Afrique : la différence entre “entrer” et “faire”

Par Delphine Dumont, le 7 avril 2009 | Politique-tac

En 2007, Nicolas Sarkozy a fait un discours au Sénégal, qui a entraîné une polémique. C’est le principe de base : Nicolas Sarkozy parle, la polémique nait. C’est pratique pour lui, pour la presse et pour tous ceux qui n’ont rien d’autre à dire.

Aujourd’hui, Ségolène Royal revient sur ce discours. C’est pratique pour elle, ça cache qu’elle n’a rien d’autre à dire. Et aussi qu’elle n’a pas été reçue par le président Wade.

Mais je ne vais pas refaire le match de 2007, on en connait l’issue. Je préfère m’intéresser à ce qui a ému : le verbe “entrer”.

Avant tout, je vous invite à lire ou relire ce fameux discours de Sarkozy sur le site officiel de l’Elysée :

  • Allocution de M. Nicolas SARKOZY, Président de la République, prononcée à l’Université de Dakar.

J’ai vu des versions falsifiées de ce discours traîner sur le net, je préfère être sûre qu’on parle de la même chose. :)

Pour ceux qui ont la flemme de tout lire, je cite le passage qui a fait hurler la bien-pensance automatique :

« Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. »

On ne cite trop souvent que la première phrase, ce qui prête à toutes les interprétations.

Rappelons que l’Histoire n’existe que si elle est écrite. C’est d’ailleurs à partir de la naissance de l’écriture que nous sommes passés de la préhistoire à la protohistoire. Enfin, l’homme gardait une trace de son passé. Trace fragile, trace subjective, mais trace bien réelle.

Le fait que l’histoire africaine se soit surtout transmise oralement lui a donné un air de légende irréelle. Cela ne diminue pas le mérite (ou la faute) de ceux qui ont fait l’Histoire de l’Afrique. C’est juste que cela n’a permis d’en garder la mémoire que d’une partie infime, locale et extrêmement vulnérable.

D’autre part, l’homme africain n’est pas ou peu parti conquérir d’autres terres, d’autres techniques. Pourquoi ? Je dirais “pourquoi pas ?”. Ce n’est pas une critique, c’est une réalité.

Dire que l’homme africain n’est pas entré dans l’Histoire est donc une réalité, pas une insulte. Cela ne signifie pas “l’homme africain est un gros nul”, ni “l’homme africain a besoin de l’homme occidental pour exister”. Ceux qui y ont vu cette signification n’ont fait que projeter leurs consciences coupables ou leur volonté d’y voir le mal.

Donc, “non”, l’homme africain n’est pas entré dans l’Histoire, mais définitivement “oui”, il y a participé. De gré ou de force, comme tous les peuples. Ni plus, ni moins.

Je n’approuve pas l’intégralité de ce discours. Bien que je sois d’accord avec cette remarque sur l’Histoire, je ne la trouve pas nécessaire. Je pense qu’il y avait une meilleure façon de signifier aux Africains qu’il était temps qu’ils liquident les scories de la colonisation. Si je trouve ce propos maladroit, en revanche, je trouve que demander pardon est parfaitement stupide. Avaient-ils réellement besoin qu’une dame patronnesse vienne à leur secours ? Evidemment non. C’est cette attitude qui est insultante pour les Africains. À nouveau, une puissance occidentale les utilise pour son seul profit. Mon mépris pour cette femme grandit chaque jour.

Peuple d'Afrique - Photos : Stock Xchng

La colonisation n’a pas fait que du bien, ça a été largement démontré, mais elle n’a pas fait que du mal. Il faut en faire un bilan dépassionné mais, ça, c’est le travail des historiens. Les Africains n’ont plus le temps de s’attarder à cela. Ils doivent montrer ce qu’ils ont, ce qu’ils sont, ne plus subir.

Ils ne doivent plus se soumettre à l’Occident, ni aux multinationales, ni à l’islamisme. Ils doivent exister ensemble et unis. Personne ne doute qu’ils en aient la capacité, ni qu’ils vont certainement ramer pour en avoir les moyens (ou plutôt pour ne plus laisser leurs moyens profiter à d’autres).

Peyrefitte parlait du jour où la Chine s’éveillerait. Ça, c’est fait. J’attends avec impatience le jour où l’Afrique s’éveillera. Nous avons besoin d’une Afrique forte et unie (ainsi que d’une Amérique du Sud forte et unie) pour établir enfin un début d’équilibre mondial. Lorsque ces continents auront cessé d’être le terrain de jeux de forces diverses, on y verra plus clair.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Merci aux auteurs des photos pour avoir partagé leurs œuvres :
Sur Stock Xchng : melga et casanna1 (Street Sports 2, Faces of Africa et Kids of Africa 2)

Lire aussi :

25 commentaires pour “Afrique : la différence entre “entrer” et “faire””

  1. -|- Delphine Dumont dit :

    Effigy : Toutes mes confuses, j’ai effacé ton commentaire par erreur. Veux-tu bien avoir l’infinie amabilité de le reposter, s’il te plait ? :)



  2. -|- Rikko dit :

    euh….. !!!

    je cite :

    [quote]Ils ne doivent plus se soumettre à l’Occident, ni aux multinationales, ni à l’islamisme.[a fini quote]

    ça veut dire que la liberté passe par l’autodetermination politique et financière mais aussi l’absence de liberté de culte… interessant et original comme doctrine !

    Tant qu’on y est on peut vitupérer les coiffeurs ?

    J’dis ça j’dis rien !



  3. -|- effigy dit :

    ??? ??? lequel? de toute manière je ne garde rien de mes interventions donc…….



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Rikko : Je n’ai pas dit “Islam”, mais “islamisme”, ce qui fait une différence considérable.

    Effigy : Je n’ai pas vu sous quel billet il était, j’ai juste vu qu’il y avait un lien. Encore désolée.



  5. -|- effigy dit :

    ah oui! sous contestation encore un lien vers langelot :
    http://langelot.blog.lemonde.fr/2009/04/06/les-nouveaux-pacifistes/



  6. -|- Delphine Dumont dit :

    Oh ! C’est excellent ! :D
    Double merci ! ;)



  7. -|- Rikko dit :

    Si je dis catholisisme à la place de catho (non… pas le majordome de l’inspecteur Clouzeau…)ça fait une grosse différence ?

    Ou alors Protesteantisme à la place de “ceux qui ont préféré fair un autre truc dans leur coin parce que les papes bon… je vous dis pas mais ça devient n’importe quoi !!!”…

    Donc… sans précision sur ce que tu met derrière “islamisme” (et STP ne fais pas injure à ton intelligence en disant que ça va de soit) je trouve ton propos choquant !!!

    Mais c’est vrai que je suis chochotiste !!!



  8. -|- Delphine Dumont dit :

    L’Islam est une religion, l’islamisme est un détournement extrêmiste qui n’a plus grand chose à voir avec l’Islam. Islam n’est pas un diminutif d’islamisme, comme catho peut l’être de catholicisme.
    Pour ton info :
    »» : Islam
    »» : Islamisme



  9. -|- Rikko dit :

    Ben voilà… comme ça c’est plus clair !!!

    Et ne t’enerves pas ce n’était que quelques musulm’âneries !

    Et catholishisme… du coup c’est quoi ?



  10. -|- Delphine Dumont dit :

    Ch’est une chpéchialité auvergnate.



  11. -|- Rikko dit :

    Ben voilà… il suffisait de le savoir…. Tu es un Puy de science !



  12. -|- effigy dit :

    vous chipotez là, en attendant les propos de sr à dakar sont comme tu le dis encore plus vexants pour ceux à qui elle s”adresse, genre : “au cas où vous auriez pas compris”
    bref moi aussi non plus je l’aime décidément pas cette personne.
    (ah oui,avatar oblige la source: et pardon delphes pour la redite.)



  13. -|- effigy dit :

    grrr voilà le bon j’espère



  14. -|- effigy dit :

    caramba encore raté !!



  15. -|- Jérôme dit :

    “D’autre part, l’homme africain n’est pas ou peu parti conquérir d’autres terres”

    c’est discutable. Le continent américain fut d’une certaine façon une colonisation forcée des Africains malgrés eux. De plus, si on part du principe que l’Homme est originaire d’Afrique, ta phrase devient encore plus caduque. :-p

    “La colonisation n’a pas fait que du bien, ça a été largement démontré, mais elle n’a pas fait que du mal. Il faut en faire un bilan dépassionné mais, ça, c’est le travail des historiens.”

    Disons qu’il y a 80% de mal pour 20% de bien dans la colonialisme… N’oublions pas qu’il y quelques années, le gouvernement voulait faire voter une loi pour l’enseignement du colonialisme “positive”… Maiis je suis d’accord avec toi, il faut que cela reste un travail d’historiens.

    L’Afrique fut pillé,exploité, puis redessiner entièrement à la règle et au compas, aujourdhui c’est corruption, pauvreté,et dettes. Sans compter que c’est un grand terrain de jeu pour les grandes puissances.

    Pas simple de sortir la tête dans l’eau dans ces cas-là. Ah j’ai oublié les conflits aussi



  16. -|- Rikko dit :

    Allons…. en Afrique tout n’est pô si noir !….
    Ha ben si !



  17. -|- Delphine Dumont dit :

    Jérôme : Tu as raison, nous sommes tous originaires d’Afrique et ma phrase était maladroite. Je voulais dire qu’on compte peu d’Africains dans les grands explorateurs des 5 ou 7 derniers siècles. Je ne corrige pas mon billet, ta remarque est trop intéressante. ;)
    Pour le bilan de la colonisation, il est difficile à dresser. Je suis donc bien contente d’en laisser la tâche aux historiens. Je ne suis pas sûre du tout que le pourcentage que tu indiques soit proche de la réalité. L’exploitation de l’Afrique par l’homme blanc n’a pu se faire à cette intensité que parce que le terrain y était propice. Si l’on compare à la colonisation asiatique où les Occidentaux sont arrivés dans des territoires fortement structurés, on voit que la colonisation et l’impact sont radicalement différents. Il ne faut pas tomber dans l’angélisme africain et la diabolisation de l’homme blanc. Les choses sont bien plus nuancées et c’est pour ça que je suis vraiment, mais vraiment, vraiment ravie que ce soit les historiens qui fassent le bilan.



  18. -|- Jérôme dit :

    ma remarque n’avait aucun sous-entendu caché, loin de moi d’avoir voulu une quelconque “correction” de ton billet. Ok, dans ce cas là je suis d’accord avec toi: il fait qu’il n’a peu ou pas d’Africains parmi les grands explorateurs c’est juste une remarque,un constat, c’est tout.

    Soit, on a un avis différent soit l’impact d’une colonisation. Mais concernant l’Afrique, le constat est là mais je suis d’accord avec toi pour dire que les Africains,du moins les élites, ont leur part de responsabilité.

    Ta remarque sur le colonialisme asiatique est très pertinente et tu as raison ça s’est passé différemment. En fait ça dépend de pas mal de paramètre: but de la colonisation, adaptation des populations locales,environnement,etc

    Est ce que la relève et la réussite d’un pays anciennement colonisé dépend de l’influence du colonisateur? Et pourquoi seul l’Afrique n’arrive pas à s’en remmetre contrairement à l’amérique latine ou les pays d’asie?



  19. -|- Delphine Dumont dit :

    L’Amérique latine ne s’en remet pas vraiment mieux que l’Afrique. C’est aussi le terrain de jeux des (ex)grandes puissances et des multinationales.



  20. -|- Rikko dit :

    Heureusement que dès qu’il ya une étendue d’eau, en Afrique ou ailleur, de braves gars prennent la mer et rétablissent les bases de toute civilisation : le syndrome du vengeur masqué qui prend au riche pour donner aux pauvres puis prends aux pauvres pour garder pour lui !

    (extrait de Enthropie Civilisation et Piratage par Rikko)



  21. -|- Mubiala du Congo dit :

    1.”Rappelons que l’Histoire n’existe que si elle est écrite”: Faux! tout élément matériel peut être source d’histoire
    2.”Le fait que l’histoire africaine se soit surtout transmise oralement lui a donné un air de légende irréelle.”:Archifaux!
    Tout écrit provient avant tout de l’oralité. La codification des symboles (comme l’alphabet) existait dans la plupart des représentations(appelés art naïf en occident) p. ex pour les masques africains, les initiés savent les “lire” les infos qui s’y trouvent. Preuve concrète: l’os D’Ishango premier outil de calcul au monde cfr. moteur de recherche sur le Net. Petit rappel: avant d’écrire la Bible n’a-t-on pas a parlé? Ensuite les ecrits ne sont rien du tout si on les ignore(tel un objet), c’est comme un bouquin jamais ouvert, donc faites attention à la mystification occidentale à outrance des écrits.
    3.” Nous avons besoin d’une Afrique forte ” Non pitié gardez votre Europe forte (de preference contre elle même), pour nous le débat n’est pas là, c’est une autre page que nous devons tourner de la FranceAfrique, tel est mon avis.



  22. -|- Delphine Dumont dit :

    1) Non, les éléments matériels ne sont que des indices, exactement comme dans une enquête de police.
    2) L’écrit ne provient pas avant tout de l’oralité ! Bien qu’il y ait souvent une discussion avant l’écriture d’un texte majeur, on ne peut pas comparer cela à une transmission orale de faits et de légendes. La Bible n’est pas basée sur l’oralité. On a retrouvé divers traces de son écriture “en temps réel” qui le prouvent suffisamment.
    3) Je regrette votre rejet, même si je peux le comprendre. L’orgueil est mauvais conseiller. L’Afrique a besoin de l’aide des pays occidentaux, elle ne peut pas s’en sortir seule. Il faut juste qu’elle se montre vigilante et exigeante dans le choix des aides.



  23. -|- Jean-Marc Schmidt dit :

    Il est extraordinaire de regarder la destruction massive de la compréhension.L’histoire en tant que référence n’acte que les véélités de certains et autres. Afrique moribonde et ou terre brûlée ?



  24. -|- Xuen-des-Bois dit :

    “L’Afrique a besoin de l’aide des pays occidentaux, elle ne peut pas s’en sortir seule. Il faut juste qu’elle se montre vigilante et exigeante dans le choix des aides.”

    Comment le pourrait-elle puisque les Occidentaux mettent le couteau sous la gorge aux décideurs dès qu’ils font preuve de la moindre volonté d’indépendance ? (pour leur bien ? mais depuis le temps que ça dure…) Dans pas mal de pays c’est encore le FMI et la Banque Mondiale qui font la loi, pour le plus grand malheur de leurs habitants. Ce qui passe ici pour de l’aide n’est bien souvent qu’un racket supplémentaire envers ces pays dont on maintient soigneusement “la tête sous l’eau”.

    Et, en ce qui concerne la décolonisation, les ex-puissances coloniales n’ont-elles pas soigneusement éliminé les élites des différents pays Africains qui auraient pu oeuvrer pour qu’elle se passe au mieux ? (au mieux pour eux, pas pour les occidentaux !)

    Un film à voir d’urgence :
    Bamako, d’Abderrahmane Sissako



  25. -|- Delphine Dumont dit :

    Je n’ai pas dit que ce serait facile non plus. ;)
    Cependant, la situation n’est plus aussi tranchée qu’elle a pu l’être. Tout d’abord, les USA et les pays occidentaux sont grandement affaiblis par la crise, la Chine n’est pas encore à l’apogée de sa puissance et l’URSS n’existe plus. La période est donc assez favorable pour tenter de se libérer du joug occidental. Mais, quels que soient les torts des colonisateurs des 18è, 19è et 20è siècles, il faut admettre qu’ils ne sont pas les seuls fautifs. C’est cela aussi que je veux dire. L’Afrique et les Africains doivent se libérer de leurs démons intérieurs pour pouvoir s’affranchir des pressions extérieures ou, au moins, les alléger. Mais les yaka et les faut-que, je suis d’accord avec toi, c’est toujours facile.



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2009 Redacbox