Âne en gros plan (photo : Kenneth666 - Stock Xchng)

Jérôme Kerviel serait médiocre

C'est le portrait qui a été généreusement donné aux journalistes par la Société Générale. Je ne connais pas Jérôme Kerviel, je ne contredirai pas cette affirmation. On ne peut pas avoir que les meilleurs, c'est vrai. Mais entre le meilleur et un "médiocre", pas de juste milieu ?

Que penser d'une grande banque qui proclame : « Médiocres inside ! » ?

L'informatique, c'est compliqué

La Société Générale brasse des milliards d'euros mais avec un système informatique aussi percé qu'une moustiquaire ? Dans la plupart des grandes structures que je connais, les mots de passe sont régulièrement modifiés. Ça fait râler les employés mais c'est une mesure de sécurité minimale. Jérôme Kerviel aurait utilisé des mots de passe vieux de plus d'un an.

Que penser d'une grande banque qui proclame : « Faites nous confiance, notre système informatique est une passoire ! » ?

Il n'y avait pas de pertes alors on en a créées

Au moment où "tout" aurait été découvert, les prises de position auraient représenté un risque inacceptable pour la Société Générale. La règle dans ce genre de cas, d'après les experts, est de liquider au plus vite pour limiter la casse. C'est ce qui a été fait et c'est ce qui aurait précisément produit les pertes.

Que penser d'une grande banque qui proclame : « La finance, c'est notre métier, alors on fait n'importe quoi ! » ?

On a l'air costaud comme ça, mais en fait...

En fait, un type tout seul, médiocre de surcroît, pouvait miner les fondations de la banque avec sa petite cuillère. Et il ne s'appelle même pas MacGyver !

Que penser d'une grande banque qui proclame : « Nous sommes aussi gros que vulnérables. » ?

Victimes plutôt que coupables

Dans l'une des nombreuses analyses que j'ai lues sur cette affaire, un observateur disait qu'il était logique que la Société Générale préfère passer pour victime de l'un de ses employés que coupable de mauvaise gestion.

Si je me fais voler mon sac à main que j'ai laissé ouvert sur la banquette arrière de ma décapotable tandis que je vais faire du sport dans une salle à un kilomètre de là, il y a fort à parier que la police me reprochera une certaine négligence. Je crois qu'on peut reprocher, au minimum, la même négligence aux dirigeants de la Société Générale, quelques soient les éventuelles fautes réelles de Jérôme Kerviel.

Une négligence portée à ce niveau-là, j'appelle ça de la stupidité et je m'étonne vraiment que la Société Générale la revendique haut et fort.

Photo : Kenneth666 - Stock Xchng

Delphine Dumont
www.RedacBox.fr, mon site professionnel

Pour commenter ce billet, merci de venir sur mon blog.
Sauf indication contraire, tous les droits sur ce contenu sont réservés.

Technorati Tags : Société Générale, Jérôme Kerviel, finance