage alors que tous les autres chiens mâles sont comme des tarés à ces périodes-là. Par contre, il adore son copain de jeux. Comme deux grillages les séparent, je ne sais pas si c’est juste de l’amitié ou des amours contrariées.

    Je n’arrive pas à comprendre ce qui te rebute dans la notion d’inné. Elle est tellement évidente pour le capital physique, pourquoi ne le serait-elle pas pour le capital psychique ? Après tout, notre cerveau fonctionne avec des phénomènes relevant de la physique et de la chimie… Cela n’enlève rien à l’importance de l’acquis, personne ne dit le contraire, sauf peut-être quelques professeurs foldingues !



  10. -|- Rikko dit :

    Je suis né hétérosexuel… désolé…



  11. -|- Canardo dit :

    "Je n’arrive pas à comprendre ce qui te rebute dans la notion d’inné. Elle est tellement évidente pour le capital physique, pourquoi ne le serait-elle pas pour le capital psychique ? Après tout, notre cerveau fonctionne avec des phénomènes relevant de la physique et de la chimie… Cela n’enlève rien à l’importance de l’acquis, personne ne dit le contraire, sauf peut-être quelques professeurs foldingues !"

    => L’inné ne me rebute absolument pas en soit, et je ne suis pas du tout en train de nier son existence. Je pense seulement qu’on se trompe quand on cherche à savoir si telle ou telle chose est innée ou acquise. Je pense que les deux sont tellement entre-mêlés dans notre être, que tout n’est qu’une combinaison des deux. Pour reprendre ton exemple du physique, que tu présente comme de l’inné, et seulement de l’inné. Et bien je ne suis pas d’accord avec toi : on peut être défiguré par un accident, on peut être plus ou moins grand, gros, en fonction de son régime alimentaire, etc. Tout ça, c’est de l’acquis, qui se conjugue à de l’inné. Psychologiquement je vois les choses de la même manière.

    Rikko : malheureusement, je pense qu’on est bien incapable de juger avec des ressentis ce que l’on tire de son patrimoine génétique, et ce que l’on a acquis. Désolé ;-)



  12. -|- Delphine Dumont dit :

    Je ne dis pas que le physique ou le caractère doivent tout à l’inné. Je dis juste que le capital physique et mental qu’on possède à la naissance ne doit pas tout aux gènes, il y a des incidents au cours de la grossesse et même au cours de l’accouchement, qui peuvent jouer de façon plus ou moins lourde sur l’aspect et le comportement d’un individu.

    En fait, l’inné est donc constitué d’une partie d’acquis et le tout génétique ne peut relever que d’une pensée à la Mengele avec toute la répulsion qu’elle peut susciter en moi.



  13. -|- Rikko dit :

    Je sais bien, mais si j’ai plus le droit de dire des conneries… où va mon monde ?

    Quand à la séparation acquis inné, elle me semble un peu relever de la discussion de comptoir voire du Trollisme, je suis d’accord Avec Coin coin pour dire que le tout est si étroitement entremêlé que c’est très compliqué à définir, tant à priori qu’à postériori

    La preuve, depuis le temps, on arrive pas à trancher alors que pour Louis XVI c’est fait !!!

    Alors les préférence sexuelles, pour quelque sexe, espèce, âge que ce soit, révèle forcément un mélange des deux avec des interactions expérience personnelle, entourage, culture, morale, ambiance educative et des caractères innés, que l’on ne peux réfréner ou pas, peut être en fonction de leur intensité… Qu’est ce que j’en sais moi…

    Ce n’est pas parce que je vois une religieuse… au chocolat que je saute dessus, pourtant il est acquis que mon corps biologique réclame de l’énergie (le goût sucré de la religieuse répondrait bien à cette attente !) ce qui est inné. Alors c’est à qui ?

    Quand au comportement d’un animal devant une religieuse, cela dépend de son goût pour la crème patissière ou pour le noir…

    (Penser ce sujet à réécouter l’intégrale de Levy Strauss et relire John Les nonnes, ou l’inverse…)



  14. -|- Victime. dit :

    Bonjour,

    J’ai découvert ce blog en cherchant des informations sur les propos de Sarkosy concernant ces histoires d’inné et d’acquis.

    Y’a une chose dont il n’a pas conscience. Tout le mal que ce genre de remarques absurdes peuvent créer chez les gens qui ont été abusé par leur propre parents… Si un père viole sa fille, alors, ça veut dire que, par le lien du sang, la fille est porteuse d’une prédisposition à l’abus. Autrement dit, non seulement son pervers de père la cupabilise pendant des années en disant "c’est toi qui veut que je te baise" mais en plus, la société la rend encore coupable "parce que tu es fille de criminel, tu es un criminel en puissance"

    La victime d’inceste devra se cacher, ne pourra pas porter plainte sans que quelques gens comme Sarko la juge "dégénérée" ou "handicapée héréditaire". J’en ai assez d’encaisser ce genre de remarques parce que j’ai pas eu la chance de naitre dans la bonne famille.

    Quand on voit qu’un homme qui a fait de grandes études est capable d’avoir un tel raisonnement, ça ne donne envie que d’une chose : ne pas chercher de l’aide auprès "des gens purs", des gens "normaux". C’est malheureux mais cette distinction si manichéene et simpliste est crée par des gens comme Sarko et pousse des gens dans l’isolement, la dépression, la colère aussi, voire la perversité.

    Le pervers se caractérise par une blessure narcissique (qui n’a rien de génétique) et par sa perception de l’autre qui n’est qu’un objet. C’est pour cela qu’il ne ressent aucune culpabilité. Tuer ou violer, c’est comme casser un stylo. En gros…

    Mais pour en arriver là, il faut que pendant tout un vécu, il n’y ait pas d’affection, il faut une grande insécurité et une angoisse, puis, quelque part, une haine des autres qui rejettent.

    Stigmatiser le groupe des pervers, c’est en créer davantage et plus destructeur car c’est renforcer cette idée qu’ils n’ont pas leur place légitime dans la société, qu’ils ne sont même pas des êtres humains. Alors, y’a rien à perdre…

    La mesure du bracelet éléctronique pour les pervers récidiviste ménera à des tragédies et des injustices.



  15. -|- Delphine Dumont dit :

    Rikko > Bon alors là, clairement, je suis éberluée, c’est ce que je dis depuis le début et Sarkozy aussi ! Donc, je demande une explication de textes, parce que là, tout m’échappe, mais tout !

    [J'édite mon commentaire, celui de Victime était resté coincé dans la trappaspam et j'ajoute donc ma réponse]
    Victime > Je comprends que votre douleur est déjà suffisante sans qu’on vienne en rajouter, la déculpabilisation de l’auteur des faits et l’éventuelle hérédité criminelle doivent vous sembler odieuses et c’est bien normal.

    Cependant, vous ramenez, vous aussi, l’inné à la génétique. Comme je l’ai expliqué plusieurs fois, l’inné peut ne pas être génétique. L’hérédité criminelle n’est donc absolument pas une certitude physiologique. D’autre part, même s’il y a un “terrain favorable”, tout ce qui forge une personnalité après la naissance (éducation, rencontres, culture, etc…) peut faire que rien ne s’y développe. L’hérédité criminelle n’est donc absolument pas une certitude, en aucune façon.

    Ensuite, il ne s’agit pas de nier la culpabilité de l’auteur d’actes pédophiles (inceste ou non), mais de comprendre pourquoi il a pu à ce point transgresser un interdit. Pour juger honnêtement un accusé, il faut comprendre le plus d’aspects possibles. Mais surtout, plus on connaîtra l’histoire des criminels, plus on pourra prévenir d’autres passages à l’acte.

    Les pédophiles, comme beaucoup d’autres types de délinquants et criminels, ne sont pas “guéris” par la prison. Lorsqu’ils sortent, les risques de récidive sont énormes. Comme l’actualité l’a trop souvent démontrée, cette récidive s’accompagne malheureusement d’une escalade dans l’horreur. N’est-il pas absolument temps de remettre en cause les certitudes qui nous mènent depuis toujours et nous interroger sur les vraies raisons de leurs actes ?

    Parce que c’est Nicolas Sarkozy qui a parlé de l’inné dans la criminalité en général et la pédophilie en particulier, on hurle à l’eugénisme et au déterminisme. C’est absurde et stupide ! D’autant plus que pour un homme qu’on accuse de vouloir mettre tout le monde en prison, c’est une déclaration d’un humanisme rare totalement en décalage avec l’image qu’on voudrait lui donner. Ce simple écart entre une image et un propos devrait suffire à faire réfléchir sur le réel contenu des propos, il semble que la réaction ait amplement précédé la réflexion et que cette dernière tarde à arriver…

    Je termine en citant Valérie Pécresse :

    Je garde douloureusement et personnellement en mémoire ce qui s’est produit pour l’autisme. Pendant des décennies, on a culpabilisé les mères d’enfants autistes en les rendant responsables du comportement de leur enfant parce qu’elles n’étaient « pas assez aimantes ». Le corps médical, puis la société tout entière, ont ensuite reconnu, bien tardivement, que nous nous trouvions face à une pathologie. Et voilà aujourd’hui que nous apprenons, à la lecture de nouvelles publications scientifiques, qu’un facteur de prédisposition génétique aurait été identifié.[Suite de mes entretiens avec Gaëtan Gorce]

    Je vous invite à lire l’intégralité de son billet d’ailleurs. Vous verrez qu’il est hors de question de culpabiliser les victimes et d’innocenter les coupables, il ne s’agit que de comprendre.

    Enfin, votre souffrance s’exprime dans chacun de vos mots, c’est bien compréhensible. Même si vous ne changez pas d’avis sur Nicolas Sarkozy, peu importe, ne vous détournez pas des gens qui peuvent et veulent vous aider. Vous n’avez pas à porter cette douleur, ce n’est pas votre devoir. Il y a des associations et des professionnels qui pourront l’alléger, je pense, par exemple, à l’AIVI (Association internationale des Victimes d’inceste). Je vous souhaite beaucoup de courage et de force.



  16. -|- Rikko dit :

    Je te croyais Dijonnaise… te voilà Eberluée… t’as déménnagé ?



  17. -|- Delphine Dumont dit :

    :DD



  18. -|- Rikko dit :

    Sinon, (mode troll on) c’est pas bô de défendre NS, Sr, elle elle a un vrai programme contre la pédophilie. On le connait pas encore c’est tout…

    Et j’ai beaucoup aimé la déclarationde Nantes : femme ! Votez pour une femme ! C’est mieux !

    J’en suis encore tout tému…

    Vous croyez que ça va m’empêcher de voter pour Delphes ? Ben non, aucun rapport



  19. -|- Delphine Dumont dit :

    (troll off) Je défendrais NS aussi longtemps qu’il sera accusé aussi injustement. Si vous avez de bons arguments contre lui, ne vous gênez pas. Mais ne comptez pas sur moi pour relayer les horreurs sur son fascisme supposé ou sa volonté de ruiner les pauvres pour enrichir les riches. J’ai horreur des lynchages gratuits et même s’ils concernent quelqu’un que j’apprécie moyennement, je prends toujours la cause du lynché. Et je regrette de constater que des gens que j’aime et que je respecte se mèlent à la foule stupide. Ça me peine réellement et profondément.



  20. -|- Rikko dit :

    Reprenont ces propos lourds de sens et d’affect et tentons une bonne nanalyse :

    troll off : dommage, j’aime bien

    Je défendrais NS aussi longtemps qu’il sera accusé aussi injustement : une accustaion est toujours injuste, la justice ce n’est pas l’accustaion; la justice c’est : le contexte + la faute + l’accusation + la défense + la sentence et son exécution. Donc, toute accusation est par nature injuste CQFDelphes

    Si vous avez de bons arguments contre lui, ne vous gênez pas. : il est petit… c’est un fait, et ce qui est petit est gentil (comme quoi, on en dit des conneries parfois !!!)

    Mais ne comptez pas sur moi : infos; tu n’est donc pas un supercalculateur

    pour relayer les horreurs sur son fascisme supposé : j’ai surtout entendu le terme fasciste dans le but de synthétiser les pan de son discours (d’un façon trop lapidaire j’en conviens moi même… oui moi m’aime) menant à aller pêcher du monde très à droite pour compenser les perte à la gauche de sa droite (c’est donc un nain ambidextre)

    ou sa volonté de ruiner les pauvres pour enrichir les riches. : c’est l’anti robin des bois… si tu conteste, c’est que tu le vois plus en robin des bois ?

    J’ai horreur des lynchages gratuits : propose un tarif raisonable pour les places

    même s’ils concernent quelqu’un que j’apprécie moyennement : apprécier moyennement est un euphémisme, en réalité c’est soit un consensus mou, soit une detestabilité cachée

    je prends toujours la cause du lynché. : et donc régulièrement des pavé dans la tronche et non pas dans la mare.

    Et je regrette de constater que des gens que j’aime et que je respecte se mèlent à la foule stupide. : c’est vrai, ces réunions populassières m’exaspèrent aussi à la limite externe de l’exaspérassion… Toisons nos stupides contemporains qui pense que donner son avis sert à quelque chose quand ça n’est pas le mien !

    Ça me peine réellement et profondément. : allez vien là pleurer sur l’épaule 100% serge violet rebrodé, mais ne te mouche pas dans mon jabot en dentelle !

    AstAlAvistA !



  21. -|- Delphine Dumont dit :

    Je ne le vois ni en Robin des Bois, ni en Hitler, ni en Mahatma Gandhi, mais en homme pragmatique. "Il y a des trucs qui ne vont pas, on se sort les doigts du c…, on se lave les mains et on passe aux remèdes". Le style peut ne pas plaire, il y a tant de monde qui ont tant à perdre avec la fin d’un état paternaliste et dispendieux. Les réacs ont toujours été des gens bien tristes, en ce moment, ils sont à gauche et ils ne le voient pas. C’est bête…



  22. -|- Rikko dit :

    Je suis réac, de gauche et violet…

    Le changement c’est la négation du confort acquis, donc la réaction est un corollaire de la loi de PETERS : comme j’ai compris que je ne pourrais pas aller plus haut, il faut figer le processus sous pêine de régression…

    Je suis peut être aussi un peu provocateur… mais je le niuerais même sous la torture des dictateurs de droite républicaine

    Vive Ma France !



  23. -|- Rikko dit :

    Cornegidouille et Crotte de bique… trapaspam… vite mes smarties…

    ET téléphone Maison !



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog