J'ai donc reçu mon exemplaire de "Pas besoin de souffrir pour être belle" et j'en remercie à nouveau Hélène Legastelois. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, j'ai reçu quelques jours plus tard, le livre d'Alexandra Dirand : "En finir avec les boulets et les empoisonneurs".

On n'est pas des courges - Collection intelligente pour les filles (mais pas que)
On n'est pas des courges
Collection intelligente pour les filles (mais pas que)
(Cliquez pour agrandir)

Je vous avais parlé, il y a quelques semaines, de l'épouvantable "Dico des Filles" qui perpétue la soumission féminine. Je l'ai feuilleté plusieurs fois en boutique, espérant toujours y trouver un miracle, mais je n'y ai toujours rien trouvé de salvateur. À décharge, je dois dire que le "Dico des Garçons" (ce n'est pas le titre exact, peut-être "encyclo", je chercherais) est aussi extrêmement léger.

Suite à l'expérience "Dico des Filles" et, bien que Corinne m'ait mise en appétit, j'ai abordé la collection "On n'est pas des Courges" avec la crainte d'être encore déçue... (Je fais durer le suspense ou pas ?) ... Et bien non ! Non seulement, je n'ai pas été déçue, mais en plus, j'ai adoré !

Je ne vous raconte pas l'intrigue pour préserver le suspense1 mais ENFIN !, des livres pour filles/femmes/girlz parlent aux femmes avec sagesse. Par exemple, les auteures rappellent que l'on n'appartient qu'à soi. Ça paraît bête ou évident ? Ça ne l'est pas ! Depuis toujours, on prêche aux filles leur appartenance à une famille (celle de leurs parents, puis de leur mari et/ou de leur entreprise). On les enjoint à supporter et à accepter sans se rebeller.

Dans "En finir avec les boulets et les empoisonneurs", Alexandra rappelle qu'on n'a qu'une vie et qu'il est important de marquer nos limites pour ne pas la gâcher. Elle nous démontre qu'on a tendance à se laisser envahir, à laisser notre bonté naturelle se faire abuser par des parasites de tous ordres et que cela nous pourrit le quotidien. Cela ne veut pas dire qu'on doit avoir le cœur sec et être égoïste, juste se respecter au moins autant qu'on respecte les autres. Ça fait du bien à lire ! :)

Dans "Pas besoin de souffrir pour être belle", Hélène fait tomber avec fracas le mythe de la top-modèle. Si on écoute tous les gourous de la mode et de la beauté, il faut prévoir 3 bonnes heures quotidiennes consacrées au pomponnage et maintien de la ligne, plus 3 bonnes heures de shopping pour avoir le "look-qu'il-faut". Pour la culture et l'épanouissement professionnel, on repassera !

Hélène nous donne ses petits trucs de fille pour des choses superficielles comme le choix de la méthode d'épilation et ça pourrait faire croire qu'on est devant "Mes secrets de beauté" par Lorie. Mais il suffit de lire pour voir qu'on a un livre bien plus profond. Avant tout, l'auteure nous apprend à renoncer à la perfection2. La barre placée trop haut nous mène tout droit à la frustration, nous ne serons jamais satisfaites.

Bref, ces deux super-nanas nous rappellent qu'on n'a pas à obéir à des dictats qui nous ruinent physiquement, moralement et financièrement. C'est raffraichissant au possible. Les premiers guides qui montrent la bonne voie ! Il existait de nombreux livres-témoignages de femmes qui avaient réussi à s'affranchir de ces lois tacites, mais de tels guides manquaient. Bref, je suis réellement et sincèrement ravie de leur faire un petit coup de pub à ma modeste échelle.

Grand bravo à Hélène et Alexandra et merci encore de m'avoir envoyé un exemplaire ! :)

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

  • 1 : C'est surtout qu'il n'y a pas d'intrigue, vous trouviez que ça ressemblait à un roman policier ? :D - remonter au texte
  • 2 : 1) la perfection n'est pas de ce monde ; 2) les hommes n'en demandent pas tant - remonter au texte

Technorati Tags : On n'est pas des courges, Hélène Legastelois, Alexandra Dirand, boulets, souffrir pour être belle