La leçon de Google

Un peu d'histoire

Mon amie la Wikipédia me rappelle que Google Inc a été fondé le 7 septembre 1998. Cette entreprise n'a même pas dix ans !... Le moteur de recherche qui porte le même nom et qui a précédé la création de l'entreprise est, lui, né le 15 septembre 1997, il vient donc tout juste de fêter ses 10 ans.

Pour savoir quand fêter exactement l'anniversaire de Google, je vous renvoie à cet article de Zorgloob : "Google.com a 10 ans" (notez le ".com").

Bref, depuis une dizaine d'années, Google fait primer l'efficacité. Son moteur de recherches ultra-dépouillé graphiquement permet un affichage ultra-rapide. À l'heure où nous sommes presque tous ADSLisés, voire mieux, ça devient un peu secondaire. Mais rappelez-vous de la jolie musiquette du 56K et de l'affichage saccadé de la page, rappelez-vous des forfaits 15 heures par mois...

Vous n'aviez que 15 heures de surf par mois, vouliez-vous en perdre une ou deux à attendre que les moteurs de recherche couverts de pubs aient fini d'afficher les résultats ? Vous n'aviez que 15 heures de surf par mois, vous vouliez aussi que les résultats soient aussi pertinents que possible. Idéalement, votre réponse devait se trouver dans les 5 premiers liens sur une page affichée très vite, tant pis pour son graphisme.

C'est ce qui a fait que Google a eu tant de succès, l'efficacité primait sur tout le reste. Aujourd'hui encore, l'efficacité est le maître-mot de la société. Tous les dérivés de Google reposent sur cette même exigence, l'affichage est rapide, la prise en main aussi, la personnalisation est toujours possible mais la configuration par défaut est intuitive. Le message est clair : avec Google, on gagne du temps.

La vie Google

Il y a eu nombre d'articles sur la vie Google, le Googleplex, par exemple. On a souvent deux extrêmes dans la vision de la chose. D'une part, ce qui ne voit que le coté fun, ludique et convivial des locaux, avec les gros coussins, les cafétérias pleines de bonnes choses, les espaces de jeux, de sport, de détente, de services, etc... Time en a fait un diaporama assez sympa : "Inside Google".

D'autre part, on a ceux qui ne voient en Google qu'un esclavagiste sous un déguisement de clown. Pour preuves, ils citent souvent le travail dominical ou/et nocturne. Généralement, ils enchaînent sur la toute-puissance de Google, sa mainmise sur un nombre croissant de services en ligne, son indiscrétion, son auto-censure pour complaire à certains régimes, etc...

La nébuleuse Google, du moteur de recherche à Blogger en passant par YouTube ou Google Earth
La nébuleuse Google,
du moteur de recherche à Blogger
en passant par YouTube ou Google Earth
(cliquer pour agrandir)

Efficacité d'abord

Laissant les chiens aboyer, Google continue sans se soucier du qu'en dira-t-on. Ils emploient des geeks et des nerds qui ont besoin de gadgets et de fun ? Que les gadgets et le fun envahissent les lieux ! Internet ne dort jamais ? Google non plus ! Si on vient chez Google, on sait qu'on travaillera dans un vrai confort mais pas avec des horaires de fonctionnaires et que les résultats sont attendus.

Que Google ne soit pas la meilleure entreprise au point de vue éthique, c'est possible, ce ne sont pas les Petits Frères des Pauvres et ils n'ont jamais prétendu l'être. En revanche, ils sont probablement parmi les meilleurs pour l'amélioration de l'existant et la compréhension d'Internet et des internautes. Leur façon de faire est inhabituelle mais les résultats qu'ils obtiennent sont incontestables.

La suite bureautique Microsoft, lourde, vulnérable, chère et complexe, a atteint le point d'écœurement. Open Office en a été le premier à en bénéficier. Google a visé les nomades et propose une externalisation du bureau. Personnellement, même si je trouve les applications Google plus agréables, je préfère garder Open Office, je tiens à ma confidentialité et à ma sécurité (je ne peux pas me permettre de me retrouver bloquée par un défaut de connexion).

L'efficacité reste la ligne maîtresse de Google et ça ne fait que mieux ressortir les défauts d'ergonomie et d'adaptativité de tous les autres outils. Si Microsoft, par exemple, passait moins de temps à penser que les gens sont tous des pirates et à chercher comment leur prendre plus d'argent, ils ne perdraient pas autant de parts de marché. C'est en cela que j'ai beaucoup aimé la conclusion du billet de Jean-Pierre Govekar :

« Pour paraphraser Brian 'Bex' Huff, peut-être que la vraie richesse de Google, c'est nous ? »

J'avais oublié cet article de fond chez Laurent : Google a 10 ans. Preuve par 9 10 que Google, c'est Dieu. :)

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Technorati Tags : Google, bureautique, Googleplex