Benjamin Danielou, ce qui est vrai, ce qui est faux

Par Delphine Dumont, le 10 décembre 2007 | Tous concernés

Mon billet sur la mort de Benjamin Danielou a attiré de très nombreuses visites et d'aussi nombreuses rumeurs. Pour savoir ce qui est vrai, ce qui est faux et ce qui reste à déterminer, faisons le point.

Mon rapport avec cette affaire

On m'a plusieurs fois demandé quels étaient mes rapports avec les Danielou, si je les connaissais bien, etc... En fait, je n'ai pas le plaisir de les connaître, pas du tout. Depuis que j'ai écrit mon billet, le père de Benjamin, Maxime Danielou, est entré en contact avec moi et nous avons échangé plusieurs mails mais c'est absolument tout.

Il suffit de parcourir mon blog pour voir qu'il m'arrive de m'emparer d'un sujet, de le creuser pour en faire un billet le plus complet possible. Ce que j'ai écrit dans mon premier billet, je l'ai trouvé dans les différents articles encore en ligne (ou dans leurs commentaires) ou sur un forum. Je n'ai pas bénéficié d'informations privilégiées.

L'accident de Benjamin a été reconnu comme accident du travail : vrai !

Grâce aux démarches effectuées par son père, la CPAM a reconnu l'accident de Benjamin comme accident du travail. Cela ouvre des droits à une indemnisation égale à 66% du salaire, Benjamin n'étant pas salarié, il ne touchera rien. Ses soins seront également mieux remboursés.

L'EGC-Bretagne et ses dirigeants ne risquent rien : faux !

Les stagiaires n'ont pas été déclarés jusqu'en 2005, de nombreux manquements à l'encadrement des élèves ont été constatés, bref, les motifs de poursuites judiciaires ne manquent pas.

Aucune procédure n'a été entamée : faux !

Fin août, une commission disciplinaire a voté à l'unanimité le licenciement du directeur de l'EGCB, ainsi que celui de la directrice adjointe. L'application de cette décision dépend du président de la CCI. Pour l'instant, il refuse de respecter le jugement de la commission, mais la sanction reste prononcée.

De son coté, l'avocat de Maxime Danielou a déposé pour son client, une plainte pour mise en danger de la vie d'autrui à l’encontre de l’Ecole de Commerce et de Gestion de Bretagne.

Maxime Daniélou a été agressé par le président de la CCI : vrai !

Lors de la cérémonie de remise des diplômes, le 30 novembre dernier, monsieur Danielou est venu recevoir le diplôme d'un ami de Benjamin, Ludovic, qui lui avait remis une procuration. Lorsqu'au cours de la soirée, le cas de Benjamin a été évoqué et le président de la CCI, monsieur Le Boulc'h a dit "qu'il était plein de compassion pour les parents", "que la vérité apparaîtrait dans l'action en justice que les parents avaient intentée", "que ni la CCI, ni l'EGCB n'avaient quoi que ce soit à se reprocher"

La compassion a probablement submergé monsieur Le Boulc'h lorsqu'il a vu Maxime Danielou s'avancer pour recevoir le diplôme de Ludovic. Et c'est, toujours probablement envahi de sympathie, qu'il s'est rué vers lui, les poings en avant, pour le faire descendre de l'estrade, qu'il l'a frappé et qu'il l'a insulté...

La prise en charge des stagiaires de l'EGCB est meilleur : faux !

L'été dernier, l'EGC-Bretagne a envoyé des stagiaires en Chine pour cinq mois sans que, ni eux, ni leurs maîtres de stage ne reçoivent le moindre mail ou le moindre coup de téléphone. Ils travaillaient dans des conditions épouvantables.

Seule différence : les stagiaires bénéficient désormais de la couverture sociale adéquate. Sur ce point, l'EGC-Bretagne respecte désormais la loi.

Les mails de Benjamin

On ne trouve nulle part dans les mails de Benjamin Danielou à son école, une description de son travail, ni de sa nature. Au contraire, Benjamin semble au début très enthousiaste et évoque des tâches intéressantes, même si elles n'ont aucun rapport avec le travail d'un étudiant d'une école de commerce.

Dans les réponses de son école, le moins que l'on puisse dire, c'est que le ton est formel. Il ne semble pas y avoir d'attention particulière. Certes, la durée du travail hebdomadaire inquiète un peu mais le changement de ton de Benjamin ne les alerte pas. L'enthousiasme du début a disparu et il apparait clairement que le jeune homme ne dit pas tout. Les étudiants sont majeurs, ils n'ont plus besoin d'être maternés, mais entre l'indifférence et le maternage, il doit être possible de trouver une qualité de suivi qui corresponde aux besoins des stagiaires.

Désolée pour ceux qui attendaient ce billet hier, une urgence professionnelle m'a amenée à n'en terminer la rédaction que ce matin.

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.

Technorati Tags : Benjamin Danielou, stagiaires, stage

Tweet

À lire aussi sur ce blog :

16 commentaires pour “Benjamin Danielou, ce qui est vrai, ce qui est faux”

  1. -|- Polydamas dit :

    Sortant d'une Ecole de Commerce de province également, je trouve très étonnante l'attitude de l'ESC. En général, lorsque l'on fait un cursus qui connait quelques changements de programme, il y a toujours moyen de négocier si l'on arrive à montrer en quoi la direction prise posait problème. Quant aux taches "type" d'un étudiant ESC, c'est bien simple, il n'y en a pas...

    C'est très simple, à partir du moment où l'on arrive à justifier de son intérêt, toutes les expériences peuvent être validées. D'où des annonces de stage qui débarquent d'un peu partout, c'est vrai. Enfin, c'est comme cela que ça marchait dans mon ESC.

    Sinon, c'est vrai qu'on est un peu abandonné, qu'on fait ce que l'on veut en stage et que l'on peut être exploité par toutes sortes d'escrocs. La prise en charge par l'ESC de ses étudiants à l'étranger me parait illusoire, elle n'existe pour ainsi dire pas, ou tout du moins, jamais je n'ai eu l'occasion de constater qu'il y avait quelque chose de particulier mis en place. Mais justement c'est un peu l'idée du stage, se confronter à la vie de travail alors qu'on est encore étudiant.



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Dans les tâches de Benjamin, il y avait refaire le site de la société, ce n'est typiquement pas du ressort d'un élève d'école de commerce. Mais la tâche réelle du jeune homme, je ne sais pas si vous avez lu mon billet précédent, c'était de recruter des prostituées.

    La différence avec la vie professionnelle est que, si Benjamin avait quitté la Thaïlande, ou même seulement l'entreprise, son année n'était pas validée. Dans l'un de ses mails, il dit qu'un hôtel lui propose un poste. S'il n'avait été lié par son école, il aurait pu changer de boulot ou revenir en France.

    Tout ce qui est arrivé n'est pas la faute de l'école mais sa responsabilité est indéniable.

    Merci pour ce témoignage en tous cas. :)



  3. -|- Polydamas dit :

    Oui, refaire un site n'est pas dans le cursus "commun" d'un ESC. Mais si le type a des dispositions, il y en a qui l'ont fait. La palette des jobs proposés dans une ESC est la plus large qui soit. Cela ne justifie pas le proxènétisme, nous sommes d'accord. Quant à l'année, généralement, il suffit de montrer pourquoi le stage en cours est sans intérêt, et ça passe très bien (d'accord,il faut avoir des gens conciliants).

    Surtout quand il s'agit de proxénétisme, il aurait pu changer sans problèmes, même si l'école est certainement à condamner et à pénaliser, Benjamin aurait mieux fait de se sortir au plus vite de ce job, l'année perdue, c'est le cadet des soucis d'un individu dans ce type de situations, et en plus ça se négocie avec l'école...



  4. -|- galette dit :

    Je suis d'accord avec Polydamas sur le fait que Benjamin aurait du sortir au plus vite de se job, mais les quelques mails diffusés sur internet montre que l'école n'était pas du tout favorable à un départ de l'entreprise de Benjamin...
    Elle lui conseille d'en "parler" lui même avec le patron, et de s'arranger avec celui-ci...
    L'école lui demande donc de parler lui même des soucis que lui pose le proxénetisme, avec le "proxénète"...c'est un peu stupide... l'école n'as clairement pas voulu se mouiller, et à dit à Benjamin de se dépatouiller tout seul...
    Elle n'as pas pris ses responsabilités comme elle aurait du. Aux vues et sus d'un jeune en détresse (il se disait lui même fatigué et stressé de cette situation) l'école n'as pas agit selon ses devoirs!Il y a un grave manquement!



  5. -|- bobderouen dit :

    Vous précisez que "fin août une commission disciplinaire a voté à l'unanimité le licenciement du directeur". Quelle est la légitimité de cette commission ? Qui en est membre ? Pour compléter, j'ai lu (Ouest-France du 19/01) que le directeur en question allait poser ses valises dans la Manche et prendre la direction de la chambre d'agriculture. Belle reconversion !



  6. -|- Personne dit :

    C'est vrai! Le directeur de cette école (Mathieu PERAUD)prendra ses nouvelles fonctions le 1er avril. Y a des moutons dans la baie du Mt St Michel. Il pourra en amener à l'abattoir sans être inquiété cette fois.
    De la culture à l'agriculture? Pourquoi pas? C'est presque pareil (en parlant vite). Il doit être "vachement" compétent ce mec!
    Au fait, vous savez d'où il vient ce mec? Il était responsable de l'agence ANPE à St Malo.
    Et qui est le directeur général de l'ANPE en France?
    C'est le frère à CHARPY (directeur général de la CCI de St Malo).
    Etrange non?
    C'est vrai que virer PERAUD, c'était reconnaître que la CCI et l'école avaient fait une faute grave. Et puis ça aurait fait désordre de voir un ex-responsable de l'ANPE de l'autre côté du guichet avec un CV pourri.
    Dommage! Mais c'est ça l'impunité des notables et la solidarité de la voyoucratie de St Malo.



  7. -|- Personne dit :

    VOICI UN EXTRAIT DU MAIL QUE JE VIENS DE RECEVOIR DU PERE DE BEN. LA SITUATION EST SCANDALEUSE! REAGISSONS!

    Je viens d'apprendre (en téléphonant au Tribunal) que les plaintes que j'avais déposées contre le Président de la CCI de St Malo, M. Le Boulc'h, sont toutes classées sans suite sous le code 21, à savoir "infractions insuffisamment caractérisées"...
    Je vous rappelle qu'il m'a violenté publiquement le 30 novembre devant plus de 50 personnes (ITT 8 jours et 3 semaines d'arrêt de travail) et qu'il a reconnu m'avoir diffamé dans la presse nationale en m'accusant de la mort de nos deux autres enfants.
    On n'a même pas pris la peine de m'informer officiellement de ces classements depuis septembre. On n'a pas entendu un seul témoin. On ne nous a pas entendu sur le préjudice social, familial et professionnel que nous subissons au quotidien!
    Je suis outré par cette "Justice" et ce réseau maçonnique qui protège les siens en toutes circonstances. Je ne suis pas le seul, allez voir le lien suivant :
    http://www.politiquedevie.net/Ma...
    Je crains à présent que notre plainte sur ce que la Presse a appelé "l'affaire Benjamin" ne soit à son tour classée pour ne pas déranger ces Messieurs.



  8. -|- Lausanne dit :

    La justice Française est odieuse, elle ne va pas mettre 6 mois pour apporter une conclusion à la plainte déposée par le président pour l’affaire du SMS, 2 enquêteurs spécialisés sont déjà en charge du dossier, certes c'est le président, mais les faits touchent la vie privée du président tout comme elle à touchés la vie privée de la famille Danielou.
    La Fraternité à perdus tous sont sens dans cette affaire : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. Les propos tenus par Mr Le Boulch président de la CCI de Saint-Malo ne sont pas assez caractérisé !!! Il est protégé ce monsieur ! Cette décision sournoise de la justice, est incompréhensible.
    Pourquoi ces plaintes n'ont pas été retenues alors qu’elles présentent des caractères violent, causant des préjudices irrévocables.
    Sommes nous tous égaux faces à la justice, certain à Saint-Malo sont protégés, pourquoi, comment, qui...Ainsi tous laissent à penser que Saint-Malo et sont administration politique et juridique est dénis de tout son sens d’honneur et d’impartialité. Si la justice laisse courir et ne relève pas cette plainte, alors cette dernière, laisse entendre que nous pouvons aussi parler dans la presse nationale de la vie privée de Monsieur Le Boulch…



  9. -|- Orphee dit :

    Je prends connaissance de toute cette affaire car je suis...un simple salarié de la chambre d'agriculture de la Manche qui cherchait à qui il a à faire. C'est stupéfiant et édifiant.
    Comment, en tant que responsable de cette vie brisée, peut il afficher autant d'arrogance et de confiance. IL n'a pas l'air ronger par le remord...
    N'y aurait il pas eu de petits arrangements entre présidents d'organisme consulaire ?



  10. -|- combatbenjamin@ dit :

    PERAUD, l'ex-directeur de l'EGC a comparu devant la commission paritaire de la CCI de St Malo qui a décidé à l'unanimité de le licencier.
    LEBOULCH, président de la CCI a décidé de ne pas appliquer cette décision. POURQUOI?
    PERAUD (sachant qu'il était viré) cherchait du travail partout à St Malo, mais personne n'en voulait. Et pour cause!...
    Il est en effet très étrange que la chambre d'agriculture de la Manche accepte de se salir en recrutant ce type au grade le plus élevé qui soit, en sachant qu'il traine des casseroles consulaires énormes et qu'il ne connaît strictement rien à l'agriculture.
    PERAUD n'aurait-il pas négocié ce poste en contre partie de la couverture de sa hiérarchie?
    Quelles sont ses protections?
    Tous les éclaircissements seront les bienvenus.



  11. -|- ancien étudiant egc dit :

    Ancien étudiant de l'EGC, je ne peux que confirmer les faits concernants la non organisation et le non suivi des stages dans cet établisssement lors de mon Cursus. Ce qui est arrivé à Benjamin est très malheureux, mais si peu étonnant. Cela devait arriver. Ces pays restent sensibles et le suivi est nul.
    Mes sincères salutations à la famille du blessé.



  12. -|- sandrine dit :

    je viens de voir le reportage sur le cas de benjamin. Je ne peux qu'apporter mon soutien aux parents c'est un drame horrible...L'école a une grande part de responsabilité, c'est dramatique il n'est pas tout de prendre des sommes astronomiques pour une soi-disant formation de qualité encore faut-il etre compétent.Le minimum serait de reconnaitre sa responsabilité et son erreur. Le plus horrible c'est qu'elle se cache derrière une soi disant vérification de l'entreprise,honteux!!!A quand une vrai responsabilité des écoles??? J'espère que les parents auront gains de cause.Bon courage...



  13. -|- une maman dit :

    JE SUIS MAMAN D UN ANCIEN ELEVE DE L EGC QUI ETAIT EN STAGE EN MEME TEMPS QUE BENJAMIN ET J INTERVIENS AUJOURD'HUI SUR CE BLOG CAR DEPUIS 3 ANS JE SUIS DE TRES PRES CETTE AFFAIRE ET JE SUIS PLUS QUE SENSIBILISEE SURTOUT EN TANT QUE MERE PAR CE DRAME QUE VIVE LES PARENTS DE BENJAMIN.
    COMME SANDRINE J AI REGARDE LE REPORTAGE SUR TF1 ET JE ME DIS QUE CECI AURAIT PU ARRIVER A MON FILS
    JE SUIS EN COLERE D AVOIR FAIT CONFIANCE A CETTE ECOLE. D AVOIR MIS TOUTE MA CONFIANCE ENTRE LES MAINS DE PERSONNES INCOMPETENTES QUI NE SONT LA QUE POUR ENGRAISSER LEUR PORTE MONNAIE.

    ON ENSEIGNE ON OBLIGE A FAIRE DES STAGES MAIS DEBROUILLEZ VOUS ! SI CA SE PASSE MAL ON NEST PAS RESPONSABLES VOUS ETES MAJEURS !!! ON VOUS ACCOMPAGNE MAIS SI VOUS AVEZ UN PROBLEME ON N'EST PLUS LA
    MON SIMPLE TEMOIGNAGE CAR JE NE VOIS PAS D'INTERVENTIONS DE PARENTS D ELEVES DE LEGC ET POURTANT JE PENSE QUE NOUS SOMMES TOUS CONCERNES, CHACUN DE NOUS AURAIT PU VIVRE CE TRAGIQUE STAGE ET ETRE AUJOURD'HUI DANS LA PEINE
    TOUTE MON ADMIRATION A MR ET MME DANIELOU DE TROUVER LE COURAGE DANS CETTE DOULEUR DE SE BATTRE POUR UNE MEILLEURE RECONNAISSANCE DES STAGIAIRES ET DE TOUT FAIRE POUR QUE NOS ENFANTS QUI PARTIRONT EN STAGE A LA DEMANDE DE LEURS ECOLES SOIENT RECONNUS A LA HAUTEUR DE LEUR MERITE



  14. -|- Julia dit :

    L'EGC de St-Malo a fini par être fermé.
    Je ne comprend pas l'attitude de l'école car moi-même étudiante sur le campus bourgogne ç ane se passe pas comme ça. Lors de nos stages nous avons un réel suivi de la part du directeur pédagogique mais aussi des formateurs.
    En tout cas cette histoire fait froid dans le dos et nuit à la réputation de l'EGC



  15. -|- hadrien dit :

    Ou en est aujourd'hui l'affaire benjamin danielou ? Quelles suites pour les dirigeants de l'école, aujourd'hui fermée ? Ou sont se sont reclassés les responsables de cet accident ? Bien des questions en suspens, décidément la vie d'un stagiaire ou d'un salarié vaut de moins en moins cher...



  16. -|- Liblib dit :

    Bonjour,

    Pour faire suite à Hadrien (commentaire 15), voici les dernières nouvelles que j'ai trouvé :
    http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/ille-et-vilaine/thailande-accident-d-un-stagiaire-breton-la-responsabilite-de-l-ecole-confirmee-05-04-2012-1659535.php

    Je souhaite beaucoup de courage aux parents de Benjamin...



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2012 Redacbox