Le racisme supposé des Français

Par Delphine Dumont, le 6 août 2010 | Politique-tac, Tous concernés

Après les déclarations fracassantes de Nicolas Sarkozy, un sondage vient à point pour dire que les annonces présidentielles répondent aux attentes des Français.

Immédiatement, on a entendu le Camp du Bien hurler qu'on vivait dans un pays de merde, que les Français étaient des salauds de racistes et bien pire encore. On en a aussi entendu d'autres qui exprimaient leur satisfaction de voir les prétendues élites ridiculisées.

Les Français, racistes ? Ça reste à démontrer !...

Liberté, égalité, fraternité

Comment a-t-on pu oublier notre devise à ce point ? Si, pour la liberté, on ne peut vraiment pas se plaindre. Les beaux esprits ont eu beau nous promettre un état policier si Sarkozy était élu, aujourd'hui, force est de constater qu'ils étaient nuls en prédiction.

Pour l'égalité, en revanche, c'est bien différent. À tous niveaux, on ressent ces inégalités de traitement. Si on parle des retraites, on oppose les privilégiés (en gros, les fonctionnaires) aux autres (salariés et indépendants).

Si on parle des aides sociales, on entend souvent beaucoup dire que les immigrés ont plus de droits que les Français de souche. C'est bien sûr un propos fantasmé et abondamment relayé par le FN. Sur la base de « C'est vous qui payez, ce sont eux qui en profitent », on enflamme les foules.

En réalité, il s'agit souvent d'autre chose. J'en ai été témoin, certains employés des services sociaux ont voulu trop bien faire. Lorsqu'on se bat pour faire régulariser son dossier et qu'on vous fait passer votre tour pour le céder à une famille immigrée, forcément, ça énerve. Lorsque, en plus, cette famille n'a rien demandé, n'est pas en détresse et est à l'aise avec l'administration française, cette sollicitude semble prouver une inégalité de droits. Il ne s'agit que de stupidité condescendante de la part d'un travailleur social qui joue les dames-patronnesses.

Mouton noir au milieu de moutons blancs (photo : Katclay)

On pourrait citer d'autres lieux où l'inégalité de traitement, réelle ou ressentie, existe aussi, à l'école, par exemple, mais je ne vais pas en faire la liste. Alors, bien sûr, naturellement, cela provoque de la grogne. La grogne, ce n'est pas le racisme. Si on me marche sur le pied, je grogne, je ne vais pas trucider l'impudent.

Le chauvinisme n'est pas du racisme

Être fier de son pays, l'aimer et vouloir le protéger, ce n'est pas du racisme, c'est du patriotisme. Même si cela va jusqu'au chauvinisme, ça n'est toujours pas du racisme.

Lorsque les Français ont le sentiment que la France du Cochonou et du coup de rouge, la France du bob Ricard et de la messe de Minuit, la France des mini-jupes et d'Intervilles, bref, la France qu'ils aiment, quand ils ont le sentiment qu'elle est menacée, ils réagissent, c'est normal. Si quelqu'un vient chez vous et vous dit comment vous devez vivre ou refait toute la déco à son goût à lui, vous le prendrez mal aussi.

Sous prétexte d'intégration, on a forcé les Français à renoncer à leur culture. On peut chanter l'Internationale au centre aéré mais pas Mon Beau Sapin, trop religieux. On fait disparaître les crucifix des écoles. On tolère que des rues entières soient bloquées à l'heure de la prière musulmane, etc. Bref, une élite décrète que la France n'est plus la France, qu'elle n'a d'Histoire que coupable, de culture que mondiale, et on voudrait que tout le monde s'en réjouisse ?

Comment dire ?... C'est con ? C'est très con ?

Rendez la France aux Français !

Peu m'importe qu'ils soient Français par leur naissance ou naturalisés depuis cinq minutes ! Être français, c'est appartenir à un peuple qui a une histoire. Cette histoire est faite de guerre, d'invasions, de victoires, de découvertes, de chefs-d'œuvre, etc. Il n'y a pas de sang purement français, c'est comme la fourmi de 18 mètres, ça n'existe pas, mais il y a un sentiment d'appartenance à la France, le sentiment d'appartenance à une famille.

À l'heure où certains se font une gloire de cracher leur haîne et leur dégoût de notre beau pays, un grand nombre de Français expriment leur attachement à leur nation. Cela se traduit, entre autres, par cette approbation aux mesures annoncées par Sarkozy. Intimement, profondément, je ne crois pas que c'est la réponse qu'attendent les Français.

Ce qu'ils attendent, à mon très humble avis, c'est qu'on les rassure, qu'on leur dise que la France restera la France, terre d'accueil, pays de lumière, et que ceux qui voudront la souiller seront châtiés. Point barre.

[Copyright : Delphine Dumont - Tous droits réservés]

Photo : Katclay sur Flickr.

Tweet

À lire aussi sur ce blog :

15 commentaires pour “Le racisme supposé des Français”

  1. -|- effigy dit :

    finalement tu as dû lire alain sanders, où pour le moins jean raspail :)



  2. -|- Delphine Dumont dit :

    Ni l'un, ni l'autre, pourquoi ? Tu trouves que ça ressemble à de la prose d'extrême-droite ?



  3. -|- effigy dit :

    ah ben non je ne pense pas que jean raspail s'en revendique, il faut lire "qui se souvient des hommes" où la patagonie avant pagny,mais aussi "le camp des saints" vision prémonitoire sur les flux de population, bon l'autre c'est sûr on peut pas vraiment le qualifier de gauchiste :)



  4. -|- Delphine Dumont dit :

    Oups ! Pardon, j'ai confondu Raspail avec un autre qui a un nom approchant (mais qui ne revient pas là, tout de suite). Bon, comme pénitence, je rajoute Raspail à ma liste d'auteurs à lire. =)



  5. -|- Rikko dit :

    Proche de Raspail... Racaille ?

    Et puis je suis désolé d'avoir à le dire, mais une fourmi de dix huit mètre ça existe!

    J'en ai rencontré une ... Mais j'étais saoul... peut être ça compte pô !

    A part ça, je pense que les français ne sont pas assez raciste envers la connerie... Moi même je suis raciste envers moi même et je m'affuble de sobriquet illégaux !

    Mais bon, comme je vais pô porter plainte contre moi même (parce que moi m'aime), je pense que ces insultes resteront sous seing privé !

    Suis-je d'extrême droite si je m'auto décongratule ???
    (vous avez moins de deux heures parce que j'ai piscine)



  6. -|- Freddy ROY dit :

    En France, l'immigration a cela de particulier que la réalité, la mise en évidence des faits ne comptent point. Le "politiquement correct" exige des gages : ainsi, faut-il montrer les mérites de l'immigration, se féliciter de ses apports divers et variés.

    Ce, depuis les années 80, avec l'émergence du Front national. A l'arrivée, l'immigration est sacralisée au point que tout déssacord ne peut exister et être débattu avec raison et sans passion. L'hyper-vigilance de l'idéologie antiraciste empêche toute analyse rationnelle.

    Pour autant, dans un sondage, lors des scrutins, lors de consersations avec des intimes, les Français s'expriment. Et cette expression là est bien différente de celle des politiques de gauche, des intellectuels et des journalistes. Pour autant, l'on peut très bien ne pas être raciste et se refuser à partager l'idéologie antiraciste.



  7. -|- Rikko dit :

    Soit Freddy, mais l'idéologie anti-raciste, comme tu l'appelle, est aussi l'expression de la gène d'une certaine partie de la population française qui a du mal à avaler "les bienfaits de la colonisation" et "l'évidence de l'intégration".

    Que l'on ne se fustige pas outre mesure, d'accord... Mais un peu de mémoire ne nuit pas non plus.



  8. -|- effigy dit :

    tiens histoire de me faire 100.000.000 de copains: combien d'années de paix civile en afrique depuis les années 60, combien de morts?



  9. -|- Freddy ROY dit :

    1. Il serait, sans recourir au récent sondage de l'Ifop, difficile de nier que la demande de sécurité est forte chez la quasi-totalité des Français.
    La stratégie des antiracistes (en gros des leaders et intellectuels de gauche) est de laisser penser que seuls l'aile droite de l'UMP et les électeurs de Le Pen possèdent ces préoccupations sécuritaires. C'est juste faux, cf. les études post-électorales sur les motivations du vote.

    2. On voudrait nous faire croire que la France qui porte aux nues Yade, Zidane et Noah est un pays touché par le racisme! C'est une plaisanterie. En revanche, dans certains quartiers, il y a effectivement des peurs.

    freddy_roy

    3. @Rikko > Il est parfaitement respectable qu'au nom de la Colonisation, des Français se sentent redevables. On peut aussi respecter celles et ceux qui se refusent à la repentance. D'autant que via des aides directes ou par l'intermédiare de l'UE, les anc. colonnies bénéficient d'aides humaines ou matérielles.



  10. -|- Rikko dit :

    Cher Freddy,

    Au risque de paraitre despotique, j'ai bien peur que la repentance ne se choisisse pas, elle st notre fardeau puisque le confort relatif dont nous jouissons est pour beaucoup lié aux années pendants lesquels les grands empires ont pompé les richesse des colonies et continuent de le faire.

    On peut ne pas se sentir concerner, je trouve seulement cette attitude soit idiote : "je ne sais pas" soit carrément cynique : "et alors ? on s'en fout";

    Quand aux aides humanitaires et matérielles, c'est ce me semble le moins que l'on puisse faire



  11. -|- Delphine Dumont dit :

    Rikko : La repentance est une pure bêtise. On présente les Nord-Occidentaux comme les méchants et le reste du monde comme des gentils. L'Histoire de l'Afrique, de l'Asie et de l'Amérique (ou des Amériques) est faite de guerres sanglantes, d'esclavagisme et de bien d'autres atrocités qui remontent à bien avant l'arrivée de l'homme blanc. Nous n'avons pas le privilège de la cruauté, de l'exploitation et de l'appétit de pouvoir. Tu veux que je demande à mon copain Moïse qu'il te parle de ses frères hébreux et du Pharaon ?

    Ce qui est le passé n'a pas à être expié. Ce qu'il faut combattre et racheter, c'est, par exemple, l'exploitation actuelle de l'Afrique (diamants, pétrole, uranium et j'en passe) ou l'utilisation de l'Amérique du Sud ou de l'Asie comme terrain de jeux des grandes puissances.

    Il ne s'agit pas d'enterrer ou d'ignorer nos fautes passées mais de les recadrer dans un contexte. Les autres pays/continents n'étaient pas des paradis d'amour et de fraternité quand l'homme blanc y a débarqué, loin de là.



  12. -|- Rikko dit :

    Je ne dis pas que les vilains européens ont bousillé le jardin d'Eden, je dis que nous avons pillé, et que nous pillons et que nous refusons de l'admettre.

    Que je sache, même si les territoires colonisés n'étaient pas des havres de paix, les interventions des colonisateurs apportant "la lumière" a fait plus de mal qu'il n'aurraient réussi à s'en faire eux même !

    Nous leur avons apporté (outre la grippe) l'industrialisation du malheur...

    Et tu dis toi-même que la situation d'aujourd'hui est insuportable de cynisme et d'exploitation. Mais ce n'est que la suite logique des actes du passé... Si on n'accepte pas cette responsabilité passée, comment pourrait-on accepter celle d'aujourd'hui ???

    Je suis peut être idiot (sûrement), mais je ne comprends pas ton raisonnement !

    Quand à Moïse et ses potes, regarde les actualité et les arbres libanais... rien n'a changé !



  13. -|- Delphine Dumont dit :

    Oui, la situation actuelle est le fruit du passé et, comme dans le passé, les souffrances de l'Afrique ne sont pas dues qu'à l'homme blanc. Les Africains ne sont pas des jouets qu'on peut manipuler, ils sont surtout des adultes responsables et un grand nombre d'entre eux luttent contre la corruption, le cynisme et l'exploitation de leurs frères africains. S'il doit y avoir repentance, elle doit être générale et ne pas concerner que la France ou que l'Europe.

    Tenir un discours anti-homme blanc ne fait que déresponsabiliser les coupables locaux, infantiliser les plus faibles et décourager ceux qui pourraient lutter contre ces systèmes. Sans parler du racisme que cela entretient...



  14. -|- Rikko dit :

    Voilà...
    Comme ça je suis presque d'accord, il ne nous manque que la responsabilité divine... Non je déconne !



  15. -|- Valdo dit :

    "La France du Cochonou et du coup de rouge, la France du bob Ricard et de la messe de Minuit, la France des mini-jupes et d'Intervilles, bref, la France qu'ils aiment"

    Qui, "ils"? Je suis Française, et c'est un condensé detout ce que je déteste, la franchouillardise qui méprise le peuple sous prétexte de populaire et la beauerie fière de l'être. ..



Écrire un commentaire

Propulsé par WordPress | Blue Weed par Blog Oh! Blog | modifié par Delphine Dumont
Billets (RSS) et Commentaires (RSS). | Fil Twitter de ce blog
copyright © 2006-2012 Redacbox