Les services pédiatriques se sont parés de jolies couleurs et de représentations des héros les plus connus. Le personnel soignant est formé à l'écoute et à la tendresse envers ces malades si sensibles. Sans que ce ne soit encore un moment agréable, entrer à l'hôpital n'est plus mettre un pied en enfer.

Une information récente caractérise la prise de conscience du rapport bien-être/guérison et cette attention nouvelle aux enfants. Le docteur Anu Patel, anesthésiste à l'hôpital de Newark (New-Jersey - USA) a mené une étude sur le pouvoir tranquillisant de la Game Boy juste avant le début d'une opération chirurgicale.

Menée sur 78 sujets, cette étude a comparé 3 groupes de petits malades âgés de 4 à 12 ans. Juste avant l'opération, l'enfant, suivant qu'il appartenait au premier, au second ou au troisième groupe, a reçu un tranquillisant, a passé un moment au calme avec l'un de ses parents ou a joué avec une GameBoy. C'est dans le troisième groupe que l'on a constaté l'absence totale d'augmentation du taux d'anxiété, contrairement à une progression de 7,5 points pour le premier groupe (les tranquillisants) et de 17,5 pour le second (le parent) !

Sachant que la réussite de l'opération, la nature de ses suites et la construction mentale de l'enfant sont fortement conditionnées par ce taux d'anxiété, cette découverte est bien plus importante qu'elle n'y semble au premier abord !

Ce qui me plait le plus dans l'histoire, c'est qu'elle est le signe d'une médecine qui ne cherche plus uniquement dans sa pharmacologie ou ses techniques, la solution à tous les problèmes. Encore un joli progrès de notre société ! :)

Delphine Dumont
www.redacbox.fr, mon site professionnel

Technorati Tags: GameBoy, pédiatrie, Anu Patel